Le rêve français d'une chef pâtissière américaine

  • Pays basque
    © Nicole Lissalde-Laureano
Interview
Publié il y a 6 mois

Originaire de la Californie, Nicole avait une carrière fructueuse dans le domaine de la finance. Ayant toujours rêvé de devenir chef pâtissière, elle décide un jour de tout laisser tomber pour s'inscrire dans une école de pâtisserie à Paris. Aujourd’hui, elle croque la vie à pleines dents avec sa petite famille dans le Pays basque et parle de son expérience à Expat.com.

Bonjour Nicole, peux-tu te présenter brièvement et nous parler de ton parcours ?

Je viens de la Californie. J'ai eu une longue et fructueuse carrière dans différents domaines, dont la finance, avant de venir en France. Aujourd’hui, j'ai une vie bien remplie avec ma petite famille et je travaille pour le compte d'un chocolatier dans le Pays basque.

Qu'est-ce qui t'as attiré vers la France ? Depuis combien de temps y vis-tu ?

J'ai toujours été fascinée par la France et sa culture depuis ma première visite en 2004. J'avais déjà en tête le projet de partir vivre à l’étranger et de m'inscrire dans une école de pâtisserie. Lorsque j'ai commencé à me renseigner sur les écoles, j'ai été agréablement surpris de trouver une école de renom à Paris et dont les frais étaient moins élevés qu'aux États-Unis. J'ai par la suite contracté un prêt pour pouvoir m'envoler pour Paris où j'ai passé une année. Je suis ensuite revenue pour m'installer dans le sud-ouest de la France en 2014 et cela fait maintenant 5 ans au total que j'y vis.

Quelles étaient les formalités à remplir pour que tu puisses t'installer en France ?

La première fois, je suis arrivée avec un visa d’étudiant. Je me suis d'abord inscrite à l’école et, une fois ma candidature acceptée, j'ai pu faire ma demande de visa auprès du consulat français en Californie. A mon arrivée, j'ai trouvé une location temporaire à Paris et ouvert un compte en banque. Par la suite, j'ai trouvé un appartement via Craiglist, mais il existe également d'autres sites d'annonces français tels que Le Bon Coin que je ne connaissais pas encore à l'époque. L'on y trouve des offres d'emploi et de logement très intéressantes. Je suis revenue en 2014 pour faire un stage dans un restaurant dans le Pays basque. Peu après, j'ai rencontré l'homme qui est devenu mon époux. De retour aux États-Unis, j'ai fait une demande de visa long-terme pour la France. Nous nous sommes mariés l’année suivante, ce qui m'a permis d'obtenir une carte de séjour, renouvelable chaque année ou après plusieurs années, dépendant de la durée du séjour en France.

Parles-nous de ce que tu aimes le plus en France et le moins.

Ce que j'aime le plus, c'est la nourriture, le vin et la pâtisserie qui font indéniablement partie de la culture française. Ce que j'apprécie le moins, en revanche, ce sont les petits inconvénients de la vie de tous les jours. A titre d'exemple, les supermarchés ferment leurs portes à 13h le dimanche et les fréquentes grèves du transport peuvent sérieusement compromettre vos projets.

La cuisine basque
© Nicole Lissalde-Laureano

Comment décrirais-tu la France en une phrase ?

Magnifique, conviviale, gastronomique, fière, prude mais pleine de vitalité.

Qu'est-ce qui t'as le plus surpris à ton arrivée en France ?

Le fait qu'on accorde une si grande importance à la famille. On prend le temps de dîner ensemble chaque soir, de se raconter sa journée et de discuter au sujet des dernières nouvelles. Les gens aiment bien discuter ici ! Je trouve marrant le fait qu'on ne puisse pas sortir prendre l’apéro avec des amis sans y passer au moins 5 heures ! J'ai aussi été agréablement surpris par la mentalité des gens lors de ma visite à Paris pendant ma grossesse. A bord du métro, de nombreuses personnes, quel que soit leur âge, étaient prêtes à me céder leur place avant même que je les vois. Ça donne déjà une idée sur la place qu'occupent la famille et les enfants dans la vie des Français.

