Cherche à investir au Brésil près d ilha grande Paraty

Bonjour

Un projet, une folie, mûrement réfléchis, nous sommes 3 amis français voulant investir au Brésil et surtout s y installer.  Notre pont de repère ilha grande, paraty, Rio
Nous sommes forts de nos expériences et souhaitons nous projeter à court terme dans cette région, et cherchons des filons pour investir pour nos vieux jours !!
Nous sommes de la région de Nice et projetons un troisième voyage dans la région en janvier.
N'hésitez pas a prendre contact avec nous

Investir est facile, ne pas se tromper est une autre histoire, ensuite il faudra bien définir votre projet et notamment la partie administrative vous concernant....Paraty,   que je connais très bien semble un coin intéressant sur le papier en terme de tourisme, mais à y  vivre à l'année, cela est une  autre histoire ...quitte à choisir vaut mieux RDJ qui est une valeur sûr et qui sera de toute manière plus "bankable" comme on dit sur plusieurs points et en évitant les investissements dans les favelas pacifiées qui n'en n'ont que le nom....entre rêve et réalité, le fossé est très profond au Brésil notamment entre Paraty et Rio voir Ilha Grande.....

Le brésil reste un pays, comment perdre 100 000 euros en 1 an.

Il faudra comprendre la fiscalité, que le comptable il te coûte un bras et qu'il est incompétent, le service des impôts va toujours t'orienter du mauvaise façon.

Par exemple, en raison de l'insécurité à Rio de Janeiro, de nombreuses entreprises sont entrains de fermer des usines.

L'oréal va fermer une usine à Rio.

Quitte à faire un projet, il vaut mieux élever des boi ou être agriculteur au Brésil.

Pour conclure:

Comprendre l'administration brésilienne, visa, comptabilité, ouverture d'entreprise (prévoir 3 mois minimum), savoir la différence entre NFA NFE NFC (va comprendre pourquoi au brésil il y a au temps de nom pour faire seulement 1 facture).
Une chose à savoir c'est que tout es chère au Brésil, comptable, avocat......, votre employé qui risque d'aller tout le temps au médecin pour des arrêts maladies.

Après si votre projet tourne, vous allez gagner beaucoup plus d'argent et très rapidement.
Je connais des français qui font de l'immobilier dans l'état de bahia, un top hôtel, cela tourne très bien.

Le Brésil est un pays de contraste, si tout va bien, cela tourne du tonnerre si tout va mal, cela risque d'être difficile.

Contraste, c'est le mot juste !
Effectivement une des clefs, c'est d'avoir les bons contacts. Afin de ne pas repayer plusieurs fois.
Pour l'ouverture d'une SRL, pour avoir le CNPJ avec un bon comptable, il faut compter 1 semaine. Une note importante, ici un SRL qui correspond à une SARL, n'a pas le même statu qu'en France Vous êtes responsable entièrement des dettes.
Les exécutives dans l'immobilier mettent généralement leurs avoirs, aux noms de tierces personnes.
Je me rends souvent à Paraty et îlha grande (un trille magnifique, ce sont les deux Rios.)
J'habite à Rio, si besoin n'hésiter pas.
Até mais!

Contact noté. Merci pour les infos

arnaudbh :

Le brésil reste un pays, comment perdre 100 000 euros en 1 an.

Il faudra comprendre la fiscalité, que le comptable il te coûte un bras et qu'il est incompétent, le service des impôts va toujours t'orienter du mauvaise façon.

Par exemple, en raison de l'insécurité à Rio de Janeiro, de nombreuses entreprises sont entrains de fermer des usines.

L'oréal va fermer une usine à Rio.

Quitte à faire un projet, il vaut mieux élever des boi ou être agriculteur au Brésil.

Pour conclure:

Comprendre l'administration brésilienne, visa, comptabilité, ouverture d'entreprise (prévoir 3 mois minimum), savoir la différence entre NFA NFE NFC (va comprendre pourquoi au brésil il y a au temps de nom pour faire seulement 1 facture).
Une chose à savoir c'est que tout es chère au Brésil, comptable, avocat......, votre employé qui risque d'aller tout le temps au médecin pour des arrêts maladies.

Après si votre projet tourne, vous allez gagner beaucoup plus d'argent et très rapidement.
Je connais des français qui font de l'immobilier dans l'état de bahia, un top hôtel, cela tourne très bien.

Le Brésil est un pays de contraste, si tout va bien, cela tourne du tonnerre si tout va mal, cela risque d'être difficile.

Ce que je voudrais comprendre Arnaudbh, est-ce vous qui rédigez toujours vos messages ? ou  une autre personne qui à mon avis est plus performante dans la langue portugaise le fait conjointement à vous.
Sinon quitte à critiquer un pays étranger, je montre que mon pays d'origine forme des personnes différentes de celles dont je vais me plaindre après.
Si je m'en tiens aux phrases que vous écrivez en français, si vous étiez évalué par un enseignant vous ne pourriez même pas obtenir le BEPC.
Donc commencez par vous relire et si ce n'est pas suffisant prenez des cours de ce qui me semble être votre langue maternelle.

Je connais les salaires pratiqués par certains professionnels brésiliens. Désolé ils sont nettement moins élevés qu'en France.
Mon domaine étant la comptabilité et la fiscalité, bien que maitrisant imparfaitement la langue portugaise et ses règles comptables nous sommes dans la réalité du pays très loin de l'incompétence généralisée que vous semblez décrire. Bien entendu il y a souvent des factures de "complaisance" mais ce système existe aussi car le client est demandeur. Et les contrôles fiscaux français montrent que c'est une activité bien pratiquée par chez nous.
Un domaine que je connais en particulier c'est la comptabilité des copropriétés ou condominios. J'ai pu comparer les deux systèmes et je peux vous assurer qu'en terme de complexité le système brésilien l'est de façon beaucoup plus importante et les documents présentés sont très sérieux.
En ce qui concerne les employés qui risquent trop souvent d'aller chez le médecin il faut d'abord qu'ils trouvent une consultation dans le service public ce qui est loin d'être le cas pour un besoin rapide. Les personnes dont vous parlez qui ont à priori un petit salaire ne peuvent pas "s'offrir" une consultation à 300 rs dans le secteur libéral.
En plus je ne me suis pas vraiment intéressé au sujet mais il semble que la médecine du travail a un rôle plus important qu'en France et qu'elle évite les débordements.
Le travailleur brésilien moyen est loin d'être le profiteur dont vous faites une esquisse. Quand je venais au Brésil je prenais le bus depuis l'aéroport puis me trouvais dans la foule du métro à Sao Paulo. Si je me trouvais très serré à des heures matinales c'était parce que des brésiliens allaient travailler, pas parce qu'ils allaient à la plage ou au café ou faire un jogging.
C'est un pays qui a des défauts comme tous, mais vos messages sont trop souvent une condamnation de ce qui s'y passe sans équilibre. Vous n'êtes pas condamné à y vivre alors revenez vers votre pays d'origine.
J"ai compris que mon intégration dans ce pays ne serait jamais suffisante du fait de mes très grandes lacunes en portugais. J'en ai conclu que c'était de ma responsabilité et j'en ai tiré les conséquences.

