Close

Travailler en Malaisie

Recommander

Si la Malaisie pratique l’immigration choisie, trouver un travail dans ce pays et répondre aux conditions imposées par les autorités n’est pas impossible. Dans cet article, vous trouverez toutes les informations relatives au monde du travail en Malaisie.

Une chose est sûre, l’immigration malaisienne privilégie l’emploi des citoyens malaisiens et votre future entreprise devra expliquer son choix de recrutement avant que l’expatrié n’obtienne les autorisations nécessaires pour résider et exercer une quelconque profession en Malaisie. Cependant, le contexte économique et professionnel de la Malaisie tend à encourager le recrutement de professionnels d’origine étrangère.

Contrat local

Le recrutement de salariés étrangers en contrat local peut être un atout pour une entreprise en Malaisie pour la diversité culturelle et intellectuelle que cela peut représenter. Les qualifications académiques et professionnelles des employés expatriés peuvent être un plus pour la société, notamment si cette dernière opère sur le marché international. Enfin, un contrat local pour un étranger ne représente pas de dépenses plus importantes que pour le recrutement d’un Malaisien.

Globalement, il faut donc reconnaître que la main d’œuvre étrangère représente un grand avantage dans de nombreux secteurs pour l’économie malaisienne.

L’univers professionnel des expatriés en Malaisie

Les expatriés en poste en Malaisie remplissent des conditions précises. Le salaire minimum doit être de 5 000 ringgits et leur période d’emploi est fixée à deux ans minimum. Par ailleurs, trois raisons peuvent justifier l’emploi d’un étranger plutôt que d’un citoyen malaisien au sein d’une entreprise établie en Malaisie :

  • la création d’un poste de direction supérieure
  • la création d’un poste de cadre intermédiaire avec la preuve de l’expérience professionnelle et des qualifications académiques
  • le savoir-faire technique prouvé et faisant de l’expatrié un employé indispensable pour la société.

Le profil-type du salarié expatrié en contrat local se présente de la façon suivante : individu âgé entre 35 et 40 ans, de formation technique ou ingénieur, doté de qualifications académiques et professionnelles prouvées. L’expérience sur le marché asiatique est également recherchée par de nombreuses entreprises, qu’elles soient françaises, francophones, internationales ou plus simplement locales.

De nombreuses entreprises multinationales emploient des expatriés en Malaisie. Pour ne citer que les plus grandes : Accenture, le groupe CIMB, Exxon Mobil, la HSBC, KPMG, Maybank, Pricewaterhouse Coopers, la Public Bank Berhad, Schlumberger et Shell.

Les secteurs demandeurs en Malaisie

L’économie de la Malaisie repose essentiellement sur le commerce international et la manufacture. En effet, aujourd’hui, le secteur secondaire emploie un nombre important de personnes, la Malaisie étant un des plus grands exportateurs d’appareils électriques et électroniques. D’un autre côté, les technologies de l’information et de la communication sont en constant recrutement, tout comme l’industrie de la science et celle du tourisme.

En termes de statistiques, 47 % de la population active travaille dans le secteur des services, 41 % dans différentes industries et 12 % dans l’agriculture (en 2014).

Obtenir le statut d’expatrié

Pour pouvoir travailler en Malaisie en tant qu’étranger, une série d’étapes doit être respectée par l’employeur et le futur employé. L’entreprise est responsable de la demande de visa, mais elle doit aussi s’assurer d’être autorisée à recruter des ressortissants étrangers.

Avant que la demande puisse être traitée, la société en question doit en effet obtenir l’approbation de l’organisme responsable du cœur de métier de l’entreprise. La liste de toutes ces agences et de leurs domaines de responsabilité est disponible sur le portail du ministère de l’Immigration malaisien.

Le processus pour décrocher un poste en Malaisie comprend deux étapes majeures : la demande d’emploi, pour laquelle l’intervention de l’organisme responsable du cœur de métier de l’entreprise est indispensable ; et la demande de permis de travail auprès du comité d’expatriation (Expatriate Committee). Ces deux étapes sont expliquées en détail sur le site du ministère de l’Immigration.

Enfin, il existe des exceptions. Si certains ne sont, par défaut, pas éligibles au statut d’expatrié en poste en Malaisie, d’autres peuvent obtenir l’approbation immédiate de l’organisme en charge du cœur de métier de l’entreprise dans laquelle ils souhaitent travailler. Cette exception concerne notamment les expatriés dont le salaire mensuel excède la somme de 8 000 rinngits.

