vie etudiante a Tokyo
Wiennat M / Shutterstock.com
Actualisé il y a 12 mois

Plongée dans le Japon, version étudiant : les tarifs réduits, et solutions pour loger malin. Même à Tokyo, on trouve de bonnes adresses, pour dépenser moins et profiter au mieux de sa vie étudiante.

Trouver un logement étudiant

Étudiant à Tokyo en quête d'un logement ? Si les prix de la capitale font pâlir, il existe des solutions qui permettent de sensiblement réduire la facture. Les conseils donnés ci-dessous reprendront ceux explicités dans l'article consacré au logement à Tokyo.

Le campus

Sans doute l'un des meilleurs moyens pour étudier dans des conditions optimales. Soucieuses du bien être de leurs membres, nombre d'universités ont développé tout un système de résidences, et autres campus réservés aux étudiants. Ces derniers ' et, peut-être encore plus les étudiants internationaux ' son soumis à un stress déjà important (pression scolaire, ressources financières etc.). Les universités ne se limitent pas aux études. Beaucoup ont crée des services d'aide et de soutien, des bureaux d'informations, pour soulager les étudiants internationaux.

Ainsi, les universités de Todai, Hitotsubashi, et TMDU (Tokyo Medical and Dental University) possèdent, chacune, leur campus. N'hésitez pas à vous renseigner directement auprès de l'université visée.

La famille d'accueil

Autre option, qui a l'avantage de recréer une cellule familiale ' sous réserve que la bonne entente passe rapidement ' la famille d'accueil peut constituer un choix intéressant. Les prix d'un logement en famille d'accueil sont variables, parfois même plus attractifs que ceux des sharehouses, car le coût alimentaire est inclus dans le prix que vous payez à votre famille d'accueil. Ainsi, le site Homestay in Japan promet un loyer de 76 000¥ en moyenne, pour un séjour de trois à six mois. Soit, le prix d'un mois dans une sharehouse de bon standing, ou d'un mois dans un appartement low cost.

Le principal inconvénient de la famille d'accueil est l'incertitude quant au foyer dans lequel vous séjournerez. De mauvaises relations pourront impacter négativement vos études. De même, vous devrez vous conformer aux règles de la maison (sorties etc.). Prenez le temps de bien discuter avec votre famille d'accueil, pour évacuer toute zone grise.

La sharehouse/guesthouse

Une solution très rentable, tant l'offre de logement est grande. Les agences proposant des chambres et autres appartements ne sont pas réservées aux salariés, bien au contraire. Touristes, PVTistes, étudiants'¦ Tous se retrouvent dans ces logements aux prix compétitifs. Ici, les étudiants pourront même bénéficier d'un tarif réduit, s'ils choisissent une agence de location ayant passé un partenariat avec son établissement scolaire. A noter que ces logements ne sont pas uniquement fréquentés par des étrangers. Les Japonais aussi louent en sharehouse. Occasion, pour vous, de créer des contacts, et de pratiquer la langue.

Les tarifs des sharehouses et guesthouses varient en fonction de leur emplacement, de la taille des logements, des équipements disponibles sur place. Là encore, prenez le temps de la réflexion : une chambre à bas coût mais très éloignée de votre école n'est peut-être pas la meilleure solution. L'argent économisé sera dépensé dans les transports, qui coûteront plus chers. Même si, en tant qu'étudiant, vous bénéficierez d'un travail réduit, évaluez bien les avantages et les limites, avant de choisir votre logement.

Les social residences

Gérées par les mêmes agences qui s'occupent des sharehouses, guesthouses et appartements, les social residences sont pensées comme de grandes familles. Souvent de taille importante (plus de cinquante, voire cent chambres) elles ont également plus d'équipement qu'une sharehouse classique : salle de sport, mini-cinéma, billard, salles de travail'¦ Et les tarifs sont souvent similaires, voire inférieurs à ceux des résidences classiques.

L'objectif des social residences : créer un environnement reposant, transformer le banal (se loger), en une aventure humaine. C'est l'exemple de l'agence Social apartement, qui entend récréer du lien social, à travers ses logements. Elle fonctionne sous forme de thèmes (chaque social residence a le sien) : cinéma, café etc. La résidence « cinéma » a sa salle de projections, des studios pour se filmer ou répéter, un espace ambiance co-working... tout pour plaire aux artistes !

Bémol : ces résidences sont, en général, éloignées de Tokyo. C'est ce qui explique leur tarif attractif. C'est un frein, pour qui ne veut pas passer des heures dans les transports. Certaines résidences parviennent cependant à trouver l'équilibre, en s'installant non loin de Tokyo, dans les villes proches : Saitama, Yokohama, par exemple. Ainsi, à peine 30 minutes de métro séparent la station Wakoshi (Saitama), de la gare d'Iidabashi, le quartier des affaires. On trouve également quelques social residence dans Tokyo (Ikebukuro, par exemple).

L'appartement

On peut aussi se tourner vers l'appartement si l'on souhaite vivre seul (on peut aussi opter pour une colocation, pour diminuer les frais). L'appartement reste l'une des solutions les plus onéreuses, quoiqu'il existe des discounters comme Fontana Tokyo city apartment, qui parviennent à caser les prix, avec des appartements de la taille d'une chambre (11m², par exemple). Fontana qui propose également une réduction pour les étudiants.

Coût de la vie

Comme vu dans l'article consacré aux universités, étudier au Japon coûte cher. D'environ 7 000⬠l'année pour les universités nationales et publiques, à plus de 8 000⬠pour les universités privées, jusqu'à plus de 40 000⬠pour certaines filières.