Vous avez bien raison et je vous souhaite bonne chance.
Je suis moi-même arrivé à Rio de Janeiro en 2010 et je ne suis pas prêt d'en partir.
ICI,
- le Climat est merveilleux (j'ai visité 44 pays dans le monde et c'est vraiment ici qu'il fait bon vivre),
- l'éducation des enfants (les miens sont au Lycée Français de Rio de Janeiro) est particulièrement favorable à leur développement et d'un très bon niveau scolaire.
- Les brésiliens sont des gens particulièrement charmants.
- Et, cerise sur le gâteau, les impôts n'ont rien à voir avec ce qui ce pratique en France. Exemple, si vous êtes chef d'entreprise, vous allez me comprendre, on ne paie (au Lucro Presumido) qu'une taxe de 16,33 % sur la recette TTC. En France, c'est 20 % sur le Hors Taxes
Si, par exemple, on émets une facture de 1.000 TTC, ici on paie 163 alors qu'en France on paie 166,66.
Mais c'est là que commence la magie tropicale.
Car, en France, on va ensuite, à la fin de l'année, payer 15% d'impôts société (et 33,33 % au-dessus de 38.120 euros de bénéfices) ICI RIEN.
Ensuite, si on veut distribuer les dividendes, il faudra payer la CSG 15,5 % et une retenue d'impôts de 20 %, soit 35,5 % de la somme à distribuer, ICI RIEN
Et enfin, chaque associé devra s'acquitter de ses impôts sur le revenu. ICI RIEN, puisque les dividendes sont exonérés d'impôt

Donc, un conseil, n'hésitez pas !

Michael1515 :

Vous avez bien raison et je vous souhaite bonne chance.
Je suis moi-même arrivé à Rio de Janeiro en 2010 et je ne suis pas prêt d'en partir.
ICI,
- le Climat est merveilleux (j'ai visité 44 pays dans le monde et c'est vraiment ici qu'il fait bon vivre),
- l'éducation des enfants (les miens sont au Lycée Français de Rio de Janeiro) est particulièrement favorable à leur développement et d'un très bon niveau scolaire.
- Les brésiliens sont des gens particulièrement charmants.
- Et, cerise sur le gâteau, les impôts n'ont rien à voir avec ce qui ce pratique en France. Exemple, si vous êtes chef d'entreprise, vous allez me comprendre, on ne paie (au Lucro Presumido) qu'une taxe de 16,33 % sur la recette TTC. En France, c'est 20 % sur le Hors Taxes
Si, par exemple, on émets une facture de 1.000 TTC, ici on paie 163 alors qu'en France on paie 166,66.
Mais c'est là que commence la magie tropicale.
Car, en France, on va ensuite, à la fin de l'année, payer 15% d'impôts société (et 33,33 % au-dessus de 38.120 euros de bénéfices) ICI RIEN.
Ensuite, si on veut distribuer les dividendes, il faudra payer la CSG 15,5 % et une retenue d'impôts de 20 %, soit 35,5 % de la somme à distribuer, ICI RIEN
Et enfin, chaque associé devra s'acquitter de ses impôts sur le revenu. ICI RIEN, puisque les dividendes sont exonérés d'impôt

Donc, un conseil, n'hésitez pas !

C'est bien avant de dire que le Brésil c'est le pied (climat, vie de tous les jours), vous êtes arrivé dans ce pays avec quel statut  (expatrié d'entreprise, expatrié tout court...) et combien de cash devant vous car le lycée Français pour ceux qui connaisse,  c'est au minimum 1530 R$ par mois et par enfant et on paye pour 12 mois même quand les enfants sont en vacances 2 mois d'affilés !! donc pas à porté de tous les expatriés ! ... ce qui peut être vrai pour vous ne le sera pas pour une autre personne ,  ensuite vanter la fiscalité des entreprises Brésiliennes par rapport à celle de la France  n'est pas aussi avantageuse que vous sembler le dire notamment en fiscalité tout dépendant de la forme juridique....d'ailleurs il y a un point qui coûte très cher au Brésil, aux entreprises c'est les processo trabalhista :o multiples.....

Michael1515,
Je te remercie pour ton post. Ça fait fait du bien de rire de temps en temps :)
Le Brésil, le pays le plus merveilleux au monde.
"Très bon niveau scolaire... pas beaucoup d’impôts..."
Faut peut être pas pousser non plus.
Tu as oublié de parler des politiciens les plus honnêtes, la meilleure médecine au monde, les meilleures routes et où l'on se sent le plus en sécurité.

"Très bon niveau scolaire"
La grande majorité, en allant à l'école la moitié de la journée ou à l'université le soir, ils vont avoir du mal.
Je connais des ingénieurs brésiliens et français (je suis moi-même ingénieur). Les brésiliens sont de très loin à la ramasse. A São Jose dos Campos, il y a un paquet de français qui viennent travailler pour Embraer.

"Impots"
J'ai pas tout compris, Mais tu parles entre autre de la TVA française qui est plus élevée de la "TVA" brésilienne?
Sur certains articles français, ils disent que la "TVA" au Brésil est de 18% et certains produits sont exonérés. Informations erronnées. Car il ya plusieurs taxes.
La "TVA" totale au Brésil varie suivant les produits. Sur les médicaments par exemple, elle est de 37 %. Donc beaucoup beaucoup plus élevée q'en France !
Le retour ?
L'état des routes, la santé, la lutte contre la criminalité ? Ce n'est pas la priorité. Il faut bien que les politiciens vivent les pauvres.

Ton point de vue est partagé par beaucoup de gens, c'est vrai, mais cet excès de pessimisme ne donne qu'un aperçu très partial de la réalité brésilienne.
Et, d'ailleurs, si tu étais totalement convaincu par ce côté "infernal" de la réalité brésilienne, je pense que tu serais parti depuis longtemps.

Pour te répondre simplement :

Tu commences par un amalgame entre mes affirmations sur le très bon niveau scolaire et le peu d'impôts et que tu mets en balance ces affirmations avec la qualité de la médecine, des politiciens, et des routes, dont je n'ai pas parlé.

Pour te répondre, et si tu avais bien lu mes propos, je ne parlais pas du niveau scolaire en général, mais de l'enseignement dispensé dans les Lycées Français ici au Brésil.
Ensuite, question impôts, j'ai fait un descriptif des taxations - que je considère toujours très favorables - en ce qui concerne les prestations de services et je n'ai pas parlé de la taxation des marchandises, taxation qui est effectivement élevée. Ce sont deux aspects très différents.

Donc, je persite, même si les routes sont en mauvais état, qu'il n'y a pas d'autoroutes ni de trains à grande vitesse, si la médecine, qui est à la hauteur, n'est pas accessible à la majorité de la population, si les politiques sont obnubilés par leur enrichissement personnel, et que la TVA sur les marchandises est digne du Moyen Age, il fait très bon vivre ici car les gens y sont plus positifs qu'en France, qu'il existe des juges qui s'attaquent à la corruption de façon tout à fait magistrale, qu'on peut démettre les président (ici ce n'est pas le Vénézuela et les Brésiliens peuvent être fiers d'avoir à leur disposition la Constitution la plus avant gardiste du monde), que certaines villes savent développer des centres villes agréables avec des Tramways, des musées (4 nouveaux à Rio de Janeiro depuis 5 ans), qu'il y a beaucoup de bonnes volontés dans ce pays qui est tout de même la 6ème puissance du monde.

