L'Allemagne accueille les réfugiés

Allemagne: 750.000 demandes d'asile en 2015 .
L'Allemagne s'attend à recevoir 750.000 demandeurs d'asile cette année, écrit aujourd'hui le quotidien Handelsblatt en citant des sources gouvernementales, un chiffre nettement supérieur à celui de 450.000 estimé jusqu'à présent. Le ministère de l'Intérieur s'est refusé à tout commentaire sur ce chiffre mais il doit publier de nouvelles prévisions cette semaine. Sa précédente estimation pour cette année représentait déjà le double du nombre de demandeurs d'asile accueillis l'an dernier.

L'Allemagne se classe en tête des pays de l'Union européenne pour le nombre de demandeurs d'asile, en forte hausse avec l'afflux de réfugiés fuyant la guerre ou la violence dans des pays comme la Syrie, l'Irak, la Libye ou l'Erythrée, ou la pauvreté en Afrique, au Moyen-Orient ou dans les Balkans. Près de la moitié des réfugiés entrés en Allemagne au premier semestre provenaient du sud-est de l'Europe. Cet afflux alimente les réactions d'hostilité dans certaines régions d'Allemagne et fait de l'immigration l'un des principaux thèmes du débat politique dans le pays.

La chancelière Angela Merkel et le président de la fédération, Joachim Gauck, ont appelé récemment les Allemands à lutter contre l'intolérance et la xénophobie. Sur les six premiers mois de l'année, 150 incendies volontaires et autres attaques visant des foyers de demandeurs d'asiles ou des centres d'accueils ont été recensés, presque autant que sur l'ensemble de l'année dernière.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/ … n-2015.php  .jean  luc  ;)

800 000 demandeurs d’asile attendus en Allemagne en 2015, un record

http://s2.lemde.fr/image/2015/08/19/534x0/4729768_6_0f26_dans-le-quartier-de-zehlendorf-a-berlin-des_7321eecf382a9235ad20297c8ce74fc3.jpg 
Pour remercier la chancelière de l’accueil que lui avait réservé l’Allemagne en janvier, une Ghanéenne a décidé de prénommer sa petite dernière, née en février, Angelamerkel. Une initiative acceptée par les services sociaux de la ville d’Hanovre où la famille est hébergée. Il n’est pas certain que la chancelière apprécie cet hommage et la publicité qui lui est ainsi faite. Son pays a en effet de plus en plus de mal à gérer les demandes d’asile dont l’augmentation est spectaculaire.

Après avoir dû faire face à plus de 200 000 demandes d’asile en 2014 – un record depuis 1993 –, l’Allemagne s’attendait initialement à un doublement de ce nombre cette année. En fait, selon de nouvelles estimations fournies mercredi 19 août par le ministre de l’intérieur, Thomas de Maizière, ces prévisions seront très largement dépassées. Il évalue à 800 000 le nombre de migrants qui pourraient cette année tenter leur chance en Allemagne. Si un grand nombre vient de Syrie, d’Irak ou d’Afghanistan, une part importante – plus de 80 000 au premier semestre – vient des Balkans.
Les Etats-régions, qui doivent accueillir ces réfugiés selon une clé de répartition élaborée il y a plusieurs décennies, sont débordés. « Chaque jour, 500 réfugiés arrivent dans le Bade-Wurtemberg. Nous devons chaque jour construire un immeuble pour les héberger », résume Bilkay Öney, la ministre (sociale-démocrate) chargée de l’intégration dans ce Land du sud-ouest du pays. Après avoir reconverti certaines casernes, les Etats-régions multiplient les acquisitions de containers spécialement aménagés mais peuvent de moins en moins éviter d’héberger des réfugiés dans de simples tentes.
Liste de « pays sûrs »

Thomas de Maizière a provoqué une polémique en proposant que les réfugiés venant de pays sûrs qui, durant un trimestre, perçoivent 143 euros d’« argent de poche » par mois, reçoivent désormais des prestations en nature, moins incitatives. Une suggestion contre laquelle s’est insurgée sa collègue sociale-démocrate chargée de la famille, Manuela Schwesig. Dimanche 16 août, dans son interview de rentrée accordée à la chaîne ZDF, Mme Merkel a jugé que l’afflux des réfugiés et les questions humanitaires, mais aussi diplomatiques et géostratégiques qu’il soulève « vont nous occuper bien davantage que la question de la Grèce et celle de la stabilité de l’euro ». A ses yeux, « le thème de l’asile pourrait être le prochain grand projet européen ». Jugeant la situation actuelle « absolument non satisfaisante », la chancelière a dit en avoir parlé à Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne.
En juillet, les Européens se sont mis d’accord pour réinstaller 22 500 réfugiés syriens vivant actuellement dans des pays du Proche-Orient (Liban, Jordanie). Ils ne sont, également, parvenus à s’entendre que sur la répartition volontaire de 32 256 demandeurs d’asile arrivés en Grèce et en Italie, deux pays qui n’arrivent plus à faire face à la situation. Un chiffre dérisoire face à l’ampleur des arrivées. La chancelière voudrait qu’au moins l’Union européenne se mette d’accord sur une liste des « pays sûrs » dont les citoyens ne seraient pas admis à obtenir un droit d’asile dans l’Union européenne. Le débat est très sensible en Allemagne. En 2014, le pays a jugé que trois Etats des Balkans (Serbie, Macédoine et Bosnie-Herzégovine) étaient « sûrs ». La CDU voudrait également classer le Monténégro, le Kosovo et l’Albanie dans cette catégorie mais les Verts, dont l’accord est indispensable, s’y refusent pour l’instant.

