Close

Le syndrome paraguayen

La suite pour les questions de Sophie  :

Puisqu’on parle des relations avec l’Etat, parlons des impôts, ça intéresse tout le monde

Il existe un impôt sur le revenu très proche de notre IRPP, et qui s'appelle curieusement IRP qui veut dire "Impuesto a la Renta Personal"
Pas étonnant quand on sait que c'est le FISC français qui vient former les Paraguayens, ça promet…
Pour l'instant, je ne connais personne qui déclare ses revenus au Paraguay, vu qu'on est pas obligé de le faire, déjà, mais que c'est souvent une mauvaise formule.
En France, et quand tu pars à l'étranger, tu as 2 options :

Option 1 : Tu déclares et tu payes tes impôts en France en tant que Français résident à l'étranger. C'est mon cas et ça me semble être la meilleure formule car ça me permet d'avoir un dialogue plus transparent avec mes caisses et organismes divers, et je paye moins d'IRPP tant que mon montant d'imposition sur le revenu reste inférieur à 25% du revenu imposable, et non du revenu brut. Certes, ça m'oblige à avoir une adresse postale  - la maison du frangin - et de conserver un compte bancaire en France. Ca me permet aussi de conserver les mêmes droits que si je vivais en France, dont la sécurité sociale qu'il ne faut pas négliger car ça peut servir en cas de coup dur, je me fais rapatrier et youpi, direct au bloc opératoire !

Option 2 - Tu ne veux surtout pas faire ta déclaration des revenus ni payer ton IRPP en France, et tu dis que tu le paieras dans ton pays d'accueil. Ça me semble être une très mauvaise formule sauf si tu as des revenus faramineux, car si tu fais virer tes rentes, salaires, retraites et autres revenus directement à l'étranger, le FISC français t'en prélèvera 25% à la source. Evidemment, si tu payes plus d'impôts que 25% de tes revenus nets, tu pourrais y gagner mais il faut bien réfléchir car tu perds tous tes droits et si tu as le moindre revers, le moindre problème grave (santé ou autre) et que tu doives revenir en France, tu seras une illustre inconnue.

Remarque : Personne ne t'oblige oblige à déclarer tes impôts ici. La France n'a pas d'accords bilatéraux avec le Paraguay, donc le FISC français ne peut rien vérifier de tes gains ici. Du moins tant que c'est comme ça…Et puis ce serait une folie de le faire, ça ne t'apporterait rien de plus ici, sauf le droit d'enrichir un peu plus les 12 familles qui détiennent l'ensemble du pays.
Sache qu'en matière d'impôts sur le revenu, et pour un Paraguayen j'imagine que c'est pareil pour nous  El Ministerio de Hacienda del Paraguay prend 10% du salaire annuel net imposable au-dessus de 3.000€ par an, 8% quand la somme est égale ou inférieure.
Ca veut dire en clair que peu de gens sont imposables. Déjà la majeure partie du travail se fait au black, et puis le Paraguayen, quand il perd son boulot auquel il ne tenait pas vraiment, il en profite pour boire tranquillement son téréré assis avec ses potes sur un fauteuil devant la maison. Le lendemain il est tellement fatigué de ses efforts de la veille qu'il est bien incapable d'aller chercher du boulot, pauvre garçon ! Et puis il y a la chaleur…
Toujours pour info, l’impôt sur les sociétés est de 30% des bénéfices et de 25% pour les activités agricoles.

Tu m'as demandé comment se font les communications entre l'Etat du Paraguay et les résidents du Paraguay :
Très simplement vu qu'il n'y en a aucune. L'état, lui, ne bougera jamais un orteil, si ce n'est pour t'envoyer un soit-disant inspecteur si tu te mets en faute. Et c'est très facile d'être en faute car tout le système de corruption est fait pour te mettre en faute pour te tirer du pognon. D'abord, personne ne te dira ce qu'il faut faire, par exemple pour monter une boite. Ce sera toujours à toi de faire les démarches, et quoiqu'il arrive toujours toi l'unique responsable de ce qui n'aura pas été fait ou été oublié. Ceux auxquels  tu auras demandé des renseignements et qui t'auront dit n'importe quoi par ignorance, ceux qui t'auront dit "tranquilo, c'est pas important de faire ça" le jour où tu viendras les voir pour leur dire qu'ils t'ont mis dans un gros merdier, ils te répondront "tranquilo" en tirant sur la pipette de leur téréré, et en rigolant de tes problèmes.
Donc, ici plus que partout s'applique cruellement "nul n'es censé ignorer la loi"

Les communications, ou plutôt les obligations comme simple particulier, ce sera plus simple mais également plein de trucs à payer et pour lesquels personne ne t'aura avertie, comme l'impôt sur les terrains par exemple. C'est comme pour les factures d'électricité qui n'arrivent pas, c'est toujours à toi de te renseigner à savoir ce que tu dois faire, ce que tu dois payer, à ce jeu personne ne t'aidera car tout le monde s'en fout, ça les arrange tu seras toujours perdante, car au Paraguay l'amende pour retard de paiement, tant par son excès que par sa fréquence, est une vraie industrie.

Au Paraguay, il y a trois "pièces essentielles" si tu veux monter une boite sans ennui : Un bon comptable non véreux, un bon notaire non véreux et un bon avocat non véreux. Une fois que tu as cela - c'est mon cas - tu es la reine du pétrole !
Ne rigole pas, c'est sérieux, ça m'a coûté une fortune car pour les comptables par exemple, les diplômes s'achètent et certains ne connaissent que le circuit et les dates à respecter et où mettre les chiffres dans les bonnes cases. Aucun ne sait ce qu'est un amortissement de matériel et on passe allègrement dans les frais de sociétés tous les achats de billets d'avion pour les vacances familiales, les notes de restau de la famille et véhicules personnels. Par ailleurs il n'y a pas de contrôle fiscal des sociétés à domicile, pour l'instant ça n'existe pas, mais ça se profile, et ça va y aller la corruption, ce jour-là !

