Demande croissante de compétences en intelligence artificielle à travers le monde

  • Shutterstock.com
Article
Publié le 2019-10-16 13:36

Le débat sur les procédures de visas et plus particulièrement sur les visas pour les personnes qualifiées figurant sur la liste des pénuries de compétences d’un pays a pris une place centrale dans beaucoup de pays au cours des dernières années. Devraient-ils être exemptés de certaines procédures ? Le président Trump a dévoilé une stratégie d'intelligence artificielle pour le développement économique aux États-Unis, mais sans les compétences nationales nécessaires pour y parvenir, des personnes qualifiées en matière d'intelligence artificielle devront venir de l'étranger. Comme les États-Unis appliquent des procédures de visa strictes pouvant prendre des mois, il pourrait être temps d'envisager la création d'un visa spécial pour les travailleurs qualifiés en IA. Quid d’autres pays ?

Le besoin de compétence en intelligence artificielle

L’IA peut mettre fin à la paperasserie et ainsi réduire considérablement le temps que prennent plusieurs procédures dans plusieurs secteurs. En fait, de nombreux aéroports dans le monde utilisent déjà la technologie de reconnaissance faciale pour accélérer les processus d’embarquement et de douane. Au-delà des aéroports, l'intelligence artificielle est désormais omniprésente: communication, finances, administration publique. Cependant, cette technologie nécessite des compétences spécifiques pour l'installation, la maintenance et l'interprétation des données. Les scientifiques, les informaticiens et les ingénieurs informaticiens sont très demandés pour les projets de recherche et le développement dans le domaine de l'intelligence artificielle et des technologies d'apprentissage automatique à travers le monde. Alors que les plus grandes économies du monde recherchent des profils pointus dans cette technologie, des incitations sont mises en place pour attirer des compétences en intelligence artificielle.

Restrictions de visas

Souvent, les personnes susceptibles de créer de meilleurs systèmes d'IA ne peuvent pas obtenir de visa de travail. Les chercheurs en intelligence artificielle de régions telles que le Moyen-Orient, l’Afrique, l’Asie et l’Europe de l’Est sont souvent limités par des règles de visa restrictives et des lois sur l’immigration qui rendent difficile le travail à l’étranger et même la participation à des conférences en Europe occidentale et aux États-Unis.

Visas pour compétences en IA

L'intelligence artificielle est un domaine d'étude complexe et multidimensionnel qui nécessite des connaissances et une compréhension approfondies. À ce stade crucial de l'IA, très peu de pays ont opté pour un système de visas plus inclusif, qui accorde des visas spéciaux aux personnes ayant des compétences dans le domaine. En fait, les pays n’ont même pas tenté de créer un visa de visiteur spécial pour les chercheurs dans le domaine de l’IA qui souhaitent assister à des conférences à l’étranger. Les refus de visas pour les chercheurs de haut rang en IA dans des universités prestigieuses, comme ce fut le cas récemment au Canada, constituent toujours une menace pour le secteur..

Voici quelques-uns des pays qui ont des visas spéciaux pour les professionnels de la technologie:

  • France: Le visa French Tech
  • Royaume-Uni: visas Talent exceptionnels à 2 000 étrangers par an
  • Chili
  • Chine: politiques de visas et incitations financières pour attirer les meilleurs talents mondiaux
  • États-Unis: visa H-1B

Bien que plusieurs pays, dont les États-Unis, disposent de visas pour les compétences très demandées, aucun de ces pays n’a mis en place de procédure accélérée pour les travailleurs qualifiés, en particulier dans le domaine de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique. Pour l'instant, les travailleurs en intelligence artificielle appartiennent à la même catégorie que ceux des domaines de la science et de la technologie.

En outre, bon nombre des visas spéciaux énumérés ci-dessus nécessitent encore des tonnes de paperasse, des mois de traitement et des frais extrêmement élevés. Les conditions de qualification restent strictes et il existe souvent des règles concernant les salaires, les taxes et la durée des contrats, en plus des processus d'entretien, des quotas annuels stricts et des vérifications approfondies des antécédents.