L'Indonésie déroule le tapis rouge pour les expats après la pandémie

Actualités
  • Indonesie
    Shutterstock.com
Publié le 2022-06-21 à 14:00 par Mikki Beru
Comme tous les autres États, l'Indonésie veut tirer un trait sur la page Covid. Le pays veut relancer son tourisme et gagner en attractivité. La saison estivale qui s'annonce fait office de test grandeur nature. Quels atouts le pays met-il en avant pour attirer les étrangers ?

Le visa nomade digital bientôt en Indonésie ?

C'est une annonce qu'attendaient beaucoup de futurs nomades digitaux. Jusqu'alors, les spéculations allaient bon train, alors que la liste des États délivrant le visa nomade numérique s'allonge progressivement. La confirmation est venue du ministre du Tourisme et de l'Économie Sandiaga Uno. Dans une visioconférence, il informe que le gouvernement réfléchit à un projet de visa nomade numérique de 5 ans pour les travailleurs et télétravailleurs à distance. Et tout porte à croire que le projet se concrétisera. Sandiaga Uno rapporte les chiffres d'une enquête montrant l'engouement des étrangers pour le pays. Selon cette étude, 95 % des travailleurs à distance affirment que l'Indonésie (surtout Bali) est une destination de choix pour travailler à l'étranger. 

L'Indonésie prend elle aussi le virage « post-Covid ». La crise sanitaire a définitivement changé l'organisation du travail. Le nomadisme numérique et le télétravail étaient déjà présents avant la Covid, mais de manière plus confidentielle. Surtout, peu d'entreprises et peu d'États encourageaient la pratique. Aujourd'hui, tout a changé. Les États misant sur les travailleurs à distance pour relancer leur attractivité sont de plus en plus nombreux. Même changement côté entreprises. Sans surprise, ce sont les grands groupes (plutôt dans le tertiaire) qui boostent la pratique : Spotify, Reddit, Twitter, Vista, HubSpot, Coinbase, SAP, Altassian, Aquent, 3M, Airbnb ou Brex Inc. recrutent des travailleurs 100 % à distance. Pour ces entreprises, l'annonce du ministre indonésien est une aubaine. Le pays est effectivement l'un des favoris des touristes et des expatriés, notamment grâce à son cadre de vie. Bali, Ubud, Batu, Bandung ou Malang figurent parmi les plus belles villes d'Indonésie.

Assouplissement des restrictions Covid et ouverture aux étrangers

C'est l'autre mot d'ordre du gouvernement : relancer le tourisme. Le pays partait sur une croissance régulière depuis 2015, avec un peu plus de 10 millions de touristes accueillis. Ils sont 11,5 millions en 2016, 10 millions en 2017, 15,8 millions en 2018 et 16,11 millions en 2019. 2020 et la pandémie cassent la progression : à peine 4,05 millions de touristes. Jusqu'alors, le secteur pesait jusqu'à 16,4 milliards d'euros, soit 1,6 % du PIB (chiffres 2019). Le gouvernement l'a bien vu : chaque assouplissement de mesure entraîne une hausse du tourisme. En avril, le pays a accueilli plus de 100 000 touristes. Le 8 juin dernier, il poursuit donc sa politique d'assouplissement, et espère attirer encore plus d'étrangers.

Depuis cette date, il n'est plus obligatoire d'avoir une assurance santé pour se rendre en Indonésie. Les autorités sanitaires indonésiennes jugent la situation du pays et du monde assez stables pour réduire davantage les restrictions. Il y a en moyenne 800 à 1000 cas positifs chaque jour en Indonésie. 61,5 % de la population est entièrement vaccinée (deux doses). La montée inquiétante de la « variole du singe » ne semble pas inquiéter les autorités. (L'OMS et les scientifiques internationaux planchent sur un changement du nom du virus, jugé stigmatisant et discriminant).

Industrie, construction, ouverture au numérique : les secteurs clés de l'Indonésie

Le gouvernement indonésien refuse de se cantonner à son image de pays touristique. Le soleil, la plage et les beaux paysages restent, mais font jeu égal avec le numérique, la construction, l'industrie, l'agriculture et le commerce. C'est l'autre chantier du gouvernement. Montrer le potentiel du pays pour attirer les investisseurs et doper l'économie locale. Le secteur de l'industrie représente 19 % du pays PIB, un chiffre en hausse de 3,4 %, bien loin devant le tourisme et les idées reçues. L'agriculture pèse 13 % du PIB (+1,9%), la construction, 10 % du PIB (+2,8%). L'Indonésie fait aussi un pas dans la numérisation (4,4 % du PIB) et investit dans l'information et la communication (+6,8 % du PIB). Ce sont autant de secteurs clés pour attirer les travailleurs à distance. Le monde digital ne cesse d'innover, et l'Indonésie veut mettre toutes les cartes de son côté. 

Et ça marche déjà. L'an dernier, les investissements ont repris (+3,8%) pour atteindre 31 % du PIB. Idem pour le commerce extérieur. L'Indonésie est en léger excédent commercial (0,4%), une situation favorable à la croissance du PIB. Après la chute de 2020 (-2,07%), le PIB indonésien reprend des couleurs (3,69%). Ce sont ces chiffres que veut aussi montrer l'Indonésie pour attirer les étrangers. Pour le gouvernement, ces chiffres attestent de la bonne reprise économique du pays, et contribuent à renforcer sa position de destination phare pour les nomades numériques et travailleurs à distance.