Mes deux premiers comptables ne connaissaient rien à la comptabilité vu qu'ils avaient tous deux achetés leur numéro d'agrément (une licence) en complicité avec des gens du Ministère des finances, Caramba, un truc comme ça, ça ne s'invente pas ! Moi qui ai eu trois sociétés en France, je peux être expert comptable ici si je prends la peine de connaître le circuit des documents. Et comme ils ne se forment pas, ils cumulent un tas d'erreurs et ensuite le soit-disant inspecteur dont je parle plus haut débarque chez toi la fleur aux dents et te sort toutes tes erreurs en te disant que tu dois payer de suite une amende faramineuse. C'est du pur racket parce que le fric qu'ils récupèrent ne va pas à l'état mais arrose toute la hiérarchie, le système est organisé comme ça. Evidemment tu négocies, mais j'y suis passé 3 fois et ça m'a coûté en tout six mille Euros pour un retard de déclaration de TVA, une inscription au registre des patrons qui n'avait pas été faite parce que le comptable ne le savait pas, et un problème de sécurité sociale pour un employé qui ne l'était pas, mais que le Ministère du Travail avait décidé, lui, qu'il était salarié vu que c'était un membre de la famille d'un des patrons du Ministère.
Je ne sais pas quel travail tu comptes faire ici, Sophie, mais si tu viens monter une boite et employer du personnel, sache que le droit du travail est féroce ici, toujours à l'avantage du salarié, il ne faut pas être pris en défaut.
Il te faudra dans ce cas faire comme moi maintenant : avoir absolument TOUT (comptabilité - déclaration - contrats de travail - reçus du personnel etc) tout fait dans la légalité, avec un comptable, un notaire et un avocat, tous trois blindés de chez blindés… pour dormir sereinement !

Mais quelle époque formidable et ne soyons pas trop médisants avec ces braves Paraguayens, il paraitrait que tout ce que je raconte, c'est un peu la même chose dans les pays voisins, t'as qu'à voir dans quelle merde on est ! comme disait l'ami Coluche…
Et puis quoi, il faut bien les aider ces braves Paraguayens, il est normal que les gringos participent un peu, pas vrai ? Grâce aux gens comme moi, et peut-être demain comme toi, il y a pas mal de gens qui ont un niveau de vie bien meilleur qu'avant….  Ben quoi, t'en connais beaucoup toi, des douaniers qui roulent en Mercedes ? Moi j'ai un hôtel de luxe que j'essaye de rentabiliser et j'ai un vieux 4X4 Toyota pourri, et j'ai des clients agents des douanes qui viennent ici en week end avec des top-models, en Mercedes dernier cri..
Ah, où est-il le bon temps où les douaniers se déplaçaient à cheval, pour attraper les trafiquants qui courraient dans les marais avec leurs sacs remplis de cocaïne sur le dos....

Trop forts ces Paraguayens !

Pour Alain 1999

Ta question : Une étude similaire concernant les français, vue d’un Paraguayen, ne serait pas triste non plus, vous ne croyez pas ?.

Vois-tu je ne pense pas que les Français puissent intéresser les Paraguayens. A part Zidane et Griezmann, peut-être ? Zidane c'est sur, en tout cas il est plus célèbre que Napoleon. Un voisin m'a demandé il y a peu de temps si Napoleon était Français, il croyait qu'il était Américain ; ça non plus ça ne s'invente pas !

Et puis, pour s'intéresser à un pays il faut déjà savoir où il est, pas vrai ? 

Quant à l'étude sur les Français, l'ennui c'est que pour réaliser une étude, il faut avoir étudié...

RECTIFICATION

Dans le texte ci dessus :
El Ministerio de Hacienda del Paraguay prend 10% du salaire annuel net imposable au-dessus de 3.000€ par an, 8% quand la somme est égale ou inférieure.

Je me suis trompé dans mon calcul, il faut lire

El Ministerio de Hacienda del Paraguay prend
10% du salaire annuel net imposable au-dessus de 25.000€ par an (150.000.000 Gs),
8% quand la somme est comprise entre 16.000€ et 25.000€
Pour l'instant, ceux qui gagnent moins de 16.000€ (100.000.000 gs) par an ne sont pas imposables mais une réforme est en cours

Cher JC,

Dans ton livre, tu écris qu'au Paraguay les légumes sont plus chers et de qualité moindre qu'en Espagne.

Cette remarque est sans doute sans importance pour des personnes qui n'ont aucune culture nutritionnelle mais, pour moi, elle est fondamentale.

Mais il y a quelque chose que je ne comprends pas.

Au Paraguay, il y a tout pour produire des fruits ou légumes de qualité : une terre fertile, de l'eau à gogo, du soleil.

Si tu écris dans le moteur de recherche de Google "Le BIO dans le monde", tu vas trouver un PDF qui donne la superficie totale des exploitations agricoles biologiques dans chacun des pays du monde. Au Paraguay, il y a plus de 51 000 hectares cultivés en BIO.

D'autre part, j'ai lu sur un site dédié aux voyageurs nomades qu'au Paraguay la nourriture est "bon marché et abondante".

Conclusion

Compte tenu de ce que tu nous  as appris sur le niveau de formation professionnelle et la motivation des jeunes du Paraguay, je ne doute pas que pas mal de légumes doivent être de mauvaise qualité.

Mais qu'entends tu par là ? : ils ne sont pas frais à cause de la chaleur et de l'absence de conservation en chambre froide ? ( j'ai vu cela en Afrique )

Veux tu dire que tu as trouvé des supermarchés du Paraguay qui vendent de nombreux légumes de qualité ( mûrs, frais, BIO, avec un goût excellent ) mais qu'ils sont chers donc réservés à l'élite du Paraguay ?

Sur Google image, on peut voir des vendeuses de fruits / légumes du Paraguay. Les fruits et les légumes sont nombreux et très beaux.  Pourquoi ces photos ne reflètent-elles pas la réalité sur les fruits / légumes du Paraguay ?

Merci.

Cordialement

Claire

Cher JC,

J'ai trouvé la source de l'une des informations fiscales que tu nous as donné : la page relative au Paraguay de l'ambassade de France.

Elle dit que "l’impôt sur les sociétés est de 30% des bénéfices et de 25% pour les activités agricoles".

Or, si tu écris "Paraguay fiscalité" sur Google, tu vas découvrir de nombreuses pages web conçue par des experts comptables, des avocats fiscalistes, des grandes banques,... qui indiquent que le taux de l'impôt sur les sociétés est de 10 % au Paraguay.

Je tiens à préciser que je ne confonds pas l'impôt sur le revenu et l'impôt sur les sociétés. Je parle bien de l'impôt sur les bénéfices des sociétés du Paraguay.

Qui a raison ?

Cordialement

Cher JC,

Peux tu m'indiquer les coordonnées de ton comptable, notaire, avocat par message personnel, s'il te plait ?

Je comprends que tu as besoin d'un avocat pour constituer une société. Mais une fois que c'est fait, tu as encore besoin de lui ?

Pourquoi as tu besoin d'un notaire pour faire tourner une société ?

Tu dis que les problèmes bureaucratiques qu'un résident du Paraguay rencontre au Paraguay c'est pareil dans les autres pays d'Amérique latine.

Tu as raison : dans ce documentaire récent relative aux EXPAT, un entrepreneur français expatrié au Brésil nous raconte une histoire hallucinante : https://www.youtube.com/watch?v=T7mW2nu54RA

Au Panama, tu penses que c'est la même chose ?

