entreprises au Costa Rica
Shutterstock.com
Actualisé il y a 2 mois

L'attitude positive du gouvernement costaricien à l'égard des investisseurs étrangers, les infrastructures modernes du pays, son accès facile à l'Amérique du Nord et ses nombreux touristes font du Costa Rica un endroit propice à la création d’entreprise. Lisez cet article pour en savoir plus.

Au Costa Rica, la culture est favorable aux affaires, sans restriction pour les étrangers. Bien que le Code du commerce du Costa Rica stipule que ces derniers ne sont autorisés à se lancer en affaires qu’au bout de dix ans de résidence, il est courant que des étrangers créent une entreprise dans le pays sans être résidents, simplement en constituant une société costaricienne. On peut même créer une entreprise avec un visa touristique de 90 jours.

Cependant, notez bien que même si vous pouvez posséder une entreprise, vous n’aurez pas le droit d’être salarié de cette entreprise. Cette mesure a pour but d’encourager l’embauche de travailleurs locaux. Pour éviter tout problème, ne vous occupez pas des tâches quotidiennes.

Comme les règles peuvent changer, vous pouvez toujours contacter l’ambassade du Costa Rica de votre pays ainsi que la Chambre de commerce du Costa Rica, l'Agence costaricaine de promotion des investissements ou Procomer (Promotora del Comercio Exterior de Costa Rica) pour obtenir des conseils et des informations supplémentaires.

Avant de démarrer une entreprise au Costa Rica, sachez que la paperasserie et la préparation peuvent prendre du temps. C’est un risque à prendre, et ce, quel que soit le type d'entreprise que vous souhaitez créer. Assurez-vous de disposer d'un capital de départ suffisant, ainsi que d'un modèle d'affaires solide et d'une bonne connaissance du milieu.

Créer une entreprise peut devenir plus long et plus cher que prévu, car vous serez peut-être obligé d’importer certains aliments, des matériaux de construction, des meubles ou certaines technologies. De plus, au Costa Rica, les travailleurs de la construction ont la réputation de ne pas toujours être fiables. Parfois, une journée de travail peut s'écouler sans qu'ils ne se présentent. La « Pura vida », la philosophie de vie appliquée au Costa Rica, incite les gens à ne pas trop stresser avec ces choses-là, ce qui peut se transformer en inconvénient lorsqu'il s'agit de créer une entreprise.

Les structures d'entreprise au Costa Rica

Vous devrez choisir une structure juridique pour votre entreprise. Il en existe plusieurs, comme la société en nom collectif, la société en commandite, l’entreprise individuelle et la personne morale. Le type le plus courant de société est la Sociedad Anónima (SA). Elle permet de n’être responsable que pour l’apport en capital des actionnaires. Ce type de société offre presque les mêmes avantages et protections qu'une société nord-américaine ou européenne. Elle est normalement formée d’un conseil d'administration composé d'un président, d'un secrétaire et d'un vérificateur des comptes. Avec ce type de société, vous ne mettrez pas en jeu vos revenus personnels ni vos biens.

On trouve également beaucoup de Sociedad de Responsabilidad Limitada (SRL), notamment chez les petites entreprises. Ce type d’entreprise présente les avantages d'une société à responsabilité limitée, mais le conseil d'administration peut n’être composé que d'un seul membre, ce qui facilite les formalités.

Les coûts d’enregistrement d'une société peuvent varier considérablement. En général, soyez prêt à dépenser entre 300 $ US et 1 000 $ US pour établir et enregistrer l’entreprise auprès du registro publico (registre public).

Les exigences

Acquérir la résidence au Costa Rica n'est pas chose facile, à moins d’avoir l'intention d'investir plus de 200 000 $US en capital. Vous pouvez envisager d’autres moyens, comme le mariage. En réalité, de nombreux chefs d'entreprise restent touriste en permanence. Pour conserver ce statut, ils doivent quitter le pays tous les 30 à 90 jours, en fonction de leur nationalité.

Afin d'exploiter une entreprise, vous devrez aussi ouvrir un compte bancaire au Costa Rica. Si vous ne parlez pas espagnol, vous pourriez préférer faire affaire avec une banque internationale ou une banque locale privée. Citibank et HSBC, par exemple, opèrent au Costa Rica et leur personnel parle généralement anglais. Sachez toutefois que ces deux banques n'ont pas autant de guichets automatiques que la banque publique et les banques locales.

Une fois que vous aurez donné une structure juridique à votre entreprise, que vous aurez ouvert un compte bancaire et que vous aurez signé un bail, vous devrez enregistrer votre société auprès de l'administration fiscale, souscrire une assurance pour vos employés, enregistrer la société auprès de la CCSS (Caisse de sécurité sociale du Costa Rica) et demander tout autre permis nécessaire. Par exemple, vous devrez demander un permis de zonage, appelé Certificado de Uso de Suelo, pour pouvoir opérer dans certains lieux. Vous devrez ensuite obtenir une licence commerciale, appelée Patente Comercial, qui précisera la nature de l'entreprise. Vous aurez besoin d'une Patente Municipal pour chaque succursale ou bureau.

Selon le type d'entreprise que vous souhaitez créer, vous pourriez également avoir besoin d'autres licences ou autorisations. Par exemple, si vous prévoyez d’exploiter un café ou un spa, vous devrez demander un permis au ministère de la Santé.

Une fois que vous avez rempli toutes les conditions requises, un notaire public rédigera et authentifiera les actes de votre charte d’entreprise, à des fins d’enregistrement. Ce n'est qu'une fois que votre entreprise sera enregistrée que vous pourrez commencer vos activités au Costa Rica.

Embaucher un comptable et un avocat

Votre société doit absolument être enregistrée auprès de la Dirección General de Tributación Directa (l’autorité fiscale). Vous devrez payer une taxe professionnelle annuelle d'environ 400 $US en janvier de chaque année, et ce, que votre entreprise réalise un profit ou non. Vous devez également prévoir de payer l'impôt sur les sociétés, qui varie de 10 % à 30 % selon votre revenu annuel total, ainsi que l'impôt sur le revenu et l'impôt sur le patrimoine.

Il est recommandé d'embaucher un comptable qualifié et expérimenté pour vous aider à remplir les documents, échanger avec les autorités fiscales en votre nom et s'assurer que vos finances sont en ordre. S’il est compétent, votre comptable peut vous faire économiser de l'argent à long terme. Assurez-vous de rencontrer les candidats potentiels en personne et de leur faire passer une entrevue rigoureuse.

Consulter un avocat local pourrait aussi s’avérer payant, car il pourra vous guider à travers les différentes procédures juridiques et de s'assurer que vous obtenez toutes les autorisations nécessaires. La création d'une société peut être complexe, ainsi, avoir un avocat vous soulagera sur certaines procédures administratives.

 Liens utiles :

CINDE
Procomer

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.