Travailler à Sendai

Sendai
Shutterstock.com
Actualisé 2022-10-26 07:48

On la surnomme « la ville aux arbres ». Sendai, la capitale de la préfecture de Miyagi, est aussi la ville la plus peuplée. Elle tire son surnom de sa grande rue principale, bordée, de part et d'autre, par de grands arbres. Dans son plan pour 2030, Sendai ambitionne d'ailleurs de faire une plus large place à la nature, pour un écosystème vert et respectueux. La ville promeut aussi le multiculturalisme, à travers des programmes d'échanges interculturels. Dynamique, la ville attire de nombreuses entreprises, pour un coût de la vie moins élevé qu'à Tokyo. Pourquoi ne pas travailler à Sendai ? Guide pratique pour s'installer et trouver le travail de ses rêves.

Cartographie de Sendai

Géographie

Sendai est la capitale de la préfecture de Miyagi. La préfecture se situe dans la grande région du Tohoku, au nord de Honshu, l'île principale du Japon, et donne sur l'océan pacifique. Avec son million d'habitants, Sendai est la ville la plus peuplée de la préfecture. Les autres grandes villes ne dépassent pas les 150 000 habitants. Ishinomaki, au nord-ouest de la côte, en compte 140 151. Osaki, à l'intérieur des terres et plus au nord, en compte 157 330. En tout 2,3 millions habitants vivent dans la préfecture de Miyagi.

Ville de Sendai

Ville la plus importante de la préfecture de Miyagi, Sendai est aussi la principale ville du Tohoku. Elle se divise en 5 arrondissements (ku) : Aoba-ku, Izumi-ku, Miyagino-ku, Taihaku-ku et Wakabayashi-ku. La population de chaque arrondissement est en augmentation régulière depuis les années 90. Avec 331 590 habitants en 2020, Aoba-ku est l'arrondissement le plus peuplé.

Les 40-49 constituent la majorité de la population de Sendai (162 996). Viennent ensuite les 50-59 ans, puis les 30-39 ans (respectivement 139 130 et 133 824 habitants). Sans surprise, 98,9 % de la population est japonaise : un peu plus d'un million d'habitants japonais, pour 11 507 résidents étrangers. (chiffres : Bureau des statistiques du Japon)

Histoire de Sendai

Préfecture de Miyagi

On a longtemps surnommé Sendai « la ville aux arbres », ou « la cité verte », à cause des multiples parcs qui structurent la ville. Sendai est aussi le centre économique urbain de la préfecture. Car historiquement, Miyagi est plutôt dévolue à l'agriculture et à la pêche. La préfecture borde l'océan pacifique, et s'est naturellement spécialisée dans les métiers de la mer et de la culture du sol. Bien plus récemment, la côte de la préfecture fut en partie frappée par le grand tremblement de terre de 2011. S'en suivit de longs mois de reconstruction. Les côtes du Miyagi et Sendai, la ville capitale, ont depuis longtemps retrouvé leur stature.

Ville de Sendai

Sendai, centre économique urbain et cité industrielle, est aussi l'ancienne place forte de Masamune Date, l'un des seigneurs féodaux les plus puissants du XVIIe siècle. Entre les XVIIe et XVIIIe siècles, Miyagi est sous le contrôle du puissant clan Date. C'est la désormais célèbre bataille de Sekigahara (1600) qui fait naître Sendai. Masamune prend part au conflit avec Tokoyaga Ieyasu. Tokogawa gagne, et offre des terres à Masamune : la future ville de Sendai est née. Des vestiges du puissant clan Date sont toujours là pour témoigner du passé, comme les ruines du château Aoba.

Les secteurs porteurs dans la préfecture de Miyagi

L'économie de la préfecture repose sur plusieurs grands piliers : les services, l'industrie (usines), la construction, l'immobilier, la vente et le secteur public. En 2018, les services pèsent 19 % de l'économie de Miyagi. Les usines, la construction, la vente et l'immobilier représentent chacun environ 13 % de l'économie. Juste derrière eux, les métiers du public (près de 13 % du marché). L'information et la communication, la finance et les transports représentent entre 4 et 3 % du marché. L'ère agricole semble loin de la préfecture, en termes de pourcentage. À peine 1,2 % du marché est consacré à l'agriculture, la pêche et l'activité forestière. Ça reste plus que l'ensemble du Japon à la même période (1,1%).

