La cuisine locale de Séoul
shutterstock.com
Actualisé l'année dernière

La Corée du Sud a une cuisine qui lui est propre, aujourd'hui reconnue mondialement tant pour ses saveurs que pour sa variété et ses bienfaits pour le corps.

Les repas tiennent une place primordiale dans la société coréenne, ils sont l'occasion de tisser des liens aussi bien amicaux que professionnels, néanmoins, ils seront consommés rapidement, sans tarder tandis qu'il sera fréquent de passer des heures dans un café autour d'un dessert. Par ailleurs, ne cherchez pas de desserts sur les menus, il n'est pas dans la culture séoulite de les consommer dans le même établissement que le repas et la cuisine coréenne est moins variée en matière de sucré que de salé.

De nombreux plats en Corée du Sud sont partagés et souvent, vous n'aurez pas une assiette individuelle mais plusieurs récipients au milieu de la table et chacun se servira dans le récipient commun. Attention, certains restaurants ne proposent par ailleurs que des plats pour deux minimum et pourraient vous refuser le service si vous vous y présentez seul.

Comme souvent en Asie, la cuisine de Séoul est la plupart du temps à base de riz sous toutes ses formes (gâteaux de riz, nouilles, riz sauté ou à la vapeur'¦) mais les saveurs coréennes sont bien typiques et ne peuvent être amalgamées à la cuisine japonaise ou chinoise.

Le premier conseil à donner sera de faire attention si vous ne supportez pas du tout la cuisine épicée'¦ En effet, les coréens sont de grands friands du pimenté, notamment avec le fameux Kimchi (chou fermenté et assaisonné avec du piment). N'hésitez pas à toujours demander si le plat est pimenté et sachez que bien souvent, quand la réponse est négative, vous ressentirez tout de même un peu de piment.

En matière de budget, il est difficile de faire une moyenne dès lors qu'en Corée du Sud vous pourrez vous restaurer d'un kimbap (sorte de maki coréen) pour 3 000 won en restaurant mais également avoir accès à des établissements étoilés pour des centaines d'euros.

La cuisine de rue

La nourriture de rue coréenne est un incontournable de Séoul, vous trouverez de nombreux stands dans presque tous les quartiers de la ville et tout particulièrement aux alentours des grandes stations de métros et des quartiers universitaires.

Très bon marché avec des prix tournant entre 1000 et 5000 won la portion, c'est néanmoins une expérience gustative à vivre, et certains stands proposent de véritables pépites culinaires.

Sous forme de petites bouchées ou de brochettes la plupart du temps, les mets proposés sont pensés pour pouvoir être mangés debout au coin du stand où vous les avez achetez, en effet, il n'est pas considéré comme très poli de manger en marchant.

Quelques exemples de spécialités à gouter lors de vos balades :

  • Les dumpings dits « Mandu » : raviolis Corées frits ou à la vapeur et farcis de diverses manières;

  • Les Tteokbokki : gâteaux de riz cuits à la pâte de piment rouge avec des oignons, gâteaux de poissons et épices;

  • le poulet frit « Yangnyeom tongdak » avec une sauce légèrement sucrée il existe en version pimentée ou non;

  • Les Pajeon ou pancake coréens qui peuvent être végétariens ou contenir des fruits de mer.

  • Les Odeng, gâteaux de poisson servis sur une brochette avec un bouillon.

  • Les Goguma, papates douces en coréen qui sont dégustées entières tout particulièrement en hiver.

Cette liste est loin d'être exhaustive néanmoins si vous êtes tout particulièrement intéressés par la nourriture de rue coréenne vous pourrez vous rendre au marché Tongin non loin de la station de métro Gyeongbokgung où, en achetant des petits jetons pour 5 000 won vous pourrez déambuler au milieu de stands de nourriture de rue vous proposant variété de plats à gouter. Une fois votre plateau constitué vous pourrez vous installer à l'étage autour de grandes tables pour déguster de façon plus agréable.

Les spécialités locales

La cuisine coréenne ne se cantonne pas à la nourriture de rue, à Séoul vous aurez la possibilité de gouter toutes les spécialités coréennes vous faisant envie et notamment le poulpe « vivant » dont le tentacule se tortille encore alors que vous le goutez.

Les recettes sont trop variées pour pouvoir en dresser une liste complète et, à Séoul, les restaurants fleurissent aux quatre coins de la ville, de tout type et de toute taille. Vous pourrez déguster un bibimbap (plat incontournable à base de riz, de légumes et parfois de viande) dans un tout petit établissement spécialisé, du poulet frits (adoré par les coréens accompagné d'une bière) dans l'un des nombreux restaurants de « chimaek » ( Chimaek est la contraction de deux mots : Chicken et Maekju qui signifie bière en coréen.) ou un bulgogi (viande marinée puis cuite avec des oignons et autres légumes) à 3 heures du matin, certains restaurants étants ouvert 24 heures sur 24.

Il sera conseillé de privilégier les restaurants ayant une carte réduite et qui seront spécialisés dans les quelques plats proposés, de plus il faudra être téméraire et apprendre rapidement à lire le coréen, surtout en cas d'allergies, car en dehors des quartiers étudiants ou très touristiques les petits restaurants ne proposeront que rarement un menu en anglais.

Une fois le menu déchiffré la cuisine coréenne vous proposera des dizaines de plats à découvrir allant de soupes et ragouts de toute sorte (légume, viande, raviolis, fruits de mer, poisson'¦) aux fameux barbecues coréens en passant par les nouilles chaudes ou froides (Japchae, Ramyeon, Naengmyeon'¦).

Les saveurs sont différentes de la cuisine européenne et les recettes contiennent beaucoup de sauce soja et d'huile de sésame, toutefois, peu d'aliments utilisés seraient considérés comme rebutants par la majorité des occidentaux (les plus courageux pourront tout même tenter les intestins de porcs, la salade de méduse ou encore le poulpe « vivant »).

Les amateurs de viande ne pourront pas passer à coté des traditionnels barbecue coréens, chacun trouvera son bonheur, poulet, boeuf, porc mais aussi peau, poissons grillés et intestins ( le terme coréen est sundae, mais rien à voir évidemment avec une glace). Dans ces établissements, la portion de viande commence à 10 000 won environ et peut monter très haut en fonction de la qualité des morceaux.

En règle générale, il est possible de manger dans un restaurant coréen correct, des plats locaux classiques, pour un peu moins de 10 000 won, en revanche les restaurants de cuisines étrangères occidentales coutent eux, bien plus chers.

Bon à savoir :

Tout plat coréen est servit en restaurant accompagnés de petits condiments (banchan), ils varient en fonction des saisons et des restaurants et peuvent influencer lors du choix de l'établissement.

Attention :

Les modes d'alimentation sans matières animales ne sont pas encore développés en Corée et s'il sera relativement facile pour les végétariens de trouver ou adapter les plats des restaurants, les végétaliens eux, auront sans doute plus de difficultés. En effet, le terme vegan n'est pas toujours bien compris à Séoul et il sera conseillé de vérifier pour chaque plats les ingrédients auprès du personnel (des recettes sont parfois appelé vegan en contenant du bouillon de viande ou des oeufs).

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.