S’expatrier avec ses enfants en Espagne

Bonjour à toutes et à tous,

L’expatriation est une aventure aussi bien pour les parents que pour les enfants : une expatriation en famille est ainsi un réel challenge.

Comment vos enfants ont-ils vécu leur déménagement en Espagne ?

Comment se sont-ils adaptés à leur nouvel environnement ?

Partagez avec nous votre expérience ainsi que vos conseils pour aider les autres membres qui vivent ou souhaitent vivre en famille en Espagne.

Merci d’avance,

Priscilla

Je pense qu'il faudrait plutôt poser la question dans l'autre sens sur le forum Français :

Comment vos parents ou grands parents ont-ils vécu leur déménagement en Espagne ?

Comment se sont-ils adaptés à leur nouvel environnement ?

Il y a aura surement davantage de réponses ^^

Mais pour en revenir à la question, nous avons mis notre fille directement du CM2 en France, à l'école publique en Espagne.

A cet age l'adaptation est rapide et en 6 mois, elle se débrouillait comme une petite espagnole.

Et avec internet, il est facile de garder le contact avec les copines françaises, même si avec le temps, le besoin se fait moins sentir.

Bonjour,

Nous sommes là depuis le 14/07 donc en plein dans les vacances scolaires des uns et des autres, mais c'était un choix de notre part de finir l'année scolaire en France avant le déménagement même si c'était la maternelle (moyenne section).

Depuis ce matin, nous savons que notre enfant aura une place dans une école pour la rentrée scolaire ... Mais çà a été un peu chaud car tout était complet ... On nous a proposé l'école privée, mais avec les têtes qu'on a tiré, il y a eu arrangement !!!

La petite est trop contente!!!

Pour l'adaptation en milieu scolaire, affaire à suivre ...

J'habite Motril (sur la plage et le golf) depuis 2 ans (aout 2013) et travaille ici comme "autonomo". Je devais rester 3 mois... En ce qui concerne vos enfants, ils parleront rapidement espagnol, et les écoles sont comme partout: c'est l'enfant qui fait un bon élève, pas l'école... Une seule chose est archi-sûre: les enfants ici sont heureux, bronzés, souriants. De novembre à avril, c'est le ski en Sierra Nevada, et de mai à octobre, la plage et la piscine. 325 jours de soleil par an, ça change la vie, croyez-moi. Vous voulez quoi ? Qu'ils fassent des adultes bien dans leurs baskets ou des employés de banque en BMW série 3, crédit sur 5 ans ? C'est ça, la vraie question. J'ai un fils de 21 ans qui termine ses études d'économie en Belgique l'année prochaine. Le premier été, il est venu pour 1 semaine, il est resté un mois. Il est revenu skier l'hiver. Il est revenu ce mois d'aout pour un mois, plein de copains (il parle espagnol...), il ne rentrait plus avant 7 heures du mat' (la plus belle boite de nuit pour les jeunes de Grenade est ici, ("Hoyo 19") sur la plage, à 10 mètres de la mer, jamais un incident). Il a décidé de faire son stage de 3 mois dans une grosse entreprise d'export fruits-légumes de Motril. Et de revenir définitivement vivre ici. Tout est dit, je pense.

Bonjour,

Je reviens de ma première réunion à l'école de ma fille inscrite en dernière année maternelle.

Nous sommes ici depuis seulement 11 semaines, et seulement 2 semaines 1/2 d'école.

Bonne intégration remarquée par l'institutrice et elle parle déjà avec un petit groupe de copains et copines, ce qu'elle s'était bien gardé de nous raconter, nous disant toujours que c'était difficile, qu'elle comprenait, mais qu'elle n'arrivait pas à répondre à ses camarades... Bref, des histoires d'enfants!
Ils sont 23 en classe, peut-être que çà aide, mais le pouvoir d'adaptation d'un enfant est étonnant, et aussi secret.

En effet, elle nous faisait une petite crise depuis 3 jours pour ne plus aller à l'école avec tous les prétextes du monde, alors qu'en fait, tout va bien.

A la sortie de la réunion, j'ai discuté avec une autre expatriée (mais installée ici depuis 16 ans!!) et qui explique que les enfants mélangent un peu tout: en fait, cela leur fait beaucoup de changements en même temps, et le prétexte de ne pas vouloir aller à l'école en est une manifestation comme une autre ... Chaque enfant aura sa propre réflexion, et sa propre façon de réagir avec son caractère, etc ...

