Le visa de travail en Thaïlande

Le permis de travail en Thaïlande
shutterstock.com
Actualisé 2019-08-12 09:46

Pour avoir le droit de travailler en Thaïlande et séjourner dans le pays sans avoir à demander régulièrement une extension de visa, vous devez obtenir un visa de non-immigrant, suivi d'un permis de travail. Les étrangers qui occupent un emploi sans permis de travail sont passibles de sanctions strictes, notamment d'amendes ou de peines d'emprisonnement. Ne soyez donc pas tenté de suivre cette voie.

Bon à savoir :

Certaines professions sont interdites aux étrangers en Thaïlande, selon le ministère du Travail (MOL).

Il est conseillé de contacter l'ambassade royale thaïlandaise ou le consulat général le plus proche de chez vous pour savoir où demander le visa et à quel moment.

Les critères d'application pour le permis de travail thaïlandais étant fréquemment modifiés, il convient donc de consulter régulièrement le site Web de MOL.

Avant d'obtenir un visa de travail en Thaïlande, il est conseillé de demander un visa de non-immigrant à l'ambassade ou au consulat général de la Thaïlande dans votre pays d'origine ou dans votre pays de résidence avant de vous expatrier en Thaïlande.

Toutefois, certains investisseurs ou experts peuvent se rendre directement au Centre de services uniques pour les visas et les permis de travail à Bangkok, créé en 1997 dans le but de faciliter les demandes de prolongation de visa et de permis en Thaïlande.

Le visa non-immigrant en Thaïlande

Il existe différents types de visas de non-immigrant à adapter en fonction de vos intentions en Thaïlande : travailler, étudier, œuvrer en tant que missionnaire, mener des recherches, vivre avec votre famille ou prendre votre retraite en Thaïlande, etc.

Cependant, il existe quatre grandes catégories de visas de non-immigrant qui conviennent aux personnes désireuses de travailler ou d'investir en Thaïlande, et les demandeurs ne peuvent obtenir un permis de travail du Département de l'emploi qu'après avoir reçu leur visa de non-immigrant.

Vous devrez demander le visa correspondant à l'ambassade royale thaïlandaise ou au consulat général royal thaïlandais le plus proche. Un visa à entrées multiples valable un an coûte l'équivalent de 5 000 THB.

Visa de non-immigrant de catégorie B (Visa d'affaires)

Ce document est délivré aux candidats qui souhaitent travailler de manière permanente en Thaïlande ou faire des affaires dans le pays pendant 90 jours maximum.

S'il s'agit d'un emploi permanent, l'employeur du demandeur en Thaïlande doit soumettre des documents contenant toutes les données de la société en question, ainsi que les formulaires remplis fournis par l'Immigration. Les exigences sont disponibles sur le site Web de l'immigration thaïlandaise, et notez que chaque bureau de l'immigration possède des exigences différentes.

Visa de non-immigrant de catégorie B-A (Visa approuvé par une entreprise)

La société dans laquelle le demandeur investira ou avec laquelle il exercera des activités peut demander ce type de visa au nom du candidat. Une fois la demande approuvée, le Bureau de l'immigration informera l'ambassade royale thaïlandaise ou le consulat général royal concerné, par l'intermédiaire du ministère des Affaires étrangères, afin qu'il délivre le visa au demandeur.

Le titulaire du visa de catégorie « B-A » sera autorisé à séjourner pendant un an en Thaïlande à compter de la date de sa première entrée dans le Royaume.

Visa non-immigrant de catégorie IB (visa d'investissement et d'affaires)

Ce visa est délivré aux citoyens étrangers employés dans des projets d'investissement approuvés par le Conseil des investissements de Thaïlande (BOI). Ces projets doivent profiter à la Thaïlande en favorisant les exportations, en augmentant l'emploi, en utilisant des matières premières locales, en encourageant le transfert de technologie aux ressortissants thaïlandais ou en engageant les provinces, tout cela sans entraver les entreprises nationales existantes.

Visa de non-immigrant de catégorie B (enseignement)

Ce visa est délivré aux étrangers qui souhaitent enseigner en Thaïlande, à condition qu'ils possèdent les qualifications nécessaires, un casier judiciaire vierge et présenter une attestation d'emploi émise par un institut ou une école en Thaïlande, ainsi qu'une lettre d'agrément issue d'organismes gouvernementaux, tels que le Bureau de la Commission de l'enseignement privé et le Bureau de la Commission de l'éducation de base.

Procédures

Les exigences varient en fonction du type de visa de non-immigrant pour lequel vous postulez.

Pour ceux qui souhaitent travailler en Thaïlande, vous devrez soumettre les documents suivants :

Une fois un visa de non-immigrant de catégorie B en poche, vous devrez demander un permis de travail au Département du travail thaïlandais de la région où se situe votre entreprise. Voici les conditions pour demander un permis de travail en Thaïlande.

Vous devrez vous procurer votre livret de travail bleu en personne au ministère du Travail et le signer devant le personnel. Le Département du travail mettra un tampon au dos de votre passeport au moment de la réception et le permis sera valable aussi longtemps que votre visa sera en vigueur.

Il peut arriver que la date d'expiration du permis de travail diffère de la date d'expiration du visa, mais ce n'est pas problématique. Assurez-vous simplement que le visa est toujours à valide sous peine de devoir payer une amende de 500 par jour. Prenez note que le visa est plus important que le permis de travail lui-même.

Une fois le permis de travail obtenu, vous êtes autorisé à travailler uniquement pour l'entreprise citée dans votre demande. En cas de changement d'entreprise, il faudra demander un nouveau permis de travail.

Une fois que vous avez obtenu votre permis de travail, vous devrez également demander une carte d'identité fiscale de votre employeur, qui comportera votre numéro d'identification fiscale (TIN).

Une fois que le visa et le permis de travail en main, vous devez vous présenter à la police de l'immigration tous les 90 jours.

Ceux qui détiennent un visa à entrées multiples doivent quitter la Thaïlande et renouveler leur extension de séjour après chaque entrée de 90 jours.

Bon à savoir :

Les entreprises thaïlandaises peuvent obtenir un maximum de 10 permis de travail, à condition d'embaucher quatre salariés thaïlandais à temps plein pour chaque employé étranger. Des exceptions sont possibles si la société est promue par le Board of Investment du pays, qui est autorisé à octroyer des droits spéciaux en matière de délivrance de permis de travail et de visas pour les employés étrangers.

Les entreprises thaïlandaises désireuses d'employer des étrangers doivent disposer d'au moins 2 millions de THB de capital social entièrement libéré.

Les entreprises étrangères, quant à elles, peuvent employer des étrangers si elles rapportent au moins 3 millions de bahts par employé étranger.

Liens utiles :

Expat.com - Informations sur les visas en Thaïlande
Ministère de l'emploi thailandais
Site de l'immigration thailandaise

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.