En réponse à ChicoBrasil

Il est vrai que le recours à la justice prud'hommale est généralisé et que les tribunaux ont plutôt tendance à favoriser les employés. Mais il faut aussi ajouter que le salaire minimum est très bas, de l'ordre de 250 euros et que les pénalités sont forcément en rapport avec le montant des salaires.

Attention le Brésil est 8 eme puissance mondiale sur le papier, mais il y a un écart qui ressemble à un précipice avec la 6 eme (France)  et la 5 eme puissance (GB)...

pour s'en apercevoir, il suffit de se promener dans n'importe quelles rues de villes brésiliennes et d'observer les infrastructures : réseau électrique et téléphonique qui sont des nappes de fils pendus aux poteaux, les trottoirs ou une poussette ne peut rouler correctement et c'est pour cela que l'on n'en voit pratiquement pas, le revêtement des rues qui laisse à désirer par endroit , sans parler la saleté qui est présente presque partout sauf bizarrement dans les quartiers aisés dont les condominios sont de véritable prison pour les occupants pour qu'ils sentent comme en Europe....Le parc automobiles à moitié âgés de plus de 25 ans et à moitié de moins de 25 ans...

Ensuite je ne parlerai pas de l'administration brésilienne qui aime faire de l'empilement de papiers et faire perdre du temps à ses compatriotes avec une échelle temps de 1 ou 2 jours...mais c'est vrai que celui qui gagne 850 R$ par mois, peut s'amuser à ne pas travailler plusieurs heures ou jours pour effectuer une démarche qui prendra entre 5 mn et 1h en France et qui sera d'autant plus gratuite, alors que le pauvre Brésilien devra passer à la case "paiement"..pour vendre une voiture à un particulier en France c'est 30mn, au Brésil c'est la journée complète !! ..bien sur le Brésilien peut s'adresser à un despachante qui s'occupera pour lui de faire ses formalités, mais cela lui coûtera un bras si on peut dire car c'est en moyenne 200 R$ le coût d'intervention à ramener à 850 de salaire !!!...

Concernant les entreprises, c'est le même combat, le nombre de papiers à traiter est plus important qu'en France, et chaque mois de nouvelles taxes sortent d'on ne sait ou !  d'ou l'importance de s'entourer d'un bon fiscaliste / comptable et d'un avocat..

Du côté de l'éducation scolaire c'est la bérézina, les écoles publiques dépendant des Etats sont souvent une catastrophe question entretien des bâtiments, du matériel car elles manquent de moyen financiers , quand aux écoles municipales elles sont théoriquement mieux loties, mais sous la manne financière aussi de la ville qui si elle est riche comme celle de Sao Jose dos Campos seront à peu prés du niveau d'une école de campagne (bâtiment et matériel scolaire) au centre de la France car dans le cas contraire guère mieux que les" estadual "..Le manque d’infrastructure scolaire de qualité agit directement sur l'éducation du peuple qui fait défaut au Brésil, un peuple qui sourit
tout le temps en apparence, qui semble chaleureux, qui semble insouciant n'est pas forcément un peuple qui à des notions de savoir vivre au quotidien.

donc 8 em puissance mondiale ne veut pas dire pays ou il fait bon vivre...et n'oubliez pas les 60 000 homicides, 56 000 tués sur les routes, la corruption par milliard Petrobras et JBS etc....

Michael, vous avez raison de dire que beaucoup de pessimistes ici narrent sur ces sujets d'entrepreneurs, D'autant plus que ce sont souvent des touristes attardés, qui n'ont pas pignon sur rue, ou n'ont jamais exercés vraiment d'eux mêmes.
Chicobrasil fait du bénévolat, et grand merci à lui, mais la réalité du gratuit n'a rien a voir avec des conseils par des gens qui ont plusieurs millions de Reais investis au brésil. Monsieur Chicobrasil, je vous respecte énormément, vous êtes très servile ici, sur beaucoup de sujets, et très a propos et parfois non.
A partir d'un moment, on sait lire tous la presse, et discerner ce que l'on voit dans les rues, mais il y a des choses plus parlantes que de faire des exposés sur la comète.

Mr Michael,
Il vous faudrait vous orientez vers des bureaux de comptabilité de Français installés au Brésil ou en Am du Sud depuis longtemps,

Je vous présente ces français et en particulier Olivier Grolleau, qui ont des millions investis ici au Brésil que j'ai connu l'année dernière, toujours très occupé, et très performant. (Il a racheté un concurrent quand je l'ai rencontré, et je dois dire que j'aimerai encore le rencontrer, meme que pour prendre un café, tellement il est sympa et bosseur). (Je ne l'ai vu que trop peu de temps, mais ça en valait la peine).
Je vous donne son site Michael et ne perdez plus de temps ici.
Les conseils gratuits ont des sérieuses limites et tous ceux qui viennent vivre au brésil, s'en rendent compte..
JADE ASSOCIATES
    Rua da Quitanda 96, 6° andar, Centro, São Paulo, Brasil

    Gerente: ogrolleau[at]jade-associates.com.br

http://jade-associates.com.br/empresa-jade-associates/

http://jade-associates.com.br/

Cordialement

pour répondre à aventurio.....mon bénévolat est issu des mes années passées au Brésil  à gérer mon affaire commerciale,  mes investissements et aussi les tracas de la  vie quotidienne auquel tout le monde peut se trouver confronter (naissance, mariage, location, accident, assurance....)

Pour Aventureiro

Merci pour votre réponse.

Les chiffres sur la puissance économique sont absolus.
Si on les ramènent "par habitant", les chiffres du Brésil dégringolent (tout comme ceux de la Chine deuxième)
Je me rappelle il y a quelque temps, quand le Brésil avait doublé les anglais en passant 6ième.
Ils étaient tous heureux. Ils me narguaient même à l'époque, car ils pensaient qu'ils allaient doubler la France et passer cinquième (à l'époque la France était devant les anglais)

En fait, c’est un peu comme pour le foot.

Pour le foot :
S'ils gagnent la coupe du monde, ils font la fête et sont contents.
Même s'ils continuent pauvres alors que leur idole est multi millionnaire.

Pour l'économie :
Si la puissance économique du Brésil est dans le top, ils font la fête et sont contents.
Même s'ils continuent pauvres alors que leur dirigeants et les grands patrons sont multi millionaires.

"Et, d'ailleurs, si tu étais totalement convaincu par ce côté "infernal" de la réalité brésilienne, je pense que tu serais parti depuis longtemps."
Ce genre de phrase revient souvent dans les forums.

En ce qui me concerne, il y a mieux ailleurs. Et oui !
Mais ma femme est brésilienne, et toute sa famille est au Brésil. Un peu compliqué pour l'instant de "s'extraire définitivement" du Brésil.

Tu dis qu'il y a mieux ailleurs.

Parfait.

Pourrais-tu en dire plus ?

Pour ma part, top de ma liste :
1- Nouvelle Zélande
2- Canada
Et il y en a une bonne dizaine qui pour moi passent avant le Brésil (sans compter ceux que je ne connais pas)
J'aime bien le calme et les gens civilisés. Les brésiliens aiment le bruit et ce ne sont pas les plus civilisés de la planète. OK?

