loisirs a Tokyo
Shutterstock.com
Actualisé il y a 2 semaines

Tokyo est aussi connu pour ça : ses loisirs. La ville aux mille visages a dédié des aires entières à la détente, aux découvertes ludiques. En intérieur ou à l'extérieur, vous trouverez certainement de quoi occuper votre journée ou votre week-end. Petit tour d'horizon des activités de loisirs tokyoïtes.

Activités d’intérieur

Musées et galeries d’art

Tokyo compte un très grand nombre de musées. Parmi les plus connus, citons le Musée national de Tokyo. Situé au sein du grand parc d’Ueno, c’est le plus ancien musée du Japon. Ici, on plonge dans l’histoire de l’art : le musée dispose d’une impressionnante collection d’œuvres, à travers lesquelles on (re)découvre le Japon d’antan.

On reste dans l’art avec le musée Nezu, qui rassemble la collection privée de Kaichirô Nezu. L’homme d’affaires a fait fortune dans le secteur industriel, investissant massivement dans les chemins de fer (milieu 19e, début 20e). Le musée, à quelques pas d’Omotesando, propose une pause contemplative : calligraphies, kimonos… Le musée compte aussi un jardin, comme une bulle d’oxygène dans la riche avenue d’Omotesando.

Pour les amoureux de la nature et de l’œuvre du renommé Hayao Miyazaki, le Musée Ghibli offre un voyage au cœur du célèbre studio. L’endroit même – le musée se situe à quelques pas du très beau jardin Inokashira – nous plonge dans l’univers enchanté des studios Ghibli.

Tokyo aime l’art et les artistes. Place à la beauté contemporaine, avec le MOMAT et le MOT. Si le MOMAT (Musée national d’art moderne) est largement connu, le MOT (Musée d’art contemporain), l’est moins. Actuellement fermé pour rénovation, il rouvrira dès le 29 mars 2019. Belle occasion de découvrir ce musée qui, outre des sculptures et peintures, propose aussi des expositions de mode, de design, des ateliers, des conférences… Le maître mot du MOT (sans mauvais jeu de mots) : le partage et l’interaction. Le musée entend faire vivre l’art, qui, loin d’être figé, évolue constamment, et innove.

Qui dit « innovation », dit « futur ». Le Musée national des sciences de l’innovation (Miraikan) plonge les visiteurs dans le monde de demain. Basé dans la toute aussi moderne île artificielle d’Odaiba, le Miraikan est une expérience visuelle, sensorielle, tactile.

Dans le parc d’Ueno, le Musée national de la nature et des sciences de Tokyo retrace l’histoire de l’humanité.

A noter que certains musées, comme le MOMAT, ou le Musée national de Tokyo, sont gratuits le week-end (samedi, ou dimanche).

Galeries commerciales

Tokyo a dédié des espaces entiers aux loisirs. Le quartier est d’Ikebukuro est représentatif de ces aires pensées pour la détente. A Ikebukuro est, donc, la Sunshine city, grand complexe commercial, abrite nombre de boutiques de mode, de restaurants, de magasins de jouets, ou liés à la pop-culture : c’est là que ce trouve le fameux Pokemon center. C’est aussi là que le célèbre éditeur de manga Shônen Jump a établi son part d’attraction : « J-world Tokyo ».

A la Sunshine city, on trouve aussi un observatoire, un aquarium, un game center. On peut jouer au bowling, au pachinko (le casino japonais), tester les restaurants de pâtisseries et de pizza à volonté… Tout est fait pour que l’on ne voie pas le temps passer.

Autre ambiance, autre espace commercial. A Shinjuku sud, rendez-vous dans la gare même, pour une aventure amusante entre les boutiques de luxe, les espaces maquillage, mode, les cafés chics, les dégustations de gâteau. Souvent bondées, ces galeries nous propulsent dans le monde de l’hyper-consommation. Là encore, on peut facilement passer sa journée à fureter dans les allées ; l’ambiance y est bon enfant. Les jeunes se retrouvent pour quelques heures de détente.

Games center

Très fréquenté, en semaine comme le week-end, le game center est l’espace détente privilégié des jeunes. On en trouve partout. Après les cours, rendez-vous pris pour une pause bienvenue, autour des nombreuses bornes d’arcade : jeux de combat, DDR (Danse Danse Revolution), jeux d’adresse… Les games center concentrent une foule de jeux divers. Au son d’une musique entraînante (et forte), on perd facilement la notion du temps. Règne une ambiance très bon enfant, notamment, autour des jeux dans l’esprit « fête foraine ».

Pachinko

C’est le game center des adultes. Le pachinko – le casino – est une institution. Il n’est pas rare de voir des Japonais attendre, le matin, devant les portes des établissements (ils ouvrent généralement vers 10h). Tout comme les games center, on trouve des pachinko partout. Ce loisir a pourtant ses effets pervers, avec des clients ne pouvant plus se passer de ces jeux d’argent. Un flou administratif les entoure également : les pachinko sont, en général, gérés par les yakuza, la mafia japonaise.