Conditions de travail

Pour un expatrié étranger, le contrat de travail doit faire mention d’un salaire de minimum 5 000 ringgits. La durée de travail hebdomadaire obligatoire s’élève à 48 heures, soit 9 heures quotidiennes. Les heures supplémentaires sont payées une fois et demie le taux de rémunération normal, alors que le travail le dimanche est payé double. La rémunération est triplée lors des jours fériés prestés. Le travail de nuit est interdit pour les femmes.

Pour ce qui est des congés payés, huit jours sont autorisés avant deux ans de poste. Entre deux et cinq ans d’ancienneté, l’employé a droit à 12 jours. Au-delà, 16 jours de congés payés sont mis à la disposition du salarié.

60 jours de congés maternité sont accordés à la future maman. Ils peuvent être pris 30 jours avant l’accouchement. Cependant, l’employée doit avoir été en poste pendant une durée d’au moins 90 jours avant le cinquième mois de grossesse et ne doit pas avoir plus de cinq enfants à charge.

L’âge de la retraite est fixé à 55 ans pour les hommes et 50 ans pour les femmes. Cependant, il est possible de partir à la retraite avant cet âge dans le secteur privé.

Sécurité sociale

Le système de sécurité sociale malaisien repose sur deux piliers : l’EPF (Employees Provident Fund, ou Caisse de prévoyance des employés) et le système d’assurance sociale. Le premier gère deux comptes individuels par employé pour la retraite et l’indemnisation d’invalidité. Le système d’assurance sociale, lui, prévoit deux programmes en cas d’accident de travail et en cas d’invalidité respectivement.

Tout employé du secteur privé adhère automatiquement à l’EPF. Pour ce qui est des auto-entrepreneurs, des travailleurs domestiques et des employés étrangers, ils peuvent opter pour l’assurance volontaire. Enfin, l’assurance sociale est obligatoire pour les employés malaisiens jusqu’à l’âge de 55 ans et dont le revenu excède 3 000 ringgits.

La contribution mensuelle à l’EPF est de 11 % jusqu’à l’âge de 54 ans, puis de 5,5 % les années suivantes. L’employeur prend 18 % à sa charge. Quant à la contribution à l’assurance sociale, elle est calculée au taux de 0,5 % du salaire mensuel de l’employé selon sa « classe salariale ». À noter qu’il en existe 24 et qu’il s’agit de fourchettes de revenus : la première est fixée à un maximum de 30 ringgits, et la dernière à 3 000 ringgits. L’employeur contribue également l’équivalent de 0,5 % du salaire à l’assurance sociale.

Par ailleurs, les entreprises doivent contribuer à une assurance sociale particulière, la SKHPPA, afin que les salariés étrangers entre 18 et 59 ans puissent être hospitalisés dans les hôpitaux gouvernementaux à hauteur d’une somme fixe chaque année.

 Liens utiles :

Ministère de l’Immigration – Obtenir le statut d’expatrié - Etape 1 www.imi.gov.my/index.php
Etape 2 www.imi.gov.my/index.php/en/main-services
Employees Provident Fund (EPF) www.kwsp.gov.my
PERKESO – Sécurité sociale www.perkeso.gov.my
Expat.com - Offres d'emploi en Malaisie
Monster Malaisie www.monster.com.my
Jobs DB my.jobsdb.com
Jobs Malaysia www.jobsmalaysia.gov.my

Recommander
expat.com Your favourite team
Membre depuis le 01 Juin 2008
Small earth, Mauritius
1 Commentaire
mehdimi17
mehdimi17
l'année dernière

La protection civile malaisienne ne recruterais pas des pilotes etrangers par hasard ?

Répondre

Voir aussi

Faire un stage en Malaisie, c'est découvrir une économie en plein essor, mais aussi découvrir une autre atmosphère professionnelle. Comment procéder ?
Le marché du travail de la ville d'Ipoh est ouvert aussi bien pour les profils de techniciens et d'ingénieurs que pour les professionnels du tourisme.
Johor Baharu est considérée comme la banlieue de Singapour. Mais comment trouver un emploi dans cette ville malaisienne ?
Klang se caractérise par ses nombreuses industries et son port, qui fait partie des plus actifs du monde. Voici un aperçu du monde du travail à Klang.
L'activité économique de Seremban offre un marché de l'emploi varié. Dans cet article, découvrez l'univers du travail dans cette ville malaisienne.

Assurance santé expatrié Malaisie

Conseils pour bien choisir votre assurance santé en Malaisie.

Déménagement en Malaisie

Conseils pour préparer votre déménagement en Malaisie

Assurance voyage Malaisie

Conseils pour bien choisir votre assurance voyage en Malaisie

Billet d'avion Malaisie

Trouvez les meilleurs prix pour votre billet d'avion pour la Malaisie