Angela Merkel a également dit vouloir parler des réfugiés avec François Hollande. Depuis, le calendrier s’est précisé. Après avoir rencontré Theresa May, son homologue britannique, jeudi, pour traiter de la situation des réfugiés à Calais, Bernard Cazeneuve, ministre français de l’intérieur, se rendra à Berlin le soir. Surtout, le président français devrait évoquer ce sujet lundi 24 août avec la chancelière en marge d’un déplacement à Berlin essentiellement consacré à la situation en Ukraine.
Un plan franco-allemand

Le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, a indiqué mardi quatre sujets qui pourraient constituer les grands axes d’un plan franco-allemand. Il s’agirait tout d’abord de créer des « points d’enregistrement » (hot spots) là où les réfugiés arrivent. Certains pays comme l’Italie ou la Hongrie sont soupçonnés de ne pas tout mettre en œuvre pour accomplir ces formalités. De son côté, la Grèce semble réellement incapable de faire face à cette responsabilité.

Deuxièmement, des procédures accélérées devraient être mises en place afin que ceux qui n’obtiennent pas l’asile repartent effectivement et rapidement. En Allemagne, Mme Merkel a reconnu qu’on ne pouvait plus travailler en « mode normal ». Le pays rappelle des retraités ou fait appel à des fonctionnaires d’autres administrations pour venir en aide aux services d’immigration. Troisième axe : aider les pays de transit sur la route de l’UE à lutter contre les filières clandestines. La France pense surtout à la Libye et au Niger, l’Allemagne aux Balkans. Quatrième axe : à plus long terme, aider au développement des pays de départ afin de tarir le flux à la source. http://www.lemonde.fr/europe/article/20 … _3214.html   .jean  luc  ;)

L'accueil des réfugiés devrait coûter 10 mds EUR à l'Allemagne en 2015.
http://s3.lprs1.fr/images/2015/09/05/5065009_9ce6d1624c21d44c895c01f83647b0559a2a76fc_545x460_autocrop.jpg  L'accueil d'un nombre record de demandeurs d'asile devrait coûter à l'Allemagne quelque 10 milliards d'euros cette année, soit quatre fois plus que l'an dernier, calcule le Frankfurter Allgemeine Zeitung dans son édition à paraître dimanche.
La hausse de budget estimée par la FAZ est proportionnelle à celle du nombre de migrants enregistrés sur le sol allemand: 800.

000 hommes, femmes et enfants devraient demander l'asile en 2015, contre 203.000 l'an dernier, avait annoncé Berlin cet été.
Avant que le gouvernement allemand ne relève ses prévisions, il avait prévu lors d'un sommet sur les réfugiés tenu en juillet un budget de 5,6 milliards d'euros cette année pour l'accueil de 450.000 personnes, rappelle le quotidien conservateur.
Avec la nette accélération des entrées sur le sol allemand, un chiffre de 10 milliards d'euros semble désormais "cohérent" aux différentes administrations du pays, au niveau fédéral, régional ou communal, explique le journal.
L'Etat évalue à 12.000 à 13.000 euros par personne le coût annuel de la prise en charge des réfugiés par les communes, intégrant l'hébergement pendant l'examen de la demande d'asile, les repas, le suivi médical et l'argent de poche.
S'y ajoutent un demi-milliard d'euros pour les postes supplémentaires d'enseignants payés par les Etats régionaux, ainsi que l'embauche de 2.000 employés supplémentaires par l'Office fédéral de l'immigration et des réfugiés et les renforts policiers, pour un montant non précisé.
Une réunion doit se tenir dimanche soir au sein de la coalition pour organiser la répartition des coûts entre Etat et collectivités locales, qui doit être décidée au plus tard le 24 septembre lors d'une réunion entre le gouvernement et les Etats régionaux . http://www.leparisien.fr/flash-actualit … 065009.php  jean  luc  ;)

Ca paraît énorme 10 milliards, mais ça ne m'étonnerait pas que l'Allemagne y arrive sans que le contribuable ne verse un kopeck.

ici ,la population est d'accord avec le gouvernement ,il faut faire quelque chose . on suit  . si il faut payer on paient .
Dans ma famille on  est tous d'accord la dessus ,les gens que j'intérroge aussi . l'Allemagne va sortir e ncore grandi dans cette histoire ,mais l'europe elle ,elle est morte definitivement ,on a rien á attendre des guignols européen . jean  luc  ;)

C'est surtout qu'elle peut se le permettre économiquement parlant ;)

L'Allemagne  considére  que ses gens lá sont un trésor pour elle ,car une fois former ,  eduquer ,ils pourrons nourrir les bessoins de l'industrie ,mais celas se feras au détriments des européens qui serons plus prioritaire , car les réfugiers goutent de l'argent . jean luc  ;)

Tendons nous vers la fin de l'espace Schengen? S'interrogent plusieurs journaux européens. Mais si l'Allemagne veut accueillir autant de réfugiés et si la guerre se termine, faudrait qu'elle renvoie ces réfugiés chez eux non ? Car à la base ils sont venus pour fuite la guerre. Mais si les réfugiés ont déjà trouvé de travail et sont intégrés à la société allemande ce serait impossible de les ramener chez eux à moins de faire rompre un contrat de travail de force.