Maintenant que tu nous as révélé les Inconvénients de la vie au Paraguay, peux tu nous indiquer les Avantages de la vie au Paraguay par rapport à la vie en France ?

Merci.

Cordialement

Claire

Salut Sophie,

Les renseignements et mode de calcul que j'avais m'avaient étés donnés par le Consulat de France (snif...) il y a 5 ans, un an avant l'ouverture de mon hôtel que je pensais être rapidement bénéficiaire, à l'époque du bilan d'exploitation prévisionnel. Malheureusement et après 4 ans d'efforts,  je n'ai pas encore eu la joie de payer l'impôt sur les bénéfices, et j'en suis encore loin, plombé par tous les vols et arnaques dont j'ai été victime entretemps (vols de matières/matériels et malfaçons couteuses dans la construction) j'en suis encore très loin...
Note qu'il est bien dommage que Terrik soit absent depuis un moment sur le site car je pense que lui qui a une entreprise qui fonctionne bien connait probablement la réponse.
Quoiqu'il en soit, je vais interroger ma comptable qui est une pointure puisqu'elle est la comptable de la Cie nationale d'électricité, la fameuse Ande. Je pense que la Ande est bénéficiaire vu le prix où elle vend son électricité !

Je reviens vers toi très vite et je te répondrai en détail sur les idées du bio au Paraguay sachant que tout s'achète dans un pays corrompu jusqu'à la moelle, même et surtout un label bio. Quant aux prix et à la qualité, il y a une grande désinformation. Mais je vais prendre du temps pour te répondre car je connais bien le problème, du moins comme acheteur pour le restaurant

Bonjour et merci JC.

Tu es, de très loin, le plus cultivé des expatriés que je connais.

Au plaisir de te lire.

Claire

Bonjour à tous,

Je viens à votre secours en matière d'impôt.

1° IVA (TVA)
Il est de 10% sur tous les produits, sauf sur les produits de base alimentaire et les médicaments où il est de 5%.

2° Impôts sur les sociétés (IRACIS)
Il est de 10% sur le résultat net fiscal (grosso modo même base fiscale que la base française, sauf en ce qui concerne les amortissements qui sont plus longs donc moins élevés qu'en France).

Pour les sociétés par actions (SA, SRL,...) il faut ajouter un impôt de 5% sur les versements de dividendes.
Si on veut sortir le résultat de l'activité paraguayenne pour l'investir à l'étranger, il faut en plus ajouter une taxe de 15%.

3° Impôt sur le revenu (Impuesto a la renta personal) (je vais essayer de faire simple)

Nous sommes dans une phase transitoire qui se terminera en 2019.
A ce moment, toutes les personnes gagnant au moins 3 fois le salaire minimum seront assujettis à l'impôt. Pour cette année la limite se situe à 6 fois le salaire minimum. (5 fois en 2017 puis 4 fois en 2018).
Ceux percevant plus de 10 fois le salaire minimum sont assujettis au taux de 10%, en dessous le taux est de 8%.

Pour le calcul de l'impôt, des revenus doivent se déduire toutes les dépenses effectuées au Paraguay avec justificatif de facture. En effet, cet impôt, en plus de faire entrer de l'argent dans les caisses de L’État, vise surtout à lutter contre l'économie informelle.

Le salaire minimum mensuel est aujourd'hui à 1.825.000. En annuel, cela donne environ 21.900.000. Cet année, le seuil est donc fixé à 21.900.000 * 6 = 131.400.000 ( 131.331.960 pour les puristes, et sans les arrondis que je me suis permis d'adopter).

En exemple.

Revenu = 150.000.000
Dépenses au paraguay durant l'année égales 120.000.000.
Impôt du = (150.000.000 - 120.000.000) * 8% = 2.400.000

Revenu = 300.000.000
Dépenses au Paraguay = 200.000.000
Impôt du = (300.000.000 - 200.000.000) * 10% = 10.000.000

Bien évidemment, si les dépenses sont supérieures ou égales au revenu, il n'y a pas d'impôt à payer.

A noter que sont exclus des revenus les intérêts des placements financiers, les gains au casino, les pensions de retraite, les indemnités maladie maternité, et quelques autres trucs.
Je pensais voir également que les émoluments versés aux députés at aux sénateurs étaient exemptés. Mais non, ils n'ont pas osé cette fois-ci.

J'espère vous avoir été un peu utile.

A terrik

Ah ben quand même ! Tu avais disparu ? Tu nous a manqué...
Entretemps j'ai eu quelques infos suivant lesquelles ça a fonctionné comme ça jusqu'à la loi 24/21 de 2004 où les taux de 30/25 ont été ramenés à 10% pour toutes les activités.
J'ai constaté que je ne suis pas le seul avec le consulat à être à la traine car l'indicateur de la Banque Mondiale est resté un taux d'imposition total (% des bénéfices commerciaux) pour le Paraguay de …35%
Banque Mondiale

Terrik,

Merci beaucoup de nous avoir éclairé sur la fiscalité du Paraguay.

Claire

Réponses aux questions de Sophie - 1 de 2

Salut Sophie,
Excuse le retard, j'étais charrette !
Pour te répondre, j'emploie la méthode de Terrik, point par point, c'est plus clair

Tu es, de très loin, le plus cultivé des expatriés que je connais.
C'est vraiment trop gentil mais je ne suis pas le seul fort heureusement , il y en a quelques autres, dont Terriik justement, pour ne citer que lui…

Tu écris qu'au Paraguay les légumes sont plus chers et de qualité moindre qu'en Espagne.
C'est exact, c'est un raccourci qu'il faut relativiser, mais c'est vrai, car le rapport qualité prix est tout à l'avantage de l'Espagne.
Mais pour l'expliquer et retomber sur mes pieds concernant le budget nourriture, j'ai besoin de faire une parenthèse sur la viande  :

Note que j'ai bien pris bien soin jusqu'à présent de ne parler que des légumes car les expats disent toujours qu'au Paraguay on peut manger pour presque rien. A mon sens c'est une vision erronée qui est faussée par le prix très bas de la viande qui est souvent la référence des comparaisons de prix de nourriture entre pays. En clair, si la viande coûtait ici le même prix qu'en Espagne ou  en France, il en couterait plus cher qu'en Espagne de se nourrir. Mais le très faible coût de la viande fait chuter complètement la moyenne du budget familial, tant et si bien que chez moi, nous mangeons totalement à l'européenne pour 160€ par personne et par mois, avec du pain français - s'il vous plait - fait par un Allemand qui a travaillé comme boulanger à Strasbourg, une consommation effrénée d'huile d'olive extra vierge de Turquie, des viandes d'exportation, les apéros, les vins, et tout le tintouin ! Ne cherche pas, c'est le prix de la viande qui réalise cet exploit. 
Un exemple ? Comparons ce que l'on appelle en France un "filet semi-paré - de 2,8 kg - U.E. - sous-vide" affichée actuellement en France au détail 42,90€ le kg en prix moyen, est vendu ici 8,54 € (53.000 Gs le kg). Pour info, cette même viande s'affiche en ce moment en prix d'achat/gros pour les professionnels à Rungis à 19,30€ le kg, c'est à dire qu'on la paye ici 5 fois moins cher qu'en vente détail en France, et presque 2 fois 1/2 moins cher qu'un boucher français ne la paiera à Rungis. 