Attention! Je ne dis pas que c'est facile!! Juste de rassurer les parents et SURTOUT "Faites confiance à vos enfants!"

Cordialement,

Bonjour,
Guadix, c'est bizarre comme destination... Si je ne suis pas indiscret, qu'est-ce qui vous a décidé pour cet endroit ?

patwag :

Bonjour,
Guadix, c'est bizarre comme destination... Si je ne suis pas indiscret, qu'est-ce qui vous a décidé pour cet endroit ?

Bonjour,

Oui, en effet, c'est l'intérieur des terres au sens propre comme au sens figuré. :cool:

Je ne sais pas réellement vous dire:
- nous sommes venus en vacances en 2004
- nous avons craqué et acheté 3 habitations troglodytiques en 2005 (6 mois après nos vacances) ... coup de cœur? coup de folie?

Voilà donc 10 ans que nous venions ici en vacances régulièrement ...

Des circonstances en France qui nous ont poussés à franchir le pas de l'expatriation ... Et tout un "art de vivre" en cueva qui -je l'avoue- est très particulier, mais très économique puisque pas de climatisation et pas de chauffage, sauf quelques feux de cheminée pour se faire plaisir durant les soirées d'hiver!!

Et une ambiance typiquement andalouse ... un seul expatrié français, et quelques rares autres que nous ne voyons nulle part d'ailleurs.

Et puis, nous avons des amis ici depuis 10 ans que nous venons, et notre fille aussi, alors nous avons pensé que cela serait plus facile en étant bien entourés  :)

Bref, on vous laisse de la place sur la côte  ;)

Re-
Je comprends mieux... que vous avez eu raison. J'ai passé une après-midi à Benalmadena, c'était l'enfer... bondé, vulgaire... atroce. Et toute la côte est comme ça, à part mon coin, où il n'y a que des espagnols et un urbanisme bloqué, et à 2 étages maxi. C'est vrai que l'Andalousie peut provoquer un coup de cœur, mais sûrement pas dans les endroits connus, à part les grandes villes comme Grenade, Seville, etc...
Un bon truc, c'est que vous devriez trouver un enfant de son âge et de sa classe qui voudrait apprendre le français en passant du temps avec elle... en français. Ca la rendra beaucoup plus sûre d'elle, la responsabilisera, et ses nouveaux copains se rendront rapidement compte du tour de force qu'elle accomplit chaque jour... et la respecteront.

patwag :

Re-
Je comprends mieux... que vous avez eu raison. J'ai passé une après-midi à Benalmadena, c'était l'enfer... bondé, vulgaire... atroce. Et toute la côte est comme ça, à part mon coin, où il n'y a que des espagnols et un urbanisme bloqué, et à 2 étages maxi. C'est vrai que l'Andalousie peut provoquer un coup de cœur, mais sûrement pas dans les endroits connus, à part les grandes villes comme Grenade, Seville, etc...
Un bon truc, c'est que vous devriez trouver un enfant de son âge et de sa classe qui voudrait apprendre le français en passant du temps avec elle... en français. Ca la rendra beaucoup plus sûre d'elle, la responsabilisera, et ses nouveaux copains se rendront rapidement compte du tour de force qu'elle accomplit chaque jour... et la respecteront.

Tout le monde est très généreux, les mamans comme l'institutrice.

Il y a une initiation de langue anglaise et en fait, ce professeur parle aussi français ... Donc, il y a motivation naturelle  (ce qu'a expliqué l'institutrice à la réunion) qui se fait en classe et elle demande à notre fille d'apprendre à ses camarades les chiffres, les couleurs, etc ...

Une maman a même ressorti son vieux dictionnaire de français/espagnol pour pouvoir converser avec nous ... C'est une réalité impossible à raconter -en fait- une générosité du cœur ... c'est simple  :)

Parce qu'ici, des enfants français, ce sera difficile, mais je vois exactement ce que vous voulez dire car nous en avions parlé avec son institutrice en France pour préparer l'expatriation familiale  ;)

Je crois qu'on s'est mal compris... je voulais dire que vous devriez trouver un (ou deux, ou trois) enfant espagnol qui jouerait avec votre fille en français, pour apprendre le français.

patwag :

Je crois qu'on s'est mal compris... je voulais dire que vous devriez trouver un (ou deux, ou trois) enfant espagnol qui jouerait avec votre fille en français, pour apprendre le français.

