Incendies dans la forêt amazonienne: les expats en parlent

  • Shutterstock.com
Article
Publié le 2019-08-28 13:54

Cela fait plus ou moins un mois que les incendies dans la forêt amazonienne ont commencé. Bien que des incendies se produisent chaque année dans la forêt tropicale, les médias rapportent qu’il y a à ce jour 80, 000 incendies, soit 85% de plus que ce qui avait été enregistré l'année dernière. Alors, que disent les expatriés vivant au Brésil ?

Vingt pour cent de l’approvisionnement en oxygène dans le monde. C'est ce que représente la forêt amazonienne. La forêt a fait l’objet d’incendies massifs au cours du mois dernier, ce qui a grandement retenu l’attention des médias du monde entier. Des manifestations ont été organisées devant les consulats brésiliens dans le monde entier. Le hashtag #ActforAmazonia est l’un des plus utilisé sur Twitter et les dirigeants des plus grandes puissances du monde ont envoyé des fonds ainsi que de l’aide pour venir à bout des incendies.

Au Brésil aussi, la situation empire et cette semaine, 44 000 membres des forces armées ont été déployés pour surmonter cette crise. «Hier encore, la fumée avait complètement obscurci le ciel à Sao Paulo», explique Marty, un expatrié américain vivant à Foz do Iguacu au Brésil. «Je sais seulement ce que j'ai lu dans les médias. Nous sommes inquiets ici à Foz do Iguaçu, l’Amazonie s’alimentant dans le Pantanal, qui s’alimente en amont des chutes d’Iguacu, inscrites au patrimoine mondial. L'Amazonie et le Pantanal sont des ressources importantes au Brésil », explique Marty. Mais au-delà de cela, les expatriés s'inquiètent également de la qualité de l'eau. «Les produits chimiques résultant de la combustion peuvent se répandre dans l’eau et la contaminer», craint Marty.

Les expatriés s'inquiètent en effet de ce que les incendies en Amazonie pourraient signifier pour la santé publique, mais également de ce que cela signifie pour l'environnement et la prospérité économique du Brésil. En effet, Ab, qui se trouve à Manaus, en Amazonie, ne vit pas à proximité des incendies actifs. L’expatrié américain craint toutefois que les incendies cèdent la place à une utilisation accrue des terrains forestiers à des fins commerciales. «C'est la saison des feux chaque année en Amazonie, lorsque les agriculteurs brûlent leurs champs - et beaucoup brûlent les terres publiques illégalement pour en planter davantage ou pour élever du bétail. L'année dernière, les incendies étaient beaucoup plus proches de Manaus. Nous pouvions souvent les voir de la ville et il y avait souvent une épaisse fumée dans l’air. Le gouvernement a lancé une grande campagne d'information publique pour convaincre les gens de signaler les incendies illégaux. Cette année, les incendies sont pires mais beaucoup plus éloignés et il n’y a pas de campagne d’information à ce jour. Le silence est inquiétant et inquiétant », explique Ab.

De l’autre côté, d’autres s'inquiètent de l’impact que les incendies pourraient avoir sur l’économie du Brésil. «Nous craignons des sanctions économiques à l'encontre du Brésil, qui est toujours en récession», explique Montgomery, expatrié installé à Rio Grande do Sul.