Close

Recherche emploi à Rio de Janeiro

Bonjour tout le monde !

Actuellement en France, je suis tombée amoureuse de Rio lors d'un voyage et aujourd'hui je souhaite m'y installer en 2017 !
Pour ça j'ai bien entendu besoin d'un emploi en amont pour que mon intégration se fasse le mieux possible avec bien sûr un visa travail.
J'ai déjà vécu à Londres, puis en Thaïlande alors je sais appréhender la vie à l'étranger.
Actuellement commerciale en pharma, j'ai aussi déjà travailler en tant que représentante en tourisme et événementiel.
J'ai le contact facile, je m'adapte vite et je suis ultra motivée.
Je suis en train d'apprendre le portugais brésilien lors de mon temps libre afin d'optimiser mes chances de trouver. Je parle anglais couramment.
Alors avez-vous des pistes pour moi ou des contacts pour ma recherche d'emploi ?

Un immense merci d'avance pour votre aide et puis à l'occasion de vous remercier autour d'un verre une fois là bas :)

Bonne journée !

Bonjour Marion,
Sans visa tu ne trouveras pas de travail serieux au Brésil, et les visa de travails sont dificil a obtenir, a moins de se faire employer par une grosse boite française qui prendrai en charge ton visa,e meme comme ça c´est pas simple. Le club med quifaisait travailler beaucoups d´etrangers au Brésil a du mal a obtenir des visas, ils doivent prouver que le poste a pourvoir ne peux pas etre occupé par un Bresilien. Les quelques etrangers qui y travaillent aujourd´hui viennent avec des contrats de formateurs.
Il faut savoir que sans visa ici tu ne fait rien. Tu peux toujours trouver un petit boulot au black pour un momment mais ça sera de la survie.
Sinon il te reste le visa invetisseur ou te marier avec un beau Bresilien.
Bonne chance

bonjour !

Merci pour ta réponse.
En effet je connais la difficulté du visa, c'est pour quoi ma recherche de travail s'oriente surtout vers des sociétés occidentales qui du coup m'aiderait pour l'obtention du visa.
De mémoire je sais aussi qu'un visa travail équivaut à une entreprise. Que celui-ci doit être renouvelé à un  nouvel emploi.

Difficile je sais bien, mais pas impossible :)
Et puis je pense avoir un CV qui pourrait faciliter les demandes de visa bien que cela ne garanti rien.

Marion bonjour,
Croire en soi, très très fort, c’est déjá un bon, un excellent début! Mais, en plus de cela et de tout ce que vous êtes en train de mettre en oeuvre (notamment apprendre le portugais), il serait certainement intéressant, depuis la France (puisque vous y êtes), de référencer les grandes entreprises françaises ou internationales (puisque vous parlez couramment l’anglais) qui travaillent au Brésil et qui pourraient être susceptibles d’être intéressées par vos compétences (en communication, en vente/marketing, bref toutes celles que vous vous attribuez et dont vous pensez qu'elles feraient la différence).
Ensuite, rencontrer les Directions du Personnel respectives et vous « vendre » en montrant en quoi vous êtes vraiment incontournable pour l’expansion des dites boîtes au Brésil.
Et croiser les doigts très forts, jusqu’à s’en faire péter les jointures, pour que cette belle énergie débouche sur un contrat sous nos tropiques chaloupés par les rythmes endiablés de la samba, sous le sensuel  balancement des cocotiers…
Mais, croyez moi, il faut faire très très fort, car même dans les dites grosses boîtes occidentales, il y a beaucoup de gens compétents - et ayant en plus acquis la culture de l’entreprise depuis quelles paires d'années - qui tueraient père et mère ou pousseraient volontiers un collègue dans une cage d'ascenseur pour aller bosser au soleil du pays du carnaval. Alors, avant que quelqu’un d’extérieur aux dites grandes entreprises occidentales arrivent à décrocher le dit contrat accompagné du visa pour Rio, il faut vraiment beaucoup de grandes, fortes et belles espérances en soi.
Pour le reste, c’est-à-dire démarcher directement les grandes boîtes brésiliennes dans les mêmes fins, il ne faut pas trop y compter. Beaucoup de gens au Brésil sont bons, très bons mêmes dans leurs jobs, et ceux là parlent anglais couramment et ont aussi des formations en communication, marketing, etc. et croient dur comme fer pouvoir marcher sur le crâne de leurs prochains pour parvenir à leurs fins, sans s’en laisser compter par un(e) occidental(e). Dure et objective réalité… même sous les tropiques…
Bon courage donc!

