De Philadelphie au Mexique : l'aventure d'une maman expat

Interviews d'expatriés
  • expat family in Mexico
    Shutterstock.com
Publié le 2021-10-22 à 10:00 par Veedushi
Originaire de Philadelphie, Sara a une histoire passionnante à raconter. C'est à l'âge de 18 ans qu'elle découvre le Mexique pour la première fois. Elle s'est immédiatement éprise du pays. Aujourd'hui, elle vit à Veracruz avec sa petite famille multiculturelle. D'enseignante d'anglais avant la pandémie, elle s'est reconvertie en éditrice et croque la vie d'entrepreneuse à pleines dents.

Pouvez-vous vous présenter ?

Nous sommes une famille itinérante qui se trouve actuellement à Veracruz, au Mexique. Auparavant, j'étais une mère célibataire et je voyageais régulièrement avec ma fille aînée. Aujourd'hui, nous sommes une famille recomposée, bilingue et multiculturelle. Mes filles sont nées au Salvador et au Mexique et ont presque 2 et 5 ans. Mon conjoint est également originaire du Mexique tandis que moi je viens des États-Unis.

Sur le plan professionnel, je me consacre à aider les autres à partager leurs récits de voyage en tant que rédactrice et éditrice de livres solo et multi-auteurs axés exclusivement sur les récits de voyage.

Mon partenaire est un survivant paralytique de la polio, ce qui signifie qu'il a un handicap physique et qu'il souffre maintenant du syndrome post-polio. Ainsi, nous menons une œuvre importante afin de sensibiliser à son état, ainsi qu'à la question de l'accessibilité des personnes souffrant d'un handicap aux entreprises du secteur touristique au Mexique.

Qu'est-ce qui vous a amené au Mexique ?

Je suis venue pour la première fois au Mexique à l'âge de 18 ans en compagnie de mon ex-petit ami. Nous sommes allés à Cancun pour fêter mon anniversaire, avec toutes les activités touristiques, Coco Bongo, un hôtel tout compris, entre autres. C'était les vacances les plus incroyables que j'aie jamais vécues. Vous devez imaginer que c'était après une vie passée à être pauvre et à visiter la côte du New Jersey une fois par an. L'impact de cette première expérience m'est resté. Je ne pouvais plus retourner à des vacances normales aux États-Unis. Pendant quelques années, j'ai renouvelé cette expérience à Cancun.

Puis, quand j'étais à l'université, j'ai suivi un cours d'histoire et de culture mexicaines qui comprenait un voyage à Mexico et à Cuernavaca. L'idée était de suivre des cours d'espagnol et d'immersion culturelle dans le pays. Pour la première fois, je voyageais au Mexique et pas seulement en vacances. Cela a changé toute ma perspective, non seulement sur les voyages mais aussi sur le Mexique.

Qu'est-ce qui vous a donné envie de quitter votre pays d'origine ?

Avez-vous déjà pensé à tout abandonner et à vous enfuir dans un autre pays ? Avant cela, je n'avais même jamais envisagé de visiter un autre pays, encore moins de m'y installer. Voyager au Mexique à l'âge de 18 ans m'a amené dans un monde différent. Cela a créé des possibilités dont je ne connaissais même pas l'existence. C'est un peu comme la boîte de Pandore. Une fois cette expérience vécue, je ne pouvais plus regarder en arrière. La meilleure façon d'expliquer ce qui m'a donné envie de quitter les États-Unis est que j'ai seulement pensé à tout abandonner et à m'enfuir au Mexique.

Est-ce votre première expérience à l'étranger ?

Avant de franchir le cap de l'expatriation, j'avais voyagé dans plusieurs pays comme le Mexique, les Bermudes et le Guatemala. À l'époque, je savais seulement que je voulais voyager davantage et ressentir la même chose que je ressentais lors de ces voyages incroyables.

Avez-vous eu du mal à vous adapter au Mexique ? Quels ont été les principaux défis que vous avez rencontrés et comment les avez-vous surmontés ?

Je n'ai pas eu de mal à m'adapter au Mexique, probablement parce que je passais beaucoup de temps avec des amis mexicains aux États-Unis, essayant de me rapprocher davantage au pays et à sa langue. Au contraire, j'ai ressenti un niveau de confort que je n'avais jamais ressenti aux États-Unis. A cette époque, j'avais déjà un niveau d'espagnol conversationnel/intermédiaire. Une partie de ma volonté de déménager dans un pays hispanophone était de pouvoir améliorer mes compétences linguistiques.