Quelles sont les caractéristiques du marché du travail français ?

Comme dans la plupart des pays, il peut être assez difficile de s'installer en France sans avoir trouvé, au préalable, un employeur qui veut bien prendre en charge les démarches relatives au visa. Les étudiants peuvent quant à eux demander un « passeport-talent » qui est un visa valable plusieurs années. Ce visa a été conçu dans le cadre du plan de renforcement de l’attractivité de la France en termes d'emploi ou de création d'entreprise pour ceux ayant un projet innovant, créatif ou artistique.

Est-il difficile de trouver un logement en France ? Quels sont les types de logements disponibles pour les expatriés ?

Je dirai que cela dépend vraiment de la région où l'on souhaite s'installer. Dans les grandes villes, la plupart des gens vivent dans des appartements. A Paris, vous pourriez passez des semaines, voire des mois, à rechercher un logement à la fois confortable et abordable. Comme moi, beaucoup d’expatriés ont eu plus de chance grâce à des sites tels que Craiglist et Le Bon Coin.

Le Pays basque
© Nicole Lissalde-Laureano

Quels sont les festivals les plus populaires et les principaux codes culturels en France ?

Noël est sans aucun doute l'occasion idéale pour beaucoup de se retrouver en famille autour d'un festin et pour trinquer avec ses proches. Les centre-villes sont illuminés et arborent un somptueux décors durant plusieurs semaines. Et puis, c'est toujours aussi excitant pour moi de voir les différentes versions de la traditionnelle bûche de Noël dans les pâtisseries.

En ce qui concerne les codes culturels, vous constaterez qu'on se fait toujours la bise, que l'on soit en famille, entre amis ou entre collègues, ou que l'on fasse de nouvelles rencontres. Aussi, il faut toujours dire « bonjour » en entrant dans une pièce ou il y a des gens, dans une boutique ou dans un restaurant.

Que penses-tu du mode de vie en France ?

J'ai vécu dans plusieurs grandes villes américaines, mais je dois dire que je profite à présent d'une meilleure qualité de vie dans le Pays basque, sur la côte sud-ouest de la France. D'une manière générale, l'on a droit à au moins 5 semaines de congés à partir du moment où on commence à travailler, à la santé universelle, les médecins français étant classés parmi les meilleurs du monde par l'Organisation mondiale de la santé (et je dois dire que j'ai eu une très bonne expérience), sans oublier les services de garde d'enfants subventionnés, des écoles maternelles gratuites et des universités de très haut niveau. Il est vrai que les impôts en France sont plus élevés qu'aux États-Unis, mais je pense que cela vaut vraiment le coup compte tenu de tous les avantages dont on profite. Il faut reconnaître que la France est un très beau pays doté d'une immense richesse culturelle.

Quels sont les moyens de transport disponibles en France ? Comment te déplaces-tu ?

Le TVG permet de se déplacer d'une ville à l'autre en un rien de temps. Nous avons à présent un TGV reliant Biarritz à Paris en 4 heures de route. C'est vraiment confortable et va jusqu'au centre-ville, comparé aux aéroports parisiens qui sont plutôt loin. Au Pays basque, on a non seulement des réseaux de bus mais aussi des trains locaux, mais je préfère prendre ma voiture. Je pense qu'il est vraiment nécessaire d'avoir une voiture là où je vis si l'on veut tirer profit du fait de vivre dans la région. Bien que mon permis de conduire californien date d'une vingtaine d’années, j'ai été contrainte de passer mon permis français (y compris les tests d’écrit et de conduite). J'ai appris que seuls les permis de conduire émis par 10 États américains sont reconnus en France. Si votre permis de conduire n'a pas d’équivalence en France, vous disposez d'une année pour passer le permis français.

