Du nomadisme digital au PVT au Québec

  • couple de nomades digitaux
    ©Planete3w
  • vivre au Canada
    ©Planete3w
  • expatries au Canada
    ©Planete3w
Interview
Publié le mois dernier

Élodie et Thomas sont un couple de jeunes aventuriers. Originaires de Lille, ils démarrent leur tour du monde en octobre 2016, passant par l'Asie, l'Australie et l’Amérique du Sud. Aujourd’hui, c'est le Canada qui les accueille, plus précisément la province du Québec, dans le cadre du Programme Vacances Travail (PVT). Élodie et Thomas parlent à Expat.com de leur parcours, de leur nouvelle vie québecoise et de leurs ambitions.

Bonjour Élodie et Thomas, pouvez-vous vous présenter brièvement et nous parler de votre parcours ?

Nous sommes Élodie et Thomas, deux Lillois trentenaires passionnés de voyage et de nouvelles technologies. Nous avons la chance de nous compléter sur de nombreux plans : Élodie travaille dans la communication digitale et Thomas est développeur web. Thomas est de nature assez calme tandis qu’Élodie est plutôt énergique.

Avant d’arriver au Canada en PVT, nous avons pas mal voyagé à travers le monde. Au début, c’était pendant nos congés. Puis un jour, nous avons décidé de réaliser l'un de nos rêves : voyager autour du globe pendant un an. Ce fût un voyage inoubliable à travers l’Asie, l’Australie et l’Amérique du Sud entre octobre 2016 et octobre 2017.

Pendant ce voyage, nous nous sommes posés de nombreuses questions, notamment, si nous voulions retrouver nos vies d’avant en rentrant de cette merveilleuse aventure d’un an. Il nous aura fallu un deuxième voyage de 3 mois en Asie en tant que nomades digitaux pour trouver la réponse qui était clairement non.

Nous voulions continuer à découvrir de nouvelles cultures, de nouveaux pays mais cette fois en voyageant. D’où l’idée de venir ici au Canada pour voyager mais aussi travailler. Le Canada et notamment la province du Québec ont un marché du travail très développé. Ils recrutent énormément et ce dans de nombreux domaines.

En parallèle de nos voyages, nous avons crée notre blog voyage Planete3w, sur lequel nous partageons nos voyages, nos découvertes, nos conseils pratiques, nos astuces mais aussi nos galères de voyage (oui, il y en a aussi !). Vous trouverez dessus tout nos voyages depuis 2014 jusqu’à aujourd’hui et des articles consacrés à notre PVT au Canada.

Qu'est-ce qui vous a motivé à vous lancer dans l'aventure du nomadisme digital ?

C’est Élodie qui avait cette idée en tête depuis plusieurs années. Alors lorsque l’opportunité s’est présentée, nous n’avons pas hésité ! Allier sa passion du voyage à son job, c’est une sacré chance pour nous et nous en avons bien profité !

Finalement, ce qui nous intéressait le plus c’était notre liberté. On était libres d’aller où on voulait, quand on voulait, à notre rythme et notre choix s’est porté sur l’Asie (entre autre, pour son climat clément pendant l’hiver européen). On était aussi libres d’organiser nos journées et de gérer notre temps comme on voulait : travail le matin et piscine l’après-midi ou alors journée de visites, puis une bonne journée de travail ! Pouvoir choisir nos missions, nos clients et notre job, c'est le rêve !

Depuis combien de temps vivez-vous au Canada ?

Nous sommes arrivés au Canada le 31 Mai 2018. Après près de 5 mois à Montréal, nous nous sentons encore comme des voyageurs dans la ville, à découvrir le charme du Vieux Montréal, les jolies petites terrasses de la ville et les rues animées du Plateau mont Royal.

paysages du Quebec
©Planete3w

Qu'est-ce qui vous a attiré vers Montréal ?

Montréal est une ville fascinante. Sous ses allures de grande ville américaine, elle cache pourtant des dizaines de petits quartiers adorables et typiques, chacun ayant son identité et son style. C’est pour la diversité que nous sommes venus à Montréal mais aussi pour les opportunités professionnelles.

