Isabelle: « A un moment, je n’ai plus voulu aussi être juste la mère et l’épouse »

Blog du mois
Publié il y a 3 jours

Voilà dix ans qu'Isabelle vit aux États-Unis. Avec son époux et ses quatre enfants, elle s'est installée à Sillicon Valley en 2008. Depuis cette mère de famille est devenue bloggeuse et entrepreneure. Elle nous raconte son parcours et nous parle de son blog FromSide2Side !

Isabelle, parle-nous un peu de ta famille !

Nous sommes arrivés en novembre 2008 dans la Baie de San Francisco avec nos quatre enfants. Ils avaient à l’époque de deux à 12 ans. Nous sommes expatriés aux USA depuis 10 ans, mais avant nous avons été au Maroc (sans enfants) et à Taiwan, où notre troisième est née.

En 2011, mon mari a quitté son entreprise française et a pris un poste à Kansas City. Nous avions entre temps obtenu la green card. Nous sommes donc restés presque trois ans là.

Maintenant nos enfants ont bien grandi. Deux sont partis à l’université. L’aînée est à McGill à Montréal et va avoir son diplôme en juin et continuera vers un master là-bas. La seconde a fini en décembre l’Université de Colorado State et postule actuellement pour continuer en Law School.

La troisième est en équivalent première (junior) dans une High School américaine et le petit dernier est en 6th grade (équivalent sixième).

Mon mari depuis a changé d’entreprise et ne travaille plus sur Kansas City mais nous sommes restés pour le moment-là pour différentes raisons, notamment le fait qu’il n’est pas facile de bouger une adolescente en fin de High School.

Comment est venu l’idée de s’installer aux USA ?

L’entreprise de mon mari venait de racheter une entreprise dans la Silicon Valley et voulaient y envoyer un Français. Nous avions déjà été envoyé par la même entreprise au Maroc puis à Taiwan. Nous avions très envie de repartir et nous avons saisi la première occasion. C’est ainsi que nous nous sommes décidés sur les USA. Nous sommes donc arrivés en tant qu’expatriés. Nous étions dans le sud de la Silicon Valley à Cupertino.

Puis comme je le disais, il a quitté son entreprise pour un autre poste en 2011. Nous quittions le statut d’expatrié et perdions aussi une certaine sécurité finalement. Nous avons donc fait le choix de venir nous installer à Kansas City, là où se trouvait cette nouvelle opportunité.

L'expatriation pour la famille est un gros chamboulement. Comment l'as-tu vécu ?

Oui, c’est un gros chamboulement. Comment je l’ai vécu : au début, j’ai fait en sorte que les enfants le vivent au mieux. On avait déjà vécu l’expatriation à Taiwan avec eux, mais là, nous avions une adolescente et une pré adolescente. Cela n’a pas été évident de les arracher à leurs copains.

Le deuxième déracinement de la Sillicon Valley à Kansas City, a été très dure. Pour eux encore plus, puisque cela faisait un second déracinement en peu de temps.

Moi aussi j’ai mis un an à m’en remettre. Les conditions n’étaient plus les mêmes et venir à Kansas City, n’était pas vraiment facile. Pas de structure d’accueil francophone, pas d’école française donc nous étions complètement seuls au départ. Tisser des liens avec les américains était difficile.

Peu à peu, j’ai pris mes marques, j’ai fait connaissance avec des gens, des francophones, car finalement, nous nous comprenions. Les gens sont gentils à Kansas City, mais cela n’a jamais été pareil en fait et même si maintenant j’ai des amies américaines, au départ, ce n’était pas évident.

A un moment, je n’ai plus voulu aussi être juste la mère et l’épouse qui était là pour suivre son mari et s’occuper de ses enfants. Il m’a fallu autre chose.

L’entrepreneuriat: nous y reviendrons ! Mais qu’est-ce qui te plait le plus dans cette aventure que tu vis avec ta famille ?

Grâce à cette expatriation, nous avons vécu des choses extraordinaires, fait des voyages magnifiques dans l’Ouest des USA, des rencontres aussi magnifiques. Je me régale à découvrir ce pays et à découvrir sa culture. Nous avons découvert tellement de choses nouvelles et avons tellement changé à son contact. Tout n’est pas rose, mais chaque jour pour moi est une aventure : chaque moment est une découverte.

Personnellement, comme cette expatriation à Kansas City était assez difficile et isolée, je me suis beaucoup tournée vers des activités qui me faisaient du bien.

