Casablanca
Shutterstock.com
Actualisé la semaine dernière

Casablanca, la capitale économique du Maroc, constitue un véritable bassin d'emploi. Il y existe de nombreuses opportunités professionnelles.

Les différents types de contrats

Le contrat expatrié

En tant qu’étranger à Casablanca, vous pouvez être recruté par une entreprise à l’étranger et détaché ou envoyé comme expatrié dans un poste local. Dans ces conditions, c’est à l’employeur de faire les formalités mais il n’y a pas de procédure spécifique de recrutement à suivre. Vous pourrez disposer d’une carte de séjour en justifiant de ce contrat d’expatrié ou de détaché et en étant déclaré. Les services RH de l’entreprise connaissent normalement la procédure.

Le contrat local

Vous pouvez aussi être embauché sous contrat local et là, ça se complique. Si vous n’êtes pas de nationalité marocaine, mauritanienne, algérienne ou tunisienne, vous êtes soumis à des procédures spécifiques. Il faudra en passer par la soumission à la préférence nationale ce qui prend du temps et coûte de l’argent à l’employeur. Autant dire que pour les postes à faible salaire ou intérêt non stratégique, la procédure est rarement engagée. Ça ne veut pas dire que vous ne trouverez pas de travail du tout. Cela veut dire que si vous en trouvez-un, vous ne serez probablement pas déclaré et que ça ne vous permettra pas d’avoir un titre de séjour régulier. Ce serait dommage !

Trouver un emploi à Casablanca

La procédure passe par la publication d’une annonce en français et en arabe dans des journaux sélectionnés par l’ANAPEC, l’agence publique chargée du traitement du chômage. C’est cette dernière qui vérifiera, au vu des candidatures retenues, qu’il ne peut pas y avoir de Marocain compétent pour le poste à pourvoir. Cette procédure peut être évitée également si vous êtes marié(e) à un(e) Marocain(e). Dans ce cas, on passe directement à la conclusion d’un contrat de travail d’étranger qui devra avoir le visa du ministère du travail.

Au-delà de cette procédure, la démarche est la même que partout ailleurs : un CV, une lettre de motivation, le tout sur un modèle français, voilà qui fera l’affaire. Soyez convaincus, convaincants et tous les espoirs sont permis.

Le Maroc est un pays de paradoxes où tout est possible, et même son contraire, y compris en matière d’emploi. Quand un chef d’entreprise vous veut, il sait faire ce qu’il faut pour vous avoir. N’en profitez pas pour avoir des demandes salariales déraisonnables non plus.

Les recrutements à Casablanca

Les recrutements sont menés de manière variable à Casablanca comme dans le reste du Maroc, indépendamment de la procédure décrite plus haut. Ça peut aller très vite ou très lentement. Il peut vous arriver d’avoir rendez-vous avec un recruteur qui ne sait même pas si un poste est ouvert à l’embauche ni même s’il le sera bientôt. Le processus décisionnel au Maroc est généralement lent, et cela s’applique aussi au recrutement. Mais une fois la décision prise tout peut aller vite, très vite. Soyez prêts, patients mais prêts.

Les critères de langues

Selon les postes, la langue arabe (ainsi dénommée mais qui vise le plus souvent la darija) sera plus ou moins nécessaire. Un poste de direction ou de cadre dans une multinationale demandera le français, l’anglais éventuellement l’arabe. Au contraire, un poste au contact de clients locaux, dans les ressources humaines ou dans une multinationale originaire du Moyen-Orient nécessitera l’arabe. Ce ne sont que des exemples, mais bons à connaître.

 Liens utiles :

Le site de l’ANAPEC
Rekrute 
Chambre française de commerce à Casablanca

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.