Travailler en Nouvelle-Caledonie
Shutterstock.com
Actualisé l'année dernière

Pour travailler en Nouvelle-Calédonie, un étranger doit tout d'abord obtenir une autorisation qui est délivrée par le gouvernement de Nouvelle-Calédonie. Si vous souhaitez monter une entreprise, vous devez effectuer les démarches nécessaires qui heureusement sont simplifiées grâce à la Chambre du commerce et de l'industrie qui héberge le CFE (Centre de formalités des entreprises).

Les conditions de travail en Nouvelle-Calédonie

Prenez tout d'abord conscience que la Nouvelle-Calédonie est un petit territoire peuplé d'environ 270 000 habitants (comme une petite ville) ! Le gouvernement local protège les droits des habitants et leur donne priorité en matière d'emploi. Que vous soyez Français ou pas, vous ne pouvez travailler sur le « caillou » (nom donné à l'île principale par les locaux) qu'en ayant une autorisation délivrée par le gouvernement de Nouvelle-Calédonie, la démarche pour l'obtenir doit être effectuée avec l'employeur.

Éléments fondamentaux de la Loi du travail

  • Qu'il s'agisse du secteur privé ou d'emplois s'adressant aux agents contractuels de droit privé, mais du secteur public, les postes sont destinés aux citoyens de Nouvelle-Calédonie, et, à défaut, aux personnes qui justifient d'une résidence suffisamment longue.
  • La priorité est appliquée sur une base de compétences et de qualifications identiques.
  • La durée de résidence minimale permettant d'obtenir un emploi non pourvu est définie par le TAP (Tableau des activités professionnelles). Il s'agit d'un accord collectif interprofessionnel mis en place par des partenaires sociaux.
  • Les offres d'emploi sont toutes déposées au service public de placement.

La durée de travail des salariés est fixée légalement à 39 heures par semaine. Il s'agit du temps effectif qui ne prend pas en compte les repas, les pauses et l'habillage. Ces arrêts peuvent cependant être parfois rémunérés en fonction des accords collectifs. Les heures supplémentaires donnent lieu à une majoration de 25 % pour huit heures et de 50 % au-delà de ces huit heures !

Les congés payés sont basés sur le travail effectif du salarié sur la base de deux jours et demi (ouvrables) de congés par mois de travail, la durée ne pouvant toutefois pas excéder 30 jours ouvrables ou cinq semaines par an. Les arrêts pour grèves, maladie professionnelle ou accident sont exclus au-delà d'un an. Les employés à temps partiel ont également droit aux mêmes congés sur la base de deux jours et demi par mois. Les jours fériés ne sont pas comptés, ce ne sont pas des jours ouvrables. Voici les jours fériés en Nouvelle-Calédonie :

  • Le 1er janvier : le Jour de l'An
  • Le 17 avril : Pâques
  • Le 1er mai : la fête du Travail
  • Le 8 mai : la Fête de la Victoire de 1945
  • Le 25 mai : l'Ascension
  • Le 5 juin : lundi de Pentecôte
  • Le 14 juillet : la Fête nationale
  • Le 15 août : l'Assomption
  • Le 24 septembre : une Fête locale
  • Le 1er novembre : la Toussaint
  • Le 11 novembre : l'Armistice de 1918
  • Le 25 décembre : Noël

Les salaires en Nouvelle-Calédonie

Les rémunérations minimales garanties sont le SMG (Salaire minimum garanti) et la SMAG (Salaire minimum agricole garanti). Un employeur n'a pas le droit de rémunérer ses employés en deçà de ces bases, qui s'appliquent à tous les salariés. Cela concerne les personnes payées au rendement, au temps, au pourboire, à la pièce, à la commission ou à la tâche.

Le montant du salaire mensuel brut minimum SMG est de 155 696 francs CFP (environ 1 300 euros en fonction du change) et le salaire SMG minimum horaire brut est de 921,28 francs CFP (environ 7,70 euros).