Qu'est-ce qui est le plus difficile quand on s'expatrie à six ?

Le fait d’être six n’a pas vraiment été un obstacle : OK il faut plus s’organiser au niveau du logement.

A un moment, nous avions quatre écoles à gérer ce qui multiplient par autant les réunions, la compréhension des programmes, les allers-retours etc... Avec l’université, il faut aussi pouvoir assumer le coût. Aux États-Unis, nous n’avons pas d’aides de quoi que ce soit et tout coûte cher, donc il faut suivre et assumer.

Après ce qui est le plus difficile, c’est peut être l’éloignement avec la famille, mais ça c’est le lot commun de tous.

Pour revenir à ton activité professionnelle, tu es aussi pharmacienne et entrepreneur. Raconte-nous ton développement professionnel aux USA ?

Oui, à un moment, j’ai voulu me lancer pour arrêter de voir passer les années sans rien faire de concret. J’ai cette passion de la santé et du monde de la santé. Mon diplôme n’étant pas reconnu ici, j’ai commencé à voir ce que je pouvais faire et voir comment je pouvais me lancer.

La principale difficulté je pense a été que je me trouvais à Kansas City et que comme il y a peu de francophones ici, il fallait que j’aille ailleurs chercher. Il a donc fallu que je crée un site web et que je me fasse connaître. J’ai donc créé le site AmerikSanté. Le système de santé étant tellement différent, j’ai commencé par expliquer les différences. De fils en aiguilles, j’ai fini par en écrire un livre “Comprendre le système de santé aux États-Unis” que j’ai publié sur Amazon.

Parallèlement, je me suis intéressée à l’aromathérapie et j’ai pu me former aux États-Unis. Cela m’a ouvert à de nouvelles opportunités. J’ai compris que dans ce pays, il fallait être vigilant sur de nombreuses choses si on voulait rester en bonne santé. L’alimentation en faisait partie et j’ai, donc, écrit un autre livre : Bien manger aux États-Unis: les bons réflexes pour une alimentation saine.

Entrepreneur aux USA, c’est facile ?

Être entrepreneur aux USA est facile et est bien ancré dans les mentalités.

Les États-Unis m’ont aidé dans le sens où en Californie, j’avais fait de nombreuses rencontres de femmes d’expat, comme moi, qui commençaient à se lancer. Cet élan m’a vraiment donné envie de me lancer à mon tour.

Après, j’ai surtout fait des rencontres dans le monde du web pour me faire coacher. Se lancer, se faire voir, n’est pas toujours facile, seule. Heureusement, le web est un formidable outil pour se développer.

Quand et pourquoi as-tu commencé ton blog FromSide2Side? Comment peut-il être utile aux futurs expatriés aux États-Unis?

Parallèlement à mon activité d’entrepreneur, j’ai commencé un blog : FromSide2Side. Il est né de mon choc culturel entre les deux Amériques que je connaissais. Passer de l’endroit le plus High tech des US, la Silicon Valley et se retrouver en plein centre, dans une ville moyenne, dans le Midwest a été une sacré transition. Cela a été un gros choc culturel : nous étions les seuls français dans notre quartier et dans les écoles que les enfants côtoyaient. Les mentalités n’étaient pas les mêmes et on a eu du mal à s’y faire au début.

En fait en arrivant en 2008, j’avais commencé un blog familial qui ne sortait pas de la famille et des amis. Après, j’ai voulu aller plus loin et c’est donc en 2012, que FromSide2Side est né : D’un côté à l’autre des US !

J’avais besoin d’extérioriser et raconter ce que je vivais. J’ai commencé par décrire aussi la vie scolaire de mes enfants : ce qu’ils vivaient dans leurs high schools, c’était drôle de raconter.

De mon côté, je me suis trouvée une passion pour l’écriture. C’était aussi un moyen de partager mes photos.

Quels sont vos projets d’avenir ?

Pour les projets d’avenir, ce n’est pas évident de se projeter. Nous sommes devenus américains en 2015, suite à nos cinq ans de green card. Entre temps, mon mari a perdu son job et il a fini par en retrouver mais ailleurs. Nos enfants sont complètement américanisés et même si nous parlons uniquement français à la maison, leur esprit est américain. Ils gardent quand même leur originalité française et se revendiquent français mais, leur vie sera, je pense ici aux US. Notre aînée elle restera au Canada, mais pour le moment, notre seconde poursuit ses études aux États-Unis. L’un dans l’autre, c’est donc ici que notre vie est !