Regret d'etre expatrié en egypte?

Bonjour

En tant que futur expat en egypte, je voulais avoir des retours d'experiences negatives s'il y en a ! Ou des belles surprises aussi

Est ce que vous preferiez votre statut et vie quotidienne en france ? Pour quelle raison ?

Je pense que vivre en  egypte sera tres plaisant: chaleur humaine, chaleur tout court aussi ...
Mais je crais d'etre idealiste ... j'y suis allee jusqu ´a present que pendant les vacances et ca m'a plus. Est ce que c suffisant pour dire si je vais m'y plaire ( travail, vie quotidienne ou pas ....)

Merci d'avance

je suis en égypte depuis 1an. j'ai eu des mauvaise experience comme partt mais seulement due au fait q je ne parle ps arabe et que je suis ds un quartier ou la majorité des etrangers autour de moi ne sont ps français. Mais le lien q j ai avec les etrangers que j'ai rencontré ici et fort (comme la famille) et il y a certains egyptians qui m'ont tres bien accueilli. dc mon conseil est de venir avec l esprit ouvert q la culture est differente ici et certains truc qui sont impolite chez ns(la ponctualité) est ok ici et vice versa (rire fort  ds les lieux publics)

Nombreux sont les Occidentaux qui tombent de haut en arrivant en Egypte.
La pollution, le bruit, la saleté, le manque d'organisation. C'est le dépaysement total.

J'ai rencontré des Français qui ont tenu 1 mois, et d'autres qui y sont encore.

Un conseil, ne jamais idéaliser sa destination car le coup de blues en démoralise plus d'un.

Et venir en Egypte sans parler (un peu d') arabe est aussi une erreur.

Quelques jours de vacances ne suffisent pas de découvrir un pays,un pays c'est comme une quiconque personne il faut du temps pour pouvoir la découvrir ,donc pas de précipitations conseils  de sages ou plutôt d'un expérimenté. Au plaisir.

l'Égypte est un magnifique pays, la qualité de vie y est meilleur qu'en France.

Pas de racailles, ni de violeurs ou voleurs qui t'agressent en pleins jours devant tout le monde comme en France.

En Egypte ces choses là sont impossible.

Je suis en Egypte depuis août 2018 dans la ville du 6 octobre . Au début , je ne le cache pas c'est difficile car l'on compare beaucoup avec notre vie d'avant . Mais au fur et à mesure , nos critères se modifient et s'adaptent et nous voyons le côté positif que l'on n'avait pas dans notre pays d'origine .
La circulation et les déplacements sont des points compliqués à gérer . Il m'est arrivé de renoncer à certains projets à cause de la distance .
Le côté administratif est aussi très compliqué.
La gestion des déchets m'a aussi posé problème au début car en Europe, il y a des poubelles partout ( en tout cas dans mon pays) et les déchets soit triés ! Ici c'est plus compliqué  car il y a peu de poubelles et les déchets s'accumulent sur certains terrains vagues en construction .
En arrivant, je voulais mettre des poubelles partout ! Je me suis fortement calmée et habituée et j'ai compris toute la complexité de la gestion des déchets et ordures en Egypte en me renseignant un peu .

Je recherche les endroits verts et les parcs et j'aime beaucoup  marcher . La aussi c'est compliqué ... Pollution et pas vraiment de trottoirs  et beaucoup de sable et de poussière .
Pour ma part, j'ai pris mes habitudes de sorties et j'ai mes supermarchés et restaurants préférés qui ressemblent un peu àma vie en Europe ( il ne faut pas se le cacher , on a besoin de repères rassurants quand tout change de la routine quotidienne) C'est pratique car l'on peut  aussi se faire livrer facilement ses courses ou des plats de restaurants .
Et il y a deux grands malls ( Arab et Egypt) tout près .

J'aurais beaucoup à dire encore . Par contre, je serais très contente de pouvoir rencontrer des francophones habitant de mon côté ( cheikh Zaid , 6 Th October

A bientôt !

Tout à faire d'accord . Je pense que si on "tient " les premiers mois , c'est en partie " gagné" . Il faut se laisser une chance de s'acclimater et cela ne se fait pas en 2 jours.  J'allais aussi partir en courant, passés les premiers jours et je ne voyais pas du tout rester .
Je pense aussi qu'il me faut pas mettre la barre trop haut au début et y aller petit à petit .
Ne pas se dire : je suis là pour la vie ... Se projeter 10 ans plus loin , etc ... C'est clair que cela met le blues car évidemment avec la mentalité de " nouveau " venu c'est clair qu'en se projetant loin dans le temps, cela déprime . Et en plus, dans 10 ans,  si la personne reste dans le pays, elle comprendra mieux les habitants, la vie et surtout la langue .
Il faut y aller progressivement ... Sinon ça ne marche pas .

Nouvelle discussion