Si j'ai bien compris ...c'est ce que le "maestro" de langues et l'institutrice veulent déclencher dans la classe... je me suis mal exprimée... trop tard pour modifier  :|

Pour préparer nos enfants au grand départ lorsque nous étions en France :
-concernant la langue espagnole, nous avions téléchargé des applications en espagnol sur les tablettes, et visionnions les dessins animés en espagnol.
-concernant les copains, la maîtresse française avait organisé une journée "d'aurevoir" avec la classe : bonbons, échanges d'adresses, quizz sur l'espagne, etc. Notre fils a montré sur une carte géographique son nouveau lieu de vie, le trajet que nous allions faire...
-concernant les repères : nous avons apporté avec nous le maximum de jouets (au détriment du reste). Et lorsque nous sommes arrivés dans notre nouveau logement en Espagne, on s'est empressé de personnaliser la chambre des enfants.

Sur place :
- nous avons découvert les aires de jeux autour de notre logement et nous y allons régulièrement. Nos enfants retrouvent les mêmes copains. Ils communiquent avec des mots en espagnol, des mots en français, des gestes. Bref, la communication entre les enfants est facile ! Et une partie de cache-cache, une course poursuite, est si vite démarrée... En apportant des petits jeux (ballons, petites voitures), ça aide aussi au contact car les enfants ont tout de suite envie de jouer avec.
-Notre ainé est dans une école française, avec des cours d'espagnol tous les jours et une heure spéciale pour travailler les bases pour ceux qui ne connaissent pas l'espagnol. Les enfants parlent espagnol à la récré. Tout se passe bien. Il a des copains et apprend petit à petit la langue. La maîtresse d'espagnol nous a dit qu'il lui faudrait une petite année pour bien maitriser.

Par contre, nos enfants ont du mal à se faire aux horaires espagnols. Ils sont crevés. Ils ont 2 et 7 ans. Nous restons donc en semaine avec des horaires plutôt français et nous vivons à l'espagnol le week-end.

Concernant le lieu de vie, ils adorent pouvoir se baigner tous les jours dans la piscine ou à la plage début octobre ! La vie est belle, est douce. Ils ne regrettent pas notre déménagement, même si nous sommes passés d'une maison à un appartement (oui, mais en face de la mer avec le bruit des vagues pour nous bercer la nuit).

La nourriture, c'est aussi un changement. Ma fille boude tous les petits pots espagnols et réclame ses petits pots bio français. Mon fils n'aime pas le dessert lacté à la vanille espagnole : pourtant, c'est la même marque qu'en France mais le goût est effectivement différent. Idem pour d'autres marques. Le bio est aussi moins développé et il faut lire la liste des ingrédients, les colorants et conservateurs sont souvent présents. Les pâtisseries espagnoles sont différentes : beaucoup de crèmes... Bref, au début, on avait le droit à la soupe à la grimace lors des repas ! Mais je cuisine des produits bruts, on mange du poisson frais, on adapte nos achats, notre cuisine et aujourd'hui ça va mieux.

Pour nous, tout a été question d'adaptation en essayant d'apporter aux enfants un maximum de repères.

Voilà pour notre expérience !

Lili

Bonjour,

Pour information, lorsque vous avez travaillé en France et donc cotisé à la Sécurité Sociale, vous avez accumulé des droits qui sont "transférables" en Europe grâce au formulaire S1 qu'il est bon de demander avant votre départ de France. Il faut le demander pour vous (père ou mère) ainsi que pour vos ayant-droits (tous les enfants)

Ce formulaire S1 vous permet de vous inscrire à la Sécurité Sociale espagnole. De même, pour les enfants, le formulaire S1 leur permet d'être inscrits à la sécurité sociale espagnole ET je découvre (puisque je viens d'inscrire ma fille) que cela inclus l'ASSURANCE SCOLAIRE alors qu'en France, il faut souscrire une assurance scolaire à part pour nos enfants.

Cdt

Nouvelle discussion