Immigration : les Allemands moins divisés qu’on ne le pense

https://allemagne.diplo.de/image/2200470/123x55/1230/550/58fea8f3196fe15e7de6dff7c55f9c9/ao/2019-03-19-etude-ce-que-les-allemands-pensent-de-la-migration-bild.jpg  À force d’émotions et de débats contradictoires, on finissait par ne plus y voir clair. Que pensent les Allemands de la question migratoire ? Une étude de la Fondation Friedrich Ebert publiée ce mardi apporte des réponses claires et précises : ils ont majoritairement une vision ouverte, pragmatique et moins clivée qu’attendu.

C’est la première surprise de cette enquête, menée du 15 novembre au 11 décembre 2018 auprès d’un échantillon représentatif de 3 000 personnes. La société allemande ne se divise pas en deux camps irréconciliables. Les positions extrêmes (« nationaliste » et « cosmopolite ») ne représente qu’un quart des sondés chacune. La moitié des Allemands (49 %) se reconnaît dans une vision nuancée, qualifiée de « centriste non figée » : elle est favorable à l’accueil des réfugiés sans nier les défis qui en découlent.
Une société ouverte à l’immigration

Dans cette société fondamentalement ouverte, la moitié des sondés (53 %) voit l’immigration comme une « chance ». Moins d’un tiers (29 %) désapprouve.

Beaucoup d’Allemands (63 %) affirment, en effet, que leur pays « a besoin d’étrangers pour résorber la pénurie de main-d’œuvre ». Mais ce n’est pas seulement une question de pragmatisme. Une personne sur deux voit aussi l’immigration comme un « enrichissement » social et culturel.

Seule une minorité (respectivement 24 % et 31 %) exprime son désaccord. Et le noyau de ceux qui pensent que l’immigration n’est ni une chance, ni une nécessité économique, ni un enrichissement oscille entre 13 % et 15 %.
Les Allemands sont disposés à accueillir les réfugiés, mais ils sont plus sceptiques concernant les migrants économiques
« Les réfugiés sont les bienvenus. Le sauvetage en mer n’est pas un crime ». Les Allemands sont disposés à accueillir les réfugiés, mais ils sont plus sceptiques concernant les migrants économiques. Leur principale crainte : l’ouverture d’une fracture de la société et la montée de l’extrême droite© dpa

Toutefois, quels étrangers les Allemands sont-ils prêts à accueillir ? Une première différence s’opère entre les réfugiés et les autres immigrés. 73 % des Allemands sont d’accord pour accueillir autant ou même davantage de personnes fuyant la guerre et les persécutions. Mais cette proportion tombe à 40 % pour les migrants « économiques ou fuyant la misère ». 57 % des sondés veulent même réduire le nombre de ceux qui arrivent.

En second lieu, les efforts pour s’intégrer sont cruciaux. L’écrasante majorité des personnes sondées (78 %) estime que les étrangers bien intégrés qui exercent un emploi doivent recevoir le droit de rester en Allemagne, même s’ils sont en situation irrégulière. Et 62 % n’éprouvent aucune difficulté à l’idée que des réfugiés soient hébergés dans leur voisinage.
Pourquoi tant de débats ?

On en vient finalement à se demander pourquoi le sujet fait l’objet de débats si nombreux et si passionnés… De quoi les Allemands ont-ils peur ? La question a été posée. Et si la réponse peut  surprendre à première vue, elle reflète très précisément ce qui dit, s’écrit et mobilise depuis plus de trois ans en Allemagne. Ce ne sont ni les coûts de l’intégration, ni la concurrence sur le marché du travail, ni la criminalité, ni la crainte du terrorisme ou la peur de l’islam qui effraient les Allemands. Mais un seul et unique spectre : la crainte de voir l’extrême droite monter, le racisme se développer et la société se diviser toujours plus…

https://allemagne.diplo.de/frdz-fr/aktu … /-/2200510

jean luc  ;)

Nouvelle discussion