Manon à Glasgow : « Les Ecossais sont des gens accueillants et la vie ici est vraiment agréable »

Interview
Publié le 2014-12-24 00:00
Il a deux ans, Manon, jeune expatriée française, avait eu un coup de cœur pour l'Écosse. Après avoir postulé à un programme lui permettant d'être assistante de français, elle s'est installée à Glasgow en août dernier et y poursuit ses études à distance...

D'où viens-tu et que fais-tu dans la vie ?

Je m'appelle Manon et j'ai 25 ans. J'ai grandi dans l'Ain, du coté de Bourg en Bresse. Puis, je suis partie à Lyon où je suis restée 6 ans. J'ai obtenu une licence d'anglais et, comme j'en avais un peu assez des études, j'ai décidé de travailler. Je suis devenue surveillante dans un collège, pendant deux ans. J'avais déjà fait pas mal de petits boulots avant mais c'était la première fois que j'avais un salaire mensuel « correct » et les vacances pour en profiter. J'ai donc passé beaucoup de temps pendant ces deux années à voyager. A chaque vacances scolaires ou presque, je partais découvrir un nouveau pays d'Europe. En juillet 2013, j'ai quitté Lyon pour l'île de la Réunion où je suis restée un an. J'y suis allée pour des raisons sentimentales. Notre histoire n'a pas duré mais j'ai eu la chance de découvrir un endroit extraordinaire, au carrefour des cultures, d'une richesse humaine, culturelle et géographique incroyables.
J'ai vraiment adoré la Réunion. En étant là-bas, j'ai décidé de reprendre mes études et d'entamer un Master à distance de FLE (enseignement du français langue étrangère). Je n'allais pas à l'université, je suivais tous les cours sur le net. Ce qui me permettait de travailler dans un collège, comme je le faisais à Lyon. En tant qu'étudiante en FLE, j'ai eu la possibilité de postuler à un programme afin de partir 9 mois dans un pays anglophone afin d'être assistante de français. J'ai demandé l'Écosse, que j'ai obtenue. Et me voilà depuis quelques mois à Glasgow. Je travaille donc en tant qu'assistante de français dans deux « high schools » (l'équivalent de nos collèges/lycées) où j'aide les profs de français en prenant des petits groupes d'élèves avec lesquels je fais des activités liées à la culture française, ou tout simplement des exercices pour les aider à améliorer leur oral.

Comment s'est passée ton installation en Écosse ?

Assez bien finalement. Je suis venue avec ma meilleure amie qui en avait marre de la vie en France et qui avait envie de tenter l'aventure à l'étranger. Nous nous sommes soutenues mutuellement au début. Sa présence m'a beaucoup aidée. Nous avions réservé une chambre chez l'habitant pour les 5 premières nuits et nous avons eu la chance de trouver chacune un appartement au bout de trois jours. Je suis arrivée en Écosse le mercredi, sans avoir de logement et j'emménageais dans mon appartement en colocation le lundi. Tout s'est parfaitement passé. Ensuite il y a les formalités, ouvrir un compte en banque, prendre un téléphone pour avoir un numéro local... A ce niveau-là, tout est beaucoup plus simple que chez nous je trouve. J'en étais même étonnée parfois: « Ah bon, on ne vous demande pas vos relevés de comptes sur 5 générations pour ouvrir un compte ? Très bien. ». Les choses se sont faites assez simplement.

Qu'est-ce qui t'a attirée vers ce pays ?

J'étais venue en vacances en Écosse il y a deux ans. J'y avais passé deux semaines et j'avais vraiment eu un énorme coup de cœur pour ce pays. La culture, la gentillesse des gens, et surtout les paysages incroyables. Je m'étais promis qu'un jour je reviendrai ici pour y vivre quelque temps.

Depuis combien de temps t'y es-tu installée ?

Je suis arrivée fin août. Comme je suis encore assez jeune (je ne suis pas mariée, je n'ai pas d'enfants), ça rend donc les choses plus faciles pour bouger.

Quelles étaient les procédures à suivre pour qu'une citoyenne française s'expatrie à Glasgow ?

Comme l'Écosse fait partie de l'Union Européenne, en fait, tout est assez simple. Pas besoin de visa, de passeport... Simplement les formalités que j'ai expliqué plus haut, ouvrir un compte en banque, etc.

As-tu éprouvé des difficultés à franchir ces étapes ?

Non, tout s'est passé facilement. Le seul souci que j'ai eu en arrivant, c'est que je me suis perdue plein de fois. Quand on est novice, le système de bus à Glasgow est vraiment compliqué. Plusieurs compagnies se partagent le réseau, les arrêts ne sont indiqués nulle part. Donc, quand on doit aller dans un endroit où on n'est jamais allé avant et qu'il n'y a rien nulle part pour nous indiquer où descendre, c'est un peu le casse-tête !