Le taux des impôts sociétés s'élève à 28 % en Nouvelle Zélande et à 10,5 % au Canada. Au Brésil, ils sont inexistants, c'est très nettement meilleur !

Quant à oser affirmer que les Brésiliens (ça prend une majuscule en français) ne sont pas civilisés et qu'ils aiment le bruit, c'est une outrance et un mépris totalement injustifié et qui n'engage que vous.

Que vous n'aimiez pas le Brésil, c'est votre droit, mais pourquoi perdre vous votre temps en transmettant des informations fausses et injurieuse ? Un conseil, écrivez sur des sujets que vous connaissez et qui vous passionnent !

Michael1515 pourquoi contester une évidence !!! il suffit de se promener dans n'importe quelles villes du Brésil pour être agressé acoustiquement dans les rues, par la musique des magasins, les voitures  publicitaires équipé de porte voix ou de grosses enceintes, des voitures particulières dont les conducteurs abusent  du klaxon etc....et question manque de civilité c'est pareil, non respect des règles de circulation, des règles de bon voisinage, des règles d’hygiène et de savoir vivre etc......    je pense que tu ne connais pas vraiment le pays pour le contester !!!

Ça ne fait que 30 ans que je viens régulièrement et 8 ans que j'y habite en permanence.

Coucou Michael, relax, no stress !

Etant donné que pour toi, vivre bien est synonyme de ne pas payer beaucoup d’impôts sociétés (peu importe s'il n'y a pas de retour pour la population), je pense qu'il y a des pays où les impôts sociétés sont encore plus faibles.
Peut être l’Afghanistan ou l'Irak ? Ça te tente ?

Au fait, comme tu attaches de l'importance à l’orthographe, "injurieuse" prend un "s' au pluriel.

Wallit vous devriez uniquement aller poser vos questions sur le forum nouvelle zélande. (Ou Canada, etc.)

Ca ne sert à rien de chercher a avoir raison. L'expatriation, c'est un art du mieux vivre.

Dire n'importe quoi n'apporte rien ici.
Faites comme a fait Chicobrasil, partez.
Ne perdez pas votre temps et préparez votre départ, puisque vous vous êtes lamentablement trompé sur votre pays d'acceuil.

Lien pour vous pour la Nouvelle Zélande. j'ai aussi des amis en Tasmanie.
http://www.expat.com/forum/viewforum.php?id=4458

Le PVT c'est pour les moins de 30 ans.

https://www.immigration.govt.nz/

http://www.expat.com/fr/guide/oceanie/n … lande.html

chicobrasil :

Michael1515 pourquoi contester une évidence !!! il suffit de se promener dans n'importe quelles villes du Brésil pour être agressé acoustiquement dans les rues, par la musique des magasins, les voitures  publicitaires équipé de porte voix ou de grosses enceintes, des voitures particulières dont les conducteurs abusent  du klaxon etc....et question manque de civilité c'est pareil, non respect des règles de circulation, des règles de bon voisinage, des règles d’hygiène et de savoir vivre etc......    je pense que tu ne connais pas vraiment le pays pour le contester !!!

Je ne connais au Brésil qu'une ville. Sao Paulo - Je dirais même un quartier "Jardins" pour y avoir fait de longs séjours pendant 10 ans.  Mon ami par goût préférant le sud du Brésil,  j'ai eu l'occasion de le suivre dans les villes qu'il voulait me faire connaitre. Et aussi accessoirement Sao Vicente car il y possède une résidence secondaire.
Dois je en conclure que je me trouvais dans un autre pays. En effet ce "territoire" sans règles qui y est décrit n'est pas celui-que j'ai rencontré. Les personnes étaient souvent plus polies qu'en France. Quand on attend le bus les gens respectent un certain ordre. Dans le métro alors que la foule est impressionnante la même chose. Quand on va au restaurant le midi les employés  attendent sagement pour payer.
Pour en avoir parlé certaines fois des toilettes publiques dans les centres commerciaux ou les lieux de spectacle d'une propreté supérieure à la France.
Et sachez que c'est un point de vue partagé par les brésiliens qui viennent en France que je connais. Ils savent me dire ce qu'ils aiment chez nous ( sécurité ressentie - accès à des produits hors de prix chez eux.....) mais ne nous trouvent pas toujours au niveau sur d'autres points. Insuffisance de services au consommateur et règles d'hygiène en particulier.
Bien entendu j'ai des critiques à faire suivant mes valeurs personnelles, mais l'équilibre y est par rapport à ce que j'ai vécu de positif. Tout en considérant que je suis quelqu'un de favorisé par rapport à un citoyen brésilien normal bien qu'y ayant vécu une vie simple. Le plus venant du statut de mon compagnon qui y possédait un appartement bien situé.

Merci pour ce témoignage qui rejoint mon expérience personnelle.

Michael1515 :

Le taux des impôts sociétés s'élève à 28 % en Nouvelle Zélande et à 10,5 % au Canada. Au Brésil, ils sont inexistants, c'est très nettement meilleur !
!

Nettement meilleur pour l'investisseur tout à fait exact, mais je ne connais pas de pays qui peuvent offrir des services publics sans qu'aucun acteur économique ne participe à l'effort collectif.
Je dirais même comme citoyen de la CEE que le dumping effectué par certains des pays membres est un danger pour l'équilibre de notre modèle social.

Michael1515,
"Que vous n'aimiez pas le Brésil, c'est votre droit, mais pourquoi perdre vous votre temps en transmettant des informations fausses et injurieuse ?"

- en français, on écrit: pourquoi perdez-vous votre temps; Ou bien, une autre variante: pourquoi perdre votre temps;
- en français, on écrit: des informations fausses et injurieuses;

Un conseil: revoyez votre Bescherelle avant de faire la leçon aux autres.  :cool:
Sans compter que les "poseurs", "super-spécialistes" du Brésil et donneurs de leçon à des gens qui connaissent assez bien le pays et dont les réflexions et conseils méritent autre chose que du mépris et une espèce de condescendance , c'est assez pénible à lire.  :cool:

zanzibar1 :
chicobrasil :

Michael1515 pourquoi contester une évidence !!! il suffit de se promener dans n'importe quelles villes du Brésil pour être agressé acoustiquement dans les rues, par la musique des magasins, les voitures  publicitaires équipé de porte voix ou de grosses enceintes, des voitures particulières dont les conducteurs abusent  du klaxon etc....et question manque de civilité c'est pareil, non respect des règles de circulation, des règles de bon voisinage, des règles d’hygiène et de savoir vivre etc......    je pense que tu ne connais pas vraiment le pays pour le contester !!!

