Vivre en Corée du Sud : pour l'amour du coréen

Interview
Publié le 2017-01-11 13:30

Keri est originaire de l'Ohio, aux États-Unis. C'est en février 2013 qu'elle part vivre en Corée du Sud dans le cadre d'un séjour professionnel, pour n'y jamais revenir. Enseignante d'anglais et mariée à un Sud-coréen, elle partage avec Expat.com sa vie d’expatriée au pays du matin calme.

Bonjour Keri, d'où viens-tu et que faisais-tu avant ?

Bonjour, je viens de l'Ohio, aux États-Unis. Je suis partie en Corée du Sud en février 2013 pour un séjour professionnel dans le cadre du programme TaLK. Pendant trois années, j'ai donné des cours particuliers d'anglais de base. A présent, j'enseigne l'anglais dans quatre écoles différentes. Avant de m'installer en Corée du Sud, je jonglais entre mon poste de manager à plein-temps auprès de McDonald's et mes cours. J'ai passé mon diplôme en décembre 2012 avec le coréen comme matière principale et l'anglais comme matière secondaire.

Qu'est-ce qui t'as attirée vers la Corée du Sud ?

Lorsque j'étais au lycée, je me suis éprise d'un groupe coréen nommé DBSK. J'étais une passionnée de la musique pop coréenne (K-pop). Je me suis dit qu'un jour j'irai en Corée du Sud et que, peut-être, je m'y installerais pour de bon. J'en suis à ma 4ème année ici et je compte rester au moins une dizaine d’années de plus avant de retourner aux États-Unis avec mon époux.

Quelles étaient les procédures à suivre pour que tu puisses t'installer en Corée du Sud ?

C'est très facile dans la plupart des cas. Les ressortissants américains n'ont pas besoin de visa pour faire un séjour de 90 jours en Corée du Sud. Si vous y décrochez un job, vous serez parrainé par votre employeur pour la demande de visa E-2. Vous obtiendrez par la suite votre Alien Registration Card comprenant votre numéro d'identification. Il existe d'autres types de visas : de A à G, dépendant de votre statut d’expatrié. Actuellement, je suis détentrice d'un visa F-6 étant mariée à un ressortissant sud-coréen. Il est bien plus facile d'obtenir un visa sponsorisé d'étudiant ou d'enseignant de langue.

Peux-tu décrire un aspect de la Corée du Sud que tu apprécies particulièrement et un autre que tu aimes le moins ?

Ce que j’apprécie le plus, c'est la gentillesse des gens. La Corée du Sud est un pays sûr et fiable. Les Coréens feront toujours ce qu'ils peuvent pour vous aider et essaieront toujours de garder le jung – c'est une sorte d'interconnexion.

Ce que je n'aime pas par contre, c'est la hiérarchie. Ce sont toujours les plus grands, soit en termes d'âge ou de statut, qui détiennent le pouvoir et ont le dernier mot. Quelle que soit la situation, l'on s'attend à ce que vous fassiez preuve de respect envers eux et cela peut parfois entraîner un sentiment de colère, de frustration ou d'impuissance. Il existe même deux différentes variantes de la langue coréenne. Selon que vous parliez à une personne hiérachiquement supérieure ou non, les terminaisons de certains mots seront différentes. Ces règles sont prises très au sérieux. Les respecter est plutôt difficile pour moi, étant expatriée. Je pense que le respect se mérite. Ça ne vient pas automatiquement.

Keri en Corée du Sud

Qu'est-ce qui t'as le plus surpris à ton arrivée en Corée du Sud ?

La modernité, même à la campagne ! Si vous faites un bond dans l'histoire sud-coréenne, vous comprendrez que le pays a été détruit par la guerre de Corée il y a une soixantaine d’années. Mais de nos jours, il est facile d'obtenir quoi que ce soit en un seul clic, et la vitesse du wi-fi est tout simplement impressionnante !

Quelles sont les particularités du marché du l'emploi sud-coréen ?

Les expatriés ont plus de chances de trouver un emploi dans le domaine de l'enseignement (et de l'anglais en particulier). Les salaires sont intéressants et le logement est compris. Vous travaillez généralement entre 15 et 22 heures par semaine. Dans les écoles publiques, les horaires de travail sont bien plus longs (environ 40 heures hebdomadaires). Vous bénéficiez également d'une assurance santé qui est déduite de votre salaire et contribuez à une pension qui vous sera remboursée quand vous quitterez le pays (sauf si vous venez du Royaume-Uni !).

Quels sont les types de logements disponibles en Corée du Sud pour les expatriés ?

