port du masque
Shutterstock.com
Actualisé il y a 2 semaines

Dans cet article, nous vous donnons un aperçu des changements auxquels vous devez vous attendre lorsque vous vous installerez en Angleterre après la crise de COVID-19 : nouvelles conditions relatives aux visas, marché du travail, soins de santé, immobilier, etc.

Quelles sont les réglementations actuelles pour entrer en Angleterre ?

La réglementation actuelle dépend de votre pays d'origine ou de résidence. Les visiteurs et résidents voyageant au Royaume-Uni sont tenus de fournir les détails de leur voyage ainsi que leurs coordonnées à leur arrivée. Une amende pourrait vous être infligée en cas de refus. L'auto-isolement est également obligatoire au cours des 14 premiers jours suivant votre arrivée au Royaume-Uni. Toute personne qui refuse de s'auto-isoler est passible d'une amende de 1 000 £. Cependant, les citoyens d'Irlande, des îles Anglo-Normandes et de l'île de Man sont dispensés de cette obligation.

Y a-t-il eu des changements relatifs aux visa récemment ?

Que vous ayez l'intention de commencer un nouvel emploi ou un nouveau programme d'études, ou que vous soyez sur le point de changer de travail et que vous n'avez pas la possibilité de faire votre demande de visa depuis l'étranger en raison des restrictions de voyage actuelles, vous pouvez toujours le faire depuis le Royaume-Uni. Il faudra également obtenir un nouveau certificat de parrainage (CoS). Si vous êtes entrepreneur étranger avec un visa d'entrepreneur Tier 1 et que votre entreprise souffre des conséquences de la crise de COVID-19, vous êtes exempté de l'obligation d'employer au moins 2 personnes pour les 12 prochains mois consécutifs. Pendant cette période, vous pouvez avoir un seul employé pour différents postes. Si vous n'avez pas été en mesure de recruter quelqu'un durant ces 12 mois et que votre visa expire, vous serez éligible pour une prolongation temporaire de votre visa jusqu'à ce que vous remplissiez toutes les conditions. Les demandeurs de visas Tier 4, peuvent commencer leurs études ou leurs cours jusqu'à ce que leur demande soit acceptée, à condition d'avoir un sponsor Tier 4, une confirmation d'acceptation pour des études (CAS), que la demande a été déposée avant l'expiration de leur visa actuel et le programme d'études est le même que celui indiqué sur le CAS. En revanche, si la demande est rejetée, ils ne seront plus autorisés à étudier. Les demandeurs de visas Tier 2 ou 5 peuvent commencer à travailler jusqu'à ce que leur demande de visa soit acceptée, à condition qu'ils aient reçu un certificat de parrainage (CoS), qu'ils aient fait leir demande avant l'expiration de leur visa actuel et que le poste soit le même que celui indiqué sur leur CoS. Cependant, ils ne seront plus autorisés à travailler pour cet employeur en cas de refus. En ce qu'il s'agit des employés du domaine de la santé, la durée des visas de certains d'entre eux sera automatiquement prolongée en raison de la crise de COVID-19, et cela s'applique également à leurs familles. Pour les visas expirant après le 1er octobre 2020, il faudra faire une nouvelle demande de prolongation. En outre, début 2020, le Royaume-Uni a annoncé d'importants changements aux visas de travail après le 1er janvier 2021. En somme, tous les ressortissants étrangers, indistinctement, seront soumis aux mêmes conditions. Vous trouverez plus d'informations ici.

Sera-t-il facile de trouver du travail en Angleterre après la crise ?

Quelque 7,6 millions d'emplois, soit environ 24% de la main-d'œuvre britannique, sont actuellement à risque en Angleterre en raison de la crise de COVID-19. En avril 2020, près de 22% de la population active avait été temporairement mise à pied, même si de nombreux secteurs bénéficient du soutien financier offert par le gouvernement britannique. L'hébergement, la nourriture, la vente au détail et en gros, la construction et les arts et divertissements sont quelques-uns des secteurs les plus vulnérables. Il serait juste de dire qu'à moins que vous ayez une compétence clé qui est actuellement très recherchée, il sera difficile de trouver un emploi au Royaume-Uni après la crise.

Comment le système de santé britannique a-t-il géré la crise sanitaire ?