Miyagi, terre d'accueil des entreprises internationales

Pour attirer les entreprises, Miyagi a lancé « Invest Miyagi ». Ses atouts : des coûts moins élevés qu'à Tokyo (location de bureaux, etc.), un coût de la vie également moins élevé, des infrastructures connectées aux autres régions et au monde (Sendai a son aéroport international). Miyagi, c'est aussi des personnels qualifiés. Sendai abrite l'Université du Tohoku, l'une des plus renommées du Japon. La préfecture accueille des groupes leaders dans la R&D. Elle investit d'ailleurs dans l'innovation, pour construire la « Miyavi de demain ».

Miyagi, en marche pour une société multiculturelle

En 2007, la préfecture promulgue une ordonnance dans laquelle elle s'engage à bâtir une « société multiculturelle », et à offrir un « environnement sûr et agréable » pour les étrangers. Une première, au Japon. La Miyagi International Association (MIA) crée le Miyagi support center for foreign residents. Disponible en 13 langues, elle accompagne les nouveaux arrivants (formalités administratives, recherche de logement…). Santé, recherche d'emploi, d'école ou d'université, la MIA aide les résidents étrangers dans tous les domaines de la vie quotidienne.

Les grandes entreprises de Miyagi

Miyagi attire les grandes entreprises à coup de subventions et autres facilités d'installation. Taxes réduites dans les « zones spéciales », subventions pour les usines et les entreprises de la R&D… Et ça marche. Toyota Motor Corporation et Panasonic Corporation s'associent pour créer Toyota Motor East Japan, usine de fabrication de batteries automobiles. Miyagi veut devenir une nouvelle base de production de semiconducteurs, matériaux indispensables, surtout depuis la crise sanitaire. Tokyo Electron Miyagi, spécialiste des semiconducteurs, a établi son centre de production et de recherche à Miyagi. Côté recherche, Philips Japan s'est également installé à Miyagi.

Les secteurs porteurs à Sendai

La «ville aux arbres » est aussi la « cité académique ». Portée par la prestigieuse université du Tohoku, ses centres de recherches et ses connexions avec le monde de l'entreprise, Sendai est une place urbaine dynamique, en constante innovation. Pour attirer les talents étrangers, Sendai a aussi mis en place le « startup visa ».

Économie de Sendai : les chiffres

La ville qui accueille l'Université du Tohoku est également celle qui compte le plus d'employés dans le secteur de l'éducation. Près de 19 % des actifs de Sendai travaillent dans l'éducation. Les autres secteurs (entrepreneurs spécialisés, services techniques, scientifiques) emploient entre 6 et 9 % de la population. Environ 3 à 4 % travaillent dans l'immobilier, le social, l'aide à la personne, les soins hospitaliers, l'ingénierie et le génie civil, les services administratifs, et la justice.

R&D

Avis aux ingénieurs étrangers, aux chercheurs, à ceux qui souhaitent étudier au Japon. L'université du Tohoku travaille en lien étroit avec les entreprises. En 2023, son campus d'Aobayama sera le lieu d'installation d'un nouveau matériel innovant (« rayonnement synchrotron »), toujours en partenariat avec les entreprises et centres de recherche. Tohoku University, Tohoku University Center for Innovative Integrated Electronic Systems, Material Innovation Center, et Tohoku University International Center for Synchrotron Radiation Innovation Smart font partie des grands pôles de recherche de la ville.

Électronique

Dans la bataille des semiconducteurs, Sendai peut compter sur ses entreprises de pointe. Ericsson Japan, IBM Japan, Rakuten, Ltd.V-cube, ou RYOMO SYSTEMS se sont installés en ville.

Sendai : la vision socio-économique pour l'avenir

Grâce à l'université du Tohoku, Sendai attire une population jeune et dynamique. Face au défi démographique et aux enjeux environnementaux, la mairie de Sendai a construit un nouveau plan : « Greenest city », où comment faire de Sendai une cité verte et innovante. L'écologie est ici bien plus que la simple préservation de l'environnement. À travers les métiers d'aujourd'hui et de demain, la ville veut construire un écosystème « vert » : une nature davantage présente et respectée, un multiculturalisme lui aussi mieux respecté et protégé, un accompagnement des enfants pour qu'ils grandissent dans un environnement sûr et agréable, une économie locale dynamique, ouverte sur l'extérieur.

De nombreux métiers seront à pourvoir pour la Greenest city, dans tous les domaines. Santé, aide à la personne, soins médicaux, construction, immobilier, vente, protection de l'environnement, recherche, industrie, électronique… Sendai inscrit la préservation de la santé mentale comme un objectif à atteindre, au même titre que les autres. La ville entend créer un environnement pacifié, fait d'échanges entre les différentes communautés. De quoi attirer de nombreux travailleurs étrangers rêvant d'une carrière au Japon.