Cela m'étonne que les français soient réticents à accueillir des réfugiés, car la devise n'est elle pas "liberté égalité fraternité" ? Hélas les français ont perdu ce sens de fraternité quand on voit la problématique des réfugiés...

C'est surtout qu'en France, on a 6 millions de chômeurs, des problèmes de logement, même pour ceux qui travaillent, de communautarisme avec la montée de l'islamisme radical et des départs vers la Syrie, un climat social plus qu'instable, etc...

La fraternité française, c'est pour la carte postale...

Quand aux Syriens intégrés et travaillant en Allemagne, ils ne retournerons pas chez eux. Et d'ici à ce que la guerre se termine et que la stabilité politique et économique revienne...

Jésuette :

Cela m'étonne que les français soient réticents à accueillir des réfugiés, car la devise n'est elle pas "liberté égalité fraternité" ? Hélas les français ont perdu ce sens de fraternité quand on voit la problématique des réfugiés...

la position de la France et de l'Allemagne sont diamétralement opposé . La France est un pays malades comme la dit Steffifi  ,pays qui est bouffi par les aides sociales ,financé uniquement sur les revenus du travail , et qui entraine la chute de son économie ,et par conséquences une hausse du chômage ,et plus elle fait beaucoup d'enfants   .
L'Allemagne  elle a une économie florissante ,manque de main d'oeuvre ,taux de chômage á 5% contre 12%  en France  ,manque d'enfants , les allemands croient en l'avenir ,pas les français qui ont peur . Et puis qu'est ce que on aurais lu  dans les journaux ,si les allemands avaient fermé la frontiére , "l'Allemagne fachiste ,Allemagne égoiste , qui ne pense qu'a elle ,etc,etc,etc, ce serais des monceaux d'ordures ,lá les donneurs de leçon sont dans la merde jusqu'au coup ,les donneurs de leçon sont ceux  qui ont critiquer l'Allemagne dans la crise grec .
Quand á la France ,elle s'est jointe á l'Allemagne pour imposer des quotas á tous les pays européens ,y compris pour elle .  Shengen ne marche pas pas c'est clair et net ,et l'europe est morte  ,elle a plus aucun crédit . jean  luc  ;)

aujourd'huit 10 000 réfugiers  ,un record  ,la population aux portes de la gare á Munich pour  acclamé  les nouveaux arrivants . http://www.metronews.fr/info/videos-les … Miqz1IhxU/   .jean  luc  ;)

Ah je vois...il y a déjà des pays européens qui s'opposent aux quotas (à l'exception de l'Italie et de l'Allemagne), donc Schengen est mort... Pensez vous qu'ils vont suspendre schengen un jour ?
En France, il y'a plusieurs sondage qui disent que le FN sera en tête en 2017 lors des élections. Perso ça me fait pas peur puisque je suis pas concernée mais est-ce que le FN est la solution que la France recherche ?  Je crois pas certains programmes restent très flous.

L'Italie ne peut pas imposer de quotas avec tous les migrants recueillis à Lampedusa.

Sinon, oui, le FN risque d'être en tête au premier tour des présidentielles. Après, tu peux pas sortir de l'UE comme ça... Mais oui, concernant Schengen, c'est en train de devenir effectif que pour les européens et étrangers en règle.

Cette crise a pris tout le monde de cours, je pense.

shengen ,n'est pas encore mort ,mais c'est l'europe qui l'est ,car c' est devenue qu'une vaste zone de libre exchange ,on est bien loin de l' esprit de jean monet . Shengen ne seras pas  suspendu dans l'immédiat ,mais on doit revoir tout le systéme qui marche pas ,notablement  frontex qui est une organisasion européenne charge de garder les frontiéres extérieure  europeenne  ,elle dispose de 50 millions d'euros soit le budget de Tououse se qui est ridicule au niveau européen . 
non cette crise etais prévisible ,les autoritées allemande ont donné l'alerte depuis des mois  ,mais tous les européens ont fermé leurs gueules  estimant que celas ne les concerner pas .
concernant le FN c'est un probléme franco-français ,qui n'a pas sa place ici  sur le forum Allemagne ,d'ailleur c'est incompatible  avec l'histoire de l'Allemagne   ,on continue sur les réfugiers . jean  luc  ;)

Mais comment être sûrs que ces réfugiés s'intègreront bien à l'Allemagne et qu'il n'y aura pas de débordements, ni de délinquance ni de montée de l'islamisme??? Même si, je sais, pourquoi deviendraient-ils intégristes alors que c'est ce qu'ils ont fuit...

Le fait d'être française et de voir ce qu'il y a en France, fait monter la parano, lol!!!

STEFFIFI > vous avez un projet de vie à l'étranger ? Si oui, on en parle avec plaisir. Si c'est pour créer la polémique sur tous les forums du site, je pense que vous feriez mieux d'aller poster sur un autre site. Nous sommes ici sur un forum d'entraide pour les expats et futurs expats, pas sur un site de débats.

