Expatriation : Comment le choc culturel peut améliorer votre vie

Vie pratique
  • choc culturel
    Shutterstock.com
Écris par Natallia Slimani le 11 juin, 2024
L'installation dans un nouveau pays s'accompagne bien souvent d'une série de bouleversements. Ces derniers peuvent survenir dès l'arrivée ou se manifester plus tardivement, parfois même plusieurs années après. Parmi les caractéristiques liées à l'expatriation, le choc culturel alimente particulièrement le débat. De nombreuses ressources en ligne donnent des conseils pour gérer ce choc culturel, souvent présenté comme une expérience négative et désagréable. Mais qu'en est-il si, au lieu de nous plonger dans le désarroi, ce choc culturel nous amenait à revoir nos standards et à élever notre niveau de vie ?

Choc culturel : c'est quoi ?

Imaginez débarquer d'un avion dans un pays inconnu. Tout vous semble étrange et déroutant. La langue est incompréhensible, la gastronomie locale vous déstabilise et même les interactions les plus simples avec les habitants semblent provenir d'un monde différent. Cette sensation de désorientation, souvent teintée d'un mélange d'excitation et d'anxiété, est ce que l'on appelle communément le « choc culturel ».

Généralement, ce terme est employé pour désigner des situations où le confort familier se heurte aux différences rencontrées dans un nouvel environnement. Parfois, le choc culturel résulte de normes plus élevées imposées par le nouvel environnement, contrastant avec celles auxquelles nous étions accoutumés. Voyons cela de plus près.

Comment le choc culturel peut-il vous transformer positivement : l'exemple du Japon

Cap sur le Japon pour Arina, avec un projet en tête : maîtriser la langue locale. Forte de ses connaissances acquises au Bélarus, elle pensait vivre une immersion culturelle sans trop de secousses. Et effectivement, dès les premiers jours, tout lui semblait familier : la nourriture, les transports, le rythme des cours. Mais au fil du temps, une réalité plus subtile a fait son apparition. « Au Japon, j'ai découvert une facette insoupçonnée de ma personnalité : un plus grand sens de la politesse et une attention particulière à l'espace et au confort d'autrui. Certes, je n'étais pas impolie avant, mais ici, la politesse atteint un niveau presque ‘extrême'. Les interactions, même fugaces dans le train, sont empreintes d'un respect et d'une considération mutuels qui m'ont profondément marquée. Ce changement s'est opéré inconsciemment, influencé par l'attitude des Japonais envers moi. On dit qu'on devient comme les gens qu'on fréquente et j'espère ramener chez moi cette nouvelle qualité. »

Loin d'être de simples conventions sociales, ces valeurs sont profondément ancrées dans l'âme nippone et trouvent en partie leur explication dans le confucianisme. Bien que Confucius n'ait jamais foulé le sol japonais, ses enseignements ont imprégné le pays dès le Ve siècle après J.-C., donnant naissance au néo-confucianisme d'Edo, une philosophie populaire qui a marqué la société japonaise entre 1600 et 1926. Ce courant de pensée, qui met l'accent sur l'harmonie, le respect des aînés et l'importance de l'ordre social, a laissé une empreinte indélébile sur les comportements et les interactions au Japon.

Dans la culture nippone réside un concept fondamental : le « wa », synonyme d'harmonie. Cette quête d'équilibre et de concorde imprègne tous les aspects de la vie des Japonais, de l'intimité familiale aux relations professionnelles, en passant par les interactions sociales avec des inconnus.

Au Japon, l'esprit de corps prime sur l'individualisme. La société se structure autour de valeurs collectivistes, où les intérêts du groupe prévalent sur les aspirations individuelles. La politesse devient ainsi l'expression d'un profond respect envers le collectif et la société dans son ensemble.

Quand le choc culturel vous rend plus sain : direction l'Espagne

Valence, nouvelle terre d'accueil pour Youcef et son travail. L'Espagne lui était familière, grâce à ses précédents voyages. Pourtant, une surprise l'attendait au réveil un matin à 6 heures : trois voisins en pleine séance de jogging. « Je n'avais jamais remarqué combien de personnes couraient sur la plage le matin. Je ne pense pas y avoir prêté attention auparavant. Puis j'ai commencé à observer d'autres détails. Beaucoup de mes collègues apportaient leur propre déjeuner, souvent des plats sains et faits maison. Et personne ne voulait jamais commander de fast-food avec moi. Les gens faisaient de la planche à voile, de la randonnée, du Yoga : tout le monde avait une activité après le travail. Cela m'a pris du temps, mais j'ai fini par apprécier. J'ai commencé à surveiller mon alimentation, à me soucier de la fraîcheur des aliments et je fais même du jogging de temps en temps. »

