Niveau scolaire, au secours...

Bonjour,

Nouvellement inscrite sur ce forum, je viens vous faire part de mon inquiétude grandissante face au niveau scolaire au NB (francophone). Mes enfants, en école primaire, sont super contents d'aller à l'école et super épanouis. Mais quand je vois ce qu'ils font réellement, je me dis aïe aïe aïe... Aucune structure ne paraît dans leurs "apprentissages". Certes ils apprennent principalement à vivre ensemble, à se respecter, à avoir confiance en eux, ce que j'approuve totalement. Mais à côté de ça, très peu, voire aucune, place n'est donnée à la grammaire française ou l'apprentissage des tables de multiplication par exemple. Le leitmotiv c'est "construis ton apprentissage", "apprends par toi-même", ouais ok, mais si à un moment donné on ne leur explique pas que, par exemple, "dire" est un verbe et qu'à la 1ère personne du singulier au présent ça fait "je dis", ben ils vont pas l'apprendre tous seuls. En 1ère année d'université ici, beaucoup d'étudiants ne savent pas repérer un sujet et un verbe dans une phrase... Je veille au grain à la maison en leur faisant suivre (comme je peux) le programme français et je me rends compte, en plus, qu'ils sont en grain de perdre tout goût de l'effort intellectuel. Ici, si tu sais pas, c'est pas grave. Et c'est pas grave de ne pas aller chercher plus loin. Je me dis que si un jour ils doivent réintégrer une école française ils seront paumés et dégoûtés.
Tout ceci sans parler de la piètre qualité du français dans les écoles francophones; plein de beaux discours du district scolaire qui vendent une école en français de qualité... Quand un(e) enseignant(e) dit à ses élèves "ils faisions", excusez-moi mais je ne vois pas où est l'excellence!! Sans compter les fautes d'orthographe et de grammaire récurrentes dans les écrits des enseignant(e)s.
Bref, je m'inquiète quoi...

Bien à vous!

Salut,

Le niveau scolaire est terrible ici. On manque de vocabulaire, les tournures des phrases  ne sont pas bien construites. Pour la plupart l

Pour le système de garde, mes enfants vont dans une garderie anglophone après l'école, comme ça au moins ils apprennent l'anglais :)

En même temps, désolé de le dire ainsi, mais il n'est pas nécessaire de vivre au Québec, et encore moins au NB pour le découvrir.

malgré cela, nous y sommes vraiment bien nos enfants bien qu'âgés de 14 et 17 ans, font des efforts pour garder un minimum de Français correct, qui sait où ils iront vivre....

C'est sûr Francknathalie05. L'essentiel est que nos enfants soient heureux. Ce sont les parents qui s'inquiètent ;)

rachelgreen :

C'est sûr Francknathalie05. L'essentiel est que nos enfants soient heureux. Ce sont les parents qui s'inquiètent ;)

Je ne dis pas que nous ne nous inquiétons pas, néanmoins nous essayons de veiller au grain.

Rassurez vous, tous les Québécois ne sont pas en manque d'orthographe dans notre entourage. Regardez de plus prés en France, bien que le système scolaire soit plus poussé....

Pour avoir dispensé bien des formations, je peux vous garantir que ca fait peur.

Bonjour,

Quand ont lit une intervention pareille, là première impression c'est que l'école est nulle au Quebec et NB et que les enfants en partie ne sortent pas instruits et que leur niveau de Français est assez pitoyable. La question que je me pose est : ça à toujours été comme ça ? Ou cela ce dégrade au fur et a mesure du temps, car dans ce forum il y a des Québécois qui interviennent et pourtant le niveau de langue est assez soutenu et même ayant déjà visité j'ai pu voir beaucoup de Québécois très instruit avec un niveau de français élevé.
Comment ces personnes ont fait ? sont-elle allées à l’école en France ou autre pays francophones ?