Le salaire mensuel brut minimum SMAG est de 132 344 francs (environ 1 100 euros) et le salaire SMAG horaire minimum brut est de 783,10 francs CFP (environ 6,50 euros).

Les salaires varient en fonction de l'expérience et de la profession. Le salaire d'un boulanger de catégorie 5 est par exemple de 210 680 francs CFP (environ 1 750 euros). Ceci étant la base, vous imaginez que vous pouvez obtenir une rémunération bien plus importante en fonction de votre spécialisation et de votre expérience, un médecin spécialisé pouvant gagner jusqu'à 40 000 euros mensuels !

Trouver un emploi en Nouvelle-Calédonie

Si vous désirez travailler en Nouvelle-Calédonie, le mieux est de rechercher un emploi avant de partir, sur place, cela sera plus difficile. Recherchez sur internet, il y a de nombreux sites avec des annonces d'offres d'emploi en Nouvelle-Calédonie. Si vous êtes Français, adressez-vous à l'ANPE de votre ville.

Comme mentionné plus haut, les postes sont avant tout destinés aux personnes résidant sur l'île depuis pas mal de temps, il est donc préférable d'anticiper, car une fois sur place, il sera beaucoup plus compliqué de trouver du travail à moins d'avoir des compétences très particulières. Rendez-vous à la Chambre du commerce de Nouvelle-Calédonie, les personnes y travaillant peuvent vous aider, car elles connaissent bien l'offre et la demande.

Créer une entreprise en Nouvelle-Calédonie

Monter une entreprise au pays de l'éternel printemps est simple pour un Français, mais aussi pour les étrangers, à condition d'avoir un visa !

Que vous montiez une entreprise morale ou physique, commencez par vous inscrire au RIDET (Répertoire d'identification des entreprises et des établissements). Vous recevrez un numéro RID (une identité) à six chiffres qui est donné par l'ISEE (Institut de la statistique et des études économiques). Ceci est obligatoire et vous permet de communiquer avec les administrations.

Toute personne morale ou physique ayant une industrie, un commerce ou exerçant une profession à son compte doit payer un impôt direct'¦ Il s'agit d'une patente qui a été remplacée en Métropole par la taxe professionnelle en 1975. Les sociétés tout comme les exploitants individuels sont soumis à cette taxe qui n'est pas un droit d'exercice. Comptez environ trois semaines pour avoir les justificatifs (identification du RIDET et extrait K bis).

Enregistrez-vous au Registre du commerce et des sociétés (RCS). Vous devez le faire durant les 15 jours suivant le début d'activité ! Dans le cas où il s'agisse d'une activité artisanale, inscrivez-vous au RM (Répertoire des métiers). Lorsque vous êtes le gérant d'une société, ou si vous êtes en nom propre, il faut vous affilier au RUAMM (Régime unifié d'assurance maladie maternité). En étant gérant égalitaire ou minoritaire, vous êtes soumis aux cotisations du régime général (CAFAT).

Rendez-vous à la Chambre du commerce et d'industrie. Vous y trouverez un guichet qui vous permettra d'effectuer toutes vos démarches de création, de modification, et de radiation (ce que nous n'espérons pas...). Ce CFE (Centre de formalités des entreprises) ne prend par contre pas en charge les entreprises en nom propre artisanales, les prestations intellectuelles et le secteur médical ou paramédical. La CCI (Chambre de commerce et d'industrie) offre un « parcours du créateur » pour vous accompagner lors du montage de votre projet.

Attention :

Si vous n'êtes pas Français, vous devez avoir un visa pour travailler ou monter une entreprise en Nouvelle-Calédonie.

Liens utiles :

Avoir une activité professionnelle en Nouvelle-Calédonie
Le Code du travail de Nouvelle-Calédonie
Le Code du travail (entier)
Les conditions de travail en Nouvelle-Calédonie
Les congés payés en Nouvelle-Calédonie
Travailler en Nouvelle-Calédonie
Travailler en Nouvelle-Calédonie quand on est étranger
Offres d'emploi en Nouvelle-Calédonie
Petites annonces d'emploi en Nouvelle-Calédonie

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.