En général, est-il difficile de trouver un logement à Glasgow ?

Non pas du tout. Dans mon cas, en trois jours c'était réglé. Je pense que trouver un logement ici est globalement beaucoup plus facile que chez nous. On demande moins de papiers, les locations courtes sont plus facilement acceptées, etc.

Quelles sont les particularités du marché de l'emploi de Glasgow ?

Je suis assistante de français, employée par le Glasgow City Council. Je travaille donc dans l'éducation. Je dois avouer qu'en dehors de mon domaine je n'y connais pas grand chose au marché de l'emploi ici, si ce n'est que j'ai l'impression que les règles sont beaucoup moins « strictes » qu'en France. Par exemple, j'ai une amie qui travaille dans un hôtel et qui fait parfois dix jours d'affilée sans repos. Elle peut enchainer les horaires de soirée où elle finit à 23h avec une matinée où elle recommencera à 7h. Ce sont des choses qu'on ne voit pas en France.

Qu'est-ce qui t'as surpris le plus à ton arrivée à Glasgow ?

L'accent des gens ! Bon, je m'y attendais. J'étais déjà venue à Glasgow avant, mais la manière de parler des gens ici c'est vraiment quelque chose. J'ai un peu du mal à comprendre comment fonctionne le système de santé aussi, c'est un peu casse-tête, savoir ce qui est payant, ce qui ne l'est pas...

Que penses-tu du mode de vie des Écossais ?

Je ne trouve pas de grosse différence avec celui des Français en fait. Ils mangent plus tôt, les magasins ferment plus tôt, mais à part ça il n'y a rien de vraiment très différent à première vue.

Qu'en est-il des spécialités culinaires locales et des habitudes alimentaires ? Quel est ton plat préféré ?

Les Écossais mangent atrocement gras, mais c'est une chose qui est valable pour tout le Royaume Uni. Au restaurant, c'est burger, pizza... Il est presque impossible de trouver autre chose. J'ai tenté le fameux haggis (de la panse de mouton farcie, le plat traditionnel écossais): je ne suis pas fan. Par contre, j'adore la steak pie, une sorte de feuilleté à la viande et à la bière qui peut être délicieux selon la manière dont il est servi.

Une idée reçue qui s'est avérée fausse ?

Glasgow a une assez mauvaise réputation. L'on pense que c'est une ville glauque, dangereuse... C'est absolument faux. C'est une ville incroyable, avec une richesse culturelle immense. Même si effectivement il y a certains endroits où il vaut mieux éviter de se promener la nuit (comme partout ailleurs), pour ma part, je ne me suis jamais sentie en insécurité ici, bien au contraire.

As-tu eu des difficultés d'adaptation à ton nouvel environnement ?

Comme je l'ai dit plus haut, l'accent est assez difficile à comprendre. On est actuellement en plein mois de décembre et je dois avouer aussi que j'ai énormément de mal avec le temps : le vent et la pluie presque tous les jours, surtout après avoir passé un an à l'île de la Réunion. C'est assez difficile à supporter pour moi.

A quoi ressemble ton quotidien à Glasgow ?

Je ne travaille que trois jours par semaine: le mardi, mercredi et jeudi. Le reste du temps est pour moi. Je le consacre à mes loisirs et à mes études (car je poursuis mon master à distance). Je dois bien reconnaître que c'est plutôt la belle vie !

Quels sont tes loisirs préférés ?

J'ai la carte de cinéma illimitée. Donc je vais énormément au cinéma, plusieurs fois par semaine. J'aime aussi me promener dans les parcs (il y en a énormément à Glasgow, dont certains vraiment très agréables), voir mes amis... Sinon, j'essaie de sortir de la ville dès que c'est possible et de partir à la découverte du reste de l'Écosse, que ce soit à la journée (on a plein de destinations très sympa accessibles en train de Glasgow), ou pour quelques jours, découvrir une île ou monter dans les « Highlands ». J'ai beaucoup de temps libre, mais je ne m'ennuie pas.

Qu'est-ce qui te plait le plus à Glasgow ?

La gentillesse des gens et leur tolérance. Le fait qu'ici on peut voir tout un tas de gens complètement différents se promener dans la rue, des filles avec les cheveux bleus, des gens habillés de manière très bizarre, et que ça ne choque personne. En France, dès que quelqu'un est un peu différent, on le regarde bizarrement, voire agressivement. Ici chacun est libre d'être lui-même et je trouve ça génial.
J'adore le fait qu'il y a ait toujours de la musique dans la rue en centre ville. Je trouve ça tellement vivant. Enfin, très important pour moi, le fait de ne plus avoir à me poser la question de si un film et en VO ou en VF quand je vais au cinéma (oui je suis farouchement opposée à la VF). Ici les films sont tous en anglais.

