m'installer aux alentours de Sao Luis

Bonjour à tous, et à toutes ;


Je compte donc, comme vous le devinez, m'installer avec ma chérie qui est Brésilienne aux alentours de Sao Luiz. Nous envisageons de lancer gentiment une société de livraison de repas frais et sains, pour des salariés d'entreprise. Avec ceci, confection de chocolats, confiseries et liqueurs à la mode européenne...

Bien entendu, il faudra un pécule de départ et au vu de ce que dit Chicobrasil, pour un investissement, il faut compter la somme élevée de 500 000 reais, pour un étranger, ce qui est un sacré frein à la motivation.

De plus la question du visa semble assez contraignante, ou complexe.

Je me demande si dans ce cas, ce ne serait pas intéressant que l'on ouvre la société au nom de ma copine, sans que j'y ai des parts dans un premier temps, et puis que je sois embauché dans la société, chose qui, si je comprends bien, devrait me permettre d'accéder au visa pour travailleur.

Ou sinon, autre variante qui serait de créer une société en france, la mettre en sommeil, et ouvrir directement et à titre personnel une filiale au Brésil.

Salut
avec ton visa touristique, tu peux rester 3 mois + 3 mois donc 6 mois sur place. Ça te laisse le temps de voir et d'avancer. Ensuite, si t'as copine est Brésilienne et bien, c'est simple pour toi. Soit tu fais le Pack sois, tu te maries avec elle. Voilà qui te permet d'avancer...
Donc plus besoin de visa d'investisseur de 500 000 reais.
Ensuite, tu devrais bien regarder autour de toi. Car dans tout le Brésil, beaucoup de gens, prépare à manger et les vendent un peu partout. "quentinha"! Un emballage en aluminium rond. Souvent, 10 reais.
Beaucoup de gens non pas de numéro de CNP, mais une simple licence d'ambulante". Ou même rien du tout...
Dans cette région, si tu veux vendre des choses plus chères et plus élaborés, tu dois bien regarder, si tu as vraiment une zone appropriée et la clientèle ! Le reste est relativement simple, si ensuite, tu as besoin d'une société, une LTDA prend un comptable. Pour obtenir un CNP, ça prend une semaine. En fait, ta difficulté, c'est commercial le reste, c'est du détail.

La prolongation de trois mois n'est plus prévue par la loi pour les ressortissants de Schengen.
C'est 90j par période de 180. Voir le site du consulat. Pour rester plus, il faut un visa temporaire ou mieux, un visa permanent, qui ne peut s'obtenir que depuis son pays de résidence, et au préalable.
Cordialement

Bonjour ;

Merci à toi France Rio :), ta réponse me rempli d'optimisme. Il ne reste donc plus qu'à affiner le concept et cibler la clientèle. J'avais prévu de m'installer à São Paulo au début, que j'ai visité l'année dernière durant qlqs semaines, et où je me suis assez bien acclimaté, mais je trouve qu'il y'est déjà une assez rude concurrence, et l'offre est tellement riche que la demande semble être déjà rassasiée.

Je trouve que São Luís évolue à un rythme non négligeable et se modernise aussi bien sur le plan social que culturel, et même si cette ville n'est pas spécialement celle où je souhaiterai réellement m'implanter, son potentiel de croissance économique, alliés à mes expériences pro peuvent m'aider à bien envisager les secteurs dans lesquels je peux envisager de m'investir, l'alimentaire n'étant qu'une première valeur " sûre suivant la valeur ajoutée qu'on peut réellement apporter".

Au plaisir de vous lire.

Bonjour Benj77 ,

Je te remercie pour ta réponse, ou plutôt, ton recadrage ;)

Il est vrai que j'avais lu ça sur qlqs fofos :( mais comme chaque problème a sa solution, j'essaie de voir comment pallier à cette contrainte. Heureusement que je prends mon temps pour bien y voir clair et m'organiser du mieux que je peux.

Bien à toi.

JulianCarax :

Bonjour ;

Merci à toi France Rio :), ta réponse me rempli d'optimisme. Il ne reste donc plus qu'à affiner le concept et cibler la clientèle. J'avais prévu de m'installer à São Paulo au début, que j'ai visité l'année dernière durant qlqs semaines, et où je me suis assez bien acclimaté, mais je trouve qu'il y'est déjà une assez rude concurrence, et l'offre est tellement riche que la demande semble être déjà rassasiée.

Je trouve que São Luís évolue à un rythme non négligeable et se modernise aussi bien sur le plan social que culturel, et même si cette ville n'est pas spécialement celle où je souhaiterai réellement m'implanter, son potentiel de croissance économique, alliés à mes expériences pro peuvent m'aider à bien envisager les secteurs dans lesquels je peux envisager de m'investir, l'alimentaire n'étant qu'une première valeur " sûre suivant la valeur ajoutée qu'on peut réellement apporter".

Au plaisir de vous lire.

Salut Julian
Regarde ce lien, ça devrait t'intéresser.