Les atouts de Sendai 

Envie de travailler au Japon ? Pourquoi ne pas viser Sendai ? La très grande majorité des étrangers choisit Tokyo. Un choix compréhensible, surtout pour une première expatriation. On pense avoir plus de chances de trouver un travail dans la capitale. La présence de nombreux autres étrangers peut aussi rassurer. Mais côté emplois, la concurrence y est potentiellement plus accrue. Le coût de la vie est également plus élevé que dans les autres villes. À Sendai, les loyers sont moins chers. Les entreprises sont très présentes. L'université du Tohoku assure un rayonnement qui dépasse largement les frontières de la ville. Sendai peut s'avérer être un excellent choix, surtout si l'on recherche un emploi dans l'ingénierie, la recherche, les services, ou l'enseignement.

Trouver un emploi à Sendai

Comme dans les autres pays, la crise sanitaire a paralysé un temps le marché du travail au Japon. Les choses reprennent doucement leur cours, mais il y a définitivement un avant et un après Covid-19. Vos méthodes de recherche de travail seront différentes selon le type d'emploi que vous recherchez.

Petit boulot (baito)

Pour les jobs, pas besoin de beaucoup de recherche (d'ordinaire). Beaucoup de supérettes et magasins placardent des affiches « boshuu » (recrutement). Il suffit de téléphoner au numéro indiqué pour postuler. Inutile d'entrer dans le commerce en question. Il faut suivre la procédure indiquée. Vous trouverez d'autres annonces sur Internet (Craigslist, Baitoru…) ou dans les revues de petites annonces, disponibles dans les gares et les stations de métro.

Contrat à durée indéterminée (contrat de seishain)

Les choses se compliquent si vous visez un contrat à durée indéterminée. Mais pas de panique. La clé est de partir bien organisé. C'est ce contrat qui vous ouvrira les portes du visa de travail. Les entreprises ne vont pas vous sponsoriser pour un petit boulot. Des milliers d'autres comme vous pourront faire l'affaire. C'est différent avec le contrat de seishain. Demandez-vous ce qui inciterait une entreprise à vous recruter. Vous serez en concurrence avec d'autres Japonais et étrangers diplômés. Beaucoup auront certainement étudié à l'université du Tohoku. Quels sont vos atouts ?

Rechercher un emploi

Pour rechercher un emploi, rendez-vous sur Internet : sites généralistes et spécialisés en fonction de votre activité. Vérifiez également si l'entreprise que vous visez possède un site Internet. Frappez aux portes des Chambres du commerce, comme la Chambre du commerce de Sendai. Participez aux forums, webinaires et autres évènements liés à l'emploi. Rendez-vous visible et travaillez votre présentation.

Travailler sa présentation

Renseignez-vous quant au déroulement des entretiens d'embauche au Japon. Si vous avez étudié dans une université japonaise, vous y êtes certainement préparé. Sinon, étudiez par vous-même (il existe de nombreux livres en japonais sur la question) et/ou intégrez une école de langue spécialisée dans la préparation à l'entretien d'embauche.

Vivre et travailler à Sendai, les conseils en plus

Ne faites pas l'impasse sur le japonais. Si vous êtes déjà au Japon, profitez-en pour travailler la langue au maximum. Pas de miracle, il faudra réviser et apprendre à écrire les kanjis. Être sur place ne suffit pas à parler japonais. Il faut pratiquer. Beaucoup d'étrangers se retrouvent avec un niveau moyen même après plusieurs années d'immigration au Japon, faute de pratique. Mettez toutes les chances de votre côté et pratiquez le japonais. Si vos lacunes sont importantes, n'hésitez pas à investir dans une école de langue. Considérez ces années d'études comme un investissement sur le long terme.

Restez confiant même si l'emploi tarde à venir. Travaillez vos points forts et vos points faibles. Autorisez-vous des moments de décontraction pour découvrir Sendai et la préfecture de Miyagi. Si vous ressentez une baisse de régime, parlez-en à des camarades et/ou un professionnel de santé. Allez à la rencontre des gens. Si vous êtes de nature timide ou réservée, les groupes sur Internet peuvent être une bonne amorce. Pensez aussi aux clubs sportifs et culturels. Renseignez-vous auprès de votre mairie pour en obtenir la liste. C'est aussi au contact des autres que vous construirez petit à petit votre nouvelle vie au Japon.

Liens utiles (en anglais, sauf mention contraire)

Site de la ville de Sendai (en japonais)
Chambre du commerce de Sendai

MIA (Miyagi International Association)

Invest Miyagi

Université du Tohoku

Sendai foreigners Communit

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.