As-tu eu des difficultés à t'adapter à ton nouvel environnement et à la société française ?

Je pense que l'on peut vivre et s'adapter n'importe où dans le monde tant que l'on a de quoi s'occuper et que l'on est entouré des bonnes personnes. La ville où je vis, un véritable paradis pour les surfers, a un certain air de la Californie, donc je m'y sens bien. Qui plus est, mon travail n'est qu'à une quinzaine de minutes de chez moi, donc je n'ai plus besoin de passer des heures dans le transport en commun comme c’était le cas en Californie. Je dois aussi dire que j'ai eu la chance de pouvoir compter sur le soutien de mon époux lorsque j'ai décidé de m'installer au Pays basque. Au fil des années, j'ai fait de très belles rencontres ici, y compris ma belle-famille et mes amis. J'ai aussi dû faire beaucoup d'efforts pour apprendre le français en arrivant à Paris. J'arrivais à parler couramment le français dès la fin de ma première année en France.

surf au Pays basque
© Nicole Lissalde-Laureano

Que fais-tu de ton temps libre ?

Hormis mes passe-temps quotidiens tels que le yoga, regarder des films et tester de nouvelles recettes, nous passons beaucoup de temps à l’extérieur. Il y a tant de choses à voir et à faire ici, allant des splendides plages et des paysages verdoyants des collines et des Pyrénées, aux randonnées à tous les niveaux.

Y a-t-il en France des activités nocturnes pour les fêtards ?

Les centre-villes de Biarritz et de Bayonne regorgent de bars, de restaurant sympas et de boites de nuits grouillant de monde le week-end. S'il vous arrive de visiter la région, vous serez sans doute surpris par le nombre de personnes qui passent leurs soirées au bar ou dans les pubs. En été, on profite davantage des festivals nocturnes, des bars en bord de mer, ou encore, des sortes de camionnettes vendant de la nourriture et ayant un répertoire de musique bien varié.

Quelles nouvelles habitudes as-tu adoptées en France ?

Je mange beaucoup plus de fruits et de légumes ! Nous avons plein de légumes saisonniers ici, alors il faut bien en profiter. Et puis, nous recevons chaque semaine une boite de légumes organiques frais venant du marché du coin. Aussi, nous achetons désormais notre poisson et notre viande frais auprès des maraîchers locaux plutôt qu'au supermarché. Le pain, nous l'achetons auprès de nos boulangeries préférées. Je dirai que sont des habitudes typiquement françaises.

Quelles vieilles habitudes as-tu laissé tomber ?

Je consomme moins les produits prêts à emporter que je le faisais à New York et en Californie. Les gens aiment certes manger au restaurant, mais ceux que je connais préfèrent de loin un bon repas fait maison. Grâce à la variété des ingrédients que l'on obtient localement, même le repas le plus simple peut s’avérer un véritable régal.

vignes du Pays basque
© Nicole Lissalde-Laureano

Quel est ton avis sur le coût de la vie en France ?

Le prix étant régularisé en France, une bonne baguette coûte environ 1.20 €. Comme il s'agit d'un pays producteur de vin, un verre de vin est bien souvent moins chère qu'un coca dans un bar ou un café. Un trajet en bus coûte environ 1 € . D'une manière générale, je dirai que le transport en commun, le vin et la baguette sont peu chers en France. En ce qui concerne le logement, les loyers varient en fonction de la ville où l'on souhaite s'installer (grande ou petite ville, sur les côtes ou en campagne, etc.).

Y a-t-il quelque chose que tu voudrais faire en France mais dont tu n'as pas encore eu l'occasion ?

J'aimerai vraiment partir à la découverte de la Bourgogne et de l'Alsace.

Quel est ton meilleur souvenir de la France ?

