La Chambre de Commerce Franco-Autrichienne ouvre ses portes aux jeunes entrepreneurs et VIE

  • Celine Garaudy
Interview
Publié le 2017-05-23 13:00

La Chambre de Commerce Franco-Autrichienne (CCFA) propose depuis 2010 un espace dédié aux jeunes talents français, VIE ou entrepreneurs, qui n'ont pas encore d'implantation en Autriche. Céline Garaudy, Directrice Générale de la CCFA, revient sur les origines et le succès de cet incubateur. En tant que Conseillère du Commerce Extérieur en Autriche, elle nous livre aussi ses meilleurs conseils pour collaborer avec les Autrichiens et sa vision actuelle des relations commerciales entre l'Autriche et la France.

Céline Garaudy, vous êtes Directrice Générale de la Chambre de Commerce Franco-Autrichienne et Conseiller du Commerce Extérieur en Autriche. Pouvez-vous nous confier l’histoire du l’incubateur VIE & Start-up ?

En 2010, en réponse à la demande émanant de ses partenaires (actuellement CCI France International et Business France), la Chambre de Commerce a agrandi ses locaux pour accueillir les Volontaires Internationaux en Entreprise (VIE) et les start-ups. L’idée : proposer des prestations flexibles d’hébergement et surtout un incubateur de networking à des PME et PMI n’ayant pas encore d’implantation en Autriche. Ainsi, sur 5 ans, ce sont environ 15 VIE et 10 jeunes entrepreneurs qui se sont succédés à temps plein ou partiel, en open-space ou dans des bureaux séparés, pour un mois, un an ou plus.

Quelles sont les clefs du succès d’un espace de co-working devenu en 5 ans un véritable quartier général des jeunes talents de l’export français en Autriche ?

Ce centre d’affaires francophile est adossé aux historiques RINGSTRASSEN viennoises à l’interface entre le quartier des Ambassades (le 3ème arrondissement) et le quartier des affaires et de la vie sociale (le 1er arrondissement). Les bureaux anciens à plafond haut ont été rénovés et sont très représentatifs tout en offrant le confort moderne. Des salles de réunion sont à disposition également des locataires. Dans un cadre motivant sur le plan professionnel et un environnement humain particulièrement agréable se crée un cercle vertueux de jeunes talents autour de notre petite équipe. Une prestation de coaching et des formations sont assurées sur demande. Enfin, les locataires peuvent avoir recours à des services de secrétariat ou logistiques comme la traduction, l´envoi de leur courrier ou l´accueil de clients.

En quelque sorte le centre d’affaires de la CCFA a développé des services d’appui aux PME/PMI françaises en Autriche complémentaires à ceux de Business France et des CCEF. Un positionnement stratégique ?

Oui effectivement, je suis fière d’avoir posé les bases de la coopération entre les services d’État il y a maintenant 18 ans déjà, garantissant l’intelligence et la cohérence de tous nos services d’appui. La section autrichienne des CCEF travaille de pair avec la CCFA et Business France mais aussi avec l’Ambassadeur au nom de la diplomatie économique. Avec cette prestation complémentaire de celles de son partenaire Business France, la CCFA est fière d’avoir contribué au succès de l’export français : des sociétés de renom international (dont Vilmorin, Prevor, Depack Design…) se sont implantées définitivement en Autriche à l’issue de cette première expérience du marché peu coûteuse mais extrêmement efficace. Les VIE hébergés à la CCFA sont chargés du développement commercial et/ou marketing de l'Autriche ; certains deviennent à l’issue de leur VIE les patrons des filiales qui sont ensuite créées. Nombre d’entre eux sont également en charge des pays CEE limitrophes comme la République tchèque, la Hongrie et la Slovaquie, préférant le cadre de vie viennois aux capitales voisines, comme d’ailleurs nombre de holding français ou américains pour la région.

Locaux de la Chambre de Commerce Franco-Autrichienne
Les locaux de la Chambre de Commerce Franco-Autrichienne

Quel est le plus de l’hébergement à la Chambre de Commerce par rapport à d’autres espaces de co-working locaux ?

Pour accéder aux services d’hébergement, l'entreprise doit adhérer au club d’affaires de la CCFA dont la réputation de réseau franco-autrichien n°1 n’est plus à faire à Vienne. Les CCEF de la Section Autriche sont tous membres de la CCFA tout comme les autres filiales françaises, les prestataires de service mais aussi les grosses entreprises familiales autrichiennes qui vendent et/ou investissent en France, les banques d’affaires, les groupes d’assurance. Les locataires du centre d’affaires profitent ainsi des nombreux avantages de l’adhésion CCFA : rédaction d’articles de fond et réception du journal des membres, présence dans l´annuaire des membres, invitation aux différents événements, organisation d’événements BtB et BtC… Avec toute mon équipe, nous mettons un point d´honneur à proposer à nos locataires la mise en contact directe avec des partenaires de leurs domaines d’activité ou clients potentiels, à donner des renseignements pratiques et professionnels sur l'Autriche, mais aussi à organiser des rencontres conviviales en dehors du bureau afin de veiller à une véritable ambiance d´équipe entre tous. Louer un poste de travail dans l’incubateur de la CCFA, c’est intégrer un véritable club solidaire et un réseau binational.