On y trouve généralement des appartements d'une chambre et des studios. Si vous vous y prenez seul, il peut être assez difficile de trouver autre chose. Le marché de l'immobilier subit les conséquences de l'inflation, ce qui est d'ailleurs l'un des points faibles de la Corée du Sud.

Quelles sont les fêtes les plus importantes du calendrier sud-coréen et les étiquettes de base ?

Seolnal, ou le Nouvel an lunaire, est célébré en hiver et Chuseok (Thanksgiving) en automne. Il y a aussi de nombreuses autres festivités.

En tant qu'expatrié en Corée du Sud, vous devez vous montrer respectueux en toute circonstance : vous incliner devant les autres, saluer, serrer la main avec les deux mains, enlever vos chaussures avant d'entrer, toujours remplir le verre de soju pour les aînés et céder la place dans le bus. C'est plutôt facile si vous faites attention aux gens autour de vous.

Que penses-tu du mode de vie des Sud-coréens ?

Les Sud-coréens ont une mentalité très bballi bballi. Tout doit être fait rapidement ! Vous avez un problème ? Ne vous en faites pas ! Il sera résolu dans les prochains jours ! Les colis que vous avez commandés arrivent rapidement. Votre commande au restaurant aussi ! Tout doit être vite fait et bien fait. Les Sud-coréens sont également très tape-à-l'oeil. C'est quelque chose que je n’apprécie pas trop. Tout le monde doit avoir la nouvelle voiture, le téléphone dernier cri, la veste tendance – c'est plutôt polarisant.

Comment de dessine le réseau de transport public en Corée du Sud ?

On peut voyager n'importe où en toute sérénité. Je vis dans la campagne et nous n'avons pas le métro. Par contre, on a le bus grâce auquel on peut se rentre n'importe où dans la province et même jusqu'à la ville la plus proche en une heure et demi seulement. Toutefois, dans les zones les plus rurales, le bus passe après une heure.

As-tu eu des difficultés d'adaptation à ton nouvel environnement et à la société sud-coréenne ?

Pas vraiment. J'ai beaucoup d'amis coréens qui m'ont beaucoup aidée, sans oublier mon époux qui m'a donné une idée du mode de vie et de la mentalité des Coréens.

South Korea

Que fais-tu de ton temps libre ?

Je lis des livres, j'apprends le coréen. Je suis aussi en train d'écrire un livre. Cette année, je compte m'inscrire aux cours de ballet ou de japonais, mais je n'ai pas encore fait mon choix. J'aime bien cuisiner également et j'essaye de rencontrer mes amis dès que je peux.

Quelles sont les nouvelles habitudes que tu as adoptées en Corée du Sud et les vielles habitudes que tu as abandonnées ?

Je ne savais pas cuisiner avant d'arriver en Corée du Sud ! A présent, je prépare des plats coréens tous les soirs. Bien sûr, j'ai dû apprendre à me débrouiller seule. En arrivant ici, j’étais encore jeune et je manquais de maturité. Mais maintenant, je me sens adulte. De mes vieilles habitudes, je dirais que je ne mange plus autant de viande. C'est tellement cher ici ! Et puis, je ne bois plus autant. En général, les Coréens boivent beaucoup, mais essayer de leur emboîter le pas serait une mauvaise idée.

Quel est ton avis sur le coût de la vie en Corée du Sud ?

Le coût de la vie est très abordable ici. Certaines choses comme la viande, les fruits et le carburant sont chères mais d'autres ne le sont pas du tout, comme la facture d'électricité, les légumes et les téléphones portables, par exemple. Il est possible de faire des économies ici, et vous aurez toujours les moyens de voyager et satisfaire tous vos besoins. Moi, j'arrive à économiser la moitié de mon salaire et je vis bien.

Tu vis dans la province du Jeollanam-do. En quoi le mode de vie dans cette région diffère-t-il de celui des grandes villes sud-coréennes ?

Évidemment, c'est très différent. Nous n'avons presque pas de grands centres commerciaux ni de produits importés. Il n'y a pas de Starbucks non plus, ni de cuisine internationale. De plus, personne ne parle anglais ici, vous serez souvent dévisagé puisqu'il n'y a pas beaucoup d’expatriés dans le coin. Cela dit, les gens sont très amicaux et vous aideront comme si vous étiez l'un des leurs. En général, ils sont gentils et attentifs et feront l'effort de parler anglais pour essayer de vous aider. C'est vrai que la région est tranquille mais avec une population soudée. J'adore vivre ici.

Quelle a été ta plus belle expérience en Corée du Sud ?

