Pourquoi tant d'additifs dans la nourriture des supermarchés?

Souvent les expats déracinés ne peuvent pas se passer de faire leurs courses dans les supermarchés de Madagascar et craquent devant par exemple une île flottante si bien emballée... mais fabriquée avec 17 ingrédients et ce dessert  laisse un goût amer dans la bouche car pas loin de 11 additifs et aucun œuf alors que la recette traditionnelle est faite avec du lait, des œufs du sucre et de la vanille.

Quels sont les additifs que nous retrouvons dans les charcuteries, bonbons, plats préparés, yaourts, soupe et bien d'autres aliments que nous avons l'habitude de fourrer dans notre caddy en nous réjouissant déjà des bons repas que nous allons faire?

Et d'ailleurs à quoi servent ces additifs?
Ils auraient comme avantage d'améliorer la saveur, le goût, l'aspect ou la conservation. Sachant que 350 additifs sont actuellement autorisés. Ils sont indiqués par la lettre E et suivi d'un numéro.
Voici un petit tableau permettant de les reconnaître:
Les conservateurs (E2)
Ils évitent le développement des bactéries et des moisissures et permettent une plus longue conservation.
Les édulcorants (E9) et les antioxydants (E3)
Ils évitent aux fruits et légumes préparés de ne pas brunir ou aux matières grasses de ne pas rancir.
Les colorants (E1)
Ils redonnent de façon artificielle leurs couleurs supposées aux fruits.
Les agents de texture (émulsifiants, gélifiants, épaississants) (de E400 à E499)
Ils rendent le produit plus agréable à l'œil.
Les exhausteurs de goût (E6) ou exaltateurs d'arômes:
Ils augmentent m'intensité gustative  comme le glutamate (E621) ou l'acide glutamique (E620)
Il y a aussi les acidifiants, les correcteurs d'acidité, les agents de charge, les agents d'enrobage, les humidifiants, les propulseurs, les séquestrants, les gaz d'embalage et j'en passe et des meilleurs.
Ces additifs sont-ils nocifs?
Tout dépend de la dose car par exemple un jour j'ai fais une exposition de champignon et sur l'étiquette du Paxille enroulé (qui a la consistance du lard bien gras)... j'ai indiqué qu'il était mortel. Alors un vieux de la vieille s'est présenté et devant toute l'assistance il a mordu et avalé un morceau du champignon en question et m'a traité de menteur. Ce qu'il ne savait pas le pauvre vieux c'est qu'en consommant un morceau de champignon il ne va pas tomber raide mort mais les substance abiotiques ou antibiotiques entre autres contenues dans les champignons peuvent dans certains cas s'assimiler dans le corps humain sans pouvoir se désagréger et quand on a atteint la dose, on y passe.
Pour ma part je pense que ces additifs, si on peut s'en passer il vaut mieux car cela pourrait plutôt être l'effet d'accumulation de ces produits et leur association dans notre assiette jour après jour qui crée un "effet cocktail" dont les conséquences sanitaires sont mal connues sur la santé de l'être humain et je dirai même plus, on se bouche le nez, les oreilles et la bouche et les yeux pour laisser ces produits dans les rayons des supermarchés afin qu'ils contribuent à beaucoup de personnes d'améliorer leur situation financière.
Que disent les législateurs?
Les choses évoluent à petits pas. L’Agence européenne  de sécurité des aliments (EFSA) a lancé une vaste réévaluation des additifs autorisés en Europe. Les premières conclusions sont attendues au 31 décembre 2020. Le temps pour les industriels de réfléchir à de nouvelles pratiques.
Pour lever les doutes, des études scientifiques publiques et indépendantes – de l’industrie agro-alimentaire – seraient bienvenues. Elles feraient en toute transparence la lumière sur les possibles risques et conséquences sanitaires de cette accumulation de substances.
La commission d'enquête de l'Assemblée nationale préconise quant à elle de réduire la liste de 338 additifs à 48 d’ici à 2025
http://zibulinette.canalblog.com/images/t-caddi4.jpg

Pour vous donner du grain à moudre mon cher  :D :

https://www.quechoisir.org/comparatif-a … =nlh181024

Amusez-vous bien !  :whistle:

Effectivement je ne voulait pas saouler nos chers membres avec tous les additifs qui existent et c'est pour cette raison que j'ai énuméré les grandes familles d'additifs afin qu'on puisse plus clairement apprécier ces produits aux noms à coucher dehors qu'on nous fait avaler.
Les additifs sont apparus avec l’industrialisation de l’alimentation. Les process alimentaires de l’industrie agroalimentaire modifient les aliments et dégradent leurs saveurs. C’est pour cela que les industriels ont ajouté les additifs. Et naturellement pour vendre toujours plus parce que "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil". Naturellement cela date d'un temps que les moins de... et qu'un certain Jean Yann avec l'irremplaçable Daniel Prévost qui doit se farcir tous les produits pour garder sa place illustre à la perfection...

https://cdn-s-www.lalsace.fr/images/7D06D712-6E43-4D4C-B658-66D442C11705/ALS_V0_07/laurent-salles-1439963131.jpg

Alimentation : du plastique découvert dans les selles humaines

Une étude révèle que les micro-plastiques, ingérés via des produits de la mer et l'eau des bouteilles en plastique, sont omniprésents dans la chaîne alimentaire humaine.

http://static.wixstatic.com/media/c991a0_edfba56d2232461cb152e041813f3966~mv2.jpg/v1/fill/w_536,h_376,al_c,lg_1,q_80/c991a0_edfba56d2232461cb152e041813f3966~mv2.webp

Européens, Japonais, Russes... Personne n'est à l'abri. Une étude publiée mardi 23 octobre révèle que les micro-plastiques sont omniprésents dans la chaîne alimentaire humaine. Cette matière peu ragoutante a en effet été détectée dans les selles d'individus partout dans le monde.

