Faire des études de pharmacien

Guten Tag… et bon courage !

Comme dans de nombreux pays européens, les études de pharmacie en Allemagne se déroulent sur cinq années, chacune découpée en deux semestres. En fait, les études sont composées de huit semestres en faculté, correspondant aux deux premiers cycles, suivis d’une année de pratique : le 3e cycle.
L’entrée dans les études
L’Allemagne fait partie des pays qui imposent un numerus clausus à l’entrée des études de pharmacie. Les étudiants déposant un dossier à la fin du lycée sont sélectionnés suivant les notes qu’ils ont obtenues durant leur scolarité. Comme le niveau est élevé, il n’est pas rare que des étudiants demandent des postes d’assistant en pharmacie pendant le lycée avant de commencer leur cursus universitaire.
Le premier cycle
Nommé Grundstdium (que l’on peut traduire par « formation de base »), le premier cycle se déroule sur les quatre premiers semestres des études. Il est consacré à l’enseignement des bases avec des matières comme la physique, la biologie, différentes sortes de chimie ainsi que de nombreux travaux pratiques. Pendant l’été séparant les deux premières années, les étudiants doivent valider un stage de huit semaines : quatre en officine obligatoirement et quatre dans le lieu de leur choix. Pour Salomé, le stage a été l’occasion de découvrir la pharmacie d’hôpital : « Ce stage sert juste à nous donner un aperçu des différents métiers que l’on pourra exercer après, mais aucune tâche ne nous est ­encore confiée, nous sommes observateurs. »
Des séries d’examens sont prévues à chaque fin de semestre. Les étudiants allemands ont le droit de tenter chaque examen deux fois. Au-delà, s’ils n’ont pas réussi à valider leurs partiels, ils ont la possibilité de recommencer leur semestre. Dans tous les cas, les facultés allemandes ne tolèrent pas plus de deux semestres de retard. Si le cas se présente, les étudiants ne peuvent continuer les études pharmaceutiques. Par ailleurs, chaque cycle se termine par les staatsexamen, des partiels de bilan de fin de cycle qui sont nationaux et obligatoires. Le premier se compose de QCM portant sur le programme des deux premières années.
Le deuxième cycle
Correspondant aux 3e et 4e années d’études, le deuxième cycle est également composé de quatre semestres. Comme en France, il est considéré comme le plus difficile, mais c’est aussi le moment où les étudiants commencent à approfondir leurs connaissances. Les étudiants participent aux vorlesungen, correspondant aux cours magistraux français. Les matières enseignées sont la biologie, la pharmacologie, la chimie et la technologie. Ces cours sont obligatoires et les professeurs qui les inculquent sont ceux qui feront passer aux élèves les seconds staatsexamen, à l’oral cette fois. Tous les après-midi sont occupés par des travaux pratiques ou par des séminaires obligatoires.
Au dernier semestre, une matière s’ajoute aux autres : la pharmacie clinique où, comme en France, on évoque les maladies, leurs origines, leurs traitements… Des journées à l’hôpital dans les services concernés sont organisées pour que les étudiants puissent rencontrer des patients ou discuter des traitements avec les médecins.
Là encore, le 2e cycle est ponctué pendant l’été d’un stage obligatoire de trois ou quatre semaines où les étudiants choisissent un projet autour d’une des cinq matières enseignées : « J’ai eu la chance d’être reçue en pharmacie clinique. Le stage était composé de cours théoriques suivis d’une semaine de pratique à l’hôpital où nous avons suivi les consultations des médecins et la façon dont les traitements étaient mis en place », explique Salomé.
Le troisième cycle
C’est le temps du praktische jahr, correspondant à un an de stage pratique. Il est découpé en deux temps : six mois en officine et six mois laissés au choix des élèves. Le schéma des études est le même pour tous les étudiants en Allemagne : il n’existe pas plusieurs filières comme en France, et il n’y a pas non plus de concours de l’internat. Les stages sont donc la seule opportunité pour les étudiants d’être confrontés à un autre milieu pharmaceutique que l’officine et de préciser leur orientation future.
La condition sine qua non de l’obtention du diplôme de docteur en pharmacie est la réussite aux troisièmes staats examen oraux qui se déroulent à la fin de l’année pratique.

Marie Simonot
, étudiante en pharmacie
http://www.pharmasite.fr/etudiants/mome … urage.html
Jean  luc  ;)

Nouvelle discussion