Il suffit de se balader dans la rue pour voir à quel point le marché du travail est ouvert et ce dans tous les domaines. Comme Thomas travaille dans l’Informatique, il n’a pas eu de mal à trouver un emploi.

Montréal est également très vivante : il n’y pas un week-end sans qu’il y ait un événement spécial ou un festival. Enfin, évoluer dans une ville multiculturel et bilingue ou presque, c’est surprenant au début mais on s’y fait rapidement !

Quelles étaient les formalités à remplir pour partir en PVT au Canada ?

Le PVT Canada est une histoire de quotas et de chance. Depuis quelques années, des tirages au sort ont lieu toute l’année pour attribuer des PVT Canada. Mis à part compléter les critères de base, remplir le dossier en ligne et payer les frais qui s'élèvent à 226$ CA, il n’y a pas grand chose à prévoir avant d’être tiré au sort.

Une fois la bonne nouvelle arrivée, il faut compléter son dossier et prévoir son arrivée : un passeport valide, une preuve de fond (au moins 5 000€) et une assurance PVT. Un peu de paperasse au final.

Parlez-nous de ce que vous aimez le plus au Canada et le moins.

C’est difficile à dire. Tout est encore assez nouveau pour nous. Nous continuons en permanence de découvrir des choses dans la ville et au Québec. Nous sommes toujours des voyageurs donc nous aimons nous émerveiller et vivre l’ambiance locale.

Nous aimons la gentillesse des Québécois et des Canadiens en général. Leur accueil et leur générosité fait vraiment plaisir, surtout lorsqu’on arrive dans une nouvelle ville et un nouveau pays ! La vie ici à Montréal est moins stressante et oppressante qu’en France. Ce ne sont pas des mythes mais ici on fait la queue pour monter dans le bus, on ne traverse pas la route quand le feu est rouge ou encore on laisse passer le métro lorsqu’il est déjà bondé pour prendre le suivant, sans aucun stress. Ce sont de petits exemples simples qui montrent qu’ici la vie est vraiment cool.

Nous n’avons pas de point négatif pour le moment sur notre PVT au Canada. Certains prix nous font quand même halluciner comme notamment ceux des forfaits téléphoniques, de la viande ou encore du fromage. Il y a des changements et des adaptations à faire, comme dans tous les pays et pour tous les voyages mais globalement, nous sommes capables de vivre partout !

La seule chose qui nous impressionne, pour le moment, c’est d’imaginer l’hiver qui paraît si terrible dans les médias européens. On vous racontera ça en mars !

vivre au Quebec
©Planete3w

Pouvez-vous nous décrire Montréal en une phrase ?

Montréal, une ville cosmopolite comme on les aime !

Qu'est-ce qui vous a le plus surpris à votre arrivée au Canada ?

Les écureuils et les ratons laveurs en plein centre-ville ! Pour nous, c'est une belle rencontre mais les locaux nous préviennent qu’ils deviendront vite des ennemis. Pour le moment, la cohabitation se passe bien !

Est-il difficile de trouver un logement à Montréal ? Quels sont les types de logements disponibles pour les expatriés ?

Comme dans toutes les grandes villes, il y a le marché de l’offre et de la demande. Tout dépend des critères, du budget, des contraintes et des envies. Globalement, il n’est pas difficile de trouver un logement à Montréal, cependant il faut savoir où, quand et comment chercher. Montréal étant une ville « jeune », il y a beaucoup de demandes de collocation, par exemple.

De notre côté, en travaillant tous les deux, nous avons vite trouvé un logement, après une dizaine de visites et environ un mois de recherches. La période de recherche joue énormément car ici la grande majorité des baux (pour ne pas dire tous les baux) commencent le 1er juillet. C’est simple : le 1er juillet au Québec, tout le monde déménage !

Il y a énormément de PVTistes à Montréal, donc le turnover dans les appartements est régulier. Entre ceux qui rentrent en France au bout des 2 ans, ceux qui partent en road trip au Canada et ceux qui arrivent, cela bouge beaucoup entre mai et octobre.

