travail en Italie
Shutterstock.com
Actualisé il y a 6 mois

À moins que vous ayez décidé de vous expatrier en Italie pour la retraite ou pour les études, vous allez probablement chercher un emploi pour subvenir à vos besoins. Cet article contient toutes les informations essentielles à connaître avant votre expatriation : les formalités pour travailler en Italie, les secteurs qui recrutent, les avantages salariaux, etc.

Le marché du travail italien

Pour mettre toutes les chances de votre côté une fois en Italie, il est important de connaître un tant soit peu le climat économique et le marché du travail dans lequel vous allez pénétrer. Ainsi, si l'Italie est la huitième plus grande économie du monde, le chômage est un problème sérieux au niveau national. En effet, actuellement, les chiffres du chômage représentent 10,8 % de la population générale, dont 31,7 % de jeunes (chiffres de janvier 2018 / ISTATS), ce qui signifie que la compétition pour le travail est féroce.

L'économie italienne est principalement basée sur les services, le secteur tertiaire représentant 75 % du PIB du pays. Les industries clés comprennent l'ingénierie, la finance, la technologie, la production alimentaire et la mode, bien que le tourisme joue également un rôle clé. 

De plus, la plupart des secteurs et des industries sont soumis à des quotas nationaux. Il est donc recommandé de chercher un emploi avant de quitter votre pays de résidence.

Trouver un emploi en Italie

Si vous êtes un citoyen de l'UE, vous n'aurez pas besoin de demander un Permesso di Soggiorno per Lavoro (visa de travail).

Si vous venez d’un pays tiers, vous devrez demander un visa de travail auprès de l'Ambassade ou du Consulat italien le plus proche. Ce processus peut prendre un certain temps (de quelques mois à un an), aussi, assurez-vous de vous y prendre suffisamment à l’avance. Notre article « Visa D le visa long séjour en Italie » vous en dira plus sur le sujet.

 Important :

Les citoyens de l'UE, de l'EEE et de l'espace Schengen doivent demander un permis de séjour auprès de leur municipalité locale, s'ils prévoient rester en Italie plus de trois mois (90 jours). Les citoyens de pays tiers doivent s'inscrire dans un délai de huit jours après leur arrivée en Italie.

 Bon à savoir :

La durée maximale d'un contrat de travail à durée déterminée est de 36 mois, mais le contrat peut être renouvelé jusqu'à cinq fois.

Dans le cadre de la récente réforme des lois sur l'emploi, les employés contractuels à durée déterminée et les employés permanents doivent être traités sur un pied d'égalité. Les travailleurs à temps partiel ne peuvent être discriminés.

Il convient de noter que certaines incitations sont offertes aux entreprises qui embauchent des catégories d'employés, y compris les jeunes âgés de 15 à 29 ans, les personnes défavorisées et les chômeurs de longue durée de plus de 50 ans.

Conditions de travail en Italie

Généralement, les Italiens bénéficient d'un équilibre sain entre vie professionnelle et vie privée. Une fois que vous avez trouvé un emploi, vous serez couvert par la législation italienne sur la Sécurité sociale et aurez droit aux congés payés, congés de maladie, congés de maternité et de paternité et aux indemnités de licenciement.

Votre entreprise doit vous inscrire à l'assurance sociale, mais vous pouvez également adhérer à l’Azienda Sanitaria de manière individuelle. Pour faire cette demande, vous devrez apporter :

  • votre passeport,
  • votre Codice fiscal,
  • une preuve d'adresse / de résidence,
  • votre état civil (qui vous sera délivré lors de votre demande de résidence),
  • le nom de votre médecin traitant

Le salaire en Italie

Il n'y a pas de salaire minimum en Italie. Selon la législation, les employés ont droit à un salaire qui correspond à leur rôle, capable de garantir un style de vie décent. Toutefois, les salaires sont nettement inférieurs à ceux pratiqués ailleurs dans d’autres pays d'Europe occidentale, avec une moyenne de 1 400 € par mois à Rome.

Horaires de travail en Italie

En Italie, le nombre d’heures travaillées n’est pas plafonné, néanmoins, la semaine de travail dure en moyenne 40 heures et les heures supplémentaires ne peuvent dépasser 250 heures par an. Les heures d'ouverture en Italie sont généralement entre 8 heures et 13 heures, et entre 15 heures et 20 heures, selon les entreprises et le secteur. De nombreuses entreprises de services ferment également lundi.

Impôt sur le revenu en Italie

En Italie, il existe cinq tranches d'imposition. La première tranche, de 23 %, s’applique pour les personnes dont le revenu ne dépasse pas 15 000 euros par an. La dernière tranche, de 43 %, s’applique aux revenus supérieurs à 75 000 euros par an.

Congés payés en Italie

Les employés ont droit à au moins quatre semaines de congé annuel payé, ainsi que 11 jours fériés.

Congé de maternité et de paternité en Italie

Les mères sont en congé maternité pendant les deux derniers mois de leur grossesse, et les trois premiers mois qui suivent l'accouchement. Toutefois, elles peuvent moduler la pose de ces mois de congés.

80 % du salaire de la mère est payé par l'INPS et 20 % de son salaire est payé par son employeur pendant cette période. Une fois le congé maternité terminé, les mères ont droit à un congé supplémentaire de six mois, ce qui leur permet de conserver leur emploi et 30 % de leur salaire, pris en charge par l'INPS. Les femmes ne peuvent pas être renvoyées sans motif valable avant que l'enfant n'ait atteint l'âge d'un an.

Le congé de paternité est obligatoire en Italie et il dure un jour (1 jour). Les dispositions relatives à la maternité ne sont applicables au père que si la mère est décédée, si elle souffre de graves handicaps, si elle a abandonné l'enfant ou si elle a confié l'enfant aux soins du père.

Congé parental en Italie

Les mères et les pères peuvent prendre jusqu'à six mois de congé parental jusqu'à ce que l'enfant ait 12 ans, tandis que les parents célibataires ont droit à dix mois de congé. Durant cette période, les salariés perçoivent une allocation équivalente à 30 % de leur salaire pendant six mois.

Indemnités de licenciement en Italie

En cas de rupture de contrat, les employés ont droit à une indemnité de départ (le montant est égal à la somme de chaque traitement annuel divisé par 13,5), des paiements mensuels supplémentaires au prorata et un paiement tenant lieu de congé non pris.

Congés maladie en Italie

Les employés ont droit à des congés de maladie et ont le droit de conserver leur emploi pendant cette absence. Du 4e au 20e jour de maladie, les employés ont droit à une rémunération de base de 50 %. À partir du 21e jour de congé maladie, ils ont droit à une rémunération de 66 %. En cas de maladie, le salarié doit fournir un arrêt maladie délivré par un médecin agréé.

 Liens utiles :

Eurofound
EURES.com
Ministero Dell’Interno

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.