Merci pour l inforl

déjà un immense merci pour ce retour et ces conseils.
Il est vrai que je m'avance sur un chemin pas facile mais pas impossible !
J'y travaille et j'essaie de voir tout ce qui se passe autour de moi pour ne louper aucunes opportunités.

Je vais en effet essayer de voir via les entreprises occidentales/internationales depuis la France dans mon univers actuel (commerce BtoB) et aussi voir les agences réceptives françaises, présentes sur place.
J'ai quelques contacts. Maintenant il faut que je pousse encore plus et plus loin !

Un objectif, énormément de motivation, de travail, de recherces et j'espère une petite dose chance qui m'a toujours accompagné jusque là et peut être rdv de l'autre côté de l'Atlantique !

Muito obrigada !

Marion,
Ainsi que vous l'écrivez, l'adverbe le plus important qui doit guider votre entreprise, c'est bien "énormément"... énormément de tout: motivation, entre-gens, efforts, détermination, stratégies, temps passé, énergie, mobilisation, force de conviction, chance, et j'en passe et des meilleurs, etc.

Comme on dit dans ces terres du Nordeste que je parcoure souvent, érodées par l'aridité du climat et  par les nuisibles politiques qui ponctionnent jusqu'à l'âme vacilllante de ses habitants: "Tudo de bom para você!".

Je prends bonne note du RdV de cet autre côté de l'Atlantique. En temps opportun, il suffira de le confirmer en MP.  :)
nd

Je confirme, il va falloir y croire énormément....
Surtout que dans votre domaine: commerciale en pharma /représentante en tourisme et événementiel,ce qui compte le plus c'est la langue, la connaisance de la culture et "how to" local...donc pas facile pour un étranger.
Les boites internationnales virent du monde et les Brésiliens qui travaillaient dans ces mêmes boites, reviennent au Brésil. Le contrat d'expat qui est la seule chance pour qu'une boite vous sponsor un visa est devenu rare...et il était déjá rare au Brésil para raport aux autres pays.
Le Brésil est vraiment un pays difficile pour les étrangers qui ne sont que 0,6% de la population (oui zéro virgule 6 %)...ca donne une idée du peu d'ouverture du pays!
Je m'aperçois que je viens de dire une bétise:  en fait le Brésil est surtout un pays difficile pour les Brésiliens....une grande partie vie encore misérablement.

je confirme ce que que dit bardamu en tans que vécus une de mes belle fille brésilienne a un bac+4 dans le tourisme et n'a jamais réussi a travailler dans sa branche (le tourisme) et ce n'est pas faute d'avoir cherche.
Donc il est claire que pour un étranger c'est très dur, voir très très très dur, l'entreprise devra prouve qu'elle ne peut pas trouver les mêmes compétences au bresil (enormement de protectorat au bresil), donc je pense que avant tout la réflexion a se poser est: "que puis je amener de plus que l'es bresiliens n'ont pas" et, la est la difficulté par ce que les niveaux de formation sont égal a l’Europe.


bon courage dans vos projets

Bonjour

Décidément si ça ce n'est pas une réponse pour décourager !

Alors, je me permets de répondre car tous les avis sont les bienvenus. Cela dit :

Vrai, les entreprises ne font plus de contrats d'expat car c'est un coût énorme pour l'entreprise alors que beaucoup de personnes sont aujourd'hui prêtent à partir à l'inter d eleur plein grès.

Faux, pas besoin d'être expatrié pour avoir un visa de travail au Brésil. L'entreprise (Brésilienne ou étrangère) doit faire la demande avec le futur salarié auprès du Brésil. Il faut pouvoir expliquer q'un brésilien ne pourra pas faire le job pour besoin de compétences, linguistiques ou autre (CV à l'appui). Moyennant un financement bien entendu. Obtention d'un visa d e2 ans, propre à 1 salarié et à 1 entreprise.
bien sur ce n'est pas facile, un peu comme un Thaïlande où j'ai déjà vécu, il y a un pourcentage d'employés brésilien à respecter par rapport au nombre d'employés étrangers. Mais pas impossible, j'ai déjà été en contact avec une entreprise qui était ok pour faire les démarches avec moi dans le but de m'embaucher dans le nordeste.
Je vous invite à jeter un œil au lien ci-dessous.
http://www.mylittlebrasil.com.br/visa-d … de-emploi/

au délà de ça, vous y vivez bien au Brésil ? Qu'y faite vous ?
Si vous y êtes c'est qu'il y a toujours une petite chance pour les autres de venir non ?