Cependant, je ne peux pas nier qu'il y a toujours des petits aspects culturels qui peuvent être frustrants. Après 12 ans, je suis toujours « l'heure mexicaine » est toujours aussi embêtant pour moi. Ici, le concept de temps est plus flexible. Les gens ne trouvent pas impoli d'avoir une demi-heure voir des heures en retard pour des rencontres professionnelles et personnelles. Pour ma part, le fait d'être à l'heure a toujours été une question de respect du temps de l'autre personne. Il m'a fallu un certain temps pour ne pas me sentir offensé lorsque les gens se sont présentés en retard.

D'enseignante d'anglais, vous êtes aujourd'hui à la tête d'une maison d'édition. Qu'est-ce qui explique ce changement de carrière ?

La pandémie. Lorsque la Covid-19 a frappé, j'étais l'un des enseignants de langue les mieux rémunérés sur une plate-forme en ligne populaire. Je donnais des cours en groupe à des étudiants de tous les États-Unis. Les élèves que j'avais avant la pandémie faisaient l'école à la maison et ils étaient vraiment intéressés par l'apprentissage des langues. Leur enseigner a été la meilleure expérience que j'aie jamais eue en tant qu'instructeur. À un tel point que je n'ai pas pris de congé maternité à la naissance de mes deux dernières. J'adorais l'enseignement.

Puis, un jour, la Covid-19 est arrivée. Le secteur dans lequel j'exerçais depuis 2014 a connu un véritable boom. Les parents étaient prêts à payer n'importe quel prix pour inscrire leurs enfants à des cours parce qu'ils ne savaient pas quoi faire d'autre. Du jour au lendemain, mes élèves doux, mûrs et motivés ont été remplacés par des élèves en furieux, confus et provoquants des écoles publiques qui avaient fermé leurs portes au pic de la pandémie. Les parents me criaient dessus pendant les appels Zoom parce qu'ils n'étaient pas habitués à la technologie. Les papas traversaient la caméra en sous-vêtements. Les mamans venaient avec un verre de vin à la main.

Pour la première fois de ma vie, j'ai commencé à redouter mon travail. Je n'avais pas envie d'enseigner dans ces conditions. J'ai deux diplômes d'études supérieures en conception pédagogique et en curriculum et enseignement, et ce n'était pas ce que les cours en ligne étaient censés être. J'ai donc choisi de m'éloigner et c'était la meilleure décision de ma vie. J'avais déjà rencontré énormément de succès lors de la publication de mes propres livres bilingues.

À quoi ressemble la vie d'une expat entrepreneuse au Mexique ?

Depuis que j'ai été naturalisée, j'essaie de ne pas utiliser le terme d'expatrié. Le problème c'est que les algorithmes privilégient le mot expat. Mais, il est important pour moi de déclarer que je suis un immigrant au Mexique. Je vais au bureau de l'immigration, pas au bureau des expatriés.

À quoi ressemble ma vie ? Je passe beaucoup de temps à la plage et à la piscine. Il fait tellement chaud ici. Mais vivre au Mexique ce n'est pas une grande fête comme les gens l'imaginent. Mes amis et ma famille disent toujours : « J'aimerais avoir une vie comme la tienne ! Tu es toujours à la plage », mais ils sont loin de savoir que 95% du temps, je travaille toujours. Parfois, je suis des cours en ligne même quand je suis à la plage, ou je rattrape la communication.

Je me sens toujours inspirée quand je suis entourée d'eau. J'ai toujours vécu à quelques pâtés de maisons de la plage au Mexique pour cette raison. Pour moi, une semaine type signifie travailler environ 20 heures. Une de mes priorités de passer plus de temps de qualité avec ma famille et d'éteindre tous mes outils de communication la nuit et le week-end.

Habituellement, je travaille environ 6 heures le lundi, le mercredi et le jeudi, une demi-journée le vendredi, et une heure ou 2 le dimanche. Depuis la crise, je préfère travailler de nuit car c'est beaucoup plus silencieux et efficace et le signal Internet est fiable. Heureusement, compte tenu de l'état de santé de mon partenaire, cela nous donne la flexibilité de pouvoir nous ajuster afin de répondre à tous ses besoins.

Y a-t-il des conseils que vous aimeriez donner aux personnes qui souhaitent s'installer au Mexique et y créer une entreprise ou travailler à distance ?

Le Mexique est un excellent choix pour travailler à distance pour plusieurs raisons.