Compte tenu de la baisse du nombre de cas de COVID-19, on pourrait dire que le National Health Service (NHS) a relativement bien géré la crise. Aujourd'hui, les consultations virtuelles sont la nouvelle norme, que ce soit pour contacter votre médecin généraliste, commander vos médicaments sous ordonnances, gérer vos problèmes de santé à long terme, vous renseigner sur les traitements dentaires ou maintenir votre bien-être physique et mental. Ce service a été largement accepté par la population comme il n'est recommandé de se rendre à l'hôpital qu'en cas d'urgence ou de maladie grave. Pourtant, le NHS fait face à une pénurie de médecins et d'infirmières. Qui plus est, les hôpitaux d'urgence mis en place pendant la crise sont restés largement inutilisés. Cependant, attendez-vous à des listes d'attente plus longues, à ce que les procédures non urgentes soient non prioritaires, et à ce qu'il soit plus difficile d'avoir un rendez-vous pour vos examens de routine après la crise de COVID-19.

Qu'est-ce qui change pour les écoles et les universités ?

Les écoles vont rouvrir en septembre 2020. Quand ce sera fait, les enseignants seront tenus de maintenir les classes ou les groupes d'années dans des bulles séparées. En ce qui concerne les universités, la prochaine rentrée aura lieu en septembre / octobre 2020 comme prévu. D'ailleurs, les demandes d'inscription sont en train d'être traitées comme d'habitude. Si l'enseignement à distance est devenu la nouvelle norme, comme dans de nombreux pays, de nombreuses universités au Royaume-Uni veulent également offrir des cours présentiels, ainsi que des activités sportives et autres aux étudiants au début du prochain semestre, tout en respectant les réglementations en matière de distanciation sociale. De nombreuses universités envisagent également d'autres moyens d'assurer l'enseignement, en particulier pour les étudiants qui ne peuvent pas commencer en septembre, comme le démarrage de certaines matières clés en janvier 2021.

Quel est l'impact de la crise sur le marché immobilier britannique ?

Déjà, le début de l'année 2020 a été marqué par l'incertitude découlant du Brexit. Il est donc évident que la crise de COVID-19 a eu un impact conséquent sur le marché immobilier britannique. Avec les restrictions de voyage actuelles, les étudiants et les professionnels étrangers n'arrivent pas à déménager en Angleterre, ce qui signifie qu'un certain nombre de biens ne trouvent ni locataires ni acheteurs. Ajoutez à cela le nombre de personnes ayant quitté le Royaume-Uni avant le confinement. On peut donc s'attendre à une offre de logements supérieure à la demande, ce qui devrait résulter en une baisse des prix. A titre d'exemple, une étude réalisée par le cabinet Knight Frank prévoit une baisse des prix de l'ordre de 3% fin 2020 suivie d'une hausse de 5% en 2021. En outre, une récente rumeur selon laquelle le gouvernement comptait supprimer le droit de timbre sur les achats des maisons haut de gamme, a contribué à l'effondrement du marché de l'immobilier de luxe. Il serait donc sage d'éviter d'investir dans ce genre de bien pour l'instant.

Qu'en est-il du coût de la vie en Angleterre ?

Selon le rapport Mercer sur le coût de la vie, Londres est parmi les villes les plus chères du monde, et encore plus avec la crise COVID-19. Même si le coût de la vie varie d'une ville à l'autre, les prix ont augmenté, de manière générale, dans tout le pays. Il y a aussi eu des pénuries en raison de la panique des consommateurs pendant le confinement. Certains rayons des supermarchés restent pratiquement vides. Il n'empêche que les prix sont montés en flèche, surtout en ce qu'il s'agit des produits alimentaires. Qui plus est, les pubs ont revu leurs prix à la hausse depuis leur réouverture. Aujourd'hui, selon le site Expatistan, le coût de la vie en Angleterre est d'environ 2 249 £ par mois pour une personne seule et d'environ 3 803 £ par mois pour une famille de quatre personnes. En revanche, comme indiqué plus haut, on s'attend à une baisse significative des prix de l'immobilier au cours des prochains mois.

Qu'en est-il du mode de vie en Angleterre ? Y a-t-il eu des changements majeurs dans les habitudes suite à la crise sanitaire ?

Comme pour toute autre chose, cela dépend de l'endroit où l'on vit. Dans les villes, il est assez courant de voir les gens porter des équipements de protection individuelle comme des masques. Dans la campagne, en particulier dans les zones très peu exposées au COVID-19, on a tendance à vivre comme avant. Cela étant dit, de plus en plus de personnes travaillent à distance et ont généralement tendance à se laver les mains plus souvent. De plus, la distanciation sociale est devenue la nouvelle norme. Dans les transports en commun au Royaume-Uni, le port du masque est obligatoire. Si vous ne souhaitez pas porter de masque, c'est simple : vous n'avez qu'à faire votre trajet à pied.

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.