Sur le forum Allemagne, on parle d'Allemagne, point. Et il n'y a aucun rapport entre des gens contraints à partir de chez eux, ou en mourir, et de potentiels "débordements, délinquance et islamisme".

STEFFIFI :

Mais comment être sûrs que ces réfugiés s'intègreront bien à l'Allemagne et qu'il n'y aura pas de débordements, ni de délinquance ni de montée de l'islamisme??? Même si, je sais, pourquoi deviendraient-ils intégristes alors que c'est ce qu'ils ont fuit...

Le fait d'être française et de voir ce qu'il y a en France, fait monter la parano, lol!!!

pourquoi qu'ils ne s'intégraient pas ,se sont des refugiers politique ,pour le moment il y a pas de débordement ,et aucune coréllation avec la criminalitée ,ni avec  l'islamiste , la majoritée des Syriens (le gros des troupes) sont chrétiens .  La France c'est la France ,ici le probléme est différent  ,il y a pas de zone de non droit .  jean  luc  ;)

pour ceux qui s'intérréssent  au sujet ,je met en ligne la convention Dublin II ,elle concerne les réfugiers  http://www.dublin-project.eu/fr/content … French.pdf .  l'Allemagne  a décidais de suspendre cet convention Dublin II  pour les syriens et Irakiens .   jean  luc  ;)

Allemagne : quels emplois pour les réfugiés ?
Cette année, l'Allemagne estime à 800 000 le nombre de réfugiés que le pays va accueillir.

Mahmoud Swari est aujourd'hui loin de la Syrie, loin de la guerre et peut à nouveau exercer son métier de chirurgien. Il a appris l'allemand en même pas un an et demi, ce qui lui a permis d'obtenir un poste il y a un mois. "L'Allemagne m'a tout donné, un avenir, de la confiance en moi", confie le docteur Swari au micro de France 2. Et si l'Allemagne donne autant, c'est qu'elle a de bonnes raisons. Dans cet hôpital, pour cinq postes de médecin vacants, il n'y a qu'un ou deux candidats. Les médecins étrangers, s'ils maîtrisent la langue, ont donc toutes leurs chances.
Une pénurie

Et cette pénurie de main-d'oeuvre concerne tous les secteurs de l'économie. D'ici 2020, ce sont 1,8 million de travailleurs qui vont manquer à l'Allemagne. Ces réfugiés qui arrivent par milliers sont donc une aubaine pour le pays, une main-d'oeuvre souvent qualifiée et très motivée. "Je prendrai n'importe quel emploi, cela m'est égal", lance un réfugié. Certains reçoivent même une formation avant que leur demande d'asile ne soit examinée. L'agence pour l'emploi allemande vient de créer un service spécialement chargé de repérer les réfugiés les plus qualifiés. voir la vidéo    jean  luc ;)

Cela veut dire que si tu les postes en pénurie sont occupés je pourrais plus avoir ma chance pour une formation ? :( Je comptais justement sur un de ces postes (infirmier, les études longues ne m'intéressent pas, déjà que j'ai du mal à accrocher aux cours) pour pouvoir rester en Allemagne après le bac. J'ai peur qu'il n'y aie plus de place pour moi...

Concernant les réfugiés, il paraît qu'il y'a des terroristes qui se glissent parmi eux ! Doit on craindre un attentat ? Je lis ça dans plusieurs médias et commentaires internet. Cette théorie n'est pas à écarter je trouve...

Jésuette :

Cela veut dire que si tu les postes en pénurie sont occupés je pourrais plus avoir ma chance pour une formation ? :( Je comptais justement sur un de ces postes (infirmier, les études longues ne m'intéressent pas, déjà que j'ai du mal à accrocher aux cours) pour pouvoir rester en Allemagne après le bac. J'ai peur qu'il n'y aie plus de place pour moi...

Concernant les réfugiés, il paraît qu'il y'a des terroristes qui se glissent parmi eux ! Doit on craindre un attentat ? Je lis ça dans plusieurs médias et commentaires internet. Cette théorie n'est pas à écarter je trouve...

Et une dernière remarque: pourquoi les trois millions de chômeurs allemands ne se reconvertissent pas vers un poste en pénurie ?

d'ici 2020 il manqueras 1,800 000 actif , on a bessoin  des immigrés ,et des réfugiers  .  les réfugiers sont prioritaires,car ils goûtent cher  plus vite ils sont au travail ,plus vite ils serons rentables .  @ jésuette  tu auras toujours ta chance ,mais tu doit bien parler allemand .
concernant les 2 900 000 ,c'est un chômage risiduelle ,il y a toujours  des gens qui perdent leur travail ,d'autre qui veulent changer de patrons ,des gens trop agêe pour retrouver un boulot , et comme partout des tires au flant .
Quand aux térroristes ,ils ont pas bessoins des réfugiers ,car ils sont  français ,allemand  , ou européen ,et préférent  les avions .  jean  luc  ;)

L'Allemagne  L'Allemagne sature devant les arrivées de migrants

Les haies d'honneur des derniers jours ont à présent disparu. À la gare de Munich, seules quelques pancartes de bienvenue sont bien brandies par une poignée de personnes. Par milliers, les réfugiés continuent d'affluer pour le deuxième week-end consécutif dans ce point d'entrée vers l'«Eldorado allemand». Avec l'arrivée d'environ 13.000 personnes, les capacités d'accueil atteignent leur «extrême limite», ont indiqué les autorités allemandes. Ce chiffre est au même niveau que le record en l'espace de 24 heures enregistré à Munich le 6 septembre. Le flux d'arrivée, depuis les Balkans via la Hongrie puis l'Autriche, semblait s'être un peu ralenti aux premières heures de dimanche puisque environ 1400 nouvelles arrivées étaient attendues vers midi heure locale en gare de Munich. Mais la situation pourrait évoluer.

