Olivia à Lausanne : « On gagne beaucoup mieux sa vie ici et le pouvoir d'achat est plus élevé »

Interviews d'expatriés
Publié le 2014-09-18 à 00:00 par Expat.com team
Cela fait bientôt trois ans qu'Olivia, jeune expatriée française, s'est installée à Lausanne, en Suisse. Après avoir fait face à quelques difficultés d'adaptation, elle y a enfin trouvé le bonheur. Rencontre...

Faisons connaissance !

Je suis Olivia et j'ai 29 ans. Je suis française, née en Haute-Normandie. A mes 25 ans, je me suis installée à Bordeaux mais je n'y ai vécu que quelques mois puisque je suis partie en voyage en Australie. Suite à une jolie rencontre, je me suis expatriée en Suisse pour vivre avec mon amoureux.

Comment s'est passé ton installation à Lausanne ?

J'ai d'abord vécu à Zurich, une installation difficile puisque je ne parle pas allemand ! De plus, mon entourage était majoritairement constitué de tessinois (mon ami vient de ce canton) mais j'avais oublié l'italien que j'avais appris au lycée 10 ans plus tôt. Au début je ne comprenais rien, ni dans la rue ni à la maison ! Puis j'ai révisé mon italien en me faisant aider d'amies tessinoises. J'ai pu mieux m'intégrer, cela m'a même aidé à obtenir un travail !

Qu'est-ce qui t'a attiré vers cette ville suisse ?

Je n'avais pas choisi Zurich puisque j'y ai rejoint quelqu'un. Mais avant de m'y installer, j'avais visité la ville et j'ai beaucoup aimé son ambiance. Zurich est une jolie ville. J'ai été charmée par la Limmat qui traverse le centre, le lac en pleine ville et le côté très typique de la vieille ville. J'y ai trouvé les gens gentils, accueillants, c'était idyllique !
Mais finalement, la vie n'était pas si idyllique que ça. J'avais fait le pari de trouver un travail sans parler l'allemand et j'ai réussi. Mais au quotidien, c'est difficile à gérer. D'abord je n'avais qu'un contrat à durée limitée et si je parlais français et italien dans mon poste, l'entreprise (mails internes, séances) utilisait l'allemand, que je ne maitrise pas.

Comment t'es-tu retrouvée à Lausanne alors ?

J'ai finalement décidé que je pouvais avoir plus de possibilités d'évolution professionnelle en Suisse romande et après 6 mois de recherche, j'ai trouvé un CDI à Lausanne. Après 2 colocations successives pas toujours réussies, et presque 2 an et demi en Suisse, je suis enfin installée dans mon propre appartement !

Quelles procédures as-tu suivi pour t'expatrier en Suisse ?

Je me suis d'abord annoncée à la commune comme c'est l'usage lors d'une arrivée en Suisse ou dans un nouveau canton. Une fois mon premier contrat de travail en poche, j'ai obtenu un permis provisoire de résidence de la durée de mon contrat de travail, le permis L. Il a été renouvelé chaque fois que mon contrat de travail se prolongeait. A Lausanne, j'ai dû de nouveau m'annoncer à la commune après mon emménagement puis j'ai obtenu mon permis B, permis de travail de 5 ans grâce à mon contrat indéterminé.

As-tu éprouvé des difficultés à franchir ces étapes?

Obtenir un permis B a été un long parcours. Les procédures ne sont pas compliquées en elle-mêmes. J'ai même été très bien accueillie à la commune de Zurich qui faisait toujours l'effort de me parler français ! Les difficultés sont venues du fait que je n'avais qu'un permis temporaire que j'ai dû refaire maintes fois parce que je n'avais qu'un contrat de 3 mois qui se renouvelait. Quand j'ai enfin signé un contrat indéterminé, l'attente a été très longue avant de recevoir mon permis de résidence de 5 ans...

Dans quel domaine exerces-tu?

Je suis gestionnaire administrative.

Comment s'est passée ta recherche d'emploi ?

A Zurich, j'étais inscrite dans tous les bureaux d'intérim, j'ai fait mon CV en anglais et je l'ai envoyé partout. Je tenais une liste de mes envois pour ne pas me perdre dans mes recherches, j'ai répondu et envoyé plus de 150 lettres de motivation en 2 mois. Le fait de parler français a été un atout car j'ai travaillé dans le siège d'une entreprise présente dans toute la Suisse. Je pouvais traiter les dossiers pour la Suisse Romande et le Tessin.
Pour Lausanne, ça a été plus difficile car habitant encore à Zurich et n'ayant qu'un permis temporaire, les entreprises étaient peu réceptives. Il y a un problème de logement à Lausanne et il est difficile d'y être embauché sans avoir déjà un pied à terre dans cette ville. Après des mois de recherche, j'ai noté l'adresse d'un ami sur mon CV et j'ai enfin obtenu des entretiens. Après 6 mois de recherches intensives, j'avais l'embarras du choix !

Quelles sont les particularités requises pour y être embauché ?