Parenthèse refermée !
Nous connaissons tous la qualité des légumes et fruits d'Espagne, mais aussi à l'application et au travail acharné (je les ai vus travailler) des producteurs espagnols. 
Prenons le cas des tomates, le légume-fruit phare au Paraguay, puisqu'on met de la tomate partout, il parait même que les Guaranis en trempent des rondelles dans le café le matin (je blague). Pour l'instant il n'y a que 2 variétés. la petite qui est la moins chère, et la grosse qui coûte presque le double au kilo. Mais dans les 2 cas la qualité est médiocre. Je les trouve fadasses, sans saveur et surtout elles ne sentent rien. Pour les deux variétés il faut les sélectionner une par une, beaucoup sont tachées par des points d'attaque de mildiou, et la qualité des arrivages est très olé-olé.
Le paraguayen a l'habitude de manger la tomate à moitié mure donc tout va bien pour lui, car les petites qui sont les plus consommées deviennent vite blettes en murissant, un peu farineuses.
La grosse arrive toujours cueillie trop tôt sur les étalages.  Pour nous européens, ces grosses tomates rondes il faut savoir les attendre, et pour le restaurateur que je suis devenu accidentellement elles sont quand même meilleures. Enfin, ça m'arrange de le penser car elles sont beaucoup plus présentables dans l'assiette.
Le prix de la petite fait du yoyo entre 6 à 8.000 Gs (1,30€) en prix au détail alors que celui de la grosse est toujours aux alentours de 13.000 Gs (2,20€)

En Espagne, c'est tout autre, et le prix des tomates a baissé de 124% en 15 ans. Grande variété de tomates, magnifique qualité gustative et pour un prix moyen actuel/2016 de 0,54€ le kg.
Il n'y a donc pas photo, ni sur le prix, ni sur la qualité, ni sur le goût, ni sur le choix, ni sur le plaisir.

C'est pareil pour l'oignon normal, 10.900 Gs (1,81€ le kg) exactement le même prix que l'oignon bio en Espagne
Certes on ne va pas passer tous les légumes en revue, sache que s'agissant des produits de base de la culture méditerranéenne, sur des légumes comme les aubergines et les courgettes, la différence est encore plus flagrante.
Ce qui me fait dire à ma famille et à mes amis "la bouffe paraguayenne permet de se nourrir, la bouffe européenne pareil, et le plaisir en plus !" 

Au Paraguay, il y a tout pour produire des fruits ou légumes de qualité : une terre fertile, de l'eau à gogo, du soleil.
Erreur, la terre n'est pas fertile, c'est majoritairement une terre d'azalées, très chargée en sable. Si elle est bien adaptée à la culture des agrumes, pour tout le reste, oublie, car l'eau et le soleil ne font pas tout, hélas…

Réponses aux questions de Sophie - 2 de 2

Si tu écris dans le moteur de recherche de Google "Le BIO dans le monde", tu vas trouver un PDF qui donne la superficie totale des exploitations agricoles biologiques dans chacun des pays du monde. Au Paraguay, il y a plus de 51 000 hectares cultivés en BIO.
D'abord il ne faut pas oublier que nous sommes au Paraguay et que la notion de bio n'a pas du tout la même valeur dans la bouche d'un Paraguayen que dans celle d'un Français. Ces cultures prétendues "bio" avoisinent les domaines de Monsanto ça devrait déjà te donner une indication.
Mais avant de parler de culture bio, parlons un moment de la culture tout court : Si tu me demandes de tracer le portrait du Paraguayen moyen en 4 mots ou expressions, je te répondrai :  tricheur - ignorant - sans honte - sans scrupules. Non pas que ce soit ma définition, mais c'est celle de tous les gens que je connais, Allemands, Italiens, Belges, Espagnols et Français qui vivent ici depuis quelques années. Et ça fait l'unanimité !
Maintenant, essaye d'intégrer ces qualificatifs dans la culture bio et dans un pays où tout s'achète (surtout un certificat), où les contrôles n'ont d'autre but que de récupérer "la coïma", où les gens par culture se foutent royalement de l'écologie en polluant toutes leurs nappes phréatiques, et où on ne peut avoir de beaux légumes/fruits qu'en les traitant dès leur qu'ils commencent à pousser tellement il y a d'humidité…
Tu mets tout ça dans un grand torchon, tu secoues bien et tu obtiens un légume bio paraguayen.
Mais je ne suis pas un spécialiste en la matière, aussi je vais te passer par message privé les coordonnées  d'un ami  (Alain) qui connait le sujet sur le bout des doigts. Il a tenté de faire de la stevia à Caacupé (40 km d'Asuncion) avant de se lancer dans d'autres cultures, il t'expliquera comment certains légumes paraguayens qu'on retrouve sur le marché bio passent par l'Argentine pour avoir le label qu'ils ne pourraient obtenir tant ils ont été aspergés de produits chimiques. Mais les Argentins n'ont pas plus de scrupules que les Paraguayens…

D'autre part, j'ai lu sur un site dédié aux voyageurs nomades qu'au Paraguay la nourriture est "bon marché et abondante".
Je pense avoir répondu plus haut en partie. J'ajouterai qu'elle est abondante et bon marché pour ceux qui ont de l'argent, et les voyageurs en ont comparé au peuple paraguayen qui dans sa majorité est très pauvre.

Compte tenu de ce que tu nous  as appris sur le niveau de formation professionnelle et la motivation des jeunes du Paraguay, je ne doute pas que pas mal de légumes doivent être de mauvaise qualité. Mais qu'entends tu par là ? : ils ne sont pas frais à cause de la chaleur et de l'absence de conservation en chambre froide ? ( j'ai vu cela en Afrique
Les jeunes me semblent peu concernés par les travaux de la terre, ils cherchent l'argent facile et travailler la terre est difficile. Non, à mon avis ce serait plutôt à cause de la mauvaise qualité de la terre qui me semble vraiment inadaptée à la culture de certains légumes, mais là encore Alain te répondra mieux que moi.