  1. Impôts : les revenus provenant de l'étranger ne sont pas imposés. Souscrire une assurance maladie n'est pas obligatoire non plus pour les non-résidents.
  2. Visas : les personnes qui travaillent à distance n'ont pas besoin de visa (si leurs revenus proviennent de sources étrangères). Vous obtiendrez ainsi un visa d'une durée de 6 mois à votre arrivée. Obtenir la résidence temporaire est possible en quelques heures si vous arrivez à justifier d'au moins 6 mois de revenus.
  3. Variété - Le Mexique compte de nombreuses destinations balnéaires tropicales. Mais de nombreux expatriés ne réalisent pas que le Mexique a en fait un climat et un paysage pour chaque type de voyageur. Par exemple, en plus des magnifiques plages de sable blanc, vous pouvez trouver des déserts, des volcans et des montagnes. Une bonne partie du pays se trouve à un niveau supérieur à celui de la mer, ce qui implique des températures beaucoup plus fraîches.

La pandémie a-t-elle eu un impact sur votre vie professionnelle et sociale ?

Le Mexique est un pays ou une culture où la distanciation sociale est quasiment inexistante. Trop de générations vivent sous un même toit, donc socialiser avec les personnes de la même famille peut souvent signifier 10 à 15 autres. Au moins 5 d'entre eux vont et viennent de différents lieux de travail chaque jour. Personne dans notre famille n'a jamais pratiqué la distanciation sociale.

Quant à ma vie sociale, eh bien, ça me manque énormément de sortir. La plupart de mes amis ici sont des enseignants d'anglais, donc depuis le début de la pandémie, lorsque les écoles ont fermé, ils ont du mal à sortir.

Que pensez-vous de la manière dont le Mexique a géré la pandémie ? Quelles sont les restrictions actuellement en place ?

Je pense que le gouvernement mexicain aurait dû adopter une position ferme d'une manière ou d'une autre. Les mesures en place étaient trop souples, ce qui a entraîné énormément de confusion. Mon partenaire a été testé positif après que les restrictions aient été assouplies davantage en octobre 2020. Nous avons même eu l'opportunité de voyager et nous sommes retrouves à Cancun pour des vacances. Une semaine plus tard, ses symptômes ont commencé.

Qu'aimez-vous le plus et le moins au Mexique ?

J'aime tant de choses sur le Mexique, mais le plus impressionnant pour moi est que les enfants sont les bienvenus partout. Je suis revenue au Mexique en 2017 en tant que mère célibataire avec ma fille aînée. Le soutien que j'ai reçu à chaque étape du processus, des employés de l'aéroport aux voisins et aux enseignants de l'école, était tout simplement incroyable ! Cela a rendu le fait d'être un parent célibataire à l'étranger, sans aucun réseau de soutien, beaucoup plus facile que je ne l'aurais jamais pensé. Aux États-Unis, personne n'emmène les enfants manger dans de bons restaurants. Il y a cette perception que la présence d'enfants ruine l'expérience culinaire des autres. Les gens embauchent des baby-sitters quand ils ont besoin de sortir. Ici au Mexique, il est normal de voir des enfants jusqu'à minuit au restaurant avec leurs parents. Vous pouvez les apporter partout où vous allez.

Qu'est-ce que j'aime le moins au Mexique ? Je ne suis pas ici pour vendre le Mexique comme étant une destination comme étant parfaite. Il y a beaucoup de choses dont je me plains quand il s'agit de mon pays d'adoption. En tant qu'ancien enseignant, parent et conjointe ici, est l'acceptation générale de tout ce qui ne va pas qui me gène le plus. Quand l'une des nombreuses choses se produit, j'entends maintes et maintes fois de la part de mes amis et de ma famille : « C'est le Mexique. À quoi vous peut-on s'attendre ? » Je réponds toujours : « Je m'attends à plus, a mieux. Pourquoi pas vous ? » Je devrais probablement changer cette réponse car elle invoque de toute façon une passion ou un changement. Les gens s'en moquent.

Y a-t-il quelque chose qui vous manque de votre pays d'origine?

La nourriture ! Certains aliments me manquent, comme les Philadelphia Cheesesteaks et les Taco Bell. Quand je voyage en dehors du Mexique, je mange beaucoup de Taco Bell. J'essaie toujours de copier des recettes pour recréer de la nourriture de chez moi. Certaines choses sont des succès, et d'autres sont des échecs. Mais j'ai eu de la chance récemment avec la création de mon propre assaisonnement pour tacos et de mes bretzels moelleux.

Je ne suis retourné aux États-Unis qu'une poignée de fois au cours des 12 dernières années, et chaque fois que j'y vais, c'est stressant. Nous finissons par courir d'un endroit à l'autre, assis dans la circulation et mangeant de la restauration rapide dans la voiture. Maintenant, je ne prends même pas la peine d'y retourner. C'est trop cher pour une expérience qui n'est pas agréable pour ma famille ou moi.

Partagez votre expérience d'expatrié !

Si vous souhaitez participer aux interviews, contactez-nous.

Participer