Selon vous, qu'est-ce que l'on ne doit surtout pas oublier lorsque l'on fait des affaires avec des Autrichiens et qui diffèrent de nos habitudes ?

Tout d’abord, il faut absolument éviter les comparaisons fréquentes avec l’Allemagne et montrer que l’on a compris que le pays est différent de son « cousin germain ». Même si les similitudes sont nombreuses, les Allemands et les Autrichiens ne sont pas mus par les mêmes valeurs aussi bien dans leur vie privée que dans la vie des affaires. Ils ont une manière différente de travailler et d’aborder leurs relations professionnelles et il faut en tenir compte pour bien coopérer avec eux.

Contrairement aux Allemands, les Autrichiens répugnent, par exemple, à être trop directs car cela pourrait changer la qualité des échanges, un élément essentiel de toute relation. Les Français également peuvent parfois étonner, voire perturber, en essayant beaucoup trop rapidement de « briser la glace » et d’établir des relations de proximité. Il ne faut donc jamais aller trop vite et attendre les signaux qui vous indiqueront que l’on vous a accepté. En revanche, les Autrichiens communiquent souvent en utilisant l’humour. Ils aiment se moquer gentiment des personnes qui font partie du groupe. Ne vous sentez jamais offusqué par leurs blagues tant qu’elles restent très légères. Cela signifiera que vous avez été accepté.

Ensuite, le temps joue un rôle important dans le processus de création de confiance chez les Autrichiens. S’il est difficile de prendre un premier rendez-vous, une fois l’accès obtenu, l’accueil sera généralement agréable. Cela fait partie des traditions autrichiennes ! Si vous êtes un partenaire potentiel, vous serez peut-être invité dans un restaurant typique. C’est une façon de socialiser tout en vous faisant découvrir les traditions locales. À ce propos, même si les Autrichiens parlent peu de leur histoire, ceux-ci accordent une grande importance aux traditions et à la préservation des traces du passé. Ce traitement différent du passé se remarque dans la manière dont les villes et villages autrichiens se distinguent de leurs homologues suisses ou allemands. Les Autrichiens évitent toute intervention radicale sur les bâtiments existants de peur de dénaturer l’harmonie générale de l’ensemble. Les approches utilitaristes ou fonctionnalistes que l’on trouve souvent en Allemagne ou en Suisse sont généralement bannies. Cela veut-il dire qu’il est impossible d’innover ? Pas forcément. Cependant, toute innovation sera plus difficile à mettre en place car il faudra chaque fois démontrer avec de nombreux détails que l’évolution préconisée apporte des avantages.

Enfin, l’appartenance régionale demeure un élément important de l’identité autrichienne, d’autant plus qu’à l’instar de l’Italie (et beaucoup plus qu’en Allemagne actuelle), l’origine se manifeste de façon très marquée dans l’accent. Dès le premier contact, tout Autrichien est généralement capable d’identifier d’où provient son interlocuteur. Cette information joue certainement un rôle dans la façon dont les liens seront établis et les relations envisagées.

Comment voyez-vous les relations économiques et commerciales entre la France et l'Autriche dans 5 ans ?

L’Autriche est parmi les principaux partenaires commerciaux européens de la France. Malheureusement, ce potentiel est actuellement négligé. Sixième client et cinquième fournisseur de la France, l’Autriche est plus ouverte aux produits étrangers que certains de ses voisins. Les secteurs qui contribuent actuellement à un important flux d’échanges entre les deux économies sont ceux des produits alimentaires, des machines-outils, des biotechnologies, du bois, de l’aéronautique et des composants automobiles.

Si un certain nombre d’entreprises françaises ont compris l’intérêt du marché autrichien, il reste cependant encore beaucoup à faire… Avec une part de 2.8% des importations, la France occupe la 9ème place des pays fournisseurs de l’Autriche, loin derrière l’Allemagne (35,7%), l’Italie (6,2%) et la Suisse (5,2%). Par ailleurs, les échanges commerciaux entre la France et l’Autriche connaissent depuis la fin des années 1990, un déficit « en faveur » de l’Autriche qui s’accroît de façon régulière.