Je ne connais au Brésil qu'une ville. Sao Paulo - Je dirais même un quartier "Jardins" pour y avoir fait de longs séjours pendant 10 ans.  Mon ami par goût préférant le sud du Brésil,  j'ai eu l'occasion de le suivre dans les villes qu'il voulait me faire connaitre. Et aussi accessoirement Sao Vicente car il y possède une résidence secondaire.
Dois je en conclure que je me trouvais dans un autre pays. En effet ce "territoire" sans règles qui y est décrit n'est pas celui-que j'ai rencontré. Les personnes étaient souvent plus polies qu'en France. Quand on attend le bus les gens respectent un certain ordre. Dans le métro alors que la foule est impressionnante la même chose. Quand on va au restaurant le midi les employés  attendent sagement pour payer.
Pour en avoir parlé certaines fois des toilettes publiques dans les centres commerciaux ou les lieux de spectacle d'une propreté supérieure à la France.
Et sachez que c'est un point de vue partagé par les brésiliens qui viennent en France que je connais. Ils savent me dire ce qu'ils aiment chez nous ( sécurité ressentie - accès à des produits hors de prix chez eux.....) mais ne nous trouvent pas toujours au niveau sur d'autres points. Insuffisance de services au consommateur et règles d'hygiène en particulier.
Bien entendu j'ai des critiques à faire suivant mes valeurs personnelles, mais l'équilibre y est par rapport à ce que j'ai vécu de positif. Tout en considérant que je suis quelqu'un de favorisé par rapport à un citoyen brésilien normal bien qu'y ayant vécu une vie simple. Le plus venant du statut de mon compagnon qui y possédait un appartement bien situé.

1) j'habite dans un  condominio ou les appartements coûtent en moyenne 500 - 1 000 000 R$, ou pas un papier traîne par terre, ou tout est sous surveillance par caméra
2) je fais mes courses dans des shoppings center ou une paire de basket se vend 700 R$
3) je vais dans des restaurants ou le repas moyen est à 100-150 R$
4) je sors dans  des bar ou boites de nuit ou l'entrée est à 50 R$

effectivement les Brésiliens que je rencontre sont "éduqués" et pas ce que vous racontez !

ma conclusion vous ne connaissez pas le Brésil, car ce que vous écrivez,  est la vie de 10% des Brésiliens fortunés ou des expatriés d'entreprises qui eux essayent de vivre à l'Européenne  grâce à leur pouvoir d'achat

venez habitez dans les quartiers populaires ou 90% des brésiliens résident, ou le prix d'un appartement est entre 50-100 000 R$, ou les rues pullulent de petits commerces, ou l'on mange pour 15-25R$ dans une lanchonnette, ou l'on s'habille pour 50R$ des pieds à la tête etc....là vous serez dans le "vrai" Brésil...

S'expatrier ne veut pas dire mélanger les torchons avec les serviettes 24h/24, 7jrs/7. Mr Chicobrasil.
Ni dans les villes du brésil ni à Miami ni à Berlin ni à St Martin etc.
Fameux dicton que chaque enfant reçoit de ses parents et grds parents, dicton valable dans notre mère patrie comme ici.

Les gens ici fréquentent les endroits et les gens qui leurs sont le plus en rapport avec leurs affinités.

Ceux qui ont oubliés leur valeurs et qui s'expatrient en mode *bisounours* repartent assez vite, si je vous comprend bien Chicobrasil en vous lisant et lisant d'autres aussi.

Ca n'existe pas le "vrai" brésil. Comme vous l'écrivez de rage a la fin.
Comme la vraie France n'existe pas...

Nous sommes dans un pays ou il y a une des plus grande différences entre le riches et les pauvres. (Et oui, le monde idéal n existe pas, sauf a Monaco) mode humour refermé. ;)

Chicobrasil, vous ne pouvez pas dicter votre manière de vivre aux expatriés que nous sommes, de même que je ne me permet pas de vous dicter la vôtre en vous dictant de mélanger les torchons avec les serviettes.

Je suis étonné de me voir obligé d' écrire ici des évidences. Unbelievable. :cool:

Ceci étant dit, se prendre un bon Buggy et déconner dans les dunes c'est super marrant.

Aventureiro ....on parle des Brésiliens et leur savoir être en société qui concerne80- 90% des Brésiliens ......décrite par Wallit et contestée par Michael1515 et  pas celle que Zanzibar1 décrit qui correspond qu'au 10%-20% restant .....

Arretez d'insulter les brésiliens et leurs bien être a eux.
Pourquoi vous ne comprennez rien de ce qu'on vous écrit ici.

Pourquoi voulez vous que tout le monde se représente ce que uniquement vous, avez vu du brésil?

Wallit s'est planté de pays d'acceuil, il voudrait aller en Nouvelle Zélande entre autre.
Vous mêmes avez des problèmes familiaux et financiers, et être rentré.

En insistant sur cette bêtise du " savoir être en société de vos 80% de brésiliens" j'en viens a diagnostiquer chez vous "un mal être dans votre peau" car enfin? Ca ne sert à rien de critiquer un pays et son peuple, ils ne vous ont rien demandé, a part peut-être de vous demander d'en partir. Ce ne sont pas eux qui vous ont obligé à venir et encore moins a venir les insulter comme vous le faites ici.

Aventureiro ne parler pas de ce que vous ne connaissez pas,  vos insinuations ne sortent que de votre imagination et sont sans fondement, d'ailleurs vous n'étiez pas à mon mariage  :D  et puis pour le reste tout va bien   :one  ...

mon épouse Brésilienne issus des classes populaires me disait il n'y a pas si longtemps : le problème au Brésil, c'est le manque d'éducation des gens en comparant sa vie en  France et aussi elle s’offusquait de voir l'état des rues qui sont de vrai poubelle, notamment dans les quartiers ou elle vivait étant jeune,  comme si  être pauvre signifiait de devoir être  sans respect pour son environnement que ce soit sur l' hygiène, le  bruit, le comportement etc.. !!,
Aujourd'hui son choix de vie est la France et plus le Brésil depuis plus de 17 ans ! et oui pour la simple raison qu'elle n'a pas d'équivalent au Brésil notamment pour l'éducation scolaire de notre fils, pour la protection santé, pour son confort de vie au jour le jour et surtout pour le savoir vivre des Français en général.....

Le "savoir être ou vivre" va avec l'éducation reçu, et malheureusement quelqu'un qui n'a pas été éduqué ne peut pas inventer ce qu'il ne sait pas !! Le président Lulla l'avait bien compris en mettant en place un plan renforcé pour envoyer un maximum d'enfant à l'école dés 2008 avec la bolsa familia...

On se demande qui fait de la désinformation ici.
Ne pas accepter les critiques et dire que se sont les autres qui ne les accepent pas, c'est fort.

Dire que le Brésil est un paradis pour les investisseurs étrangers?
Apparemment ils ne se bousculent pas au portillon.
La charge tributaire au Brésil est une des plus élevées et le retour pour la population un des plus faibles.
On s'en fout de l’impôt "société" et des entreprises. Ce que le peuple ressent, se sont les impôts sur les biens et services. C'est si compliqué à comprendre ?
Valoriser un pays parce qu'on paie moins d’impôts "société" et ensuite critiquer un pays européen parce qu'il fait du dumping, c'est un peu contradictoire, non ?

Au Brésil, c'est plus de 30% pour des biens de première nécessité, comme les médicaments par exemple.
Pourquoi on paie le litre de lait plus cher au Brésil qu'en Europe, alors que les vaches et la main d'oeuvre est bésilienne ?
Pourquoi certaines voitues fabriquées au Brésil et exportées au Mexique sont vendues moins chères dans leur pays ?
Idem pour le pétrole exporté et vendu moins cher à l'extérieur. Alors qu'ils nous bassinaient à l'époque avec leur "pré-sol" grande fierté pour le Brésil !

Le bisounours, ce n'est pas celui qui voit la réalité en face. C'est celui qui ne la voit pas. OK ?