Karaoke

Un loisir plus safe, et prisé des jeunes comme des adultes : le karaoké. Là encore, ils sont partout. Du discounter Uta Hiroba aux branchés Karaoke Kan, Big Echo ou Pasela Resorts, on se rend au karaoké en solo, en amis, ou en couple. Et l’activité n’est pas réservée aux soirées ! Même en journée, on va au karaoké pour décompresser. Au Japon, on ne chante pas sur une scène, devant les autres clients. On a son propre box. Intimistes, les karaoké sont un bon défouloir – certains proposent des costumes drôles à enfiler – et un excellent moyen de se détendre et de faire la fête.

Activités de plein air

Jardins

Bulles vertes au milieu de l’hyper-urbanisation, les parcs et jardins sont prisés des joggeurs, marcheurs, et citadins. Ils offrent un instant de relaxation bienvenu.

Deux saisons sont particulièrement attendues. Au printemps, on se rassemble pour le hanami : « l’admiration des fleurs ». C’est, en effet, au printemps qu’éclosent les sakura, les fleurs de cerisier japonais. Vieille de plusieurs siècles, le hanami est une activité sociale. On pique-nique sous les cerisiers, on fait des rencontres, on discute. C’est un moment de partage et de convivialité.

L’autre temps fort, c’est l’automne, où les arbres se parent de belles feuilles aux tons rouges. C’est le kôyô : « feuille rouge ». Les Japonais apprécient particulièrement les feuilles d’érables, qui prennent de belles teintes allant de l’orangé au rouge. Ici, les jardins prennent des airs presque féeriques, et proposent des expositions spéciales, à l’instar du jardin Rikugien. Ce jardin traditionnel, dans la lignée des jardins d’Edo, ouvre ses portes le soir, pour un spectacle unique. Des jeux de lumière font surgir les feuilles rouges des arbres. Le public vient nombreux pour admirer ces illuminations.

Autre décor. A quelques pas des quartiers fashion Harajuku et Omotesando, le jardin impérial de Meiji-jingu est l’un des jardins les plus connus de Tokyo. Joggeurs et promeneurs s’y croisent, de préférence le matin, pour éviter l’afflux touristique. Immense, le jardin impérial se divise en plusieurs espaces : une aire bordée par de très hauts arbres, à l’ambiance « forestière ». Une autre, plus dégagée, comprend un lac, une vaste pelouse, un musée. Le grand sanctuaire Meiji-jingu trône au cœur du jardin impérial.

Non loin de Meiji-jingu, le parc de Yoyogi offre un tout autre cadre. Ici, l’ambiance est familiale et bon enfant, avec un premier espace dédié aux activités ludiques. C’est là que se rassemblent des groupes de danse, là encore, qu’on lieux diverses représentations et festivals.

En poursuivant son chemin, on arrive dans la première partie du parc. Des bancs, des tables de bois, des arbres. L’endroit est idéal pour pique-niquer. Les sportifs viennent également s’y exercer. Le week-end, les familles viennent s’y promener ou s’y reposer.

Plus loin, la seconde partie du parc promet une pause rafraîchissante, surtout en été. Un grand lac accueille les visiteurs. De larges étendues de pelouse l’entourent. Des bancs, à l’ombre des arbres. C’est l’autre Yoyogi. Règne un petit côté riviera, grâce à au lac et ses fontaines d’eau.

Beaucoup d’autres jardins font le bonheur des habitants, de l’impérial Shinjuku Gyoen au jardin Kôrakuen, en passant par le grand parc d’Ueno, ou les jardins du palais impérial : les parcs et jardins de Tokyo sont un bon moyen d’apprécier autrement la capitale.

Matsuri

A Tokyo, les matsuri, « fêtes, festivals », rythment les saisons. A chacune ces célébrations. Au printemps, on fête la venue des sakura. Outre le hanami, de nombreuses manifestations ont lieu, dans les différents quartiers de Tokyo, pour saluer la renaissance de la végétation.

En été, le nombre de matsuri redouble : dédiés à la musique, à la culture, à la découverte d’une région, d’un pays, ils sont une bonne occasion de se divertir. Citons, parmi ces fêtes, le très beau Tanabata, la « fête des étoiles ». Elle se déroule le 7 juillet, et rend hommage à l’amour impossible de Véga et Altaïr, contraints de ne se voir qu’une fois par an : le septième jour du septième mois.

D’autres matsuri sont dédiés à la nourriture : mise en valeur du savoir artisanal, promotion d’une région japonaise, ou d’un pays étranger. Les Japonais sont très friands de ces festivals, dans lesquels ils peuvent jouer les goûteurs à l’envie.

D’autres activités ravissent enfants et adultes : zoos, aquariums, parcs d’attraction, batting center… Tokyo offre un large choix de loisirs, en intérieur comme à l’extérieur, tout au long de l’année. Vous trouverez certainement celui qui vous correspond.

 Liens utiles :

Musées

Musée Nezu
Musée national de Tokyo
MOMAT – Musée national d’art moderne
Miraikan
Musée Ghibli
Musée d’Edo

Karaoke (liens en japonais)

Uta Hiroba
Karaoke kan
Big Echo

Jardins

Kôrakuen
Meiji-jingu
Jardin national Shinjuku gyôen
Calendrier des matsuri

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.