"Vendedores de comida de rua são regidos por normas que impedem regularização do negócio

Cresce movimento por uma lei mais realista para ambulantes, presentes nas ruas desde os tempos coloniais

http://oglobo.globo.com/rio/vendedores- … o-14890053

Bonne lecture

Bonjour JulianCarax,

Une nouvelle discussion a été créer a partir de votre post afin d’éviter le hors sujet.

Cheers,
Expat.com

Vouloir vendre des gâteaux au chocolat à Sao luis,  quelle drôle d'idée quand on sait qu'il fait 30° toute l'année..les gâteaux risquent de ne pas supporter la chaleur comme beaucoup d'aliments pendant le transport....
Pour les plateaux repas pour les entreprises cela existe déjà et de nombreuses personnes le font , soit de manière artisanale soit avec une structure de motoboy à la méthode "domino pizza ou sushi express" ou voir une majorité de restaurant donc il y aura de la concurrence déjà présente sur ce créneau, mais  si c'est votre souhait pourquoi pas, l'investissement sera faible pour démarrer moins de 40 000 R$.....par contre Sao luis est une des villes les plus pauvres du Brésil ou le soir dés la nuit tombée, il faut éviter de se balader dans le centre historique au risque de se faire agresser, ensuite les quartiers riches sont une zone à explorer de l'autre côté du rio Bacanga....

C'est vrai que c'est tristement une ville pauvre, qui a un potentiel historique vraiment mal exploité voir pas du tout.
Merci en tout cas, c'est vrai que l'idée du climat me tracasse et malgré toute la panoplie d'accessoires utilisables pour garder au frais le chocolat, la température ambiante reste difficile à gérer.
Pour la zone ciblée, effectivement, je pensais passer de l'autre coté du Rio Bacanga, où se trouve justement la cité universitaire.

Désolé pour la déviance :)

Je te remercie France Rio :)

L'article parle de vendeurs ambulants, sauf que je prévois un truc un peu différent.

Je pense que comme tout pays où il fait bon vivre, on aime manger et même, découvrir des spécialités d'ailleurs.

Perso, je cible deux, voir trois critères alimentaires :

Le premier étant la diététique, pour une alimentation saine et bénéfique pour ceux et celles qui souffrent d'un problème de surpoids lié justement à une alimentation aléatoire hypoglycémique.

J'ai moi même souffert il y'a un peu plus d'un an d'une discopathie dégénérative ( hernie discale ) et les médecins me proposaient deux possibilités, l'opération ou de supporter la douleur le restant de ma vie. Aimant courir, on m'a même dit que plus jamais de ma vie je ne pourrais courir.

Du coup, j'ai décidé de régler le problème par moi même, suivre une diet et revoir ma façon de m'alimenter pour perdre du poids, et permettre au tassement des vertèbres de se décrisper un peu.

Résultat, 20 kgs en moins en 3 mois, un peu de douleur pendant qlqs temps et aujourd'hui rien du tout. Je reviens justement d'une course de 10kms durant laquelle j'ai pu constater que la nature reprend ses droits sur le froid :D

Il y'a bcp de sportifs au brésil, et j'ai vraiment apprécié voir du monde courir le long des plages de Sao Luiz, Fortaleza, Récife etc...

Mais, le problème de surpoids reste un problème majeur d'après les qlqs articles que j'ai lu sur l'actu au Brésil... et la pratique de sport n'est pas l'atout majeur pour rectifier le tir. Les compléments alimentaires non plus...

Le deuxième critère repose sur un voyage culinaire, et je souhaite proposer une gastronomie saine, d'actualité mais qui vient d'ailleurs. Un brassage de cuisine méditerranéenne et vietnamienne, ce qui implique une présentation et un assaisonnement plus fin et assez différents de ce qui se fait couramment dans la région.

Le troisième critère serait de faciliter l'accès à une alimentation fraîche et équilibrée à ceux et celles qui, sous la charge de leur travail, ne trouvent ni le temps de s'informer ni celui de préparer eux même leurs repas.

L'idéal serait d'investir directement dans un restaurant mais ça coûte malgré tout. Quoi que, ce serait peut être bien de voir un peu les prix de revente dans le secteur.

Quand on voit que Sodexo a pris le monopOle au Brésil, au vu des propriétés de leurs aliments, je me dis pourquoi ne pas viser le même marché en offrant un résultat plus gratifiant...

Au début, si la loi le permet, aménager sa maison avec un espace cuisine pro spécialement dédié aux préparatifs, livraisons groupées pour les qlqs entreprises qui adhèrent au concept, 3 ou 4 feraient très bien l'affaire, et je vois dans le milieu universitaire un client majeure, et puis l'année d'après investir dans un restaurant ...

Bon allez, j'ai compris la leçon :D , je rejoins tout le monde à Rio , Salvador ou San Paulo ,
les villes qui cartonnent sans subir.

Nouvelle discussion