Educatrice Spécialisée:travailler et/ou reprendre des études au Quebec

Voilà, je vais vous exposer ma situation:

Je suis éducatrice spécialisée dans une association (CC66) depuis 10 ans. Lorsque j'ai été diplomée, je regardais déjà comment partir au quebec...et puis un mois après, j'ai été embauchée en CDI, et les années ont passé.
Ce rêve est toujours d'actualité, surtout après une rupture affective il y a 2 ans, et un bilan de ma vie me poussant au changement..
Cependant, à mon âge, je ne peux plus prétendre au PVT (limité à 35 ans).

Du point de vue de mes études, je suis diplômée Educatrice Spécialisée mais diplome obtenu en Belgique, à Tournai. J'ai également une Licence en Sciences de l'Education, avec l'Université de Lille 3.
Aujourd'hui j'aimerais fortement reprendre les études au niveau Maitrise (puisque c'est la nomination quebecquoise)...

Cependant, je pense qu'il sera difficile avec ma boite de négocier une rupture conventionelle. Et si je quitte mon CDI brutalement, je ne percevrais pas de chômage de suite. Ors tout mes paiements sont organisés mensuellement: impôts, loyers, crédit voiture...J'ai un peu peur de me retrouver dans la merde!!!

Dans le cadre d'une reprise d'études à Montréal, j'ai vu qu'il n'était pas possible d'obtenir un permis de travail si l'on a un permis d'étude: l'un ou l'autre?

Sinon, je pensais y travailler pendant un an..Dans le cadre du travail social, les canadiens sont réputés "à la pointe" du point de vue de l'approche sociale, et cela serait une expérience très enrichissante du point de vue professionelle, un plus dans mon CV français.
Mais comment faire pour obtenir un permis de travail depuis la France? Est ce facile de trouver un employeur?

Bref, j'aimerais avoir des conseils de personnes de mon âge ou plus qui ont vécu cette expérience: quitter un CDi pour le quebec, est ce possible?
Comment s'y prendre? Comment trouver des contacts depuis la France?...

Merci par avance!

naniouk :

J'ai également une Licence en Sciences de l'Education, avec l'Université de Lille 3.
Aujourd'hui j'aimerais fortement reprendre les études au niveau Maitrise (puisque c'est la nomination quebecquoise)...

Cependant, je pense qu'il sera difficile avec ma boite de négocier une rupture conventionelle. Et si je quitte mon CDI brutalement, je ne percevrais pas de chômage de suite. Ors tout mes paiements sont organisés mensuellement: impôts, loyers, crédit voiture...J'ai un peu peur de me retrouver dans la merde!!!

Dans le cadre d'une reprise d'études à Montréal, j'ai vu qu'il n'était pas possible d'obtenir un permis de travail si l'on a un permis d'étude: l'un ou l'autre?

Sinon, je pensais y travailler pendant un an..Dans le cadre du travail social, les canadiens sont réputés "à la pointe" du point de vue de l'approche sociale, et cela serait une expérience très enrichissante du point de vue professionelle, un plus dans mon CV français.
Mais comment faire pour obtenir un permis de travail depuis la France? Est ce facile de trouver un employeur?

Bref, j'aimerais avoir des conseils de personnes de mon âge ou plus qui ont vécu cette expérience: quitter un CDi pour le quebec, est ce possible?
Comment s'y prendre? Comment trouver des contacts depuis la France?...

Merci par avance!

Effectivement, immigrer au Canada n'est pas simple. Et on dirait que vous souhaitez garder un pied de part et d'autre de la flaque. Pour cela, à part être fonctionnaire et obtenir une mise en disponibilité est parfaitement irréalisable.
On ne comprend pas bien quels sont vos projets d'avenir.
- Est-ce de venir faire des études au Québec pour vous y installer ?
- Est-ce juste pour l'envie de venir faire des études? Pour acquérir des compétences approfondies? Autant dire que cela a un prix, extrêmement élevé en Amérique du nord (mais ça, vous devez le savoir). Vous devrez donc avoir n budget conséquent pour financer vos études et assurer le minimum vital pour toute la durée de celles-ci. Autant savoir que ce ne sera pas suffisant et que vous aurez le droit de travailler, mais uniquement après 6 mois de villégiature.  Et autant réaliser que ce ne sera que dans des petites jobs à salaire minimum.

Venir travailler au Québec juste pour 1 an est impossible en dehors du PVT. Obtenir un emploi à distance ... Comment dire .... Actuellement c'est la seule solution pour arriver quand on n'est pas un travailleur extrêmement qualifié pour la RP classique. Autant vous dire que c'est la voie dans laquelle s'engouffrent des centaines de milliers d'aspirants immigrants. Vous avez à peu près 0.001 % de chance que cela se réalise.

Enfin, quitter un CDI pour immigrer est une aventure avec les risques qu'elle comporte. Il faut oser accepter de prendre ces risques.

Pour ce qui concerne un témoignage, je suis parrainée par un Canadien qui avait un contrat de travail en France. Nous sommes donc arrivés ici sans travail, mais avec le montant de la vente de ma maison pour moi et un départ négocié avec une indemnité de non concurrence représentant un an de salaire pour mon conjoint.
Ce qui fait que nous arrivions pas vraiment inquiets. Mais chaque cas est particulier et n'est pas représentatif d'une généralité.

Nouvelle discussion