Allo Rachelgreen,
Les enfants sont en train de s'intégrer à leur nouvelle vie, alors c'est normal qu'ils parlent comme tous ceux qui vivent au N.B.
Ils savent lire, écrire et compter, alors???
Les études c'est bien,le principale, c'est le COURAGE et la Politesse, avec sa, on va partout!!
Bon courage.
Kwanita

kwanita :

Allo Rachelgreen,
Les enfants sont en train de s'intégrer à leur nouvelle vie, alors c'est normal qu'ils parlent comme tous ceux qui vivent au N.B.
Ils savent lire, écrire et compter, alors???
Les études c'est bien,le principale, c'est le COURAGE et la Politesse, avec sa, on va partout!!
Bon courage.
Kwanita

ca c'est beau à lire, mais dans la réalité c'est toute autre chose.

[at]melchiorderoa : excellent point que vous soulevez. Il y a effectivement des gens ici dont le niveau de langue française est assez soutenu, notamment dans les milieux du gouvernement et universitaires. Je me pose la même question que vous : où ont-ils fait leurs études et comment ont-ils fait pour avoir un tel niveau? Cela reste un mystère pour moi. Ils ne sont qu'une minorité certes, mais bel et bien réelle.

[at]kwanita : personnellement, je pense que tout ce qui est politesse et courage vient avant tout de l'éducation des parents. Ici on leur apprend la politesse et le respect d'autrui à l'école, en priorité. Je pense que c'est une très bonne chose et cela devrait continuer ainsi, en collaboration avec les parents. Ceci dit, j'aimerais qu'ils n'oublient pas pour autant de donner envie aux enfants de progresser intellectuellement et académiquement. Quand je vois mon fils de 7 ans 1/2 qui n'a pas envie de réfléchir sur un problème de maths un peu difficile, ça me désole, et le mot est faible. Mes enfants étaient de bons élèves en France et ils sont de "très bons élèves" ici. Seulement quand ils voient que la plupart de leurs amis sont moins bons et n'en fichent pas une, ils ne voient pas pourquoi ils devraient faire des efforts puisqu'on leur dit à longueur de journée qu'ils sont très bons.

Concrètement, il y a une chose fondamentale qui me dérange à l'école ici, c'est la démagogie incroyable des enseignants.  Certes je suis pour encourager les enfants, à fond. Mais de là à encourager un effort qui n'en est pas un... Les enfants ne sont pas dupes : si on les encourage pour une chose qui n'en vaut pas la peine ils auront vite fait de s'en rendre compte et d'en profiter au maximum.
Parmi les français que je connais installés ici, il n'y a que ceux dont les enfants étaient en échec scolaire en France qui sont ravis de l'école ici. Forcément, on passe allègrement du 6 de moyenne en maths à l'équivalent de 15 de moyenne et on vous dit que votre enfant est exceptionnel (merci Madame Démagogie).
Alors certes en France on est peut-être trop rigides avec les études, mais ici c'est plutôt le laxisme qui prédomine. Alors s'il existe un endroit dans le monde où on peut trouver un juste milieu pour le bien de nos enfants et de leur avenir, prière de m'en faire part svp! Merci :)

rachelgreen :

[at]melchiorderoa : excellent point que vous soulevez. Il y a effectivement des gens ici dont le niveau de langue française est assez soutenu, notamment dans les milieux du gouvernement et universitaires. Je me pose la même question que vous : où ont-ils fait leurs études et comment ont-ils fait pour avoir un tel niveau? Cela reste un mystère pour moi. Ils ne sont qu'une minorité certes, mais bel et bien réelle.

Le problème, Rachel, c'est que nous sommes tous des Québécois qui te répondons. Je travaille dans le milieu du gouvernement et je suis allée tout simplement interroger ces jeunes femmes dont tu parles et qui travaillent avec moi. Et la réponse a été unanime. Derrière chaque jeune dans l'apprentissage,il y avait des professeurs, certes, qui leur donnaient l'estime d'eux-mêmes (concept à peu près inconnu en France par exemple), mais aussi et surtout des parents qui "éduquent" leurs enfants et leur donnent les vraies valeurs, qui les suivent, qui les guident, qui sont stricts sur certaines choses.
Le plus bel exemple que je peux citer est celui d'Ensaïmada et de son conjoint qui éduquent, supportent (dans le sens apporter un support), veillent sur leur jeune fille qui excelle dans ses études. L'école ne fait pas tout. Le rôle le plus important est celui de parent.

