Suivre son conjoint en Côte d'Ivoire

Bonjour,

tout quitter pour suivre son conjoint qui part en Côte d'Ivoire n’est pas facile, car on a l’impression de tout recommencer à zéro.

Aussi j'ai pensé que nous pourrions partager nos expériences et donner des conseils à celles et ceux qui partent en Côte d'Ivoire.

Vous êtes-vous facilement adapté(e) à la vie en Côte d'Ivoire ?

Comment dépasser le sentiment de solitude qui se fait sentir parfois?

Avez-vous trouvé des occupations, des activités ?

Mesdames, si vous êtes venues avec vos enfants, est-ce que vous vous êtes senties moins seules? Ou a-t-il  été encore plus dur de gérer tout ce beau monde ? :D

Racontez-nous vos émotions, les coups de blues, les coups de cœur et vos découvertes ! L’expatriation vous-a-t-elle permis d’en apprendre plus sur vous-même ?

Merci d’avance,

Harmonie

coucou Harmonie

sujet intérréssant !!! :)

Pour ma part ça n'a pas étais facile de suivre mon mari en côte d'Ivoire.
J'ai dû changer de pays,quitter la France ou j'ai toujours vécu, quitter mes amies, et ma mère.:|
J'ai accepté de suivre mon mari car il trouve la vie en fance difficile, il préfére vivre dans son pays.:cool:
j'ai toujours étais d'accord avec ses idées , l'immigration c'est pas évident :), tu dois te soumettre à une mentalité qui n'est pas la tienne puis tu dois surtout chercher vite du boulot pour nourir et entretenir les parents resté au pays et si t'as pas les papiers c'est dur dur :/

mais pour ma part je pensais pas que les choses aller être compliqués, certes je n'ai pas de problèmes de papiers en CIV, mais devoir s'intégrer au sein d'une belle famille est aussi compliqué que la pemiére demande de titre de séjour loool :D mais en peu de temps j'ai pu trouver ma place .

Le fait d'avoir eu un enfant change un peu les choses, les enfants rassurent...:) ça donnent du courage parce que tu dois te battre pour eux pour avoir une vie qui les protègent.
Et puis ont se sent moins seule , au début je me sentais seule quand mon mari aller bosser. Mais maintenant moins avec le ptit.

j'aimerais faire du commerce pour m'occuper mais je cherche encore quoi faire :rolleyes:

Et puis le sentiment de solitude est un sentiment humain et naturel, c'est normal de le ressentir, j'essayes pas toujours de lutter contre ... mais quand c'est le cas, je me met dans mon hamac et je fais la sieste ...:lol:

Quitter la france m'a fait grandir car forcément en faisant l'effort de m'adapter à mon nouveau milieu social, j'ai appris à être plus tolérente et plus ouverte ... :)

Bonjour nafyssa!

Merci pour ce partage ;)

Armand

bonjour à tous.
Permettez que je partage un petit peu l'expérience du conjoint qui est rejoint en expatriation.
je suis un expat en CIV depuis 16 mois et j'y ai vécu 1 an sans ma famille (femme et enfants). A priori, un homme seul avec grand appart, voiture, etc, à Abidjan :whistle:; beaucoup en rêve, mais quand on a une famille extraordinaire (formidable femme :heart:, enfants intelligents et espiègles :dumbom:), je vous promets que vous donnerez tout pour être ensemble. Par suite, après 1 an, mon épouse a laissé son boulot et m'a rejoint avec notre fils en attendant la fin de l'année scolaire pour ma fille). Je sais pertinemment que ce n'est pas facile pour elle quand je ne suis pas à la maison, mais une fois rentré, le bonheur dans lequel la maison baigne, efface soucis, tracas et toute idée sombre :kiss:. En même temps, je l'encourage dans la recherche d'activité professionnelle et occupation. Tout ça pour en arriver à cette question que tout conjoint expatrié s'est posé et continuera de se poser: que valent les désagréments et sacrifices liés à la décision de regroupement familial par rapport à la séparation, les multiples tentations, l'absence, la solitude, etc :gloria. je vous confirme que ce n'est pas facile, mais avec de l'attention, de présence et de la compréhension, cette décision est de très loin celle à prendre: rejoindre son conjoint :top:.
Merci de votre attention et de ce sujet important et intéressant à plus d'un titre pour notre communauté expatriée. :thanks:

Pour ma part, mon mari à eu ce poste en tant qu'expatrié en civ il y a maintenant 5 ans, je l'ai suivi sans hésiter, pas d'enfant et en location en France, c'était assez facile à part bien sure le fait d'arriver dans un pays totalement étranger, sans contacts, ses journées à lui étaient bien remplies tandis que moi je comptais les heures avant le déjeuner puis avant le retour de mon mari le soir. Peu à peu on trouve ses marques on ose sortir son nez de sa maison, c'est en déménageant à San Pedro que l'on a commencer rééellement à rencontrer des gens, en effet c'est une petite ville, une petite communauté d'europééns qui se retrouvaient chaque we, on y a passer beaucoup de bons moment (en plus d'un cadre magnifique et d'un train de vie apaisant, pas de bouchons, pas de contrôle, la plage tout près).

Puis il y a eu les longues séparations, deux grossesses, une crise m'ont obliger à vivre en France loin de mon époux, malgré le réconfort de ma famille ou de mes amis, une famille séparée ça n'apporte rien de bon et entache la vie de couple.

Maintenant nous nous sommes retrouvés, chez nous à Abidjan (deuxième déménagement), on s'est acheter une voiture pour que je puisse me déplacer moi et mes enfants dans la ville (je ne prend plus le taxi depuis la crise), maintenant je me sens prête pour trouver un emploi.

En France j'avais le mal du pays, sérieusement, la côte d'ivoire est mon nouveau pays d'adoption, on s'y sent bien, les gens sont incroyable de sourire, d’optimisme malgré une vie bien difficile, ils donnent des leçons chaque jour aux français que l'on trouve râleur pour un rien à côté de se qui se passe ici, on apprend à relativiser....

Bonjour a tous,

Vos messages sont rassurants.. En effet j arrive sur Abidjan le 2 mars je rejoins mon fiance qui a obtenu un poste..
J ai 23 ans, sans enfant alors pour moi suivre mon fiancé est un vrai challenge lui a grandit en cote d ivoire jusqu'à l âge de 14 ans moi j ai grandi a Paris et je suis très proche de mes parents qui habitent pas loin de chez moi. Cette séparation me fait un peu peur.. La solitude aussi car je ne connais personne ni même la vie.. Heureusement mon chéri comprends tt cela et va tt faire pour que je sois bien mais lui travaillera et moi pas..
Au plaisir peut être de vs rencontrer pour partager...

le meilleur moyen de vivre bien dans un pays est de se melanger aux gens de ce pays.mais quand vous arrivez,vous restez chez vous a la maison ou entre vous europeens.comment allez vous connaitre les cultures et les mentalites de ces personnes?
pour toi agathe,sois la bienvenue si tu es deja la.tu n as pas a avoir peur.la cote d ivoire est un bel exemple d integration.les ivoiriens sont aceuillants et ouverts.
on y trouve toutes les nationnalites.
et tous vivent en harmonie ici.
comme dans toutes grandes villes,l insecurite regne.mais l etat met tout en oeuvre pour assurer au mieux la securiter de touts les ctoyens de ce pays.et si a la longue,tu as envie de mener une petite activitee,fais moi signe.je te guiderai.

Nouvelle discussion