C'est justement le négativité des français que je cherche à fuir, un peu d'optimisme bon sang ! :)

Mais bon, merci de me mettre "en garde" sur la complexité de la chose.

Marion Plouvier c'est bien si vous arrivez à réussir dans votre recherche....d'autres avant vous, avec des compétences supérieures (BAC +5) et un visa permanent en poche, maîtrisant parfaitement 5 langues pour l'un d'entre eux, se sont cassés les dents et sont revenus travailler en France au bout de 2- 3 ans de vaines recherches ....et en France ils ont pas mis 3 ans pour être embauchés mais 3 mois !!! Ces personnes dont je vous parlent, l'un était dans les télécoms avec 10 ans de métier dont 5 ans en Angleterre comme ingénieur système embarqué...l'autre développeur informatique de système SAP/Movex.....des métiers soit disant recherchés au Brésil mais qui apparemment n'intéressaient ni les entreprises Brésiliennes ni les Françaises implantées sur Sao Paulo et en plus ils étaient titulaires d'un visa permanent pour rapprochement familial !!!!

et inutile de venir nous parler de négativité Française, elle n'existe pas, mais plutôt d'une réalité réelle qui existe au Brésil  on ce sera "d'abord les Brésiliens et après les gringos" en terme d'embauche.

Marion,
On s'est mal compris, j'ai dis " le contrat d'expat qui est la seule chance pour qu'une boite vous sponsor un visa est devenu rare...". J'explique: un contrat d'expat est un contrat de travail à un étranger dans le cadre duquel l'entreprise fait l'effort de vous sponsoriser pour le visa". En gros: pas de contrat, pas de visa (et inversement si le visa n'abouti pas). Cela ne signifie qu'il faut être expatrié pour avoir un visa de travail, c'est justement tout le contraire, on ne peut avoir ce visa qu'en étant dans son pays d'origine.

Pour info mylittlebrasil est un site intéressant mais c'est surtout un business qui vend/fait des formations à SP sur le sujet : comment obtenir un visa au Bresil, comment trouvez un travail au Brésil, leçons de portuguais business, leçon d'adaptation., etc...? Je ne doute pas de leur professionalisme mais le lien que vous avez joint ne montre pas la difficulté á obtenir ces visas.
Important á savoir : seulement 5 % du tourisme est international au Brésil (même aprés la coupe du Monde et les J.O), sauf à Rio, Bahia et quelques sites touristiques genre Iguacu. Peu de touristes anglo-saxons (alors l'anglais boff....). Surtout des touristes d'Amerique Latine et d'Europe...Latine, alors portugais, espagnol, italien et français sont les langues les plus interessantes dans le tourisme.
Moi je suis dans l'informatique (mon domaine avant de venir au Brésil).
Pour info, il y a très peu de personnes en "contrat d'expat" sur ce forum. La grande majorité ont obtenu un visa car il était marié a un/unes brésilien(e). Voilá...vous savez pourquoi nous sommmes ici et pourquoi certain ont des expériences plus ou moins positives...c'était par amour!

Mylittle brésil est surtout une entreprise qui vend des produits, donc il faut éviter les conseils.

Déjà 1er il faut un réseau au Brésil (pas de réseau pas de Job)
2éme partir travailler au NordEst (jamais de la vie, coût de la vie, insécurité et j'en passe et des meilleurs).

3éme un diplôme au Brésil, tout le monde à un diplôme, même un cuisinier à fait des études supérieurs.

4éme au Brésil tout le monde est OK, mais quand il faut signer un papier il a plus personne.

Donc pour résumer, venir avec un visa travail, je déconseille fortement, tu vas faire 2 ans et retour à la maison.
Ensuite Rio est une ville très bien pour les vacances, mais y vivre bon courage. c'est un autre monde.

