S'expatrier au Japon en famille

enfant
Shutterstock.com
Actualisé 2022-10-17 12:38

Vous avez décidé de vivre l'expatriation en famille. Comment vous préparer pour cette nouvelle aventure au Japon ? Comment préparer vos enfants ? Comment les faire participer au projet ? Pas-à-pas des essentiels à savoir pour bien vivre votre nouvelle vie au Japon.

Avant l'expatriation au Japon

S'expatrier en solo est déjà une aventure qui fait participer les proches et les amis. En famille, tout est multiplié par 3 ou 4. La langue à apprendre, l'éducation des enfants, les études supérieures… Et le conjoint, qu'en pense-t-il ? Avant de réserver vos billets d'avion pour le Japon, prenez le temps de poser les bases de votre projet.

Les questions à se poser avant de partir au Japon

Le Japon est un rêve pour beaucoup. Certains sont satisfaits avec un ou plusieurs courts séjours touristiques. D'autres s'orientent davantage vers une immigration durable au Japon. Mais comment ce projet est-il né ?

Votre projet Japon

  • - Êtes-vous à l'origine du « projet Japon » ou est-ce un projet commun avec votre conjoint et/ou vos enfants (collégiens, ados) ?
  • - Votre projet se fait-il dans le cadre d'un contrat d'expatriation, ou non ? Si oui, allez-vous bénéficier d'une formation interculturelle ?
  • - Quel âge ont vos enfants ?
  • - Êtes-vous déjà partis au Japon en famille ?
  • - Votre conjoint et vous parlez-vous japonais ? Êtes-vous en train de l'apprendre ou comptez-vous le faire ? Et vos enfants ?
  • - Qu'est-ce que vous aimez au Japon ?
  • - Avez-vous déjà fait un long voyage en famille ?
  • - Le Japon est-il votre premier pays d'expatriation ?
  • - Envisagez-vous de faire appel à un coach en expatriation ?

La famille

Il y a ceux qui partent et ceux qui restent. Les autres membres de la famille sont autant impliqués que vous. Même chose pour les amis. Que pensent-ils de votre choix ? Les faire participer au projet créera une émulation positive.

Partir au Japon en famille : les visas

Pour pouvoir amener vos enfants et votre conjoint avec vous, il vous faudra avoir un visa de travail, puis demander pour eux des « dependents visas ». La plupart des visas de travail pour le Japon sont éligibles au dependent visa : visa de professeur, de journaliste, d'investisseur, profession médicale, chercheur, ingénieur, employé qualifié, personne exerçant une activité religieuse, culturelle… Le visa étudiant pour le Japon est aussi éligible au dependant visa, mais est réservé à une catégorie d'étudiants : doctorants, en master, étudiants chercheurs, élève en senmon gakko…

Avoir un visa de travail au Japon est difficile, mais pas impossible. Mettez toutes les chances de votre côté en parlant japonais et en ayant de l'expérience dans votre domaine. Demandez-vous ce qui pourrait pousser un employeur à vous sponsoriser.

Contrat d'expatriation au Japon

Autre option (qui vous facilitera la tâche) : partir dans le cadre d'un contrat d'expatriation. C'est l'entreprise de votre pays qui vous envoie dans l'une de ses filiales japonaises. Grâce à ce contrat, vous pourrez partir en famille. Prenez le temps de bien vous renseigner pour mieux négocier votre contrat.

Vous pouvez ajouter des clauses, comme la clause « coût de la vie », bien utile, en cette période inflationniste. Pensez à votre conjoint : devra-t-il quitter son emploi pour vous suivre ? Parle-t-il japonais ? Il peut bénéficier d'une formation au Japon pour apprendre la langue et trouver un nouveau travail. Même chose pour les enfants : garde, scolarité, activités sportives et culturelles… Mentionnez tout ce qui vous semble indispensable à votre vie d'expatrié au Japon. Côté santé, votre entreprise peut aussi prendre en charge votre mutuelle.

Côté administratif, elle peut prendre en charge tout ou partie de la procédure de visa, du déménagement, de l'installation dans votre nouvelle ville japonaise, des démarches auprès de la mairie. L'entreprise peut également prendre en charge une formation interculturelle pour votre famille et vous.

Bien entendu, chaque entreprise a ses limites. Rares sont celles qui vous proposeront un package expatriation en or. Les multiples crises financières sont passées par là, et la Covid-19 a définitivement enterré l'ancienne vision de l'expatriation.

Vivre en famille au Japon

Ça y est, vous êtes au Japon. Après quelques jours de repos bien mérités, voici le temps pour vos enfants de retrouver les bancs de l'école. Mais quelle école ? Allez-vous opter pour le système japonais, ou celui de votre pays ?

Le système scolaire japonais

Au Japon, l'enseignement formel commence à l'âge de six ans, lorsque les enfants entrent à l'école primaire. L'école primaire dure six ans. Vient ensuite le collège, qui dure trois ans. Les adolescents poursuivent leurs études au lycée (3 ans) puis peuvent, s'ils le souhaitent, aller à l'université au Japon, pour suivre un cursus court ou long. Ils peuvent aussi opter pour les senmon gakko, les écoles techniques, depuis le lycée jusque dans le supérieur.