Tous les types de logements sont disponibles pour les expatriés : il est possible aussi bien de louer une chambre dans une collocation que de louer une maison ou un appartement dans un condo tout neuf.

l'aventure au Quebec
©Planete3w

Qu'est-ce qui caractérise le marché du travail québecois ? Est-il facile pour un expatrié d'y être embauché ?

La gestion des emplois est très différente de la France où nous avons passé plus de 10 ans de vie professionnelle. Ici, ce n’est pas par rapport à votre diplôme ou au prix de votre école qu’on vous juge. On vous recrute pour ce que vous savez faire concrètement.

Les entretiens sont beaucoup moins formels et plus sous forme d'échanges et de discussions. Les recruteurs vous mettent à l’aise pour que vous puissiez montrer le meilleur de vous-même et qui vous êtes.

Thomas a participé au salon de recrutement Journées Québec à Paris et c’est là qu’il a eu plusieurs propositions fermes de jobs dans l’informatique (un secteur très très demandé). Élodie a passé des entretiens par Skype depuis la France avant de signer son contrat le lendemain de notre arrivée.

Pour nous, tout s’est passé rapidement, mais selon les profils et les compétences, certains secteurs sont plus tendus. D’une manière générale, les recruteurs n’hésitent pas à faire confiance et à donner une chance. Ils savent que les Français sont des bosseurs. Donc oui, à Montréal, il est « facile » de trouver un emploi.

Quels sont les festivals les plus populaires et les principaux codes culturels à Montréal ? Que pensez-vous du mode de vie à Montréal ?

C’est toujours difficile de juger un mode de vie. Nous sommes arrivés pour les beaux jours dans la ville, avec un super été et des températures caniculaires. Comment ne pas apprécier les 25 degrés minimum pendant 3 mois ? C’est aussi la belle saison et tout le monde profite du plein air. À coup de festivals, d'événements gratuits ou payants ou d’animations, le printemps et l’été sont vraiment des périodes magiques.

Il y a beaucoup de festivals en tout genre : cuisine, street-art, cirque, foire commerciale, grand prix de F1 et de cyclisme, pique-niques, concerts, festivals musique, parmi tant d'autres. Il y a clairement une animation culturelle intense et éclectique. On a surtout adoré le fait que dans chacun des événements il y a une partie gratuite. Il y a de quoi sortir et s'amuser sans se ruiner. On se doute bien que l’hiver sera un peu plus calme, ou presque !

Quels sont les moyens de transport disponibles à Montréal ? Comment vous déplacez-vous ?

Les mêmes que dans toutes les villes du monde : voiture, transports en commun, vélos, à pied… Nous avons pris le parti de travailler sur l’île de Montréal et plutôt proche du centre-ville donc pour nous, c’est carte Opus mensuelle et transport illimité en bus et en métro. C'est à la fois pratique et indispensable pour le quotidien. Nous n’avons pas pris l’habitude de nous déplacer en Bixi (le système de vélos en libre-service) mais c’est un moyen de transport très populaire à Montréal. Pour nos escapades en dehors de la ville, les voitures de locations sont nombreuses et peu onéreuses. Alors tout est possible !

voyage et aventures
©Planete3w

À quoi ressemble votre quotidien d'expatriés à Montréal ?

En reprenant chacun un emploi dans une société à Montréal, nous avons recréé une partie de notre univers de France. Loin du métro-boulot-dodo que nous détestons, nous partons travailler tôt pour rentrer tôt chez nous (vers 16h-16h30). Cela nous permet de prévoir des activités après le boulot (parc, rooftop, musée, patinoire…) sans forcément rentrer tard à la maison.

Nous sortons beaucoup plus le soir en semaine qu’en France. En habitant le centre-ville, à 3 minutes d’un métro, nous avons la chance de profiter de tout ou presque. Beaucoup d'événements payants proposent des options gratuites dans la rue. Il y a de quoi occuper pas mal de soirée lors des festivals « Juste pour Rire » ou « Montréal en Cirque », par exemple.

Que faites-vous de votre temps libre ?

Nous en avons beaucoup plus qu’en France, mais moins qu’en tant que voyageurs ou nomades digitaux. Nous avons donc décidé de garder un rythme de voyageurs le week-end et en semaine lorsque c’est possible, pour découvrir dans un premier temps la ville de Montréal et la région de Québec.