Ne pas oublier la mentalité propre au Brésil avec le protectionnisme, mettre le brésil en primauté par rapport au étranger.

Regarder le droit des étranger au Brésil. Vous n'avez pratiquement aucun droit, c'est pour cela que je vais faire une demande de nationalité l'année prochaine.


Je peux te parler de mon mariage au cartorio ou on m'a refusé mon permis de conduire brésilien, car je suis étranger et ce n'est pas une pièce d'identité, j'ai du faire authentifié ma RNE, on a refusé mon certificat de naissance car on a dit c'était un faux, j'ai du rappeler la loi brésilien, expliquer par a+b que la DPF consulat la déjà vérifié, que en France c'est comme cela. Faire mon gringo chiant après  on a même été me faire chier pour savoir si je parle portugais, car je parle uniquement en français avec mon épouse.

On ne critique pas le brésil, loin de là, mais on va essayer de vous expliquer au mieux, le pays, pour vous évitez des désillusions. Il y a le Brésil de vacances et celui de tous les jours. Celui ou les factures arrivent plus vite que les salaires par exemple.

Vous pouvez voir que dans certains Etats, il y a des lignes de crédit spécial pour les fonctionnaires des Etats.

Mylittlebrasil que je connais pour les avoir rencontré à Sao Paulo, vends en priorité des cours de langues en accéléré de Portugais du Brésil, aux grandes entreprises qui ont des cadres expatriés, et vu les tarifs ont comprend aussi pourquoi, tarifs pouvant sembler excessif (5000 R$ les 2 semaines de mémoire) mais qui sont dans la moyenne de ce que l'on trouve à Sao Paulo et aussi à des Français lambda qui veulent apprendre cette langue en leur faisant miroiter la possibilité de les mettre en contact avec leur réseau sur place...la réalité est autre car ils ne sont pas une agence pour l'emploi et donc ne vous recommanderons nulle part.
Ceci est compréhensible aussi, car tous les jours ils reçoivent en moyenne 30 demandes d'emplois les suppliant de leur trouver un "job" et ils n'ont pas de temps à perdre pour quelques choses qui ne leur rapportera rien... sauf si vous souscrivez à leur cours intensifs et encore !!!

Marion Plouvier :

au délà de ça, vous y vivez bien au Brésil ? Qu'y faite vous ?
Si vous y êtes c'est qu'il y a toujours une petite chance pour les autres de venir non ?

C'est justement le négativité des français que je cherche à fuir, un peu d'optimisme bon sang ! :)

...

Mon avis est celui d´un résident permanent au Brasiou...mais qui n´y vit que par longs séjours...et qui le connait assez bien sur pas mal de plans...

Rassures-toi..."il-y-a toujours une petite chance de venir" au Brasiou ! Pour y venir tu peux ! Hihihihi

Les quelques jeunes français qui partaient au Brasiou dans de bonnes conditions...à savoir diplômés de bonnes écoles si ce n´est de "grandes écoles" et avec contrats d´expat de groupes français implantés au Brasiou...repartent tous en France depuis fin 2014. Conditions économiques du pays déplorables obligent...et/ou raz le bol d´une immersion chiante sur bien des points. La destination quasi exclusive de cette catégorie d´expats ayant été São Paulo en forte arrivée de  2010 à 2013.

Le reste des expats au Brasiou ? Par mes multiples contacts : des retraités qui y vivent avec leurs pensions à temps plein ou partagé...des vacanciers...des gens s´y trouvant pour raison sentimentale et y survivant difficilement sur le plan financier (quelques uns étant propriétaires de plus que fameuses pousadas)...des jeunes sans formation y faisant quelques temps garçon de café ou serveurs de boites de nuit avant de se rapatrier...

Et quelques uns...très rares...ayant monté une affaire qui fonctionne car ayant investi beaucoup...et qui avaient au départ une expertise personnelle forte dans un domaine où la France a une grande notoriété...beauté....mode...gastronomie...

...A part les plages, la Samba, une douceur de vivre superficielle,  et sans doute des amoureux,  si tu crois trouver au Brasiou un Eldorado au delà de quelques temps de rigolade tu te plantes ! Et y trouver un job qui puisse t´y faire vivre décemment quand tu parleras le brésilien couramment serait déjà une méga-performance !!!...pardon..une giga-performance...