En Suisse et notamment en Suisse romande, l'atout n° 1 c'est de parler allemand. Beaucoup d'offres dans le domaine administratif demandent cette langue que peu de gens maitrisent finalement. Si je savais le parler, je suis sûre que j'aurais mis moins de temps à trouver un emploi !

Revenons à ta recherche de logement. Comment cela s'est-il déroulé ?

J'ai d'abord dû chercher une colocation à Lausanne puisque je ne pouvais pas obtenir un logement (pas de permis valable). Cette colocation était affreuse, l'appartement sentait mauvais et la personne avec qui je vivais était vraiment bizarre. Après 2 mois, j'ai trouvé une autre colocation beaucoup plus agréable et sympa.
Après plus d'un an de colocation à Lausanne, mon ami et moi voulions notre propre appartement mais il y a une pénurie de logement, notamment pour les 2 pièces, il faut un dossier solide et des connaissances et malgré cela, il faut bien compter 3 à 6 mois pour obtenir un logement. Et pourtant, nous avons eu une chance incroyable puisqu'après avoir visité seulement 5 appartements et déposé un seul dossier, on nous a alloué l'appartement que l'on souhaitait !

Que penses-tu du mode de vie des Suisses, particulièrement dans la région où tu habites ?

Que ce soit à Zurich ou à Lausanne, les Suisses profitent de l'environnement privilégié de leur pays. Chaque week-end ou chaque vacances, ils partent skier, faire des randonnées en montagne, s'organisent des barbecues au bord du lac, font du bateau ou de la pêche... Ils ont un beau pays et savent en profiter. Pour ma part, j'ai adopté ce mode de vie et même si je ne suis pas skieuse, j'essaie tant bien que mal de faire du ski de fond, de la luge, des balades en raquette en hiver et l'été, je fais du kayac sur le lac ou des randonnées dans toute la Suisse.
Le deuxième point important c'est que les Suisses sont des travailleurs, en Suisse alémanique ils travaillent 42h par semaine, et en Romandie c'est plutôt 40h. Ils ont refusé les votations proposant 6 semaines de vacances préférant leurs 4 semaines offertes par an et ... ils ne font jamais grève !

As-tu eu des difficultés d'adaptation à ton nouvel environnement ?

J'ai eu beaucoup de mal à m'adapter à Lausanne. Mais même si je rencontrais des difficultés de communication, je me sentais plus à l'aise à Zurich. C'était certainement dû au fait que je suis arrivée en hiver, je ne connaissais pas la ville et quand je sortais du travail, il faisait déjà nuit et surtout j'y étais seule. Et puis, les mois passant j'ai commencé à sortir, à découvrir Lausanne, ses habitants, à prendre de nouvelles habitudes. Aujourd'hui, je ne veux plus quitter Lausanne !

Quel est ton avis sur le coût de la vie à Lausanne et en Suisse en général ?

A Lausanne, les prix explosent, notamment les loyers dû à une trop forte demande par rapport à l'offre disponible. Les restaurants sont chers, la nourriture et les transports aussi. Cependant, on gagne aussi beaucoup mieux sa vie ici qu'en France, et si l'on fait le compte, le pouvoir d'achat est plus élevé en Suisse. Donc, pour moi, il est normal d'avoir également des frais plus élevés.
Par contre, ce qui me choque le plus, ce sont les prix de la santé. Je n'accepte pas que des gens qui ont plus d'argent puissent se faire mieux soigner que les autres. J'admire la Suisse sur de nombreux points mais je pense que le système de santé est à revoir.

Quelles sont les différences entre la vie en Suisse et celle dans ton pays natal ?

En Suisse, les gens sont très fiers de leur pays. Ils ont confiance en l'avenir, et, grâce au système de votations (référendums), ils sont réellement impliqués dans la vie politique. Les français, à contrario, me semblent démoralisés par la crise, par le manque de travail, par les gouvernements qui se succèdent sans jamais rien changer. Ils ne se sentent pas impliqués dans la vie du pays et le rejettent, il me semble, de plus en plus.
Je connais beaucoup de jeunes qui souhaitent partir de France... Je me sens personnellement beaucoup mieux en Suisse, je n'ai pas peur de l'avenir ici.

Des conseils aux personnes qui souhaiteraient s'expatrier en Suisse ?

Il faut bien préparer son arrivée, se renseigner sur les contraintes de la vie en Suisse et avoir de la patience pour trouver un travail et un logement. Il y a des étapes à franchir qui ne sont pas toujours faciles et tout le monde n'a pas la force ni la chance d'y arriver mais si on s'accroche, on accède à une qualité de vie très appréciable. Cependant, cela demande des sacrifices.

Quels sont tes projets d'avenir ?

Je ne sais pas. J'ai envie de plein de choses, et surtout de tout et son contraire : vivre au Canada pendant 1 an mais garder mon emploi à Lausanne, de partir en tour du monde mais de garder mon appartement ... Le bilan c'est que je suis heureuse ici et maintenant, je laisse les opportunités et la vie me guider, tout en espérant rester en Suisse encore longtemps.

Partagez votre expérience d'expatrié !

Si vous souhaitez participer aux interviews, contactez-nous.

Participer