Si les bourses universitaires peuvent quelque peu vous soulager, vous devrez être en mesure de faire face aux dépenses du quotidien : loyer, alimentation, abonnement téléphonique (et scolarité, si vous êtes non boursier, ou si votre bourse ne couvre pas tous vos frais scolaires) etc.

Encore une fois, renseignez-vous auprès de votre établissement actuel (dans le cas où vous êtes étudiant au moment de votre demande), et auprès de l'université japonaise choisie. Des accords internationaux existant entre les universités, si votre établissement et l'université japonaise en ont signé un, vous pourriez bénéficier d'avantages.

Capitale oblige, Tokyo a la réputation d'être une ville chère. Comparativement aux autres villes proches (Saitama, Yokohama, Chiba'¦) les prix observés à Tokyo sont effectivement plus élevés. Mais l'on trouve tout de même des bons plans.

Bons plans

Plutôt que le konbini (pour convenient-store, supérette ouverte 24h/24), mieux vaut se tourner vers le supermarché (suu-paa) : des enseignes comme My Basket (mai basuketto), Hanamasa, ou Akoru, sont connus pour leurs prix bas. Mai basuketto est le mieux implanté dans la capitale, avec de nombreux supermarchés, faisant office d'épicerie de quartier.

(Note : les prix affichés ci-dessous sont hors taxe. La taxe est actuellement de 8%. Elle passera à 10% en octobre 2019. Au cours actuel, 100¥ = 0,80â¬)

Comparativement, un produit vendu, en moyenne, chez ces discounters, passera à 140, voire plus de 150¥ au konbini.

C'est chez ces discounters que l'on trouve la célèbre marque de premier prix AEON/Topvalu. Ainsi, vous pourrez trouver 2L d'eau dès 78¥ .

Les boissons sucrées (jus et sodas, 1,5L), se vendent dès 130¥ en moyenne. Comptez 88¥ pour les petits formats.

Dans ces enseignes, les spaghettis seront le seul type de pâtes que vous trouverez, à prix attractif : environ 120 à 160¥ le paquet.

Les fruits coûtent cher. A part les bananes, que l'on trouve vendu par trois ou quatre, à 100¥. Les légumes, en revanche, sont bon marché. Misez sur les légumes de saison. Pour moins de 200¥, vous trouvez de gros chou chinois (hakusai) de plusieurs kilos : ces légumes étant vendus à la pièce, et non au poids, il est facile de faire de belles économies.

Pensez également aux 100 yens shop et aux magasins Daiso : ce sont de petites (100 yens shop) ou grandes (Daiso) boutiques dans lesquelles, sauf mention contraire, tout est vendu à 100¥ (108¥ avec taxe). Vaisselle, papeterie, ustensiles de cuisine, chaussettes, snacking, confiseries, ces enseignes vendent un peu de tout. Très utiles lorsqu'on emménage, puisqu'on peut y trouver des produits de première nécessité : de la brosse à dent au balai, en passant par les assiettes, bols, couverts, bloc-notes, gomme, piles, écouteurs, bouteilles d'eau de 2L. En concurrence directe avec les discounters sur certains produits, ces boutiques à 100 yens sont, elles aussi, présentes un peu partout (quoique moins nombreuses que les supermarchés Mai basuketto).

Tarifs réduits

Heureusement, tout n'est pas que dépenses. En tant qu'étudiant, vous bénéficierez d'avantages, parfois très intéressants.

Transports

Grâce à votre statut d'étudiant, vous pourrez payez votre abonnement transport (teikiken) jusqu'à 50% moins cher. Par « abonnement », il faut comprendre le trajet depuis votre domicile jusqu'à votre école. Les réductions varient notamment en fonction de la longueur du trajet et des compagnies utilisées. Les sites Internet Navitme et Yahoo Japan calculent pour vous le coût de votre abonnement, avec la réduction étudiante.

Vélo

Même réduction pour les cyclistes. En tant qu'étudiant, garer votre vélo vous reviendra moins cher.

Activités culturelles

Aller à un concert de musique classique, de rock, où à une compétition de sumo, vous reviendra moins cher si vous êtes étudiant. Concernant la musique classique, une place vendue 10 000¥ pourra vous être facturée 1000¥ à peine. Pour un concert de rock, par exemple, le tarif est susceptible de passer de 6000 à 3000¥. Concernant les compétitions de sumo, la réduction est plus faible : un peu moins de 1000¥ sur le tarif de base.

Ces tarifs sont donnés à titres indicatifs : ils dépendent du cas d'espèce, de concert ou de l'activité visée.

Pour connaître tous les avantages dont vous pouvez bénéficier en tant qu'étudiant, n'hésitez pas à vous renseigner auprès de votre université.

Qu'il s'agisse d'une reconversion professionnelle ou de la poursuite d'un cursus commencé dans votre pays, vivre au Japon sera, pour vous, une aventure riche, une expérience humaine et sociale. Les universités font tout pour faciliter les échanges, et permettre une bonne intégration des étudiants internationaux. Car le Japon pense aussi macro-économie : dans un pays où le nombre de naissances baisse, et où celui des populations âgées augmente, l'étudiant international est aussi un potentiel futur actif. Des secteurs économiques, déjà sous tension, font appel à de plus en plus de talents étrangers. Voilà de quoi booster votre motivation.

Liens utiles :

Agences proposant des sharhouse, appartements, et social residences

Tokyo Sharehouse
TokyoRoomFinder.com
OAK house
Fontana
Tokyo stay

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.