Les clés pour une vie d’expat sans stress

Article
Publié le 2020-07-29 08:21

Jerry Nelson, est un expat Américan à Buenos Aires en Argentine. Cette semaine, il nous raconte comment il fait face aux challenges de la vie d'expat. Le transport, le shopping, la langue et... la ponctualité ! 

Mon éditeur m'a lancé un défi : énumérer les 5 plus gros challenges auxquels j'ai été confronté en tant qu'expatrié en Argentine.

Simple, non? Alors pourquoi m'a-t-il fallu 4 jours, 3 réécritures et plusieurs tasses de café pour être satisfait de ce que j’avais écrit ?

Facile. J’ai le secret de la vie sans stress en tant qu'expatrié - peut importe où vous vous trouvez. En fait…vous n’avez même pas besoin d’être expatrié. La solution fonctionne même sur le Crosstown Express lorsqu'il est bondé et en retard.

L’art de la zen-attitude fonctionne dans tous les aspects de la vie, mais conformément à ma mission, examinons trois domaines : le transport, le shopping et l’apprentissage de la langue.

Transport

Comment se déplacer ? Un vélo est toujours une option, mais seulement pour des distances relativement courtes. À Buenos Aires, où les feux de signalisation et les lignes blanches ne sont qu'une suggestion, le vélo peut être un sport extrême, ce qui le rend dangereux.

Ne pas parler la langue rend les transports publics difficiles. Si vous ne pouvez pas lire les panneaux, il est difficile de savoir exactement où descendre.

Pour moi, le taxi est la solution la plus simple chaque fois que je quitte le barrio. Je dois juste m'assurer d'écrire l'adresse avant de quitter la maison. Les chauffeurs de taxi peuvent lire mon écriture, mais ils du mal à comprendre mon dialecte «étranger».

Il existe cependant des raccourcis, il a juste fallu un certain temps pour tous les connaître.

Le métro est mon préféré. Le «sub» ne peut aller que dans deux directions - aller et retour. Les choix sont faciles et avec une carte encodée en lumière qui affiche le prochain arrêt, tout est un jeu d'enfant. Mais lorsque vous descendez du métro à destination, vous devez de nouveau essayer de savoir dans quel sens tourner.

Shopping

La vie à Buenos Aires en 2020 est un peu comme vivre dans les années 1960 à Brooklyn. Tout est un magasin spécialisé et il n’y a pas de magasin à grande surface à proximité.

Si vous voulez de la viande, allez chez le boucher. Vous cherchez du pain frais? Le boulanger est juste au coin de la rue. Vous cherchez des chaussures pour hommes? Le magasin de chaussures pour hommes propose une merveilleuse sélection, mais si vous voulez une paire de chaussures pour femmes en cadeau, le magasin de chaussures pour femmes est au coin de la rue.

Langue

Je ne parle toujours pas espagnol. Je connais assez de mots pour pouvoir demander où se trouve la salle de bain, mais pas assez pour trouver le ketchup dans le «mercado».

Oui, il y a des limites à cette manière, mais entre polir mes compétences de pantomime et les mélanger avec les quelques mots que je connais, je peux m'en sortir.

Mais même la pantomime ne va pas plus loin et cela peut devenir embarrassant de dire «où est la salle de bain», surtout s'il s'agit d'une urgence.

Mais encore, les Argentins sont amicaux et comprennent et apprécient même la plus petite et la plus faible tentative d'apprendre la langue.

Le mal du pays

On dira que 2020 a définitivement rendu le mal du pays un tantinet plus gérable. Entre les interurbains relativement peu coûteux, Skype, Zoom et tk, il est facile de rester en contact avec nos proches.

Les appels hebdomadaires pour parler avec les parents ou les enfants sont bon marché et la plupart des kioskas ou petits magasins de proximité vendent des cartes SIM compatibles.

Ne vous attendez pas à ce que les abonnements aux magazines de chez vous passent régulièrement à la douane. Les hommes et les femmes aux vestes de sport bleu foncé les attrapent dès que les périodiques arrivent en ville.

Abandonnez le besoin de contrôle

Le stress et l'anxiété, en plus de la frustration et de la colère, ont tendance à découler de problèmes de contrôle non résolus. Quelqu'un, ou quelque chose, ne se comporte pas comme vous le souhaitez. Le résultat est plus de frustration, de stress et d'anxiété.

En tant que membre des Alcooliques anonymes depuis plus de 30 ans, une phrase de la prière de la sérénité me résume. «Acceptez les choses que je ne peux pas changer…».

La version courte? Ca ira.

Si vous ne pouvez pas le changer, ça ira. Le monde ne marche pas au rythme de mon tambour. Aucune crise de rage ne changera cela.

Besoin de... ? Mañana!

D'accord. Peut-être qu’il y a une chose que je ne supporte pas en Argentine.

«Mañana» (demain). Ca semble être la réponse de l’Argentine à tout.

Besoin de réparer la connexion WIFI? Mañana.

Besoin de billets pour l'Amérique? Mañana.

L'atmosphère décontractée de l'Amérique latine permet de s'assurer que rien n'est fait à temps. Mais c’est peut-être une bonne chose.

Contrairement à l’Amérique, où tout est pressé et «fais-le maintenant», l’Amérique latine n’est pas en guerre avec tout le monde.

La ponctualité

Un proche cousin de «Mañana», c'est la ponctualité. Il n'y en a pas. Nulle part.

Vous êtes invité à une fête chez un ami à 20 h? Ne vous donnez même pas la peine de vous présenter avant 9h15. Si vous le faites, vous serez le seul invité et aurez besoin de vous divertir, dans le salon, à la recherche de quelque chose à faire.

Soit cela, soit demandez à votre hôte si vous pouvez aider. Et puis demandez toutes les dix minutes car il vaut mieux être une nuisance qu'une patate assise à ne rien faire jusqu'à ce que la fête commence - peut-être mañana.

Le shopping ? Ignorez les heures affichées sur la porte. Si le panneau indique que le magasin ouvrira à 9 h, ce n'est pas pour vous. C’est pour les employés. Les travailleurs devraient être là à neuf heures et commencer à se préparer pour le travail de cette journée. En gros, vous n'entrerez pas avant 9 h 45. Bienvenue à l’Argentina Time.