Zoom sur la mobilité professionnelle en Europe

  • groupe de salaries
    Shutterstock.com
Article
Publié il y a 4 mois

Grâce à sa prospérité économique et l'abondance de perspectives de carrière, sans oublier sa diversité culturelle, l'Europe regroupe certains des pays les plus attractifs pour les professionnels étrangers venant des quatre coins du monde. Dans son rapport intitulé « The Workforce View in Europe 2018 », le cabinet ADP s’intéresse à la mobilité européenne et aux différents défis auxquels les professionnels européens sont aujourd'hui confrontés. Si vous êtes en train de vous pencher sur une éventuelle expatriation professionnelle en Europe, découvrez les points forts de ce rapport avec Expat.com.

Les pays les plus attractifs pour les Européens

Francfort, Allemagne
Shutterstock.com

Si de nombreux professionnels étrangers préfèrent se tourner vers l’Amérique du Nord, à savoir, les États-Unis et le Canada, en quête de nouvelles opportunités, l'Allemagne reste la destination préférée pour faire carrière en Europe. C'est d'ailleurs ce qu'indiquent 23% des personnes interrogées dans le cadre du sondage. Qui plus est, il semble que le Brexit n'aurait pas eu l'effet escompté sur la mobilité professionnelle au Royaume-Uni. En effet, l’attractivité du Royaume-Uni affiche une hausse de 5% par rapport à l'an dernier, d'autant que l'investissement dans divers secteurs est actuellement en hausse.

Il est également intéressant de noter que certains pays sont plus attractifs que d'autres en fonction des différentes nationalités. A titre d'exemple, le Royaume-Uni attire davantage les salariés espagnols tandis que les Français, les Suisses et les Britanniques choisissent plutôt de s'envoler vers l’Amérique du Nord. En Europe, l'on note une préférence des Allemands pour les pays voisins tels que l'Autriche et la Suisse, sans doute en raison de leur familiarités linguistiques et culturelles, sans oublier la qualité de vie qu'ils procurent a leurs habitants. Tandis que l'Allemagne attire en grand nombre les Italiens et les Polonais, la Belgique est, quant à elle, la destination préférée des Néerlandais.

La tendance actuelle

voyage d'affaires
Shutterstock.com

Les ressortissant européens sont généralement considérés comme étant des aventuriers. Cependant, la tendance ne se reflète pas pour autant sur le marché du travail européen. Seuls 6% des sondés signifient leur intention de partir travailler à l’étranger durant les deux prochaines années tandis que 27% d'entre eux disent pouvoir envisager cette option dans un avenir proche.

Sur ce plan, les Italiens semblent être les plus susceptibles à franchir le cap de l'expatriation professionnelle, suivis des Français. Les Suisses, pour leur part, sont moins intéressés tandis qu'aux Pays-Bas, seuls 3% de professionnels étrangers sondés envisagent de partir travailler à l’étranger, sans doute en raison des bonnes conditions de travail dont ils profitent couplés à a de nombreux avantages.

Par ailleurs, le taux de renouvellement de personnel le plus élevé (18%) en Europe a été signifié dans les secteurs de l'industrie, de la vente, de la communication et du marketing, suivis des secteurs des arts et de la culture. Il s'agit sans doute des secteurs vers lesquels vous devriez vous tourner si vous avez le profil et que vous êtes en quête de nouvelles perspectives de carrière en Europe.

La motivation de partir

employes heureux
Shutterstock.com

La stabilité économique de l'Europe, ainsi que celle du marché du travail, contribuent de manière significative à la fidélisation de ses ressources humaines. Ainsi, seuls 13% des salariés sondés envisagent de quitter leur poste au cours de l’année qui suit. Les Néerlandais semblent être la nation la plus fidèle à leurs employeurs avec 37% des salariés qui signifient leur intention de poursuivre leur carrière au sein de la même entreprise jusqu'à la retraite. Les moins fidèles sont les Italiens, suivis des Allemands et des Français.