L'Allemagne a décidé d'ouvrir ses portes en grand et de faire une entorse aux règles d'asile en Europe, qui prescrivent que les demandes soient déposées dans le premier pays d'entrée dans l'UE. L'enthousiasme a fait place à une forme de routine: sitôt descendus des trains réguliers en provenance d'Autriche, les réfugiés sont conduits par la police vers de premiers centres d'accueil. Et les autorités ont du mal à faire face à l'afflux. Durant la nuit de samedi à dimanche quelques dizaines de demandeurs d'asile ont dû dormir dehors à même le sol sur des matelas isotherme et avec des couvertures, faute de place dans les centres, selon la radio-télévision publique bavaroise BR. Faute de place dans la ville les autorités locales envisagent de réquisitionner le stade olympique de la métropole, où ont eu lieu les JO d'été de 1972, pour des hébergements. Et l'armée allemande est mobilisée pour aider à gérer la situation. Elle a annoncé dimanche mettre 20.000 places d'hébergement à disposition.


    «Nous ne savons plus comment faire avec les réfugiés»
    Le maire social-démocrate de Munich, Dieter Reiter.

Samedi, le maire social-démocrate de Munich, Dieter Reiter, s'est dit «très préoccupé par l'évolution de la situation». «Nous ne savons plus comment faire avec les réfugiés», a-t-il déclaré. Munich se plaint du manque de soutien des autres régions allemandes face à l'afflux record. Les médias allemands évoquent la possibilité qu'un grand centre d'accueil soit très bientôt construit dans le nord de l'Allemagne pour désengorger le Sud. Mais le gouvernement n'a pas confirmé. Pour parer à l'urgence, la ville de Munich, avec l'aide de l'armée allemande, a installé des lits sur le site de la foire de la ville. Faute de bus ou de conducteurs, certains réfugiés devaient marcher, en cortège de plusieurs centaines de personnes, escortés par des policiers, jusqu'à leur premier centre d'accueil.

Dimanche, le ministre allemand des Transports Alexander Dobrindt a également dénoncé «l'échec complet» de l'Union européenne à contrôler ses frontières extérieures. «Des mesures efficaces sont à présent nécessaires pour stopper l'afflux», a déclaré celui qui est membre de l'aile la plus conservatrice des Unions chrétiennes de la chancelière allemande, la CSU bavaroise. Selon lui, les «limites de capacité» d'accueil de l'Allemagne «sont atteintes» et «ce signal doit être compris sans ambiguité» par les autres pays européens, a-t-il ajouté. «L'Allemagne aide sur la question des réfugiés depuis des mois et avec une ampleur bien plus grande que tous les autres pays européens», a-t-il regretté.

La veille, Angela Merkel avait appelé la Grèce à mieux protéger les frontières extérieures de l'Union européenne et réclamé un dialogue avec la Turquie par où transitent nombre de migrants venus notamment de Syrie. La chancelière avait également prévenu: seuls les migrants qui ont besoin d'une protection, car ils fuient la guerre ou les persécutions par exemple, pourront rester. Sans les nommer explicitement, Angela Merkel faisait allusion aux nombreux demandeurs d'asile venus des pays des Balkans. Environ 40% des demandes d'asile déposées en Allemagne entre janvier et juillet l'ont été par des ressortissants des Balkans. Or même s'il s'agit souvent de personnes victimes de discriminations dans leur pays d'origine, notamment les Roms, leurs demandes sont quasiment toujours rejetées.voir vidéo  jean  luc  ;)

Face au flot de réfugiés, l’Allemagne rétablit des contrôles frontaliers http://s2.lemde.fr/image/2015/09/13/534x0/4755318_6_446d_a-la-frontiere-entre-la-grece-et-la_1f6980be22d0501f8c6fa8f096f12a98.jpg 
A la veille d’une réunion des ministres de l’intérieur et de la justice des Vingt-Huit à Bruxelles pour tenter de résorber la crise migratoire qui touche l’Union européenne (UE), l’Allemagne, qui montre des signes de saturation dans ses capacités d’accueil de réfugiés, a décidé de réintroduire des contrôles à ses frontières.

Le ministre allemand de l’intérieur, Thomas de Maizière, a annoncé, dimanche 13 septembre, que son pays réintroduisait « provisoirement » des contrôles à ses frontières, « en particulier avec l’Autriche », afin « de contenir l’afflux de réfugiés venant en Allemagne ». La police allemande a d’ores-et-déjà commencé à se déployer dimanche soir à la frontière avec l’Autriche et à stopper des réfugiés syriens tentant d’entrer, a constaté un journaliste de l’AFP au point de passage de Freilassing (sud-est).