Un évènement particulier que tu voudrais partager ?

Il y a quelques jours j'étais dans un parc, assise sur un banc. Là, une dame s'approche de moi et me demande si je peux lui garder son chien quelques minutes car elle a besoin d'aller aux toilettes et que les chiens n'y sont pas autorisés ! Je me suis donc retrouvée à garder son chien alors que je ne connaissais absolument pas cette dame.
C'est tout bête, mais je trouve que c'est un exemple assez parlant du fait qu'ici les gens sont respectueux et font également confiance très facilement. Ils ne sont pas sur la défensive comme dans les grandes villes françaises.

Quel est ton avis sur le coût de la vie à Glasgow et en Écosse en général ?

On pense que la vie est plus chère qu'en France. Honnêtement, je ne trouve pas. Après, bien sûr, ça dépend des endroits mais mon logement à Glasgow ne me coûte pas plus cher que ce que je payais à Lyon. La nourriture, c'est à peu près la même chose et il y a moyen de faire beaucoup plus d'économies ici : il y a tout un tas de magasins qui vendent des choses pas chères, comme Poundland par exemple. Et si l'on veut voyager à travers le pays, certains bus ne sont pas chers du tout. Le système de bus est très bien développé. Ce qui n'est pas du tout le cas en France où l'on est obligé de prendre des billets de train hors de prix si l'on n'a pas de voiture.

Qu'est-ce qui te manque le plus par rapport à la France ?

Pas grand chose en fait, si ce n'est ma famille et mes amis, évidemment, et la nourriture ! Du vrai pain, du vrai fromage... J'en rêve !

Comment comptes-tu célébrer Noël et le Nouvel An? Comment cela se passe en Écosse ?

Alors, cette année-ci, je compte célébrer Noël en France. L'avantage d'être en Écosse par rapport à la Réunion, c'est que ce n'est qu'à deux heures d'avion, et quand c'est possible j'aime être avec ma famille pour les fêtes. Mais ça ne m'empêche pas de profiter de l'ambiance de Noël qui est très présente ici, des décorations dans les rues. Tout est illuminé dans le centre ville. Ça égaye un peu le fait qu'il fasse nuit très tôt au mois de décembre !

Des conseils aux personnes qui souhaiteraient s'expatrier à Glasgow ?

Allez-y ! C'est une ville formidable, très bien placée pour visiter le reste de l'Écosse. Les Écossais sont des gens accueillants et la vie ici est vraiment agréable. Par contre, il faut bien avoir conscience que la météo n'est pas des plus clémente. Bien sur, il y a du soleil, mais si plus de deux jours de grisaille consécutives vous font peur, passez votre chemin.

Quels sont tes projets d'avenir ?

C'est la grande question du moment. Ce qui est sûr, c'est que je ne resterai pas en Écosse une fois que mon contrat sera terminé. J'aime ce pays, mais ce n'est pas ici que je veux faire ma vie. Je ne souhaite pas rentrer en France non plus. Je verrai selon les opportunités qui s'offriront à moi. Dans l'idéal, j'aimerais pouvoir partir découvrir encore un autre pays !

4 Commentaires
Stephanie63000
Stephanie63000
il y a 5 ans

D'accord je te remercie pour ta réponse et pour tes conseils

Répondre
analuna
analuna
il y a 5 ans

Coucou Stéphanie je n'avais pas vu ton commentaire, alors c'est sur qu'il faut un niveau d'anglais de base mais pas besoin d'être bilingue, maintenant si tu veux améliorer ton anglais l'Angleterre est sans doute plus adaptée car en Écosse c'est pas évident de comprendre les gens au début avec leur accent. Mais c'est faisable, j'ai des amis qui sont venus en ayant un niveau d'anglais de fin de lycée, et qui ont trouvé un emploi et sont restés :)

Répondre
Stephanie63000
Stephanie63000
il y a 5 ans

C'est intéressant, mais tu as un bon niveau en anglais contrairement à moi qui souhaite l'améliorer par ailleurs, j'aurais sans doute beaucoup de mal a trouver un emploi...

Répondre
Bryce6
Bryce6
il y a 5 ans

jolie témoignage tres interssant

Répondre
Partagez votre expérience d'expatrié !

Si vous souhaitez participer aux interviews, contactez-nous.

Participer