Sur l'ensemble du continent, 79% des sondés se montrent optimistes par rapport à leur avenir professionnel dans leur pays d'origine, particulièrement grâce à une croissance économique et une baisse du taux de chômage, ce qui explique le ralentissement de la mobilité professionnelle.

Les barrières

jeune femme arabe
Shutterstock.com

Partir à l’étranger n'a jamais été une décision facile à prendre, quel que soit son pays d'origine ou de destination. L'un des aspects à prendre en compte lors d'une expatriation, la barrière culturelle joue un rôle clé, tant sur le plan professionnel que personnel. En effet, une personne sur cinq, comme en témoigne le sondage, hésite à partir en raison de la barrière culturelle et linguistique. En effet, cela impliquerait non seulement le besoin de s'adapter à de nouvelles cultures au sein d'un environnement différent mais aussi d'apprendre des langues étrangères, un facteur indispensable pour ceux aspirant à une carrière internationale.

La discrimination au travail est également l'une des barrières à la mobilité professionnelle en Europe bien que les employeurs sont légalement tenus d'assurer le traitement égalitaire de leurs salariés. D'une manière générale, la discrimination fondée sur la religion et les croyances, les origines, le sexe, l'âge, ainsi que l'orientation sexuelle, est plus élevée en Italie (42%) qu'en France, en Espagne et au Royaume-Uni (37%). C'est aux Pays-Bas que le taux de discrimination est le plus faible (21%).

Le bien-être des salariés

employee stressee
Shutterstock.com

Qui dit travail dit aussi stress. En effet, le stress, étant une partie intégrante de la vie professionnelle, peut entraîner des conséquences sérieuses tant pour l'employeur que pour les salariés, telles qu'une baisse de motivation et de productivité, ainsi qu'un taux d’absentéisme élevé. Il est intéressant de noter que le taux de stress en Europe a connu une hausse de 5% en une année avec un salarié sur cinq souffrant de stress. De plus, 30% des salariés sondés se disent si stressés qu'ils envisagent même de changer d'emploi très prochainement !

Aujourd'hui, la Pologne est le pays dont les salariés sont les plus stressés (27%), suivi de la France et du Royaume-Uni. Les Italiens sont les plus nombreux à vouloir changer d'emploi en raison de leur niveau de stress. C'est aux Pays-Bas que le taux de stress est le moins élevé, avec un salarié sur dix affirmant souffrir du stress au quotidien. Il s'agit d'ailleurs du pays où l'on profite du meilleur équilibre vie privée-vie professionnel au monde, comme en témoigne le dernier rapport de l'OCDE.

D'autre part, 14% des personnes interrogées estiment que leur employeur ne s’intéresse pas à leur santé mentale, ce qui a un impact direct sur leur motivation au travail, leur engagement et leur productivité. Seuls 6% d'entre eux affirment que leur employeur fait des efforts pour améliorer leur bien-être mental dans leur milieu professionnel. Une fois de plus, c'est aux Pays-Bas que les salariés se disent les plus satisfaits de l'implication de leur employeur dans leur bien-être mental, contrairement à la Pologne.

Qu'en est-il du travail indépendant ?

jeune independant
Shutterstock.com

Pour échapper à tout cela, mais surtout avec l'objectif de mieux gagner sa vie, l'on est souvent tenté de se lancer en indépendant. Bien que le travail indépendant ait connu une croissance spectaculaire au cours des quelques dernières années, la tendance tourne aujourd'hui au ralenti. En effet, le travail indépendant en Europe affiche une baisse de 8% par rapport à l’année dernière. C'est en Italie que les salariés sont les plus tentés de s’établir en tant qu’indépendant, suivie du Royaume-Uni. Aux Pays-Bas, en revanche, seuls 10% des salariés envisagent de se lancer à leur propre compte dans un avenir proche.