Lis, analyse, étudies ce qu´est le Brasiou...rencontres des gens qui y ont passé du temps...et surtout viens y faire un séjour significatif pour te rendre compte de tout...Puis tu pourras  parler un peu mieux de "négativité des français"...d´"optimisme"... et de biens d´autres choses...

Si tu veux connaître des français expatriés plus positifs... il faut les chercher là où vont ceux qui ont un vrai potentiel :  Angleterre, US, Singapour, Hong Kong...Remarque sans aller loin en France dans le high tech et la finance tu trouveras des français positifs...Le Brasiou est un pays pour y voir ce qu´il-y-a de beau à voir...rigoler...et pas pour s´y emmerder à vouloir y travailler hors conditions hyper-favorables. Comme d´autres pays style la Thaïlande que tu dis connaître...

...Ceci étant dit  viens passer 3 mois au Brasiou avec quelques économies...fais le tour de la question...puis fais le point...et on en reparlera...

Marion bonjour,
Je ne peux que m’associer aux témoignages de Benoitbh, Chicobrasil, Bardamu, Arnaudbh et economicus. J’aimerais sincèrement; je pense pouvoir affirmer que nous aimerions tous vous écrire que le Brésil est un pays facile pour s’expatrier, que l’on vous attend les bras ouverts, avec distribution de cocktails fruités et de contrats de travail en prime. J’aimerais sincèrement que circule sur ce forum de telles bonnes nouvelles. Ce serait vraiment formidable! Mais nous ne sommes pas au pays des bisounours, loin de lá. Personne ne nous paie pour être « négatifs »; nous n’essayons pas de préserver notre job, notre statut, notre petit bonheur en présentant les choses « négativement » afin de dissuader un potentiel concurrent. Non, il ne s’agit pas du tout de cela; il ne s’agit pas de faire preuve de cette « négativité des français » que vous chercher à fuir. Quant à l’optimisme, chacun de nous essaie de s’en envoyer une petite dose tous les jours en espérant que la situation politique, sociale et économique du Brésil se stabilise.

Très très peu des membres de ce forum sont arrivés au Brésil avec un visa d’expat d’une grand boîte international. L’immense majorité d’entre nous sommes arrivés « par amour »   :heart:  :heart:  comme l’évoquent benoitbh et Chicobrasil. C’est-à-dire qu’ils sont arrivés (c’est mon cas aussi) avec une compagne ou un compagnon brésilien(ne), voire même avec des enfants bi-nationaux. Ça change beaucoup la donne en termes d’obtention d’un visa/compagnon ou d’un visa permanent, croyez-moi. Au Brésil, sans visa de ce type, c’est 2 fois trois mois de séjour maximum possible sur le territoire, et basta! Ce qui est déjá pas mal pour se familiariser avec le pays (immense, donc on devrait parler des cultures du Brésil), commencer à apprendre la langue et « sentir » les choses, s’imaginer restant en permanence… car comme l’écrit si bien arnauldbh « Rio est une ville très bien pour les vacances, mais y vivre bon courage, c’est un autre monde ». Et l’on pourrait dire la même chose de São Paulo, BH, Fortaleza et autres lieux qui nous séduisent tant qu’on reste à l’abri du soleil sous les cocotiers à boire des caipirinhas glacées, hypnotisé par le balancement de hanche de minettes superbes, gentilles, au sourire facile et au contact oh combien enjôleur  :D  Après, quand il s’agit de trouver du taf, de se loger « en vrai », de se coltiner la vie que les brésiliens en grandeur nature, c’est une autre affaire. Et même pour les expat venus avec visa d’entreprise, c’est pas simple tous les jours la vie professionnelle, face à des collègues qui rêvent de votre place ou vous snobent parce que vous êtes un privilégié, mieux payé que les autres, etc.

Ensuite, Marion, la plupart d’entre nous se sont installé petit à petit au Brésil, après des étapes d’immersion variées et qui commencent souvent par le quotidien, en France, auprès d’une compagne ou d’un compagnon de ce pays, par les confrontations téléphoniques et de visu avec  la belle-famille qui rend visite  :cool: , par la sensibilité plus importante et plus sélective que l’on acquiert peu à peu auprès de ce conjoint dont la culture ne nous laisse plus indifférent. Certains d’entre nous vivent ici depuis plusieurs années, voir plusieurs décennies; certains se sont installés après des années de fréquentation du pays (c’est mon cas).