Les chemins de fer allemands ont quant à eux annoncé suspendre leur trafic vers l’Autriche jusqu’à lundi matin. Peu avant, la compagnie de chemin de fer autrichienne OBB avait annoncé une suspension du trafic avec l’Allemagne.
Afflux considérable de réfugiés

Berlin a justifié cette décision exceptionnelle, qui intervient alors que l’Allemagne avait il y a peu décidé d’ouvrir grand ses portes aux réfugiés, par l’afflux considérable de migrants. La plupart entrent en Allemagne par la frontière autrichienne et rejoignent Munich en train.

Or la grande métropole du sud du pays a tiré la sonnette d’alarme ce week-end, arrivant à saturation : en deux semaines, 63 000 réfugiés sont arrivés à Munich, selon les autorités locales.

Lire aussi : En Allemagne, Munich débordée face à l’afflux de réfugiés
Compatible avec l’accord de Schengen

La décision de Berlin de réintroduire provisoirement des contrôles à ses frontières pour faire face à l’afflux de migrants est compatible avec l’accord de Schengen mais « souligne l’urgence » de parvenir à un plan européen de répartition des nouveaux arrivants, a réagi la Commission européenne.

Les pays membres doivent « se mettre d’accord sur les mesures proposées par la Commission européenne » en vue d’une répartition par quotas, a estimé la Commission dans un communiqué, à la veille d’une réunion extraordinaire à Bruxelles des ministres de l’intérieur de l’UE qui s’annonce des plus difficiles.  lire le reste de l'article  jean  luc  ;)

Rétablissement des frontières en Allemagne: un coup terrible pour l’Europe
Le rétablissement par l’Allemagne des contrôles à ses frontières n’est pas une péripétie : c’est un coup terrible qui vient d’être infligé à la grande zone sans frontières de Schengen, l’un des acquis majeurs, le plus apprécié par les citoyens, de la construction européenne. Ce serait exagéré, ou prématuré, de signer la mort de Schengen. Mais ce serait une grave erreur de sous-estimer l’affaire.

Les bonnes intentions et les sentiments sincères de compassion et de solidarité doivent constituer l’une des boussoles de l’action politique. Mais elles ne peuvent en tenir lieu. C’est le constat, pas politiquement correct en nos contrées occidentales, qui s’impose à la vue des décisions successives de l’Allemagne. Il y a trois semaines, Angela Merkel ouvrait les frontières de son pays aux réfugiés par une annonce d’accueil massif moralement justifiée. Mais son caractère unilatéral, totalement contraire aux usages européens, a jeté la confusion dans les pays voisins en provoquant un gigantesque appel d’air qui a de fait balayé des frontières, et des mécanismes de gestion d’asile terriblement imparfaits ou dépassés, mais qu’on ne peut biffer d’une déclaration sans que rien ne les remplace.Par la décision de dimanche, l’Allemagne a fait marche arrière, réinstallant par les baïonnettes des frontières que la chancelière avait levées par une annonce généreuse, mais opérationnellement irréfléchie.

La Hongrie s’est précipitamment réjouie de la décision allemande, qui semble rétrospectivement donner raison au flot de critiques dont son Premier ministre Orban avait abreuvé l’Allemagne. Mais la Hongrie, et les autres pays de la région rangés derrière elle dans le front du refus à l’accueil des réfugiés, auraient tort de se sentir confortés dans leurs raisons. Car la réinstallation même momentanée – cela reste à voir ! – de frontières physiques internes à l’UE signe l’apparition d’une frontière que l’on ne soupçonnait pas, ou plus : celle de valeurs fondamentales. Quelles que soient ses difficultés, politiques, culturelles ou opérationnelles, l’accueil de réfugiés et la solidarité entre nations d’une même Union face à ce défi à la charge inégalement partagée constitue un test existentiel du socle de valeurs communes.

Aujourd’hui, les pays adhérant au front du refus à l’accueil portent une responsabilité autrement plus grande qu’Angela Merkel dans le risque de rétablissement de nouvelles frontières : ces pays se mettent eux-mêmes à l’extérieur de frontières délimitées par le partage de valeurs. Ce n’est pas encore la mort de Schengen et de l’Europe ouverte qu’on avait voulue. Ce n’est pas encore leur mort clinique. Mais c’est un grave accident vasculaire cérébral pour l’Europe qui a  intégré comme jamais l’Est et l’Ouest. http://www.lesoir.be/988540/article/deb … r-l-europe   jean luc  ;)

Réfugiés: l’Allemagne qui hésite, l’Allemagne qui tranche.
Les ministres européens de l’Intérieur vont se réunir le mardi 22 septembre prochain à Bruxelles pour une nouvelle réunion extraordinaire sur la question de la crise des réfugiés. L’Allemagne, qui appelle avec l’Autriche à l’organisation d’un sommet extraordinaire de l’Union européenne sur cette question, a été accusée de mener une politique « incohérente », en suspendant les règles de Shengen. Angela Merkel s’en défend et réclame plus d'harmonisation européenne.

L’Allemagne s’attend désormais à recevoir entre 800 000 et un million de demandeurs d’asile. Dès le début de la crise, Berlin a fustigé la Macédoine et la Hongrie pour leurs tentatives de bloquer l’afflux des réfugiés, en expliquant qu’il faut les recevoir pratiquement tous, et que l’Allemagne va en recevoir des centaines de milliers.