Mais OUI, le brésilien moyen est plus sympa que d'autres peuples (le portugais par exemple, particulièrement antipathique dans son pays).
Mais cela n'empêche pas qu'il est bruyant et qu'il s'en fout d'incommoder les autres.
OK ?
Cela n'empêche pas qu'il tente de tirer avantage sur les autres quand il le peut. Lui même le reconnait. Alors pourquoi dire le contraire ?

Le fait de vouloir tirer avantage sur les autres, c'est la base même (les fondations) de la corruption.
Il n'y a pas de corruption au Brésil ??
Corruption des politiciens, mais aussi corruption généralisée : "je te donne X si tu arrives à m'obtenir Y"

Non, je ne me suis pas trompé de pays d'accueil. Ma femme est brésilienne. Donc, je n'allais pas choisir le Japon.

Vous disiez Chicobrasil l'avoir emmener en France a votre départ et être séparé et divorcé sur le forum.
Ne mettez donc pas votre ex femme dans la discussion. Elle est brésilienne.
Si elle est heureuse en France c'est très bien. Vous l'avez sorti des quartiers populaires. Cela explique tous vos griefs que vous jettez sur son peuple.
N'insistez pas sur son peuple à 80%.
Ils me conviennent tout à fait.
Mais le peuple a 100% je ne lui reproche pas d'être ce qu'il est, ni même n'importe quel peuple. Comme disait Zanzibar l'équilibre y est par rapport ce qu'il vit de positif.

Pour Wallit, vous avez écrit que vous voudriez vivre en nouvelle Zélande ou au canada, ce que même marié a une brésilienne vous pouvez faire.
Si vous n'êtes pas heureux comme vous le dites ici, alors allez y, partez.

un peu d'humour , utiliser google translate pour la traduction  :D


-Aqui no Brasil, tudo se organiza em fila: fila para pagar, fila para pedir, fila para entrar, fila para sair e fila para esperar a próxima fila. E duas pessoas ja bastam para constituir uma fila.

-Aqui no Brasil, o ano começa “depois do Carnaval”.

-Aqui no Brasil, não se pode tocar a comida com as mãos. No MacDonalds, hamburger se come dentro de um guardanapo. Toda mesa de bar, restaurante ou lanchonete tem um distribuidor de guardanapos e de palitos. Mas esses guardanapos são quase de plastico, nada de suave ou agradável. O objetivo não é de limpar suas mãos ou sua boca mas é de pegar a comida com as mãos sem deixar papel nem na comida nem nas mãos.

-Aqui no Brasil todo é gay (ou ‘viado’). Beber chá: e gay. Pedir um coca zero: é gay. Jogar vólei: é gay. Beber vinho: é gay. Não gostar de futebol: é gay. Ser francês: é gay, ser gaúcho: gay, ser mineiro: gay. Prestar atenção em como se vestir: é gay. Não falar que algo e gay : também é gay.

-Aqui no Brasil, os homens não sabem fazer nada das tarefas do dia a dia: não sabem faxinar, nem usar uma maquina de lavar. Não sabem cozinhar, nem a nível de sobrevivência: fazer arroz ou massa. Não podem concertar um botão de camisa. Também não sabem coisas que estão consideradas fora como extremamente masculinas como trocar uma roda de carro. Fui realmente criado em outro mundo…

-Aqui no Brasil, sinais exterior de riqueza são muito comuns: carros importados, restaurantes caríssimos em bairros chiques, clubes seletivos cujos cotas atingem valores estratosféricas.

-Aqui no Brasil, os casais sentam um do lado do outro nos bares e restaurantes como se eles estivessem dentro de um carro.

-Aqui no Brasil, os homens se vestem mal em geral ou seja não ligam. Sapatos para correr se usam no dia a dia, sair de short, chinelos e camiseta qualquer e comum. Comum também é sair de roupas de esportes mas sem a intenção de praticar esporte. Se vestir bem também é meio gay.

-Aqui no Brasil, o cliente não pede cerveja pro garção, o garção traz a cerveja de qualquer jeito.

-Aqui no Brasil, todo mundo torce para um time, de perto ou de longe.

-Aqui no Brasil, sempre tem um padre falando na televisão ou na radio.

-Aqui no Brasil, a vida vai devagar. E normal estar preso no transito o dia todo. Mas não durma no semáforo não. Ai tem que ser rápido e sair ate antes do semáforo passar no verde. Não depende se tiver muitas pessoas atrás, nem se estiverem atrasados. Também é normal ficar 10 minutos na fila do supermercado embora que tenha só uma pessoa na sua frente. Ai demora para passar os artigos, e muitas vezes a pessoa da caixa tem que digitar os códigos de barra na mão ou pedir ajuda para outro funcionário para achar o preço de um artigo. Mas, na hora de retirar o cartão de credito, ai tem que ser rápido. Não é brincadeira, se não retirar o cartão na hora, a mesma moça da caixa que tomou 10 minutos para 10 artigos vai falar agressivamente para você agilizar: “pode retirar o cartão!”.

-Aqui no Brasil, os chineses são japoneses.

-Aqui no Brasil, a música faz parte da vida. Qualquer lugar tem musica ao vivo. Muitos brasileiros sabem tocar violão embora que não consideram que toquem se perguntar pra eles. Tem músicos talentosos, mas não tantos tocam as musicas deles. Bares estão cheios de bandas de cover.

-Aqui no Brasil, a política não funciona só na dimensão esquerda – direita. Brasil é um pais de esquerda em vários aspectos e de direita em outros. Por exemplo, se pode perder seu emprego de um dia pra outro quase sem aviso. Tem uma diferencia enorme entre os pobres e os ricos. Ganhar vinte vezes o salario minimo é bastante comum, e ganhar o salario minimo ainda mais. As crianças de classe media ou alta estudam quase todos em escolas particulares, as igrejas tem um impacto muito importante sobre decisões politicas. E de outro lado, existe um sistema de saúde publico, o estado tem muitas empresas, tem muitos funcionários públicos, tem bastante ajuda para erradicar a pobreza em regiões menos desenvolvidas do país. O mesmo governo é uma mistura de política conservadora, liberal e socialista.

-Aqui no Brasil, e comum de conhecer alguem, bater um papo, falar “a gente se vê, vamos combinar, ta?”, e nem trocar telefone.

-Aqui no Brasil, a palavra “aparecer” em geral significa, “não aparecer”. Exemplo: “Vou aparecer mais tarde” significa na pratica “não vou não”.

-Aqui no Brasil, o clima é muito bom. Tem bastante sol, não esta frio, todas as condicões estão reunidas para poder curtir atividades fora. Porem, os domingos, se quiser encontrar uma alma viva no meio da tarde, tem que ir pro shopping. As ruas estão as moscas, mas os shopping estão lotados. Shopping é a coisa mais sem graça do Brasil.

-Aqui no Brasil, novela é mais importante do que cinema. Mas o cinema nacional é bom.

-Aqui no Brasil, não falta espaço. Falam que o pais tem dimensões continentais. E é verdade, daria para caber a humanidade inteira no Brasil. Mas então se tiver tanto espaço, por que é que as garagens dos prédios são tão estreitos? Porque existe até o conceito de vaga presa?

-Aqui no Brasil, comida salgada é muito salgada e comida dolce é muito doce. Ate comida é muita comida.