Notre passion du voyage n’est jamais bien loin, alors quand il s’agit de se planifier un week-end dans la ville de Québec ou dans les parcs nationaux pour les couleurs, nous sommes toujours prêts ! Nous profitons également de notre temps libre pour faire du sport, participer à des 5 à 7 (afterwork) thématiques ou encore pour faire de nouvelles rencontres.

Y a-t-il à Montréal des activités nocturnes pour les fêtards ?

Oui, Montréal est une ville très vivante. C'est sûrement la ville plus vivante et la plus fêtarde du Canada. Les bars, pubs et discothèques ferment tard le week-end et de nombreux festivals de musique en tout genre ont lieu toute l’année.

festival au Canada
©Planete3w

Quelles nouvelles habitudes avez-vous adoptées au Canada ? Quelles vieilles habitudes avez-vous laissé tomber ?

Depuis notre arrivée, nous sommes passés davantage au bio, surtout pour la nourriture. Ici, les normes sont beaucoup moins strictes qu’en France. On trouve donc beaucoup d’OGM et autres pesticides un peu partout. Il a donc fallu nous adapter et changer nos habitudes au profit des marchés et des magasins bio. Ce n'est pas si difficile finalement. Nous mangeons également moins de viande qu’en France car la viande bio sans OGM coûte (forcément) chère.

Nous avons également laissé tomber la télé. Ce n’était pas une priorité d’en acheter une et nous vivons sans depuis plusieurs mois. Pour avoir eu un bref aperçu de la quantité de publicités pendant les films ou les émissions, nous avons décidé de passer à côté.

Nous regardons des films sur internet et quelques émissions françaises en Replay. C’est sûrement du côté de Netflix que nous allons avancer d’ici quelques mois. Nous avons également pris l’habitude de faire la queue pour monter dans le bus, de donner un pourboire, de parler des prix HT et, surtout, de moins râler. C'est une vieille habitude à laisser tomber mais c’est moins facile qu’il n’y paraît !

Quel est votre avis sur le coût de la vie à Montréal ? Combien coûtent un trajet en bus, une bière, ou encore, un bon pain ?

Globalement, je pense que c’est plus cher qu’en France mais j’ai arrêté de faire les conversions !

Un ticket de bus à Montréal c’est 3,50$ à payer en cash et en monnaie exacte. Nous trouvons du pain en promo ou en spécial toutes les semaines dans les magasins donc c’est difficile à dire mais s’il n’est pas à 50% (date courte ou sur-stock) on n’achète pas !

On trouve de bons croissants à 2$ et de bons pains au chocolat à 2,50$. En ce qui concerne la bière dans un bar, on s’en sort généralement à 6$ pour une pinte. En revanche, l’alcool fort, les cigarettes et les forfaits téléphoniques sont hors de prix (comparés à la France).

Il faut également garder en tête qu’au Canada, tous les prix affichés sont HT. Selon la province dans laquelle vous êtes, les taxes ne sont pas les mêmes. Au Québec, elles s'élèvent à 15%. À cela, il faut ajouter de 10 à 15 % de pourboire pour n’importe quel service rendu. Les pourboires ne sont pas obligatoires mais fortement conseillés.

Y a-t-il quelque chose que vous voudriez faire au Canada mais dont vous n'avez pas encore eu l'occasion ?

Nous voudrions découvrir les aurores boréales : un rêve qui nous semble accessible ici plus que jamais. Nous nous prévoyons donc une escapade dans le grand Nord pour tenter de les apercevoir.

Pour le moment, nous n’avons pas beaucoup bougé de Montréal. Il y a tellement de choses à faire en ville, alors les alentours restent encore des mystères pour nous. Nous prévoyons plusieurs sorties dans la région, notamment dans les parcs nationaux ou dans les villes comme Ottawa et Toronto. Il nous reste tout à découvrir !

partir au Quebec
©Planete3w

Quel est votre meilleur souvenir du Canada ?

C'est difficile à dire mais nous gardons de supers souvenirs de notre première journée de visites de Montréal avec au programme le vieux Montréal, le Vieux-Port, le Mont-Royal et le quartier du Plateau.