Veux tu dire que tu as trouvé des supermarchés du Paraguay qui vendent de nombreux légumes de qualité ( mûrs, frais, BIO, avec un goût excellent ) mais qu'ils sont chers donc réservés à l'élite du Paraguay ?
Le fait que les légumes, quels qu'ils soient, paraissent frais, vient surtout de l'extraordinaire nonchalance des paraguayens. Entre la cueillette et la mise à l'étalage, il s'écoule un nombre impressionnant de pauses téréré.  Or et comme tu le sais, en deux jours un légume perd 60% de ses vitamines. Mais tout le monde s'en fout, personne n'est impliqué, c'est la mentalité du pays…
Il s'opère néanmoins un changement important en ce moment au niveau de certains légumes (pas des fruits) mais on ne peut pas dire qu'ils soient bio et qu'ils aient un goût excellent. En tout cas ils ne sont pas vendus comme bio.  De nombreuses serres s'installent et produisent des légumes qui ne sont pas en contact avec la terre, disons-le souvent à l'initiative de certains Européens. Ces légumes sont beaucoup plus beaux (exemple les brocolis) et pas fanés comme souvent les autres. Mais c'est un process qui débute ici et nous sommes encore très limités en choix. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir.

Sur Google image, on peut voir des vendeuses de fruits / légumes du Paraguay. Les fruits et les légumes sont nombreux et très beaux.  Pourquoi ces photos ne reflètent-elles pas la réalité sur les fruits /légumes du Paraguay ?
D'abord, quand tu mets des photos de tes légumes sur Internet, en général tu ne choisis pas les plus moches. Ensuite, les appareils photo d'aujourd'hui donnent toujours des couleurs beaucoup plus chatoyantes qu'au naturel. Enfin quand tu tapes "légumes du Paraguay" Google va te chercher des photos de légumes qui n'ont rien à voir avec le Paraguay.
Je viens de faire la même démarche, je ne trouve pas qu'il y ait beaucoup de choix, seulement le basique. Seuls quelques fruits de saison sont beaux et murs (mangues en décembre) et ça dure peu de temps. En saison de production, les agrumes sont très bon marché mais rarement présentables. Par contre, is sont généralement bio naturellement car personne ne met de produits sur les agrumes, du moins autour de chez moi où il est plus facile de les récupérer quand ils tombent sur le sol dans les chemins de terre avant que les voitures ne les écrasent.

Les Paraguayens sont souvent surprenants pour nous Européens... Ils n'ont généralement pas de fric, mais ils préfèrent dépenser de l'argent en achetant du Coca ou de la bière plutôt que de boire du jus de fruit naturel gratuit. Ceux qui vivent autour de moi ne mangent quasiment pas de fruits à part des bananes !

Bonjour JC,

Merci beaucoup pour ta réponse.

Ce ne sont pas de bonnes nouvelles mais je préfère connaître la vérité plutôt que d'être déçue ou, pire, victime, de ma naïveté ( qui est grande ).

Après avoir lu attentivement ton message, il faut que je réfléchisse...

Cordialement

Sophie et sa soeur ( Claire )

Réponse à Sophie et Claire

Ta réponse me fait plaisir car mes réponses sont justement faites pour donner le reflet de la vie au Paraguay de façon à faire réfléchir les gens qui veulent venir s'y installer afin qu'ils ne se plantent pas.
Contrairement à ce que certains pourraient penser, elles ne sont pas du tout faites pour détruire l'image du pays qui a bien d'autres qualités. Mais s'expatrier au Paraguay, ce n'est pas s'expatrier en Suisse, les enjeux sont très différents et ça peut briser carrément une vie en cas d'échec.
Si tu réfléchis, c'est que tu es sur la bonne voie, et que j'ai bien fait mon boulot !

Mais sans indiscrétion, pourquoi est-ce si important cette affaire de bio pour ta soeur et toi ?
Vous êtes végétariennes ? Vous êtes toutes deux atteintes du syndrome bio ? :D
A moins que ça te gêne de le dire ici, j'aurais bien aimé savoir quel était votre projet, si c'était seulement pour y vivre ou bien pour y faire une activité quelconque...

N'oublie pas non plus que tu m'as redemandé quelles sont les qualités de la vie ici, pourquoi je suis venu et pourquoi j'y suis encore. Je n'y ai pas répondu car dans le syndrome paraguayen j'ai répondu à cette question (à une autre personne) et comme ça a du t'échapper je te le cite ci-dessous :


Si ce pays est si catastrophique, pourquoi t’y installer ?

1 - Parce-que depuis que je vis ici ma tension est passée de 16/17 à 12 sans traitement !
2 - Parce que le Paraguay est un pays à vivre, pas à visiter. Et si possible à y vivre en autarcie.
3 - Parce que le climat est presque idéal. Toute l'année de 6 à 12° de plus qu'à Buenos Aires ou Montevideo.
4 - Parce que les Paraguayens sont des gens attachants malgré tous leurs défauts, à condition de ne pas avoir d’autre rapport avec eux que des conversations banales, surtout ne jamais avoir avec eux de rapports d’argent, mettre tout sous clé - même les choses sans valeur - et ne pas laisser trainer ses chaussures devant sa porte le soir si on ne veut pas marcher pieds nus le lendemain. D’ailleurs fais gaffe, y’en a un qui est en train de fouiller dans ta poche !
5 - Parce que le Paraguay était un pays encore dans mes moyens. Je dis était, car ça l'est moins aujourd'hui...
6 - Parce que le Paraguay est un pays attachant dans lequel on vit (hors Asuncion) vraiment à la façon du Far West 1860, si ce n’est que les signaux de fumées sont remplacés par le dernier portable Samsung et les chevaux par des  4X4 !
7 - Parce que certes il y a d'autres pays, mais il faut bien se poser quelque part. C’est loin d’être parfait, mais quel pays l’est ? J’ai choisi, et je me sens bien surtout depuis que je parle aux murs et qu’ils me répondent en silence, je me sens moins enlisé dans ma solitude culturelle.  Comme quoi, à défaut de pouvoir encore parler, les murs ont des oreilles  !
8 - Parce que finalement il y a peu de pays qui offrent encore les possibilités qu'offre le Paraguay, même si celles-ci se réduisent d'année en année, mais il ne faut pas être alarmiste non plus sur ce plan. Il y a encore tout à faire, ça coûtera juste un peu plus cher qu'avant et restera sans comparaison avec les prix de chez nous.
9 - Parce que le gros point positif du pays est que quasiment tout ce qui existe est bâtard. Ca fonctionne certes, mais tout fonctionne très mal ...  Déjà il n'y a pas de professionnels, rien n'est vraiment bon ou bien fait. Le mot qualité ne fait pas partie du langage paraguayen. Donc tout reste à faire ou à améliorer
10 -Enfin, et le plus important, j’ai trouvé ici ce que je suis venu y chercher : Un pays « brut de sciage », sans boite aux lettres ni courrier,  qui vit à l’heure du Far West comme je viens de le dire, sans les mille et une interdictions qui nous pourrissent la vie en France (et pays voisins) où tout est règlementé, tout est sujet à interdiction-punition-contravention. J'ai choisi de vivre une vie de Western, elle me convient et je m'y sens bien, libre, même si j'ai parfois, et comme tout le monde, des moments de doute...  Mais qui n’en a pas, qui ne s’interroge pas sur sa vie, même dans son propre pays ?

