Japon
Shutterstock.com
Actualisé le mois dernier

En partance pour le Japon ? Les formalités diffèrent selon la durée et le motif de votre voyage. Tour d’horizons des principales formalités existantes.

Pays exemptés de visa pour le Japon

Si votre séjour est court - 90 jours maximum - et que vous faites partie de l’un des 68 pays ayant signé un « accord de visa réciproque » avec le Japon, vous n’aurez pas besoin de visa. Votre passeport suffit.

La liste officielle des 68 pays est publiée sur le site du Ministère des affaires étrangères du Japon.

 Important :

L'exemption de visa pour tous ces pays est limitée à l'activité touristique : toute activité rémunérée, professionnelle ou commerciale est strictement interdite.

Pays non exemptés de visa pour le Japon

Si votre pays de résidence ne fait pas partie des États signataires de l’accord, il vous faudra, au préalable, demander un visa à l’ambassade du Japon de votre pays de résidence.

La procédure se fait à l'ambassade japonaise de votre pays d'origine. Référez-vous aux indications fournies par votre ambassade (informations disponibles sur leur site Internet). Une fois votre visa approuvé, vous êtes autorisé à séjourner pendant 90 jours au Japon.

 Attention :

Tout comme pour les ressortissants de pays exemptés de visa, il vous sera impossible de travailler. Votre visa est touristique, et se limite donc aux activités de tourisme et aux loisirs.

Visa de travail et séjour à long terme au Japon

Impossible de travailler au Japon sans visa spécifique. Les trois principaux sont : le visa de travail, le Permis Vacances Travail (PVT) et le visa étudiant. Si le premier permet de travailler à plein temps, les deux suivants sont plus contraignants.

En réalité, il existe plusieurs sorties de visas de travail, correspondant à votre secteur d’activité, à l’emploi que vous occuperez. Avant de recevoir votre visa de travail, vous devez d’abord détenir un Certificat d’éligibilité (CoE - Certificat of Eligibility). C’est votre employeur qui se charge des démarches administratives. Vous pouvez également vous renseigner auprès de l’immigration japonaise pour toute question relative au CoE.

C’est après l’obtention du CoE que vous pourrez faire votre demande de visa.

 Important :

Veuillez vous référer aux indications délivrées par votre l’ambassade de votre pays.

Le visa de travail est donc un visa sponsorisé par votre entreprise. Sur ce point, il rejoint le visa étudiant, sponsorisé par votre établissement scolaire. Là aussi, il vous faudra un CoE - délivré par votre école, faculté etc. - avant de pouvoir faire votre demande de visa. Le visa étudiant permet de travailler, dans la limite de 28h/semaine, et avec l’interdiction formelle de travailler dans le monde de la nuit.

Le PVT interdit également tout travail dans le secteur de la nuit. Si le site de l’Ambassade du Japon (en France) ne mentionne plus de volume horaire hebdomadaire à ne pas dépasser, ne confondez pas PVT et visa de travail. Le PVT est avant tout fait pour découvrir le Japon. Le travail doit être perçu comme une activité annexe vous permettant de faire face aux dépenses quotidiennes.

A noter que le visa d’époux permet également de travailler.

Vous avez la possibilité de renouveler votre visa. La demande est à formuler auprès de votre sponsor (entreprise ou établissement scolaire). C’est lui qui fera l’intermédiaire avec les services de l’immigration japonaise. Ce renouvellement est généralement payant.

Arrivée et séjour au Japon

Bienvenue au Japon ! Avant de profiter des charmes du pays, un tour par les services douaniers s’impose. C’est également à l’aéroport que sera créée votre carte de résident (PVT, étudiant, salarié). Les autorités japonaises recommandent de toujours conserver sa carte de résident et/ou son passeport : cas des individus venus sans visa, en tant que touristes. Autre utilité du passeport : il vous permet de bénéficier de réductions (en général, une exemption de la TVA) dans certaines grandes enseignes commerciales.

 Attention :

Ces réductions ne sont proposées qu’aux touristes.

 Liens utiles :

Ambassade du Japon en France
Bureau de l’immigration japonaise
Exemption de la TVA

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.