Honnêtement, il y en a tellement qu'il m'est difficile de n'en mentionner qu'un seul. J'ai eu l'occasion de visiter pas mal d'endroits et de découvrir la beauté du pays. En dehors du cliché du jour où j'ai rencontré mon époux, qui était mémorable d'ailleurs, je dirai que les premiers jours suivant mon arrivée la toute première fois à Paris en tant qu’étudiante furent exceptionnelles. J'ai pu réaliser mon rêve et c'est une joie inégalable !

Si tu pouvais repartir à zéro en France, que ferais-tu différemment ?

Quand j'ai déménagé pour la première fois à Paris, j'ai emmené trop de choses que je n'ai même pas utilisées. Si c’était à refaire, je pense que je serais venue avec un bagage à main et, peut-être, une valise vide dans laquelle j'aurais rangé mes ustensiles et ingrédients pour la pâtisserie, ainsi que mes vins préférés.

cuisine basque
© Nicole Lissalde-Laureano

Que penses-tu de la gastronomie française ? Quelles sont tes spécialités préférées ?

Je dois avouer que c'est surtout la gastronomie et la culture françaises qui m'ont attirées ici. Bien qu'on ait une variété de cuisines là où je vis, mes spécialités préférées restent le canard confit, la poitrine de canard poêlée, sans oublier toute la pâtisserie ! Par ailleurs, la txuleta, le chipiron (calamar) cuit dans sa propre encre, ainsi que le txangarro, une araignée de mer farcie aux oignons et aux tomates, sont les incontournables de la cuisine basque.

Qu'est-ce qui te manque le plus par rapport à la Californie ?

Hormis ma famille et mes amis, ce qui me manque c'est surtout les chaînes de magasins tels que Trader Joes et Target. Mon époux est fan et nous ne manquons jamais l'occasion d'y aller à chaque fois qu'on retourne en Californie. La possibilité de profiter d'une variété de cuisines dans une vaste région telle que la Californie me manque aussi. Tout cela fait que nous apprécions davantage nos vacances.

Es-tu déjà arrivée à un point de vouloir quitter la France ?

Quand je suis arrivée en tant qu’étudiante, je ne connaissais pratiquement personne. N'ayant pas d'amis, je me sentais vraiment seule. Cependant, j’étais convaincue que vivre en France c'était ce dont j'ai toujours rêvé et c'est d'ailleurs ce qui m'a empêché de prendre le prochain vol pour les États-Unis. En quelques semaines, je me suis fait des amis avec qui je passais beaucoup de temps en dehors de mes heures de cours. A la fin de l’année, je n'avais plus envie de quitter Paris.

Quels conseils donnerais-tu aux futurs expatriés en France ?

Prenez le temps d'apprendre la langue. Ça vous aidera non seulement à vous faire des amis mais aussi à vous adapter plus facilement à votre nouvel environnement. Il est vrai que vous trouverez de nombreux anglophones, dans les grandes villes comme dans les petites, mais avoir une bonne maîtrise du français est indispensable pour pouvoir discuter avec les autres.

plage basque
© Nicole Lissalde-Laureano

Quelles seraient, selon toi, les 5 choses à ramener dans sa valise en France ?

Des chaussures confortables, tant pour les randonnées que pour vos ballades en ville, vos appareils d'aide culinaire (puisqu'ils sont bien plus chers qu'aux États-Unis et il suffit d'acheter un adaptateur pour pouvoir les utiliser), une bonne veste et votre gourmandise.

Tes projets d'avenir ?

J'ai ma famille et ma vie ici, donc je vais rester encore quelque temps. Nous sommes toutefois ouverts à la possibilité de poursuivre nos aventures dans un autre continent. Aussi longtemps que tout se passe bien ici, on reste.

 

Si vous souhaitez vous aussi partager votre expérience d’expatrié, n'hésitez pas à nous contacter.
Merci d'avance,
L'équipe éditoriale d'Expat.com