Donc, oui, Marion, si nous y sommes, « c’est qu’il y a toujours une petite chance pour les autres de venir ». Mais, comme nous essayons de vous l’expliquer, ça ne se fait pas comme ça. Et même au terme d’une très longue préparation, 1º c’est pas facile de faire le grand saut et 2º c’est souvent la galère pour assurer ses conditions de vie. Car, en dehors du contrat d’expat, il faut venir avec beaucoup de courage et de culot (cette belle inconscience tant nécessaire!) et ne pas avoir peur de vivre parfois au jour le jour, dans l’angoisse du prochain mois ou de la prochaine facture à payer, seule chose qui arrive au Brésil avec une régularité de métronome :unsure . Car, à moins de réussir sa propre création d’activité rentable (et ça reste toujours un peu fragile, et il faut passer pas mal de vaseline pour que ça continue à fonctionner), il faut essayer de vendre au mieux et toujours plus ses compétences. Sous ces tropiques-là jamais rien n’est définitivement acquis. Pour avoir tenter de multiples fois de passer des concours publics dans l’enseignement supérieur et la recherche (seul secteur ouvert aux étrangers au Brésil comme ailleurs du reste), j’ai bien compris (par les commentaires reçus, les escamotages d’informations, les pressions diverses ou menaces à peine voilées, les « sacquages » par notes ou les perturbations volontairement organisées pour déconcentrer le candidat concurrent, et autres joyeusetés) que l’on ne souhaitait pas trop avoir pour collègue un étranger bien formé, susceptible de « prendre » des postes à responsabilité dans une université fédérale ou d’avoir de meilleures publications, et autres fantasmes de ce type. Donc, même pour moi « qui y suis », comme vous dites, c’est pas simple tous les jours d’essayer de faire de son mieux dans des boîtes d’enseignement supérieur privées. Par chance, mon épouse a un bon salaire, ce qui met un peu d’épinards dans l’économie domestique et lubrifie les relations familiales. Comme l’évoque Bardamu, très très peu d’étrangers vivent à demeure au Brésil, alors imaginer, sur ce nombre très petit, le peu de contrats d’expat.

En plus de ces nécessaires pré-requis évoqués, Marion, il en est un autre absolument incontournable, encore plus pour qui prétend occuper un poste en lien avec le public (tourisme, communication, monde médical, etc.), c’est la maîtrise maximale du portugais brésilien (ils se foutent allègrement du portugais portugais  :D ). Il ne faut pas le baragouiner un peu. Il faut le parler (et si possible aussi l’écrire) parfaitement! Si avec ça vous faites la preuve de votre différentiel professionnel propre, alors, c’est super. Mais en attendant, dans un pays qui vient de mettre près de 12 millions de chômeurs de plus dans ses rues inondées de soleil (n’oublions pas que souvent, les près de 40 millions « d’autonomes » sont des chômeurs déguisés), vous imaginez bien l’intensité du défi.

Vous voyez donc, qu’il ne s’agit pas de décourager qui que ce soit, ou de la manifestation de cette prétendue « négativité française ». Il s’agit juste de mettre les choses au clair de la manière la plus objective possible. Il s’agit juste d’être le plus honnête possible et de ne tromper personne sur la marchandise. Et cela, bien entendu, n’est pas propre au Brésil. Essayez, par exemple, avec votre « anglais courant », de décrocher un job dans votre branche aux States, en Australie ou en Grande-Bretagne, vous m’en direz des nouvelles!

Je comprends très bien que l’on puisse être séduit par Rio (en vacances, c’est vraiment la cidade maravilha!), mais de là à décrocher un contrat expat et de durer dans la boîte et dans le pays, c’est vraiment une autre paire de manches. Donc deux problèmes de base  absolument incontournables, que nous autres expat répétons à l’envie: conditions de visa permettant de travailler et maîtrise de la langue!

Bon courage, Marion. Vous n’en manquez pas, apparament, mais ce n’est pas suffisant. Donc, énormément de taf pour vous en perspective, une foi en soi et en son avenir illuminé du tonnerre de Dieu, si vous souhaiter persister dans votre démarche. Et croyez-moi, tout le monde sur ce forum vous souhaite de réussir.
nd

Personnellement j'aime rio, pour mes week-end après c'est mort.