L'Espagne s'est engagée à respecter le régime méditerranéen, qui est bien plus qu'une simple alimentation : il constitue un pilier de la culture espagnole. Reconnu comme l'un des régimes les plus sains au monde, il inclut une grande variété de légumes, de céréales, d'huile d'olive et de protéines maigres comme le poisson et le poulet. En Espagne, les repas sont généralement des moments familiaux. Les gens aiment se retrouver autour d'un bon dîner et d'un verre, savourant des plats faits maison et discutant jusque tard dans la nuit. Le concept de « fast-food » est beaucoup moins populaire en Espagne que dans de nombreux autres pays.

Quand le choc culturel est bon pour l'environnement : l'exemple suédois

Ayant quitté la Chine après une longue expatriation, Dimitry a été surpris par l'engagement environnemental flagrant de son nouveau pays d'accueil, la Suède. « Mon expatriation en Suède, après un long séjour en Chine, m'a ouvert les yeux sur la différence d'approche du développement durable. En Chine, si des efforts individuels existent, il ne s'agit pas d'un sujet central. En Suède, j'ai été frappée par l'engagement environnemental omniprésent, qui se traduit par des actions concrètes du quotidien. Tri des déchets, économie d'eau, transports publics écologiques… Tout cela me paraissait excessif au début, habitué à un mode de vie moins soucieux de l'environnement. Mais l'intégration à la société locale passait par l'adoption de ces gestes. Si je n'ai pas encore atteint la perfection, je suis aujourd'hui beaucoup plus consciente de l'impact de mes choix. »

En Suède, le développement durable se manifeste moins par des politiques grandioses que par des gestes quotidiens ancrés dans les habitudes de la vie quotidienne. La législation, quant à elle, emboîte le pas : à partir de 2024, le tri des déchets alimentaires devient obligatoire pour tous, y compris les entreprises et les foyers.

Quand le choc culturel rend heureux : allons en Thaïlande

John s'est installé en Thaïlande comme beaucoup d'expatriés britanniques et, selon ses propres termes, « sur un coup de tête ». « Pour être honnête, mon installation en Thaïlande n'était pas vraiment planifiée. Inspiré par l'expérience positive de mes amis d'université, je me suis laissé porter par l'aventure, d'autant plus que je n'avais pas grand-chose à faire au Royaume-Uni. Comme beaucoup de Britanniques ici, j'ai rapidement trouvé un poste d'enseignant d'anglais. Au départ, je ne voyais cela que comme une expérience temporaire, en attendant une opportunité plus en adéquation avec mon diplôme en comptabilité. Mais deux ans ont passé et je ne suis absolument pas prêt à quitter ce pays. »

Sous le soleil thaïlandais, le rythme de vie de John s'est ralenti. Une transition inattendue qu'il a pourtant fini par apprécier. « Au Royaume-Uni, le stress constituait mon quotidien, une angoisse sans nom. En Thaïlande, j'ai découvert (c'est un peu cliché, je le concède) l'art de savourer chaque instant, quelles que soient les épreuves. Mon assistant thaïlandais me répétait, face à mes colères et frustrations : ‘Profite plutôt de la vie !'. Ses paroles, d'abord ignorées, résonnent aujourd'hui comme un mantra en moi. La Thaïlande m'a ouvert les yeux sur le bonheur simple, celui que recèlent les petites choses. »

Le concept de « sanuk » est omniprésent en Thaïlande : une philosophie de vie qui célèbre le plaisir simple, même dans les moments les plus ordinaires. Face à n'importe quelle tâche ou situation, les Thaïlandais s'efforcent d'y insuffler une dose de « sanuk », l'abordant avec légèreté et humour. Pour les expatriés, ce concept peut s'avérer délicat à appréhender, mais sa compréhension ouvre une porte privilégiée sur l'âme de la société thaïlandaise.

Comme nous l'avons vu, les chocs culturels prennent des formes variées. Parfois, ils traduisent un malaise face à l'inconnu. Mais parfois aussi, si nous savons les observer attentivement, ils peuvent révéler des axes d'amélioration auxquels nous n'avions jamais pensé. Avez-vous déjà vécu un choc culturel qui vous a incité à un changement positif dans votre vie ?