Education AEFE à Antananarivo

En terme de pédagogie et d'avantage, c'est la même chose.

En terme de moyen, d'espace et d'activités, le LFT de Tana est imbattable à Madagascar.

Par rapport à tout ce que tu pus écrire précédemment, je te conseille Clairefontaine.

Si tu as d'autres questions, n'hésite pas.

Bonjour
Nook 369 Pour que vos paroles et vos pensées soient claires, vous recommandez Clairefountaine, qui est le meilleur choix, plus que LFT Tamatave. http://www.lftamatave.mg/spip.php?page=accueil encore une fois Merci

Le niveau scolaire de Clairefontaine (https://lyceeclairefontainetana.mg/) est bien meilleur en terme réussite que le LFT de Tamatave.

Maintenant à Tamatave (que je ne connais pas), vous aurez une vie qui se rapprochera plus de ce que vous avez aujourd'hui. Et la vie sur place devrait être moins onéreuse que dans la capitale (à vérifier).

Il n'y a pas de bon ou de mauvais choix entre les deux, seul l'accompagnement de vos enfants font ce qu'ils sont d'eux aujourd'hui.

Nook369
Merci beaucoup
Alex

vrai ou faux --- la déclaration suivante

lycée de Tamatave et Lycée de Tana, sont des écoles publiques françaises. Elles appartiennent à l'état français et sont gérées par lui. Clairefontaine est une école privée malgache, homologuée par l'état français qui reconnaît donc qu'elle suit les programmes français avec une structure et des enseignants reconnus comme compétents par l'état français.



vrai ou faux --- la déclaration suivante

En fait l'AEFE s'occupe de tout: Établissements public et établissements privés homologués ! Ce sont par exemple des enseignants du LFT qui contrôlent et font la formation des enseignants des écoles homologuées... La France est un pays qui a tendance à privatiser progressivement tous les établissements publics. Mais les établissements privés restent "contrôlés"...

Je dirais faux et faux...

Le LFT est une école privée française car elle n'est pas gratuite.

En revanche, L'AEFE est un opérateur public français géré par le ministère des affaires étrangères et le ministère de l'éducation nationale.

Clairefontaine est une école française gérée sous la législation malgache. C'est un partenaire de l'AEFE qui homologue son système pédagogique. En revanche, aucun diplôme ne peut être délivré par cet établissement. Tous les élèves doivent passer leur examen au LFT.

L'AEFE ne s'occupe pas de tout. Le LFT est à gestion direct, ce qui n'est pas le cas de tous les lycées français à l'étranger. Par exemple, à Bamako et à Amman, c'est le conseil d'établissement géré par les associations de parents d'élèves qui est le seul maitre à bord.

Les règles de financement par l'état français correspond au pourcentage d'élèves à nationalité française. Ce financement correspond à l'envoi d'expatrié enseignant, un financement pour la bonne marche de l'établissement et un système de bourse.

Il existe une catégorie de personnes dites formatrices. Aucun enseignant ne contrôle le travail d'un autre enseignant. C'est le rôle de l'inspection d'académie. En revanche, à la demande d'une direction d'école ou de parents délégués, un formateur est mis à disposition des enseignants si l'en éprouve le besoin. De plus, des stages de formation sont proposés aux enseignants. Si des enseignants n'ont pas fait de stage au bout d'un certain temps, ils perdent leur homologation (c'est comme pour le secourisme) et donc ils ne peuvent plus enseigner tant qu'ils ne se sont pas mis à niveau.

Aujourd'hui, l'AEFE est déficitaire en terme de budget. Donc garder des établissements à gestion directe doit être vertueux. Or il y a de plus en plus d'abus de toute part. la question est posée en ce moment pour savoir si la gestion directe doit se maintenir...

j'ai juste ?

Bonjour

Dans ma quête pour comprendre le système éducatif français, j'ai trouvé cette affirmation sur le système universitaire sur un autre forum. Vrai ou faux.


J'ai vécu 8 ans en France et plus de 14 ans au Québec et (c'est juste mon avis personnel), si j'avais aujourd'hui le choix entre les deux, j'opterais pour le Québec ou le Canada pour mes études supérieures. En effet, le système français est très bien jusqu'à la Terminale (très bonnes connaissances générales etc) mais pour les études supérieures au Bac, je pense que le Québec et le système anglophone sont mieux dans le sens où on en sort directement fonctionnel et prêt à l'emploi (il n'y a pas d'écart entre la théorie et la pratique). En plus avec les nombreux départs à la retraite des baby-boomers en ce moment, il y aura de plus en plus d'offres d'emploi sur le marché. Après c'est sûr, il y a des avantages et des inconvénients comme partout. La France a aussi ses bons côtés (pour tout ce qui est social, système de santé, proximité avec les autres pays qui permettent de voyager moins chers et plus souvent, etc), tout comme le Québec (facilités administratives, civisme, honnêteté, grands espaces, encouragements à l'entrepreneuriat et à la créativité, etc).

Après c'est sûr, il y a des avantages et des inconvénients comme partout. La France a aussi ses bons côtés (pour tout ce qui est social, système de santé, proximité avec les autres pays qui permettent de voyager moins chers et plus souvent, etc), tout comme le Québec (facilités administratives, civisme, honnêteté, grands espaces, encouragements à l'entrepreneuriat et à la créativité, etc).

Oui je partage cette idée mais il faut aller plus loin et comprendre la problématique de cette expérience.

L'exemple donné ci dessus au Quebec indique qu'une formation offre une expertise dans un domaine. Je trouve que ça limite énormément les choix d'avenir surtout si le domaine choisi est saturé... Il faut être sur des débouchés !!!

En France, le système post bac est ciblé mais suffisamment ouvert pour ne pas s'enfermer dans un moule. Le système français permet à l'étudiant de s'adapter à son environnement, c'est une approche différente.

Personnellement, avoir un bagage minimum de connaissance permet d'avoir un plus grand choix sur son avenir professionnel. Quel lycéen aujourd'hui sait dans l'absolue ce qu'il veut exactement ? En fait, se sont aux entreprises de former leurs jeunes à l'emploi qui fera en sorte de développer l'activité en mettant à l'aise ses salariés.

Le français n'est pas un bon expert, en revanche, le français s'est s'adapté rapidement à son environnement. De plus, si l'on regarde qui sont les leader de la création / imagination dans le monde, on est pas loin du cocorico... Le problème c'est que la France ne sait pas profiter de cet élan d'inventivité !!!

Donc au final, le choix s'impose de lui même en fonction de ce que veut faire l'étudiant de sa vie professionnelle...

Nouvelle discussion