Lisa : « Si j’avais attendu que quelqu’un vienne avec moi, je ne serais jamais partie »

  • expatriee a Los Angeles
Interview
Publié il y a 2 semaines

Faire le grand saut de s’installer à l’étranger n’est pas chose facile. Pour une femme, cela peut être encore plus compliqué. En ce 8 mars, Journée Internationale des Droits de la Femme, Expat.com célèbre les femmes extraordinaires que cela n’a pas arrêté. Voici Lisa, une Française qui vit son rêve d’étudier le cinéma à Los Angeles.

Qu’est-ce qui vous a donné l’envie de vous installer à l’étranger ?

Je voulais un changement de carrière. Je me sentais coincée en France avec un emploi qui payait les factures mais que je n’aimais pas forcément. J’en ai parlé à ma mère et c’est elle qui m’a encouragé à poursuivre mes rêves!

Comment votre entourage a-t-il réagi à votre décision ?

C’est ma mère qui m’a encouragé donc de ce coté pas de problème. Elle savait que j’aimais voyager et que je finirai par m’installer ailleurs. Elle y était préparée. Les autres ne m’ont pas cru au début. Les Etats-Unis restent un peu un rêve pour beaucoup de monde. C’est comme si on sait qu’ils existent mais ils sont un peu inaccessibles. Donc ça faisait bizarre pour beaucoup.

Celui que j’ai vraiment dû convaincre c’était mon beau-père. Il m’a lancé pendant plusieurs semaines: “Tu ne vas pas vraiment partir, si?”. Heureusement, il a fini par l’accepter.

Mes amis, eux, savaient que je finirai par partir. Ils étaient heureux pour moi mais pas surpris.

Le scepticisme de votre beau-père vous a-t-il déstabilisé ?

Oui, il m’a fait douter. J’ai passé beaucoup de temps à me convaincre que c’était la bonne décision. Mais ma mère m’a soutenu pendant toutes les démarches pour l’obtention d’un visa et quand j’ai eu fini je savais que c’était la bonne décision.

Est-ce que le fait d’être une femme seule a pesé dans la balance quant à ou vous pouviez vous installer ?

Je vis à Los Angeles parce que c’est là que son trouve mon université. Avant de partir, je me suis renseignée. En tant que femme seule, il faut être super prudente de là ou l’on veut s’installer. Certains endroits sont moins recommandés que d’autres. Je n’ai jamais eu peur de vivre ici mais je fais quand même attention. Deux jours avant mon départ, j’ai rencontré une fille qui était dans la même situation que moi- nous nous sommes rencontrés à LA et nous sommes colocataires depuis plus d’un an maintenant !

Les choses auraient-elles été différentes si vous aviez été accompagnée?

Je ne pense vraiment pas. J’aime être seule et si j’avais attendu que quelqu’un vienne avec moi, je ne serai jamais partie. Des fois il est vrai que c’est bien d’avoir la présence de quelqu’un, ça peut vous faire vous sentir plus en sécurité. Mais ça peut vite tourner au cauchemar parce que quand on s’en va avec une autre personne, leurs attentes peuvent être différentes des nôtres. Je n’ai pas besoin de quelqu’un pour être contente de la tournure que prend ma vie.

Ce que vous préférez le plus de votre vie d’expat solo ?

Je fais ce que je veux sans que personne ne questionne mes choix. En France, je voyais ma famille tout le temps puisque je vivais dans un petit village. C’était toujours les mêmes questions. Ici, seule, je n’ai pas besoin de justifier mes choix. Je me sens libre.

Un message pour celles qui hésitent?

Être une expat solo peut être intimidant. Il y a pleins de choses à faire, il faut une vraie organisation et un plan bien solide. Et si vous avez un plan bien ficelé et que vous savez ce que vous voulez… allez-y ! Tout le monde devrait pouvoir accomplir leur rêve ! Bonne chance !

2 Commentaires
Farang Jim
Farang Jim
la semaine dernière

S'expatrier est un rêve que beaucoup aimeraient accomplir mais qui devient vite inaccessible pour ceux ou celles qui ne croient pas véritablement en ce rêve. Une décision doit être prise et à ce moment-là, comme il est dit sérieusement dans cette interview, il faut prendre le temps de préparer ce changement radical qu'est l'expatriation. Pour mon expérience personnelle, il m'a fallu deux années de préparation pour m'expatrier en Thaïlande, dans un petit village du nord-est du pays. Le temps nécessaire dépend bien sûr des besoins et de la situation actuelle de chacun. Mais sachez que rien n'est impossible ! Bon voyage... Farang Jim

Répondre
Tini66
Tini66
la semaine dernière

Mon nom est Tina. Je compte aussi m'installer en Juin de ce mois à Miami. Je vis en Allemagne et je ressens la même chose. Je n'y arrive plus: Tout en Allemagne me pèse lourd! Le climat, les gens, le boulot, en plus du fait, que je n'ai eu qu'en huit ans des relations amoureuses difficiles.Mes proches, pour la plupart sont sceptiques. Mes parents, par contre me soutiennent à fond. Donc je vais y aller seule, être indépendante ainsi qu'épanouie. Merci beaucoup pour cet interview. Ça encourage énormément!

Répondre
Partagez votre expérience d'expatrié !

Si vous souhaitez participer aux interviews, contactez-nous.

Participer