Ces restrictions interdisant l'entrée aux expatriés...

  • Shutterstock.com
Article
Publié le 2019-12-10 08:29

Le 25 novembre, le Royaume du Koweït a ajouté le diabète, un problème de santé non contagieux, à sa liste actuelle de maladies empêchant les expatriés de vivre dans le pays. Et ce n’est pas inhabituel pour un pays de restreindre l’accès à des individus souffrant de certaines conditions médicales….

Les expatriés souffrant de diabète ne pourront plus s’installer au Koweït. La raison? Cela permettra d’alléger la pression financière sur son ministère de la Santé en raison de l'augmentation constante des coûts des soins médicaux pour les expatriés. Cette décision est également défendue à titre préventif, notamment pour limiter les engagements des expatriés dans le pays.

Autres restrictions médicales à motivation financière

La décision du Koweït n’est pas inhabituel. Il y a quelques années, le Qatar, en raison de la pression financière sur son système de santé, a décidé de refuser les expatriés souffrant de maladies rénales. L'Australie en a fait de même : les expatriés qui souffrent de tout problème de santé à long terme, y compris le VIH, sont évalués en fonction du coût qu'ils representent sur le système de santé australien.

Le problème de cette approche financièrement motivée est que de plus en plus de maladies, contagieuses ou non, peuvent être ajoutées aux listes restreignant la mobilité des expatriés. Il est très probable que d'autres pays en difficulté financière suivront également cet exemple.

Restrictions en raison de maladies contagieuses

De nombreux pays appliquent déjà des restrictions aux expatriés pour des conditions médicales comme la tuberculose, l'hépatite B et C et le VIH / sida. Les pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord sont les plus stricts dans l'application de restrictions aux expatriés en fonction des conditions médicales mentionnées et attendent des documents médicaux certifiés avant d'autoriser un séjour de longue durée dans leur pays. En plus du Koweït et du Qatar, des pays comme l'Iran, l'Irak, la Jordanie, les Émirats arabes unis, le Yémen, Bahreïn, l'Égypte, le Liban, Oman, l'Arabie saoudite et la Syrie refusent l'entrée et expulsent les expatriés testés positifs pour le sida ou d'autres maladies contagieuses. Israël et la Tunisie attendent des expatriés de long séjour qu'ils fournissent des certificats médicaux et subissent des analyses de sang.

Certains pays ne s'attendent pas à des examens médicaux au préalable, mais expulsent les expatriés s'ils sont testés positifs aux maladies mentionnées. Entre autres, ils incluent le Bangladesh, la Chine et la Malaisie, des pays comme le Singapour et le Japon ne demandent pas de certificats médicaux à l'avance mais exigent des examens médicaux par des expatriés peu de temps après leur arrivée. Dans ces pays, des tests sont effectués pour la tuberculose, le VIH, la syphilis et le paludisme, et ceux qui ne réussissent pas les tests seront expulsés.

Restrictions pour les séropositifs

Les restrictions imposées aux expatriés atteints du SIDA sont inférieures à celles de la tuberculose et de l'hépatite. Les pays qui sont stricts en matière de sida, en plus des pays susmentionnés, sont les suivants:

Dans les Caraïbes, les expatriés atteints du sida ne sont pas autorisés à Cuba, en République dominicaine, à Saint-Kitts-et-Nevis et à Saint-Vincent-et-les Grenadines.

En Asie, le seul pays qui expulse les expatriés sur la base de leur séropositivité est la Corée du Nord. La Chine n'expulse pas les expatriés atteints du SIDA mais empêche les expatriés d'entrer s'ils souffrent de maladies infectieuses comme la lèpre, les maladies vénériennes et la tuberculose. La Chine attend également des examens médicaux avant ou dans les six mois suivant son arrivée dans le pays.

L'Azerbaïdjan, le Kirghizistan, le Kazakhstan et la Russie sont les pays d'Europe orientale qui restreignent l'entrée des expatriés à long terme sur la base de leur séropositivité. Les expatriés séropositifs sont également expulsés.

L'Amérique latine n'impose aucune restriction sur les séjours de courte durée, mais le Honduras, le Nicaragua et le Paraguay s'attendent à ce que les expatriés fassent des tests de dépistage du VIH à leur arrivée et refusent les permis de séjour si ces expatriés sont positifs.

En Amérique du Nord, les États-Unis et le Canada ont des approches beaucoup plus libérales à l'égard des personnes atteintes du sida qui sont autorisées à condition qu'elles puissent prouver qu'elles sont sous traitement d’antirétroviraux. Le Canada veut également une preuve médicale de l'état de la maladie avant d'autoriser un séjour de longue durée.

Le Brunéi, le Bhoutan et la Malaisie, en plus de mentionner les pays de la région de l'Asie du Sud et du Sud-Est, appliquent également des restrictions sur les séropositifs aux séjours longue durée. Le Brunéi exige que tous les voyageurs entrant dans le pays remplissent une carte de déclaration de santé qui doit être soumise au responsable (MS) lors du débarquement.

Les pays d'Afrique subsaharienne qui imposent des restrictions aux expatriés en raison du sida sont la Guinée équatoriale, Maurice, les Seychelles, le Soudan et la Tunisie.

En Europe occidentale et centrale, la Pologne est la plus restrictive et exige le dépistage obligatoire du VIH pour toute visite au-delà de 90 jours. La Hongrie expulse même un expatrié s'il refuse d'être traité pour le VIH. Les autres pays européens sont moins stricts.

Restrictions fondées sur des infractions pénales

Outre les conditions médicales, les infractions pénales sont une autre raison pour laquelle les expatriés peuvent se voir refuser l'entrée dans un pays.

Les États-Unis sont les plus stricts sur ce sujet. Toute infraction de «turpitude morale» impliquant un crime contre les normes standard des États-Unis entraînera l'expulsion. Les douanes américaines n'hésitent pas à expulser les expatriés potentiels qui ont déjà été reconnus coupables de crimes tels que le trafic de drogue, la fraude, le vol, agression, i

 ncendie criminel, chantage, bigamie... Pour être préventifs, les États-Unis attendent des déclarations d'infractions antérieures et une indication si des peines ont été purgées.

L'UE applique des mesures plus souples, mais attend des expatriés qu'ils signalent des antécédents criminels, dont l'omission entraîne leur expulsion.

L'Australie et la Nouvelle-Zélande appliquent des mesures strictes et tout expatrié qui a purgé une peine pénale de 12 mois et plus se voit refuser l'entrée.

En plus de ceux qui précède, des pays tels que la Belgique, le Canada, les îles Caïmans et l'Afrique du Sud exigent également un certificat de police des visiteurs ayant déjà été condamnés au pénal.

Enfin, ceux qui remplissent les critères reconnus par l'ONU pour être un terroriste ne devraient même pas essayer de quitter leur pays d'accueil, sans même y entrer.