10 bonnes raisons de s'installer ici.... Ca te suffit ou je t'en rajoute quelques-unes ?

Salut Jean-Claude,

Ma soeur et moi souhaitons nous expatrier dans un pays

1) où le coût de la vie est moins élevé qu'en France ;

2) la bureaucratie est moins chronophage qu'en France ;

3) les prélèvements obligatoires sont moins violents qu'en France ;

4) où la terre est fertile, où il y a de l'eau et du soleil, pour créer un verger biologique ( fruits exotiques ... ).

Nous hésitons entre

1) le Paraguay

2) le Chili ( plus cher )

3) le Panama ( encore plus cher que le Paraguay )

4) la Thailande ( impossible pour un étranger d'acheter de la terre mais il est possible de louer sur une longue durée )

5) l'ouest de la Géorgie ( capitale : Tbilissi ).

Pourquoi BIO ?

Parce que nous aimons les produits frais, bons et sains.

Claire

Réponse à Sophie

S'expatrier au Paraguay ou au Chili ne demande pas de connaissance particulière en espagnol si on y vient pour y passer sa retraite, mais ce n'est visiblement pas ton cas.
Alors je te pose la question : parles-tu bien l'espagnol car travailler ici sans connaitre la langue c'est s'exposer à toutes les arnaques possibles et inimaginables, car les Sud Américains ont un don  "espectacular" pour exploiter les failles de langage des étrangers et en particulier quand ce sont des femmes seules qui débarquent, elles se font plumer très rapidement sans comprendre ce qui leur arrive...

Remarque, le problème se pose en bien pire en Georgie car on y parle le Georgien (moi aussi mais sous la torture) et seulement la moitié des gens parlent le russe, qui n'est pas non plus une langue très facile à apprendre (cyrillique)

Pars du principe que si tu veux monter une activité dans un pays étranger, quel qu'il soit, il faut impérativement maitriser la langue parlée pour les relations avec les fournisseurs, les clients, le comptable, l'avocat, le notaire, les démarches pour avoir tes papiers de résidente

Bonjour Jean-Claude,

Tu as raison, merci.

Je ne parle ni l'espagnol, ni Géorgien.

Dans les forums relatifs à la Géorgie, on entend que des éloges sur les Géorgiens et la Géorgie.

Les expatriés français en Thailande que je connais ne disent pas que tout est merveilleux en Thailande mais ils sont heureux en Thailande.

Il parait que Malte c'est pas mal non plus.

Claire

Réponses dernier message de Sophie

Je ne parle ni l'espagnol, ni Géorgien.
Alors un conseil, oublie la Georgie, car apprendre l'Espagnol en cours accélérés peut se concevoir, le géorgien c'est autre chose et il faut trouver l'école...

Dans les forums relatifs à la Géorgie, on entend que des éloges sur les Géorgiens et la Géorgie.
Dans les forums relatifs au Paraguay, on entend que des éloges sur les Paraguayens et le Paraguay.
Jusqu'à ce que tu tombes sur un site comme celui-ci dont le but est de te montrer un pays tel qu'il est au travers du vécu de ceux qui y vivent depuis un moment, et c'est toujours très différent !
D'ailleurs, tu as surement remarqué qu'Expat.com n'a pas de forum Géorgie ?

Les expatriés français en Thailande que je connais ne disent pas que tout est merveilleux en Thailande mais ils sont heureux en Thailande.
Être heureux en Thaïlande  est très facile tant qu'on a pas besoin d'y exercer un bizness. Tes connaissances y ont-ils créé une affaire  ? Je tiens à ta disposition les coordonnées d'un de mes amis, un intime, marié en France à une Thaï, ils ont essayé de monter une affaire là-bas avec la famille de sa femme, il a jeté l'éponge et ils sont rentrés en France où depuis, ils vivent ...heu-reux !
Si tu veux son téléphone et son mail pas de problème, tu me le dis, il t'en parlera, il avait préparé son départ depuis 4 ans.

Il parait que Malte c'est pas mal non plus.
C'est surement ton meilleur plan, et de loin, j'imagine que vous vous débrouillez toutes les deux en anglais ? De plus,  tu pourras payer... en Euros

Mais c'est moins exotique que le Paraguay, je te l'accorde, mais nous sommes en 2016, le pays idéal n'existe pas ou plus,  d'ailleurs a-t-il jamais existé ?

Bonjour Jean-Claude,

Tu m'as convaincu, une fois de plus.

Merci.

Je vais réfléchir...

Claire

Bonjour Claire

Lorsque tu m'écris "je vais réfléchir" tu ne sais pas à quel point tu me fais plaisir.

En fait, je ne cherche à convaincre ni à dissuader personne de venir vivre au Paraguay ou dans tout autre pays.
Comme je l'ai dit ici klikici chaque candidat à l'expatriation a des raisons qui lui sont très personnelles de vouloir vivre ailleurs. Si l'on y regarde bien cet "ailleurs" a peu d'importance dans la mesure où le départ est réussi, c'est à dire qu'on aurait trouvé dans cette nouvelle vie une amélioration notoire qui ne soit pas due au simple fait d'avoir déménagé d'un pays à un autre. Je parle d'une amélioration qui soit capable de se confirmer avec les années. Et c'est plus compliqué qu'il n'y paraît, car une fois sur place c'est un un vrai parcours du combattant pour essayer de reconstituer dans le pays d'accueil tous les repères qu'on a perdus et dont on avait forcément sous-estimé l'importance, la faute au rêve d'une vie meilleure dans un pays où tout sera plus facile en apparence.

J'ai décidé d'écrire le syndrome paraguayen lorsque l'ancien Consul de France d'Asuncion m'a confié que la majorité des expatriations se terminent par un échec dans les deux années qui suivent, et dont beaucoup de ceux qui étaient venus avec un capital étaient repartis sans un sou en poche, certains rapatriés par le Consulat car ils n'avaient même pas de quoi se payer un billet d'avion. Je me suis dit que mon expérience pourrait profiter à beaucoup, afin qu'ils ne commettent pas les mêmes erreurs que moi.