Cherrybee :
rachelgreen :

[at]melchiorderoa : excellent point que vous soulevez. Il y a effectivement des gens ici dont le niveau de langue française est assez soutenu, notamment dans les milieux du gouvernement et universitaires. Je me pose la même question que vous : où ont-ils fait leurs études et comment ont-ils fait pour avoir un tel niveau? Cela reste un mystère pour moi. Ils ne sont qu'une minorité certes, mais bel et bien réelle.

Le problème, Rachel, c'est que nous sommes tous des Québécois qui te répondons. Je travaille dans le milieu du gouvernement et je suis allée tout simplement interroger ces jeunes femmes dont tu parles et qui travaillent avec moi. Et la réponse a été unanime. Derrière chaque jeune dans l'apprentissage,il y avait des professeurs, certes, qui leur donnaient l'estime d'eux-mêmes (concept à peu près inconnu en France par exemple), mais aussi et surtout des parents qui "éduquent" leurs enfants et leur donnent les vraies valeurs, qui les suivent, qui les guident, qui sont stricts sur certaines choses.
Le plus bel exemple que je peux citer est celui d'Ensaïmada et de son conjoint qui éduquent, supportent (dans le sens apporter un support), veillent sur leur jeune fille qui excelle dans ses études. L'école ne fait pas tout. Le rôle le plus important est celui de parent.

Oh... c'est gentil, merci :)

Oui, on appuie notre fille et on l'encourage. On sait que nous avons une large part du travail à faire. Certaines choses relèvent des professeurs, mais d'autres sont de notre ressort.

Et malgré la bonne relation que nous avons avec notre fille, ça ne l'empêche pas de faire des petites crises d'adolescente... comme ce soir d'ailleurs. Mais bon, on essaie de se parler ;)

La discussion et les échanges sont bien intéressantes ici.
Je suis professeur de science depuis 22 ans le niveau secondaire 4. Mais une expérience de 16 années puisque je vis présentement ma 6e année de congé avec paye différé; Question de voyager et de faire autre chose. Alors des constats inquiétants à l'oeil comme ça; Environ 50% des élèves n'étudient jamais ou très peu pour les examens. 80% ne font pas les devoirs ( exercices ) à la maison si je ne les vérifie pas.
Aussi le titre du cours c est science et technologie sec. 4 depuis la réforme; l'élève se rappellera qu'il a fait des sciences certes  mais pas de la chimie, de la physique, de la biologie, de l'écologie etc... il ne retient que le titre. Sachez que je compartimente chaque fois quand j'ai l'occasion les différentes disciplines.
Je pose 3 questions à la fin de mes cours de 75 minutes;
1) Le cours a-t-il passé rapidement réponse des él`ves; oui à 90% 10% dorment.
2) Avez-vous appris quelque chose aujourd'hui réponse OUi. Car ils veulent moins contenu au prochain cours
3) avez-vous retenue des sujets de conversations avec vos parents ce soir la réponse est NON à 90% il y a toujours 10% qui dorment.
Beaucoup ( pas tous pour les gauchiste)de parents ne sont pas intéressés aux contenues ( détails) des cours.
pour réponde à une question soulevée; niveau scolaire pour les québécois...?
  Je suis allé au privée pensionnaire au secondaire et eu la chance de connaitre des collègues relevés qui nivelaient vers le haut sinon au public j'aurais pas fait prof étant très moyen au niveau académique et le suis toujours un peu...mais curieux.

Ha hamma!

erratum pour l orthographe....sont bien intéressants et non intéressantes

Merci pour votre apport. C'est intéressant le lire les commentaires d'un professeur. Ma fille est justement en secondaire 4 ;)

Nouvelle discussion