-Aqui no Brasil, se produz o melhor café do mundo e em grandes quantidades. Uma pena que em geral se prepare muito mal e cheio de açúcar.

-Aqui no Brasil, praias bonitas não faltam. Porem, a maioria dos brasileiros viajam todos para as mesmas praias, Búzios, Porto de Galinhas, Jericoacoara, etc.

-Aqui no Brasil, futebol é quase religião e cada time uma capela.

-Aqui no Brasil, as pessoas acham que dirigir mal, ter transito, obras com atraso, corrupção, burocracia, falta de educação, são conceitos especificamente brasileiros. Mas nunca fui num pais onde as pessoas dirigem bem, onde nunca tem transito, onde as obras terminam na data prevista, onde corrupção é só uma teoria, onde não tem papelada para tudo e onde tudo mundo é bem educado!

-Aqui no Brasil, esporte é ou academia ou futebol. Uma pena que só o futebol seja olímpico.

-Aqui no Brasil, existe três padrões de tomadas. Vai entender porque…

-Aqui no Brasil, não se assuste se estiver convidado para uma festa de aniversário de dois anos de uma criança. Vai ter mais adultos do que crianças, e mais cerveja do que suco de laranja. Também não se assuste se parece mais com a coroação de um imperador romano do que como o aniversário de dois anos. E ‘normal’.

-Aqui no Brasil, nõ tem o conceito de refeição com entrada, prato principal, queijo, e sobremesa separados. Em geral se faz um prato com tudo: verdura, carne, queijo, arroz e feijão. Dai sempre acaba comer uma mistura de todo.

-Aqui no Brasil, o Deus esta muito presente… pelo menos na linguagem: ‘vai com o Deus’, ‘se Deus quiser’, ‘Deus me livre’, ‘ai meu Deus’, ‘graças a Deus’, ‘pelo amor de Deus’. Ainda bem que ele é Brasileiro.

-Aqui no Brasil, cada vez que ouço a palavra ‘Blitz’, tenho a impressão que a Alemanha vai invadir de novo. Reminiscência da consciência coletiva francesa…

-Aqui no Brasil, pais com muita ascendência italiana, tem uma lei que se chama ‘lei do silencio’. Que mau gosto! Parece que esqueceram que la na Itália, a lei do silencio (também chamada de “omerta”) se refere a uma pratica da mafia que se vinga das pessoas que denunciam suas atividades criminais.

-Aqui no Brasil, se acha tudo tipo de nomes, e muitos nomes americanos abrasileirados: Gilson, Rickson, Denilson, Maicon, etc.

-Aqui no Brasil, quando comprar tem que negociar.

-Aqui no Brasil, os homens se abraçam muito. Mas não é só um abraço: se abraça, se toca os ombros, a barriga ou as costas. Mas nunca se beija. Isso também é gay.

-Aqui no Brasil, o polegar erguido é sinal pra tudo : “Ta bom?”, “obrigado”, “desculpa”.

-Aqui no Brasil, quando um filme passa na televisão, não passa uma vez só. Se perder pode ficar tranquilo que vai passar mais umas dez outras vezes nos próximos dias. Assim já vi “Hitch” umas quatro vezes sem querer assistir nenhuma.

-Aqui no Brasil, tem um jeito estranho de falar coisas muito comuns. Por exemplo, quando encontrar uma pessoa, pode falar “bom dia”, mas também se fala “e ai?”. E ai o que? Parece uma frase abortada. Uma resposta correta e comum a “obrigado” e “imagina”. Imagina o que? Talvez eu quem falte de imaginação.

-Aqui no Brasil, todo mundo gosta de pipoca e de cachorro quente. Não entendo.

-Aqui no Brasil, quando você tem algo pra falar, é bom avisar que vai falar antes de falar. Assim, se ouvi muito: “vou te falar uma coisa”, “deixa te falar uma coisa”, “é o seguinte”, e até o meu preferido: “olha só pra você ver”. Obrigado por me avisar, já tinha esquecido para que tinha olhos.

-Aqui no Brasil, as lojas, o negócios e os lugares sempre acham um jeito de se vender como o melhor. Já comi em em vários ‘melhor bufe da cidade’ na mesma cidade. Outro superativo de cara de pau é ‘o maior da -América latina’. Não costa nada e ninguém vai ir conferir.

-Aqui no Brasil, tem uma relação ambígua e assimétrica com a América latina. A cultura do resto da América latina não entra no Brasil, mas a cultura brasileira se exporta la. Poucos são os brasileiros que conhecem artistas argentinos ou colombianos, poucos são os brasileiros que vão de ferias na América latina (a não ser Buenos Aires ou o Machu Pichu), mas eles em geral visitaram mais países europeus do que eu. O Brasil as vezes parece uma ilha gigante na América latina, embora que tenha uma fronteira com quase todos os outros países do continente.

-Aqui no Brasil, relacionamentos são codificados e cada etapa tem um rótulo: peguete, ficante, namorada, noiva, esposa, (ex-mulher…). Amor com rótulos.

-Aqui no Brasil, a comida é: arroz, feijão e mais alguma coisa.

-Aqui no Brasil, o povo é muito receptivo. E natural acolher alguem novo no seu grupo de amigos. Isso faz a maior diferencia do mundo. Obrigado brasileiros.

-Aqui no Brasil, o brasileiros acreditam pouco no Brasil. As coisas não podem funcionar totalmente ou dar certo, porque aqui, é assim, é Brasil. Tem um sentimento geral de inferioridade que é gritante. Principalmente a respeito dos Estados Unidos. To esperando o dia quando o Brasil vai abrir seus olhos.

-Aqui no Brasil, de vez em quando no vocabulário aparece uma palavra francesa. Por exemplo ‘petit gâteau’. Mas para ser entendido, tem que falar essas palavras com o sotaque local. Faz sentido mas não deixa de ser esquisito.

-Aqui no Brasil, tem um organismo chamado o DETRAN. Nem quero falar disso não, não saberia por onde começar…

-Aqui no Brasil, dentro dos carros, sempre tem uma sacola de tecido no alavanca de mudança pra colocar o lixo.

-Aqui no Brasil, os brasileiros se escovam os dentes no escritório depois do almoço.

-Aqui no Brasil, se limpa o chão com esse tipo de álcool que parece uma geleia.

-Aqui no Brasil, a versão digital de ‘fazer fila’ e ‘digitar codigos’. No banco, pra tirar dinheiro tem dois códigos. No supermercado, o leitor de código de barra estando funcionando mal tem que digitar os códigos dos produtos. Mas os melhores são os boletos pra pagar na internet: uns 50 dígitos. Sempre tem que errar um pelo menos. Demora.

-Aqui no Brasil, o sistema sempre ta “fora do ar”. Qualquer sistema, principalmente os terminais de pagamento de cartão de credito.

-Aqui no Brasil, tem um lugar chamado cartório. Grande invenção para ser roubado direito e perder seu tempo durante horas para tarefas como certificar uma copia (que o funcionário nem vai olhar), o conferir que sua firma é sua firma.

-Aqui no Brasil, parece que a profissão onde as pessoas são mais felizes é coletor de lixo. Eles estão sempre empolgados, correndo atrás do caminhão como se fosse um trilho do carnaval. Eles também são atletas. Tens a energia de correr, jogar as sacolas, gritar, e ainda falar com as mulheres passando na rua.