L'année scolaire japonaise commence en avril et se termine en mars de l'année suivante. L'âge de l'enfant au 1er avril détermine l'année de scolarisation. Avant l'école primaire, la loi n'exige aucune éducation, mais il existe de nombreux modes de garde, surtout si vous vivez en zone urbaine. Bien entendu, les modes varient en fonction du budget, du lieu et de la situation familiale.

École japonaise, école américaine, école française

Vaste débat qui agite tous les parents expatriés au Japon. Faut-il scolariser son enfant dans une école du pays ou choisir une école internationale ? Bien entendu, les écoles japonaises ne sont pas réservées aux Japonais. Les écoles internationales ne sont pas réservées aux étrangers

Avantages et inconvénients de l'école japonaise

L'enfant s'intègre mieux et plus vite dans sa nouvelle vie. Il suit le rythme de tous les enfants japonais, participe aux mêmes activités, maîtrise la langue plus facilement. En vivant à la japonaise, il en intègre mieux les codes. Les parents craignent cependant que l'enfant ait du mal à s'adapter en cas de retour dans le pays d'origine, que son cursus ne soit pas en phase avec celui du pays d'origine. Ils redoutent également les discriminations et le harcèlement (ijime) que l'enfant pourrait subir. L'ijime est le fléau de l'éducation nationale au Japon. Les jeunes Japonais sont les premiers à en souffrir. Les adultes en sont aussi victimes, principalement dans le monde du travail.

Avantages et inconvénients des écoles internationales

L'enfant ne sera pas dépaysé s'il doit retrouver le système scolaire de son pays. Mais l'enfant risque d'être déphasé alors qu'il vit au Japon. Au lycée français, par exemple, la rentrée est en septembre, comme en France. Les vacances sont aussi calquées sur le modèle français. Difficile, dans ce cas, de s'accorder avec le rythme japonais.

Garderies et crèches privées et publiques au Japon

C'est un casse-tête pour tous les parents : au Japon, les systèmes de garde pour les petits sont peu nombreux. Et, lorsqu'ils sont présents, ils coûtent cher.

On trouve deux types de crèches et garderies au Japon : les garderies privées et les garderies publiques. La tranche d'âge d'accueil va de 0 à 5 ans. Il n'y a pas de groupes séparés en fonction de l'âge.

Les garderies privées n'ont pas de liste d'attente. Certaines municipalités offrent un soutien financier partiel. Pour postuler auprès des garderies publiques, renseignez-vous auprès de votre mairie.

Les garderies publiques sont gratuites et s'adressent aux personnes à faible revenu, ou celles qui ont besoin d'un soutien financier. Il est cependant très difficile d'obtenir une place pour son enfant.

Jardins d'enfants et écoles maternelles au Japon

Institutions internationales, multilingues, traditionnelles ? Vous aurez le choix entre plusieurs types d'écoles maternelles au Japon.

Les établissements

On distingue deux types d'établissements : le yochien et le hoikuen. Le yochien relève du ministère de l'Éducation nationale : c'est une école. Le hoikuen est sous le contrôle du ministère de la Santé : c'est une garderie. En pratique, il y a peu de différences entre les deux institutions. Le yochien applique les mêmes programmes éducatifs que le hoikuen, et inversement.

La différence, c'est le coût. Le yochien est une école; il coûte donc moins cher que le hoikuen : environ 140 000¥/an (environ 1 200 euros), cantine incluse. Les garderies (hoikuen), elles, coûtent entre 240 000 à 360 000¥/an (entre 2 000 et 3 000 euros).

Nounous privées au Japon

Les nounous privées peuvent être embauchées à long terme et à court terme. Dans la plupart des cas, des nounous sont embauchées pour des enfants qui n'ont pas l'âge d'aller à la maternelle, mais dans certains cas, les nounous peuvent s'occuper des enfants plus âgés.

Partir au Japon en famille : les conseils en plus

Dans l'idéal, apprenez le japonais, votre conjoint et vous. Prenez quelques cours avant votre expatriation, et poursuivez l'apprentissage une fois arrivé au Japon. Votre nouvelle vie n'en sera que plus réussie. Ne misez pas tout sur l'anglais et apprenez la langue de votre pays d'accueil.

Soyez attentifs au bien-être de vos enfants. Le racisme existe partout, y compris au Japon. Certains parents évitent justement de scolariser leurs enfants dans une école japonaise par crainte du harcèlement scolaire (ijime). Avant la scolarisation de votre enfant au Japon, prenez le temps de dialoguer avec l'équipe pédagogique (quel que soit l'établissement que vous choisissez). Si vous optez pour une école japonaise, le dialogue passera bien mieux si vous-même parlez assez japonais pour tenir une conversation de base.

Restez attentif au bien-être de votre conjoint. Il a peut-être dû quitter son emploi pour vous suivre, et vivre au Japon est un grand changement. La frustration peut venir s'il quitte une vie professionnelle riche et n'arrive pas à retrouver une activité épanouissante. Maintenez le dialogue et soutenez-le dans son parcours d'intégration. Si votre conjoint s'occupe du foyer, ne minimisez pas son activité, car c'est lui qui garantit l'équilibre familial.

Accordez-vous dès que possible des pauses en famille. Visitez votre ville, découvrez votre préfecture, profitez de votre nouvelle vie au Japon.

Liens utiles :

Lycée français international de Tokyo
Americain school in Japan

Faire garder son enfant au Japon

Care finder (en anglais)
Kidsline (en japonais)

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.