Mon premier jour de travail en mars ! J'ai essayé de me rendre à l'école à pied parce que ça n'avait pas l'air d’être très loin. Il s'est avéré que l’école se trouvait à plus de 10 kilomètres de chez moi ! J'avais fait presque la moitié du chemin quand une voiture s'est arrêtée à côté de moi. Le conducteur ne parlait pas anglais mais il m'a gentiment conduit à l’école. Quand j'y suis arrivée, l'un de mes collègues rigolait en me disant que des élèves m'avaient vu marcher sur la route et qu'ils étaient impatients de me rencontrer. C’était la toute première fois que je faisais l’expérience de la gentillesse des Coréens, et certainement pas la dernière.

South Korea city

Si tu devais tout reprendre à zéro pour partir t'installer en Corée du Sud, que ferais-tu différemment ?

J'essaierais d’être plus proche des sud-coréens. Il y a beaucoup de gens en Corée du Sud qui parlent vraiment bien l'anglais mais qui en ont honte. Je dois dire que les Coréens ont tendance à être plutôt discrets. Ils hésitent à s'investir dans des activités dans lesquelles ils n'excellent pas. Je voudrais essayer de me faire plus d'amis sud-coréens. C'est tellement facile de se lier d'amitié avec des expatriés et de rester dans cette zone de confort, mais il peut être tout aussi intéressant de sortir de son cercle habituel pour rencontrer des gens et découvrir d'autres cultures en profondeur.

Quel est ton avis sur la cuisine locale ? Quels sont tes plats préférés ?

J'adore la cuisine coréenne puisque c'est ce que je cuisine tous les jours ! La plupart des plats sont épicés, mais l'on s'y habitue à la longue. J'aime surtout la soupe kimchi (kimchi jjigae), les côtelettes de porc et le poisson frit.

Qu'est-ce qui te manque le plus par rapport aux États-Unis, ton pays d'origine ?

Ma famille, bien sûr. Après tout ce temps vécu à l’étranger, je dois avouer que c'est dur de rester loin de sa famille. Les gens me demandent souvent de leur raconter la vie aux États-Unis et c'est surtout à ce moment-là que j'ai le mal du pays.

Y a-t-il eu un moment où tu n'en pouvais plus, au point de vouloir partir ? Comment as-tu surmonté cette étape ?

En octobre 2015, ma mère a été diagnostiquée de la maladie de Hodgkin. Étant loin d'elle, je me sentais dévastée de ne pas pouvoir m'occuper d'elle. Je lui ai rendu visite en été et je l'ai accompagnée à un rendez-vous. Tous les médecins me connaissaient de nom et avaient entendu parler de moi. J'ai même démissionné de mon poste, voulant rester avec elle aux États-Unis. Mais ma mère m'a convaincue de retourner auprès de mon époux et de reprendre mon travail. Je suis donc rentrée en Corée du Sud. Heureusement, elle est guérie maintenant !

Quels conseils donnerais-tu aux personnes qui souhaiteraient s'installer en Corée du Sud ?

Essayez d'apprendre le coréen et de vous rapprocher de la culture coréenne qui est si différente du reste du monde. Vous aimerez certaines choses et détesterez probablement d'autres, mais ne vous laissez pas entrainer par ces quelques déceptions. Il est tellement facile de se mettre en colère et de rejeter les différences. Beaucoup de gens ne parlent pas l'anglais, mais ce n'est pas si grave. Ils n'ont pas le devoir de vous répondre.

Quels seraient, selon toi, 5 choses essentielles à ramener dans ses valises lorsque l'on part vivre en Corée du Sud ?

Des cadeaux pour ses collègues. C'est un bon moyen de tisser de nouveaux liens d’amitiés. Et puis, les Coréens adorent le café et le chocolat ! Pensez à ramener de grandes serviettes également ! Les Coréens n'utilisent que les petites serviettes de toilette comme serviettes de bain. Des chaussures si vous avez de grands pieds. Vos aliments préférés. Aussi, une carte de crédit sans frais additionnels sur les transactions à l’étranger.

Tes projets d'avenir ?

Je compte passer une dizaine d’années de plus en Corée du sud avant de retourner au pays avec mon époux. Dans deux ans, je vais m'inscrire pour un diplôme en anglais et essayer de trouver un autre emploi puisque je parle également coréen. Par la suite, je ferai d'autres études avancées pouvant m'aider lorsque je retournerai aux États-Unis.

Que souhaiterais-tu ramener avec toi lorsque tu quitteras pour de bon la Corée du Sud ?

La gentillesse que j'ai apprise grâce aux Coréens. J'essaye toujours de faire de mon mieux pour aider les gens. Je pense qu'il s'agit de l'une des plus belles leçons de vie qui a fait de moi une meilleure personne. Et puis, s'incliner devant les autres ! Je ne l'oublierai jamais !