Dernièrement, l’Allemagne semblait avoir faire un pas en arrière, en rétablissant partiellement les contrôles aux frontières. Ce qui lui a valu, mardi, une sévère critique du ministre tchèque de l’Intérieur, qualifiant la politique allemande d’« incohérente ». La chancelière Angela Merkel explique que la suspension de l’accord de Schengen doit simplement faciliter l’enregistrement des réfugiés, mais la perception de cette décision de l’extérieur est parfois différente.

    Dans le train Vienne-Munich, voyage entre espoirs et inquiétudes
    L'espace Schengen sur la libre-circulation suspendu de fait
    Les Munichois divisés après la fermeture de la frontière allemande

   
Berlin plaide pour plus de solidarité européenne

Vue de Berlin, la politique allemande est pourtant claire et logique : comme l’a souligné la chancelière elle-même, il s’agit de « revenir à l’esprit européen », d’aboutir à une juste répartition des réfugiés parmi les pays membres de l’Union, tout en bien organisant et contrôlant le flux migratoire.lire le reste de l'article  .  jean  luc  ;)
ps. Dans ma ville ,on en attend  168 ,ils serons á 500 m de  chez moi ,un ancien dépot ,   qui seras aménager , se seras pas le grand confort ,mais l'hivers arrive il serons mieux dans ce  batiment que dehors . la mairie c'est porter volontaire ,toutes les organisations caritatives se mobilisent   

Bonjour ,

Je vais pas me lancer dans un discours trop long et qui est exploité (en son sujet ) par tous et toutes ...

Je constate ....exemples a l'appuis que l'Europe est une vrai passoire , et  que la misères de uns fait la bonheur des autres (passeurs , illégaux etc ....)

Restant convaincu , qu'un pays doit se construire dans la lutte , je vois des fuyards , esseulés sur les écrans de télévision , des jeunes en majorités , qui a la force de l'age prennent la route de la fuite ....

Le rétablissement des frontières n'aurait jamais du être un fait a vivre ....elles auraient (les frontières du rester en application pour l'ensemble des pays membres Européen...

Un contrôle strict doit prendre place dans les plus bref délais , sinon l'anarchie ne va faire que grandir ....

"L'herbe est plus verte en face sur le pré du voisin " .....?? un rêve ......OUI

Aider certes ....mais le faire au détriment des ressortissants de ayants droits de chaque pays .....pas convaincu .

Donc Oui les frontières .....

Traitement des individus et leur réels situation au cas par cas , persécutés ou feignants de l'être , puis retour dans leur pays quant la situation le permettre , c'est pas fortiche comme plan mais pas impensable .

Ou alors créer une taxe nouvelle ( dites taxe obligatoire pour  l'aide des migrants )...

Le ton risque de monter très vite ........et quant la mayonnaise monte ....gare aux retombées .

Donc frontières  point barre .

PS : chacun des pays ou j'ai résider , m'a demander de rentrer avec visa , documents valables , et certains avec test HIV .....et oui ....  sinon expulsé du pays sans ménagement ....

Bonne journée .Jean -Luc

Que l'Europe soit une  passoire n'est pas une nouveauté ,la fermetures des frontiéres est une illussions  , mais je  constate aussi une différence entre les français et l es allemands . pour l'Allemagne cette arrivé  est une chance  ,car on manque de bras ,il nous faut 1,8 millions  travailleur de plus d'ici 2020 ,mais il est vrais aussi que c'est trop massif comme arrivée ,c'est pour celas á rétabli le contrôle aux frontiéres . 40% de s demandes sont n'ont fonder . je trouve dommage que tu emplois le même language   que le FN  qui parle aussi de déserteurs ,de traites  ,je tient á rappeller  la responsabilitée des occidentaux dans la chute de 2  des 3 dictateurs , irak ,libye, et le soutient pour l'opposition syrienne , au nom des droits de l'homme .  jean  luc  ;)

Comme je l'ai déjà dit, Jean Luc, en France, il y a 10% de chômage et des personnes qui travaillent ne trouvent pas de logement et qui sont carrément à la rue car ils gagnent trop cher pour les logements publics ou n'ont pas assez de garanties pour le parc privé et ils voient que des réfugiés vont être logés gratuitement avec des aides.

De même, des tas d'étudiants galèrent à trouver un logement et aussi financièrement car pas de bourse, alors que tout celà va être accordé à des étudiants réfugiés.

Le système en France est totalement différent de l'Allemagne qui ne doit pas connaître ce genre de problèmes ;)

L'Allemagne va expulser les 40pour cent de prétendus réfugiés qui n'ont rien à faire sur son territoire ? C'est clair que les ghannéens ou les serbes n'y ont rien à chercher là-bas en matière de refuge
. Je suis pour au fait qu'elle prenne des réfugiés syriens mais je désapprouve les entrées incontrôlées... En plus, c'es réfugiés qui ont auitté la syrie et qui sont en territoire hongrois ou turque ne sont plus en danger de mort, alors pourquoi poursuivent ils leur chemin ? En plus oser provoquer des émeutes en Hongrie, quand ils savent que la Hongrie est contre leur entrée, pourquoi y forcer ? Je rappelle que tout entrée sur le territoire européen sans document valable est sanctionné. 
C'est triste cette histoire de réfugié, le monde ne devrait pas y être arriver dans cette situation'il n'y avait pas eu du désordre en Lybie ou en Irak et Syrie ne nous en serions pas là.
Bef, sans haine, c'est mon point de vue

STEFFIFI :

Comme je l'ai déjà dit, Jean Luc, en France, il y a 10% de chômage et des personnes qui travaillent ne trouvent pas de logement et qui sont carrément à la rue car ils gagnent trop cher pour les logements publics ou n'ont pas assez de garanties pour le parc privé et ils voient que des réfugiés vont être logés gratuitement avec des aides.