Que pensez-vous de la cuisine locale ? Quelles sont vos spécialités préférées ?

La cuisine locale est, comment dire, moins « raffinée » que la gastronomie française. Par exemple, la spécialité culinaire n°1 au Québec, c’est la poutine : des frites avec du fromage en grains et de la sauce gravy. C'est un plat qui tient au corps mais qui, il faut bien l’admettre, devient vite addictif. Thomas en raffole, d’autant plus qu’il existe de très nombreuses variantes de la poutine.

Les autres spécialités ne sont pas beaucoup plus « saines » avec les queues de castor (pâtisserie de pâte frite étirée), les beignes (beignet), le pouding chômeur (cake à l’œuf et au sirop d’érable) ou encore les sandwichs au smoked meat (viande fumée). Quoi qu’il en soit, nous mangeons très bien au Québec.

Qu'est-ce qui vous manque le plus par rapport à votre pays d'origine et les autres pays où vous avez séjourné ?

Comme pour tous nos voyages, la famille et les proches qui restent loin, souvent avec des horaires compliqués à gérer pour se parler. C’est certainement la chose qui, aujourd’hui, nous manque le plus et qui est difficile à combler. Pour le reste, on trouve tout ce qu’on avait en France, parfois en mieux, souvent en plus cher mais tout se trouve.

Êtes-vous déjà arrivés au point de vouloir quitter le Canada ?

Non ! Il est beaucoup trop tôt pour ça. Nous arrivons à peine et nous prenons le temps de découvrir la ville et la région petit à petit, comme le feraient des voyageurs ! Pour le moment, il est hors de question de rentrer. On attend de vivre notre premier hiver canadien pour se faire une idée de ce que l’on veut faire après notre PVT Canada !

decouvertes
©Planete3w

Quels conseils donneriez-vous aux futurs expatriés au Canada ?

Foncez ! Que ce soit au Canada ou ailleurs, n’hésitez pas et foncez ! L’expérience de vie en dehors de son pays est tellement belle et si enrichissante qu’il ne faut pas manquer ça. C’est souvent en étant loin de son pays qu’on apprécie beaucoup plus ses qualités et qu’on oublie ce qui nous dérange. Alors, vivez, découvrez et prenez en plein les yeux ! Au bout du monde ou à côté de chez vous, le monde est trop beau pour ne pas en profiter pleinement !

Quelles seraient, selon vous, les 5 choses à emmener dans sa valise au Canada ?

Un appareil photo pour immortaliser chacune des rencontre et chacun des moments de votre nouvelle vie, un k-way et un parapluie parce qu' il pleut beaucoup, une carte SIM française car les forfaits téléphoniques coûtent cher ici, des dolipranes car ici ça n’existe pas (du moins pas sous forme de petites boîtes jaunes), et un paquet de photos de ses proches car la vie est tellement cool ici qu’on risque de ne pas rentrer de si tôt !

Vos projets d'avenir ?

À court terme : voyager à travers le Canada, s’épanouir professionnellement et découvrir davantage la culture Québécoise.

À long terme : s’expatrier dans une ville, dans un nouveau pays ou sur un autre continent. On y réfléchit encore !

vivre au Canada
©Planete3w

Y a-t-il une chose que vous souhaiteriez ramener avec vous en quittant le Canada ?

La gentillesse des Canadiens, les écureuils qui se baladent dans notre jardin, ou l’équilibre vie privée-vie professionnelle qui est primordial pour les Québécois. Beaucoup de choses seraient à transmettre et à développer ailleurs mais finalement, le but de nos voyages est de découvrir les cultures et les modes de vie sur place et pas d’en prendre la meilleure partie pour l’amener ailleurs. Nous prenons le Canada comme il est, avec ses adorables habitants et ses hivers rudes mais nous laisserons au Canada tout ce qui fait que ce pays est juste magique. Il faudra venir pour tout découvrir !

Et si tout cela était à refaire ?

Si c’était à refaire, on ferait les mêmes choix dans les mêmes conditions. Le petit stress de tout quitter en moins ! Maintenant, on sait qu’on peut tout quitter pour tout reconstruire ailleurs, alors pourquoi regretter ?