J'ai le cousin de mon épouse, qui va partir travailler en Italie, il est ingénieur dans une grosse boite. Bizarrement je ne l'ai pas vu triste de partir avec sa femme et son enfant.

Après un bon job c'est pasteur.

Ok => je sors

J'ai cherché quelque chose à vous répondre et en fait ça sera assez court.

J'entends vos "warnings" plein de "réalisme" cela dit ce n'était pas l'objet de ma requête dans mon premier message (qui était pour rappel, des pistes ou des contacts).

Je vais donc continuer à construire le projet qui je le précise encore, se prépare (je ne suis pas sans emploi en france je ne suis donc pas dans la précipitation !!!) et qui ne se fera pas sans l’obtention d'un job et d'un visa en amont (JE LE SAIS ! je n'ai pas attendu de venir sur ce forum pour le savoir!)
Advienne que pourra, ce projet est le mien, je le construit, je fais mes recherches (et concernant littlebrazil c'est un lien parmi tant d'autres me prenez pas pour une bleue au niveau des références) , je me renseigne, j'apprends. Je ne pars pas demain. Je ne pars pas pour une brésilienne.
Je souhaite partir pour moi et pas pour vivre comme une reine du pétrole.
Rio est mon objectif numéro 1 et si ça ne se fait pas c'est que ça ne devait pas se faire et j'irai ailleurs.

Heureusement que j'ai reçu quelques témoignages positifs (qui n'enlève en rien le fait que je SAIS que ça va être difficile tout ça) en privé et par le biais de relations sinon j'étais à 2 doigts de m'ouvrir les veines avec vos messages.

Mais encore : merci pour vos retours messieurs !
Bonne soirée.

Après oui, personnellement je trouve que le Brésil est très agréable pour y vivre, manger en terrasse toute l'année, J ai eu une voiture qui ma renversé quand j'étais entrain de faire du Vélo, J ai eu un très bon médecin à la modique somme de 400 reais la consultation. Après j'ai une bonne mutuelle et je n'ai rien payé. Prix de ma mutuelle 130 reais prix normal 400 reais par mois.

Après le Brésil est un bon pays si tu gagnes au moins 15 000 reais par personne. Autrement cela peu vite être la galère.

Après plus tes riches au Brésil moins tu vas payer d'impôts. Des rentes de folie, demande à chico.

Pour l'emploi......la dégradation continue....

http://g1.globo.com/economia/noticia/20 … gosto.html

Je peux faire une longue liste une très longue liste d'amis brésiliens sans emploie ou soit tu vas travailler dans le Para pour 7 000 reais ou c'est la porte.
Et c'est beaucoup d'ingénieur, de personnes avec de haute niveau de compétence. Mais quand il a rien, il a rien.

C'est pas la peine de la décourager  !! , tas de taux négatif !! si elle veut se pendre elle trouvera la corde toute seule !!! sur un autre forum en d'autre temps pour avoir dit que cela puait une affaire dans le nordeste je me suis fait incendier....tout cela pour que la personne rentre avec plumes et goudron 3 ans plus tard...
il y a plus de boulot au nord ou en asie mais bon...enfin c'est toujours pareil il vaut mieux passer par une grosse boite et observer si on a la chance.

Perso je pense que tu as raisons d'y croire pour ma part j'ai démarré comme toi ça m'a pris 2 ans et maintenant j'y suis et je ne regrette pas et pour info, je suis en contrat d'expat !! donc c'est encore possible missions minimum de 2 ans et 4 ans maximum.

Donc no worries QUAND TU VEUX TU PEUX !!

EN espérant que ton rêves se réalise

Nouvelle discussion

Assurance santé expatrié Rio de Janeiro

Conseils pour bien choisir votre assurance santé à Rio de Janeiro.

Déménagement à Rio de Janeiro

Conseils pour préparer votre déménagement à Rio de Janeiro

Assurance voyage Rio de Janeiro

Conseils pour bien choisir votre assurance voyage à Rio de Janeiro

Billet d'avion Rio de Janeiro

Trouvez les meilleurs prix pour votre billet d'avion pour Rio de Janeiro