De même, des tas d'étudiants galèrent à trouver un logement et aussi financièrement car pas de bourse, alors que tout celà va être accordé à des étudiants réfugiés.

Le système en France est totalement différent de l'Allemagne qui ne doit pas connaître ce genre de problèmes ;)

on a aussi nos pauvres, et nos chômeurs ,mais moins d'aide  sociale  ,mais ici on peut pas tenir des propos populiste  , le pays  est beaucoup plus ouvert au monde que la France . les réfugiers n'aurons pas plus que les autres . ici beaucoup d'allemands sont pour,ils savent aussi que  si ils refusaient ,on dirais qu'ils sont des nazis,que les vieux démons sont de retourd .   jean  luc  ;)

Pas faux. En effet, les Allemands ont un passé qui fait qu'ils se doivent être ouverts ;)

Jésuette :

L'Allemagne va expulser les 40pour cent de prétendus réfugiés qui n'ont rien à faire sur son territoire ? C'est clair que les ghannéens ou les serbes n'y ont rien à chercher là-bas en matière de refuge
. Je suis pour au fait qu'elle prenne des réfugiés syriens mais je désapprouve les entrées incontrôlées... En plus, c'es réfugiés qui ont auitté la syrie et qui sont en territoire hongrois ou turque ne sont plus en danger de mort, alors pourquoi poursuivent ils leur chemin ? En plus oser provoquer des émeutes en Hongrie, quand ils savent que la Hongrie est contre leur entrée, pourquoi y forcer ? Je rappelle que tout entrée sur le territoire européen sans document valable est sanctionné. 
C'est triste cette histoire de réfugié, le monde ne devrait pas y être arriver dans cette situation'il n'y avait pas eu du désordre en Lybie ou en Irak et Syrie ne nous en serions pas là.
Bef, sans haine, c'est mon point de vue

Peut-être parce qu'en Turquie et en Hongrie, il n'y a pas de travail pour eux. Déjà, les Turcs combattent les Kurdes, donc, déjà, eux, dur de rester. Quand à la Hongrie, elle a toujours été extrêmement nationaliste et conservatrice, avec très peu d'immigration non-européenne. Ca reste aussi un pays assez campagnard avec peu de perspectives d'emploi. Et puis, ils connaissent pas la Hongrie. Pour eux, c'est juste le ticket d'entrée pour l'Allemagne, la Suède ou le Royaume-Uni.

Tu parles d'entrée sur le territoire européen sans papiers valides est interdit, oui, mais dans cette situation, que faire??? Ils dépensent déjà des fortunes pour des passeurs...

Quand au désordre en Libye, Irak, Syrie, ou même Tunisie plus tôt, on se rend compte qu'ils avaient peut-être des dictateurs mais au moins, c'était calme... Mais bon, on sait pas tout.

Mais dis-moi, ça devient chez toi, là!!!

STEFFIFI :

Mais dis-moi, ça devient chez toi, là!!!

on reste sur le sujet  ,ce qui se passe au Burkina faso , c' est triste ,mais celas ne concerne pas l'Allemagne.
j ean  luc  ;)

Oui, oui, oui!!! ;)

Mais si les réfugiés syrien travaillent, seront ils naturalisés après quelques années ? Si oui, comment vont ils retourner dans leur pays si la paix revient ?
J'ai lu la page Facebook d'Angela Merkel et au contraire je vois plein de critiques sur sa politique des réfugiés, et même il yen à qui lui demandent de démissionner.
Même die Linke le parti de gauche est d'accord avec cet afflux de réfugiés je me demande si certains n'ont pas perdu la tête. Comment laisser des réfugiés affluer de cette manière désorganisée et non enregistrés ? Oui, ils y'a des profils suspects parmi les réfugiés. Pour ceux qui comprennent l'allemand, voici le lien :
http://www.welt.de/politik/deutschland/ … s-auf.html

comment veut tu arrêter  les gens lorsque qu'ils se mettent  en route ,pour une vie meilleurs ?en juillet il etaie nt 500 000 ,et on en parler pas .il y a plusieurs  solutions , régler les problémes dans les pays concernés  c'est a dire intervention militaire et des troupe au sol ,le flux s'arrêteras ,   alors  que faire de ces gens on  leur tire dessus comme des lapins ,ou on organisse leur accueils ? bein sûre  qu'il peut y avoir des térroristes qui rentre  en Allemagne , mais de las á prendre  tous les réfugiers pour des térroristes  ,il faut arréter de rependre la térreure ,tu est noir ,alors tu est une térroriste aussi . arrête  d'avoir peur , . jean  luc  ;)

Ok mais et les réfugiés analphabètes, comment les intégrer en Allemagne ?

Cours d'alphabétisation et d'intégration intensifs, je suppose... Mais j'ai l'impression que la grande majorité des réfugiés sont déjà bien instruits et qualifiés... Mais c'est une bonne question, en effet...

Fermé
Nouvelle discussion