Le syndrome paraguayen n'a qu'un seul but, celui d'amener le candidat au départ à bien réfléchir avant de sauter le pas, à se poser les bonnes questions et à se retourner 7 fois la langue dans la bouche avant de se les poser à soi-même :
- Ce qu'on va y gagner réellement, et sans l'embellir, ne pas raisonner comme ça nous arrange sur le moment, quand on a envie de partir…
- Ce qu'on va laisser derrière soi, sans le minimiser comme on le fait quand on en a marre et qu'on n'en voit plus que les aspects négatifs.
- Enfin, ne pas négliger le choc des cultures : les habitant du "ailleurs" peuvent avoir des comportements insolites pour nous Européens. Toutes ces petites choses qui nous amusent quand on est en visite touristique mais qu'on trouve rapidement insupportables quand on vit avec eux

Mais ce serait un débat à part entière…

Si tu réfléchis, c'est que tu es sur la bonne voie et tu mets toutes les chances de ton côté pour réussir un départ sain, réfléchi...

Bonjour Jean-Claude,

Quand j'ai lu "Le syndrome Paraguayen", j'ai eu l'intime conviction qu'une personne travaillant à l'ambassade de France au Paraguay t'a invité à écrire ce livre parce qu'un nombre important de français ont été rapatrié après avoir tout perdu.

D'après ce que tu viens d'écrire, je ne mettais pas trompée.

Bref, la France cherche des moyens de faire évoluer des moeurs ( donc des lois, l'enseignement de l'éducation nationale du Paraguay, les programmes médiatiques du Paraguay,... ) pour résoudre des problèmes, sans créer un incident diplomatique entre le Paraguay et la France.

La France sait que le ministère du tourisme du Paraguay trouvera et lira cet article. Et le Paraguay réalisera des réformes s'il pense que beaucoup d'occidentaux qui voulaient s'établir au Paraguay
- ont lu ton article ;
- ont renoncé à s'établir au Paraguay tant que certains ( petits ou gros ) problèmes n'ont pas été résolus.

La France fait la même chose au Sénégal, avec des méthodes plus intrusives.

Merci pour tes efforts.

Claire

Les déchets omniprésent et le problème de gestion de ces mêmes déchets (comme dans toute l'Amérique du Sud moins au Costa Rica mais à Panama City, le stade de saleté était haut). Le fait que les panaméens associent les "blancs"/"gringos" à des américains, canadiens et nous voient comme "des $ sur pattes" !! Heureusement que je négociais tout!

Source

http://www.expat.com/forum/profile.php? … mp;lang=fr

Si c'est juste un problème de négociation, cela fait perdre du temps mais ce n'est pas très grave.

Bonjour,

félicitation pour les efforts que tu fais,pour aider les futurs expat...
serait il possible d'avoir le syndrome paraguayen?!

merci

Merci,
Bien sur, envoie moi ton mail en message privé et je te l'envoie !

Super☺
***

Modéré par Priscilla la semaine dernière
Raison : merci de passer en privé pour l 'échange de coordonnées

Bonjour,

Nous venons de recevoir une menace pour le message que nous avons écrit sur cette page le 19 octobre 2016.

CHARLIE ne veut pas que le gouvernement du Paraguay lise ce message.

Le vrai visage de CHARLIE est celui de l'impérialisme, de la censure et des menaces.

Claire et Sophie

Mais enfin, qui est Charlie ?
Ne t'inquiète pas, il n'y a rien de bien méchant dans ce que tu as dit le 19 octobre… Et puis nous sommes en démocratie

Sache néanmoins que personne du consulat ne m'a jamais conseillé de décourager qui que ce soit de venir s’installer ici, et que ce n'est pas non plus ma mission première.

C'est pourquoi je répète une fois encore que tous les candidats à l'expat ont tendance à idéaliser le pays par lequel ils sont attirés pour la raison bien connue que « l’changement d’herbage réjouit les veaux ! »
Hélas, et quelque soit le pays de destination, une fois passée la très excitante  période de la découverte, ou tout est mieux qu’en France, et après s’être soulés de belles paroles, on se réveille avec une bonne gueule de bois. Et au réveil, il y en a certains qui ont les cheveux qui tirent plus que d’autres...

Dans mon texte, je n’enjolive pas le Paraguay et je ne le démolis pas non plus. Je dis simplement les choses, comme elles sont, les bonnes et les moins bonne, sans les minimiser et sans les dramatiser, afin d’éviter à chacun une sacrée gueule de bois qui pourrait survenir de 6 à 24 mois plus tard, et en ayant perdu tout son fric.

Je soutien jc.paracom , car au delá d´avoir des intérait sur place, il ne fait pas la langue de bois ni vante le "savoir vivre" de l´endroit vis-a-vis d´atiré des candidats à l´expatratiation plus ou moins "cons" ou insipide de destination de choix vers et qui regarde cette endroit.

Em 2012 j´y ais vécu 5 mois, temps sufisants pour  embiber parcielment la culture  et antecipé le futur sur place. Em 2012 on me manquait pas de précheur et avocat des qualités de la destination, au moins 3 membres du forum et aussi présent sur le guide du routards entre autres, ne fesait que défendre la destination invocant sans cesse les "atouts" du pays. Soit la fiscalité atirante, le processus de legalization, le cout de la construction par metres carré, les assurances médicales privé avec des docteurs formé aux USA, l´absence de l´etat dans la vie des TPE, le cout de la vie trés bas, bref ils était partout, sur tous les sujets.

En faites, ils n´avais qu´un désir, apatér des candidats à l´expatration avec une "affaire" sur place quils voulaint vendre pour revenir en France. Depuis ils ne sont plus active sur le fórum, on comprend porquoi.  Un autre membre, çelui çi atteint de cancer est aussi retourné en France pour raison médical.

Le portugal est devenu un paradis fiscal pour les retraités français, tout prés de chez vous. Il m´a fallu cette experience de 05 mois sur Assuncion et San Lorenzo pour prende conte des atouts de mon pays, et regreté ce passage sur Py. J´ai tellement ahis cette expérience, que la seule chose positive fus que j´ai arreté de fumer sur place. Le tabac acheté sur place chez Hyperluisito avenida bogado, ou chez Excelsior dans le centre de la capital, fut le seule article vraimment moins chér sur place comparé avec le Portugal. Çe fus la premiére décision vis-a-vis de stopper l´hemoragie de gaspillage d´argent, suite  à ma "sacrée gueule de bois" pour prendes les mots de jc.paracom.

