Quand les dominicains en ont assez

Vous aurez rectifié de vous même le titre, lorsque que j'ai vu l'enorme faute d'orthographe, il était trop tard (d'ailleurs les modérateurs si vous pouviez changer cela, je vous serais infiniment reconnaissante car là, ça pique les yeux. Merci)

https://www.youtube.com/watch?v=bjlp2e6gZvI#t=258
Lundi, un journaliste de Nagua, a appelé la population à s'unir et à rendre justice elle même pour lyncher les auteurs de vols avec violence, les délinquants connus du village puisque les autorités ne maitrisaient pas la situation.
C'est donc armés de bâtons, de bates de baseball, de pistolets, de revolvers, de machettes, de couteaux, de pierres qu'une partie de la population s'est rendue au poste de police, puis au palais de justice et enfin dans le quartier où réside l'un de ceux qui , semble-t'il,  est le plus dangereux du moment. C'est là que s'arrête la vidéo ... La presse s'est fait l'écho bien sur de cette "marche" et il semble qu'il n'y ai pas eu de drame ensuite.
C'est la première fois que je vois un journaliste arme au poing,  en tête d'un cortège qu'il a crée grâce à une de ses tribunes.
Je trouve la situation un peu tendue en ce moment, il y a des appels non dissimulés à la violence sur les réseaux sociaux, et dans les journaux en particulier contre les Haitiens.

Bonjour Tina.
Je me souviens il y a quelques années, au sortir de la Sirena dans la cité coloniale . J'ai vu des gens courir derrière un gars qui venait de voler le sac d'une dame. Bien sur, le gars était Haïtiens.
La police était là mais elle a laissé faire. Le Haïtiens s'est fait lyncher sur place et quand il en a eu plein la tête , blessé, sérieusement tout de même, à ce moment là la police est intervenu pour empêcher la foule de le tuer complètement.
Assister à cela fait froid dans le dos. On lit souvent dans les journaux que le supposé voleur n'était pas le bon.
Sur Facebook l'autre jour, une nièce dominicaine postait une vidéo tout en appelant les gens à se faire justice soi même, comme le montrait la vidéo. Le mec est mort.
Je préfère quand même que ce soit la police que se charge de faire justice, même si un rapport de Amnesty Internationale fait remarquer ces jours ci l'augmentation du taux d'homicide inquiétant de la part de la police dominicaine.
On n'est pas sorti de l'auberge !!!
Cordialement

Oui là cela chauffe en ce moment , il y  eu une manisfestation de haitiens sur la 27 de febrero, il y aurait eu un drapeau dominicain de brulé , d'où appels à la conscience du bon peuple pour défendre le pays menacé d'invasion ! Lamentations sur le fait qu'il n'y ai pas un Trujillo à la tête du pays.  les messages sont vraiment haineux mais ils omettent tous de raconter l'origine de l'affaire ; Un haitien tué volontairement par un policier pas du tout en légitime défense.
Bonne soirée à toi

Effectivement ici la "justice" peut-être appliquée par les Dominicains eux-mêmes.
Un soir alors qu'avec mon compagnon nous dînions sur les boulevards, un homme borgne et sans mains est passé demander à manger ==> Voleur il s'était fait attraper par le propriétaire du colmado. Comme il n'en était pas à son coup d'essai, l'autre l'a battu et avec l'aide de voisins lui a coupé les mains, crevé un œil....

Il y a deux ans un cambrioleur a voulu sauter dans mon jardin, les voisins l'ont aperçu, lui ont couru après avec une escopette et tiré (à côté). Les femmes hurlaient "mata le".

Par contre le mari d'une jeune femme qui travaille comme baby sister s'est fait tué, les assassins sont connus mais la police ne fait rien. Un des assassins est même venu demander à la jeune femme d'enlever sa plainte, parce que "cela le dérangeait"...

Un échantillon de la vie en RD.

