Anne-Sophie: « Kyoto regorge d'endroits magnifiques »

Interviews d'expatriés
Publié le 2013-07-18 à 02:00 par Expat.com team
Ayant tout juste terminé ses études de commerce avec une spécialité sur les échanges Europe-Asie, Anne-Sophie s'est envolée pour le Japon il y a quelques semaines. Elle a en effet décroché son premier emploi à Kyoto.

Pourquoi as-tu choisi de t'installer à Kyoto?

Je voulais vraiment trouver un premier emploi au Japon après mon diplôme, et j'ai prospecté et fait mes recherches sur tout le territoire. Dès le départ je m'étais faite à l'idée de déménager sur Tokyo car il est très difficile de trouver un emploi au Japon, et on a beaucoup plus d'opportunités de trouver sur la capitale. J'ai eu beaucoup de chance car j'ai finalement trouvé une entreprise dont le siège se trouve à Kyoto. J'étais déjà venue plusieurs fois et j'avais adoré la ville. Je n'ai donc pas hésité une seconde !

Comment s'est passée ton installation?

Tout s'est très bien passé même si la séparation avec la famille et les amis n'a pas été facile (je suis partie seule). J'avais trouvé un logement environ 1 mois avant de partir, et j'ai pu régler tous les détails (assurance, etc.) avant mon départ. Finalement je suis arrivée assez sereine et j'ai pu faire connaissance avec mes colocataires assez rapidement.

As-tu eu des difficultés d'adaptation (barrière de la langue, coutumes)? As-tu appris le japonais?

Pour le moment la plus grande difficulté à laquelle je fais face est la langue. J'ai appris le japonais et j'ai un niveau équivalent au 2 kyuu du Japanese Language Proficiency Test. Cepen-dant, même si tout se déroule plutôt bien dans la vie de tous les jours (avec mes colocataires par exemple) le niveau au travail est différent et vraiment supérieur au mien. J'ai de la chance car mis à part lorsque je veux communiquer avec mes collègues, je travaille principalement en français et en anglais. Mais le reste du temps je me sens très embarrassée de ne pas avoir en-core un niveau de japonais supérieur.

Qu'est-ce qui t'a le plus surpris à Kyoto?

Sans hésiter, le nombre d'étrangers. C'est peut-être aussi dû au contraste avec Kagoshima (tout au sud de Kyushuu), où croiser un étranger relevait de l'évènement. Le temps aussi, qui en ce moment est extrêmement humide, m'a surpris. Mais je crois que c'est le cas un peu partout au Japon.

Comment as-tu procédé pour trouver un emploi à Kyoto? Quels sont les secteurs porteurs dans la région?

J'ai envoyé des candidatures spontanées. En fait on ne le sait pas forcément mais c'est ce qui fonctionne le mieux lorsque l'on cherche un emploi. Le Kansai est une région très dynamique et les secteurs les plus porteurs sont l'industrie automobile, les hautes technologies et l'industrie électronique entre autres.

Qu'est-ce que te plaît le plus à Kyoto?

La vie est très agréable. Kyoto reste une grande ville mais je dirais qu'elle est "à échelle humaine". On ne se sent pas étouffé, on peut circuler facilement et on trouve tout sur place. Le patrimoine Kyotoïte est impressionnant et il y a toujours des choses à faire le week-end. En-dehors de tous les circuits touristiques dont on parle régulièrement, Kyoto regorge d'endroits magnifiques, souvent un peu à l'écart de la ville. Il est d'ailleurs très facile d'aller se balader en pleine nature. En plus de ça, Kyoto est un lieu stratégique lorsque l'on visite le Kansai (et même le Japon): il est très rapide de se rendre à Osaka, Nara, Nagoya ou Kanazawa.

Une idée reçue sur la ville ou le pays qui s'est avérée totalement fausse...

Avant de venir au Japon j'entendais tout le monde dire que la nourriture japonaise est synonyme de régime : c'est totalement faux ! Les plats sont toujours en sauce, la viande très souvent frite ou panée et les desserts toujours très sucrés.

Quel est ton plat japonais préféré?

Les tako-yaki (boules de pâte à crêpe fourrées avec du poulpe et napées de sauce soja/mayonnaise, spécialité d'Osaka). En accompagnement de l'apéro, je ne peux pas résister devant des edamame (haricots de soja).

Parle-nous de ton quotidien d'expatriée à Kyoto:

J'aime beaucoup Kyoto et j'apprécie de pouvoir y vivre car auparavant je n'étais venue que quelques fois en tant que touriste.
Il fait très chaud et humide en ce moment donc l'adaptation n'est pas facile, surtout que le climat sur la côte d'azur et plutôt sec ! Je n'étais jamais venue en été au Japon et je suis contente de pouvoir profiter très prochainement du Gion Matsuri et de toutes les autres festivités ayant lieu pendant l'été.
J'essaie de m'imprégner le plus possible de la langue pour pouvoir progresser rapidement et être efficace au maximum dans mon travail.
J'espère pouvoir rester longtemps au Japon et je suis certaine que cette nouvelle expérience sera très enrichissante.

Qu'est-ce qui te manque le plus par rapport à la France, ton pays d'origine?

La spontanéité française. Pour moi c'est un des plus gros défauts des japonais.

Y a-t-il des coutumes ou traditions du Japon que tu souhaites partager avec nous?

Lorsque je vivais en famille d'accueil, il y avait un autel dédié aux anciens de la famille (et au chien récemment décédé) dans le salon. Tous les jours, ma maman d'accueil leur disait bonjour ou laissait les restes de notre repas devant l'autel. Au départ j'ai trouvé ça très intrigant car en France, notre rapport avec la mort est tabou et met mal à l'aise. Ma famille m'a expliquée que c'était une coutume pour les Japonais d'avoir un autel dans leur maison. Finalement je m'y suis habituée et cela ne me gêne plus du tout à présent.

Quels conseils peux-tu donner à ceux qui veulent s'installer à Kyoto?

De se lancer ! C'est le moment ou jamais de débuter une expérience qui sera très certainement une des plus enrichissantes que vous aurez l'occasion d'avoir. On a qu'une vie, il ne faut pas regretter d'avoir abandonné ses projets parce qu'à un moment on s'est dit "Et si ça ne marchait pas ?". Pour ceux qui sont déjà décidés, ne pas hésiter à contacter la communauté expat déjà sur place, car on trouve souvent des bons plans par l'intermédiaire des locaux.

Tu as créé un blog, Dokoikitai, dans lequel tu évoques ton expérience au Japon : pour-quoi as-tu éprouvé le besoin de bloguer?

C'était important de garder un contact régulier avec toute la famille et les amis et le blog s'est avéré être le moyen le plus simple et efficace. Même si nous ne nous envoyions pas des emails tous les jours souvent on me disait "Ah oui j'ai déjà tout vu sur le blog !". Ça permet de garder des relations très vivantes. "Doko ikitai" signifie "Où veux-tu aller?" et est une référence à nos différents séjours au Japon.

Partagez votre expérience d'expatrié !

Si vous souhaitez participer aux interviews, contactez-nous.

Participer