Aux candidats, veiller prendre em conte l´échange de jc.paracom au sujet du pays. Un avis sant intention ultérieure, et qui certainement à connu pas mals de cas et situation qui ne se sont pas vraimment bien passé. On a tendence à ce taire quand l´experience à tourner court, et ne pas partager son écheque.
Donc, la France semble faire un rapatriement d´urgence pour ces ressortissant qui se retrouve dans le besoin sur place? Est-ce vraimment çela ?

Avant de répondre à Paulo Pereirra je souhaite préciser ceci :

Un certain nombre d’entre vous m’ont demandé pourquoi j’aime bien les exemples, les anecdotes ?
La raison est simple : C’est pour moi la seule façon d’illustrer une critique, qu’elle soit bonne ou mauvaise, sinon quel intérêt ? Pour moi, seuls les exemples et les anecdotes traitant de situations vécues peuvent rendre une critique crédible. En leur absence, chacun peut émettre l’opinion qu’il a envie de faire passer, de porter le pays aux nues, ou le descendre en flammes.
Je m'appuie sur mes anecdotes pour essayer de rester juste, à ne pas enjoliver ou dramatiser, et merci à Paulo de l'avoir perçu. 

Et à propos d’opinions crédibles ou non crédibles, je vous livre ci-dessous un extrait du syndrome paraguayen qui répond à pas mal des questions que tout à chacun pourrait se poser.  Je répondais ici à un Français qui me posait la question suivante :

A mon sens, au Paraguay il y a des gens plus ou moins intelligents, plus ou moins curieux, plus ou moins courageux, et dans tous les peuples. Mais ce qui me hérisse dans ton propos, c'est que tu généralises toujours tout. Ça me fait dresser les cheveux sur la tête !

Je m'efforce d'apporter une réponse la plus précise possible à la question que tout le monde me pose, et en particulier ceux qui veulent venir vivre au Paraguay : « Comment sont les Paraguayens, parle-moi des Guaranis »
Pour sortir un portrait type, je dois essayer de dégager des traits de caractère communs les plus représentatifs en faisant abstraction des exceptions. Dans nos pays un portrait type s'appuie sur des statistiques précises d’instituts compétents qui permettent de l’évaluer à partir de moyennes de valeurs. Quand tu vis dans un pays qui ne donne d’autres résultats que ceux qui plaisent au gouvernement, tu dois aller à la pêche aux infos, ce que je fais au quotidien. Et comme je ne peux pas me baser sur des chiffres et moyennes, je dois extrapoler un profil général le plus proche de la majorité des gens. Pour info, l’organisme officiel (La Dirección General de Estadística, Encuestas y Censos) n’a rien publié depuis 2010. Je suis allé voir les chiffres qu’il donne (40,5 de pauvreté et extrême pauvreté) quand on connait la réalité c’est à mourir de rire !
Donc, quand je dis que la majorité des Paraguayens sont analphabètes, c’est du vécu et pas de la statistique, puisque celle-ci est manipulée par le gouvernement pour prétendre le contraire… Si j’écoute le gouvernement tout le monde est éduqué, tout le monde sait lire écrire et compter. Dans la pratique du quotidien, c’est tout le contraire, le Paraguayen moyen n’a aucune éducation et reste totalement illettré dans son immense majorité.
Alors bien sûr qu'il y a des gens qui maîtrisent à peu près la langue sinon comment faire pour que la presse écrite, les administrations, hôpitaux et autres puissent fonctionner ? Mais le problème n’est pas là ! Moi, je me fous des gens qui sont plus intelligents que les autres car je ne passe pas mes journées dans les hôpitaux ou les administrations, je les passe avec ceux qui travaillent avec moi ,ou pour moi, qui sont ignorants à souhait et savent à peine lire et écrire, ou pas du tout. Je suis donc condamné à avoir toujours des crétins comme interlocuteurs, et vois-tu, ce n'est pas vraiment ce que j'avais prévu en quittant la France. Certes, je ne m'attendais pas un trouver un niveau équivalent ici, mais j'ignorais complètement que c'était à ce point ...
Car en France, vois-tu,  mon coiffeur sait lire, mon boulanger et mon quincaillier aussi, ils savent signer sans faire une croix, et je trouve que c’est bien pratique quand je leur demande quelque chose. Et bien ici ce n’est pas le cas, et quand tu viens vivre au Paraguay, si tes voisins ne te plaisent pas tu ne peux pas les changer, et tu dois faire avec au quotidien !
Sache par ailleurs que quand tu « tapes la discute » avec un Paraguayen moyen, en comparaison, Monsieur Bidochon dont tout le monde se paye la tête en France, me semble être un intellectuel ici quand je regarde les reportages sur la France profonde de TV5 Monde. Ceci vient de très loin, de notre éducation sur les bancs de la maternelle, de celle de nos parents, et de l'héritage culturel dont nous avons bénéficié comme Européens.
Alors quand le gouvernement paraguayen annonce un taux d'alphabétisation de 79% pour le Paraguay, ça me fait hurler de rire ! La réalité du terrain est que la majeure partie de ces 79% est en état d'analphabétisme fonctionnel (ayant quitté l'école trop tôt) ils ne maîtrisent pas suffisamment la langue pour comprendre, dans le texte, ce qui s'écrit dans les journaux, voire dans une simple notice d’utilisation d’un appareil électro ménager. A la pharmacie, c’est le pharmacien qui doit lire la posologie. Ils sont incapables pour la plupart de faire une liste de courses sans faire une faute par ligne (mon cuisinier), mais nous savons tous que sur une liste de courses, il n’y a qu’un mot par ligne... Mais nous y reviendrons une autre fois !

En attendant, j'accepte volontiers tes critiques à condition que tu m’expliques comment faire pour extrapoler un portrait type du Paraguayen si je dois y inclure toutes tes exceptions ? Quand les étrangers font un portrait-type du Français moyen, il est quasi certain que ni toi ni moi ne nous reconnaîtrons dedans, et pourtant nous sommes bien Français tous les deux, même sans béret ni baguette sous le bras.
Sans polémique, sache que toi aussi tu me hérisses en me sortant l’exception de ton chapeau magique à chaque fois que je parle de généralité.


Comme vous pouvez le voir, le débat était très animé...

Nouvelle discussion

Assurance santé expatrié Paraguay

Conseils pour bien choisir votre assurance santé au Paraguay.

Déménagement au Paraguay

Conseils pour préparer votre déménagement au Paraguay

Assurance voyage Paraguay

Conseils pour bien choisir votre assurance voyage au Paraguay

Billet d'avion Paraguay

Trouvez les meilleurs prix pour votre billet d'avion pour le Paraguay