Différents types de plastique ont été trouvés chez les huit volontaires de cette étude pilote, présentée lors d'un congrès de gastroentérologie à Vienne comme une première mondiale. Pendant une semaine, cinq femmes et trois hommes âgés de 33 à 65 ans, vivant en Finlande, aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne, en Italie, en Pologne, en Russie, au Japon et en Autriche, ont noté ce qu'ils mangeaient.

La taille des échantillons de plastique trouvés dans leurs selles varie de 50 à 500 micromètres, soit l'épaisseur d'un cheveu ou plus. Les scientifiques supposent qu'ils ont été ingérés via des produits de la mer que les volontaires ont mangé, mais aussi l'eau des bouteilles en plastique qu'ils ont bue et la nourriture emballée dans du plastique. "Nous avons pu détecter neuf plastiques différents", indique Bettina Liebmann, chercheuse à l'Agence autrichienne de l'environnement.

https://www.sciencesetavenir.fr/assets/afp/2018/10/24/ce68d4f242c9b17851b3898bd79754b5a7140138.jpg

Du plastique dans l'estomac, les intestins, le foie et le sang

Les deux types les plus fréquemment retrouvés sont le polypropylène, utilisé dans les bouchons de bouteille, et le PET, présent dans les bouteilles. Avec le polystyrène (barquettes) et le polyéthylène (sacs en plastique), ils représentent plus de 95% des particules détectés. "Nous n'avons pas été capables d'établir un lien fiable entre les comportements alimentaires et l'exposition aux micro-plastiques", indique Philipp Schwabl, chercheur à l'Université médicale de Vienne, qui a mené l'étude.
Lors d'études précédentes sur des animaux, les concentrations en micro-plastiques les plus fortes étaient trouvées dans l'estomac et les intestins, mais de petites quantités étaient détectées dans le sang, le foie et la lymphe. Il est possible que les micro-plastiques aient des effets négatifs sur le tube digestif mais "des études complémentaires sont nécessaires pour évaluer les dangers potentiels des micro-plastiques pour les humains", fait savoir Philipp Schwabl.

"Je ne suis pas du tout surpris, ni particulièrement inquiet"

Difficile de tirer des conclusions définitives sur l'impact des micro-plastiques, en particulier sur la santé, alors que l'échantillon utilisé pour cette étude est très réduit, soulignent des scientifiques qui n'y ont pas participé. "Je ne suis pas du tout surpris, ni particulièrement inquiet de ces conclusions", a commenté Alistair Boxall, professeur à l'université de York en Grande-Bretagne.

"Des micro-plastiques ont été trouvés dans l'eau du robinet, l'eau en bouteille, des poissons et des moules et même dans de la bière", rappelle-t-il. "C'est quelque part inévitable qu'au moins une partie se retrouve dans notre système digestif." Des études complémentaires sont nécessaires, souligne-t-il aussi, pour déterminer d'où proviennent les micro-plastiques et s'ils présentent un danger.

http://www.earthforcefightsquad.org/medias/images/pcb.png

Pour Stephanie Wright, chercheuse au King's College à Londres, la véritable question est de savoir si les plastiques s'accumulent dans le corps. La production de plastiques a explosé au cours de la dernière décennie et s'élève actuellement à 348 millions de tonnes par an. Environ 2 à 5% se retrouverait dans les océans.

http://ageheureux.a.g.pic.centerblog.net/mini_500_43966.gif

Quand je pense qu'à Mada le pastis est vendu en bouteilles plastique sans parler des filtres de clope en acétate de cellulose qui entravent l'absorbtion de cet excellent formaldéhyde !

Merci Joel

Il est vrai que en passant devant Jumbo à Ankorondrano sans refiler un peu de monnaie à la famille Taloumis ( produits TAF, Robert, menuiserie alu, café, immo, rafineries, etc, etc, etc, etc, etc, etc ) c'est très dur !

Ca m'arrive de craquer pour un saucisson ou un calos bien de chez nous, voire un munster ( le maroille jamais vu ) mais il y a aussi des fromages en provenance d'Antsirabe que j'apprécie.

Donc j'ingère des additifs d'importation plus du plastoc dans ma tuyauterie.
Grâce à Gaston dont je stocke les infos santé précieusement dans une rubrique dédiée sur mon disque dur externe, je suis mieux au courant des dangers que je courre tous les jours en osant encore m'alimenter.

A se demander si le bateau une fois achevé, ça vaut encore le coup de jeter une ligne, tout poisson étant désormais suspect.

Avoir un gouteur attitré, comme au bon vieux temps de ces merveilleux ritals que furents les Borgia ne sert plus à rien !
Tout fout le camp ...

Nouvelle discussion