-Aqui no Brasil, pode pedir a metade da pizza de um sabor e a metade de outro. Ideia simples e genial.

-Aqui no Brasil, no tem agua quente nas casas. Dai tem aquele sistema muito esperto que é o chuveiro que aquece a agua. Só tem um porem. Ou tem agua quente ou tem um débito bom. Tem que escolher porque não da para ter os dois.

-Aqui no Brasil, as pessoas saem da casa dos pais quando casam. Assim tem bastante pessoas de 30 anos ou mais morando com os pais.

-Aqui no Brasil, tem três palavras para mandioca: mandioca, aipim e macaxeira. La na franca nem existe mandioca.

-Aqui no Brasil, tem o numero de telefone tem um DDD e também um numero de operadora. Uma complicação a mais que pode virar a maior confusão.

-Aqui no Brasil, quando encontrar com uma pessoa, se fala: “Beleza?” e a resposta pode ser “Jóia”. Traduzindo numa outra língua, parece que faz pouco sentido, ou parece um dialogo entre o Dalai-Lama e um discípulo dele. Por exemplo em inglês: “The beauty? – The joy”. Como se fosse um duelo filosófico de conceitos abstratos.

-Aqui no Brasil, a torneira sempre pinga.

-Aqui no Brasil, no taxi, nunca se paga o que esta escrito. Ou se aproxima pra cima ou pra baixo.

-Aqui no Brasil, marcar um encontro as 20:00 significa as 21:00 ou depois. Principalmente se tiver muitas pessoas envolvidas.

Aventureiro :

Vous disiez Chicobrasil l'avoir emmener en France a votre départ et être séparé et divorcé sur le forum.
Ne mettez donc pas votre ex femme dans la discussion. Elle est brésilienne.
Si elle est heureuse en France c'est très bien. Vous l'avez sorti des quartiers populaires. Cela explique tous vos griefs que vous jettez sur son peuple.
N'insistez pas sur son peuple à 80%.
Ils me conviennent tout à fait.
Mais le peuple a 100% je ne lui reproche pas d'être ce qu'il est, ni même n'importe quel peuple. Comme disait Zanzibar l'équilibre y est par rapport ce qu'il vit de positif.

Pour Wallit, vous avez écrit que vous voudriez vivre en nouvelle Zélande ou au canada, ce que même marié a une brésilienne vous pouvez faire.
Si vous n'êtes pas heureux comme vous le dites ici, alors allez y, partez.

Aventureiro ma femme brésilienne est toujours d'actualité car je suis toujours marié à ce jour  :D avec elle...d'autre part  je ne suis pas le Saint Bernard des pauvres  qui a sauvé la petite fille des quartiers populaires au contraire, c'est elle qui a choisi de ne pas vivre comme sa famille, en quittant son milieu d'origine et son quartier,  en poursuivant des études financées par son  propre travail de jour, chose que beaucoup de Brésiliens font en suivant des cours de formation du soir....

Pour le divorce c'était ma première femme  :/  ahahahaha

Par honnêteté il me semble toujours utile de dire comment nous formons notre avis. Et pour un pays de la taille du Brésil ceci me parait un préalable.
Pour beaucoup de français ou francophones établis au Brésil nous avons affaire en majorité à des urbains, qualifiés, qui lorsqu'ils ont des enfants sont établis à relative proximité d'établissements scolaires d'un niveau correspondant aux normes du pays d'origine donc des établissements privés ou semi privés.
Donc dans des cadres de vie relativement protégés. Non, ne viennent pas au Brésil les français des zones défavorisées pour se retrouver dans des conditions encore plus précaires.
En grande majorité cette population vit dans cet espace la plupart du temps. Il y a des exceptions comme Chicobrasil qui navigue allègrement entre les prévisions de cours à plus ou moins long terme du réal, en vivant des revenus de ses placements et a fréquenté tous les quartiers du Brésil pour analyser les caractéristiques de l'habitant moyen.

Mon point de vue s'appuie  sur mon vécu et surtout sur le "monde" de mon compagnon. Si il n'a une idée pas si négative de ses concitoyens c'est qu'ils ont dans une large majorité un minimum d'éducation et de savoir vivre. Ceci ne l'empêchant pas d'avoir une hiérarchie dans ses fréquentations et son idée de l'organisation sociale.

Si l'on parle violence, réprimer, ne plus verser des bourses de famille de façon "généreuse" .......là vous le trouverez pour défendre une vision de droite dans la classification française.

En dehors de ces points, comme médecin qui a soigné dans le cadre public et privé je l'ai toujours entendu considérer ses concitoyens comme des gens normaux. Bien entendu il
peut avoir des mots durs sur certains mais la hiérarchie ne se fait pas que sur le niveau social.
Et son avis il se l'ai fait en comparaison de deux autres pays : Le Portugal et la France. Des personnes il en a vu des dizaines de milliers.

Pour le commerce, les petites boutiques je les connais dans des quartiers de classe moyenne ou même ce que nous appellerons modeste. Rien à dire la plupart du temps. Ca se passe comme en France. Et n'aimant pas les grands centres commerciaux j'ai une petite connaissance du sujet. A Sao Paulo quand j'y allais jusqu'au mois de décembre dernier le marché populaire de la Brigadero me faisait rencontrer des personnes comme vous et moi ou même un hypermarché populaire comme Extra.

J'aime beaucoup la musique et la chanson et je vais dans des évènements populaires. Donc pas de discrimination par l'argent. Les brésiliens des lieux où je me trouve sont en très grande majorité  très conviviales et simples.

Ce que dit Chicobrasil est exact mais n'a pas l'aspect systématique qu'il veut lui donner.

Je vis à Paraty depuis trois années. J´y ai une crêperie traditionnelle qui sert aussi quelques plats français. Quelques opinions lues en réponse à votre demande me paraissent excessives. Il faut toujours essayer de mesurer les positifs et les négatifs. Moi, je ne découragerai jamais quelqu´un de s´installer au Brésil, pour y travailler comme pour y prendre sa retraite. Oui, les parcours administratifs sont différents de ceux de la France mais avec de la patience et en comprenant comment ça marche, on arrive à travailler et à gagner sa vie. Pas seulement dans la ville de Rio de Janeiro, qui est de plus en plus "dangereuse" et embouteillée, de plus en plus chère aussi. Pour avoir vécu à Rio de Janeiro et dans des villes de Province (l´intérieur du pays), mon choix est fait : je vis dans des petites villes brésiliennes, beaucoup plus humaines et tranquilles. Et, quand j´en ai envie, je vais à Rio ou São Paulo pour y trouver ce que je n´ai pas (et qui me manque parfois) dans la petite (et très touristique) ville de Paraty. Au cas où : l´annonce de la vente de la crêperie-restaurant est sur le site Expat.com, rubriques PRATIQUE et PETITES ANNONCES. Patrick Louis

Merci beaucoup pour l encouragement nous savons bien que c est différent que de monter une entreprise en France mais le défi nous plait malgré les barrages administratifs que nous allons rencontrer.
Nous passerons à votre crêperie en janvier , nous partons pour le repérage

Bonne route. Bonne chance. Et passez nous rendre visite (en évitant les heures de très grande affluence, nombreuses en janvier, qui est le mois de la "haute saison" à Paraty). Patrick Louis

Nouvelle discussion