Hola !
je suis passée aujourd'hui sur la plaza de las Banderas (27 de febrero) où avait lieu la manifestation. Elle était composée de femmes haïtiennes (ou dominicano haïtienne sans papiers)  vêtues de noir sous des parapluies noirs. Elles revendiquaient leur droit à la nationalité dominicaine et réclamaient l'abandon de la nouvelle loi leur "quittant" ce droit. Cela a peut être dégénéré par la suite, mais tout semblait très calme...
En face : des dominicains, provocateurs,  armés des couleurs tricolores et de banderoles aux propos extrémistes : "expulsion et déportation massive d'haïtiens…"
Je  peux comprendre en partie les craintes que suscite la présence haïtienne en République Dominicaine. Mais je ne partagerai jamais ces propos extrémistes devenus monnaie courante. Je suis fâchée avec des "amis" dominicains car ils se persuadent que les haïtiens sont LA source des problèmes du pays, LE frein à son développement. Je n'en suis vraiment pas convaincue, bien qu'un contrôle soit nécessaire (mais il en manque dans beaucoup de domaines des contrôles…).
Dans le parler dominicain, l'haïtien est aussi un nom commun synonyme de moche. Les haïtiens sont des voleurs.
Si les dominicains pensent qu'ils s'attireront mon soutien sur le sujet en pratiquant lynchages et extrémismes en tout genre, ils se trompent.
Sujet extrêmement tendu où les gens ne réfléchissent plus et sont tout simplement mus par la haine.

Ça monte très vite en pression ici , parfois cela fait un peu peur.

Je partage ton point de vue Anais et je discute (me dispute) pas mal avec des confrères de la presse, censés avoir un peu de culture et d'éducation qui "bouffent "de l'haitien sans cesse (voir le mur de cette présentatrice TV de Rio https://www.facebook.com/actualizate.orquidea?fref=ts) et relaient toutes sortes d'informations comme celle ci
http://www.radiokajou.com/haiti-politiq … minicaine/

Bonjour Anaïs.
Il y a un mélange d'inculture et de phénomène de groupe qui rend la situation brûlante.
J'ai passé une semaine dans un village du coté de chez Tina, il y a quelques années, C'était à La Gorda a La Entrada entre Cabrera et Nagua. J'ai vu la République Dominicaine profonde, une vision ou la brutalité des gens ( au sens figuré, c'est à dire ai niveau de l'inculture des gens ) ne permettait pas un échange d'idée, puisque ces gens sont bornés et incultes. De plus c'était la période des élections et les hommes partaient en camion à plateau jusqu'à Nagua pour les discours publics avec force drapeaux, chants et cris. C'était Péponne et Don Camillo. Alors là on se fait tout petit et on prie qu'il ne se passe rien. Car la moindre étincelle est c'était le feu. J'ai eu la vision de 2 mondes différents dans un même pays, les gens de la ville et les gens de la campagne.
Cette inculture rend impossible les échanges d'idées. Ils ont leurs propres règles et peine perdue de vouloir dialoguer sur des valeurs. N'essayez pas d'aborder des sujets trop ardus.
L'autre phénomène, c'est celui de l'effet de groupe, mais là c'est commun à tous les pays. Il y a longtemps que je n'amenais plus mes petits enfants au stade, même s'il ne m'est jamais rien arrivé. Mais on sent parfois que c'est limite, limite. Et pas possible d'arrêter qui que ce soit dans ces cas là.
En regardant le reportage de Tina, le leader à certains moments a du mal à maîtriser son petit groupe. Et que ce serait il passé s'ils avaient trouvés ce qu'ils cherchaient ?
Cordialement

Le délinquant a annoncé qu'il se rendrait dans quelques jours !!! et que s'il se retrouvait dans une rue sans issue il tirerait ....http://prensalibrenagua.blogspot.com/20 … bre+Nagua)

"Ce pelé ce galeux, d'où nous vient tout le mal", le bouc émissaire c'est toujours l'"autre", l'étranger..

Nouvelle discussion