Achat immobilier en Belgique

Achat immobilier en Belgique
shutterstock.com
Actualisé 2022-04-05 09:50

L'immobilier en Belgique a la réputation d'être relativement moins cher que chez ses voisins européens. Nous vous donnons ci-après, quelques conseils utiles sur ce que vous devez savoir avant d'acheter un bien immobilier en Belgique.

L'immobilier en Belgique

La plupart des expatriés choisissent la location pour vivre en Belgique. Cependant, certains sont attirés par l'idée d'investir dans les biens immobiliers en raison des avantages qu'offre la propriété en Belgique. En effet, le Plat Pays propose des biens moins chers que ses voisins. Malheureusement, la Belgique a aussi connu une augmentation des prix sur le marché immobilier depuis 2013.

Bon à savoir :

71,3% de la population belge est propriétaire.

L'achat immobilier est-il accessible aux étrangers en Belgique ?

Les étrangers peuvent investir dans l'immobilier en Belgique. Cependant, certaines conditions s'appliquent en matière de fiscalité, selon que vous êtes résident ou non. N'oubliez pas de demander des informations complémentaires en fonction de votre situation et de votre statut de résident.

La chasse aux biens immobiliers en Belgique

La plupart des propriétés en vente ont une enseigne à l'extérieur de la maison ou sur le balcon. Ces panneaux sont généralement de couleur orange et affichent « on sale » (en anglais), « te koop » (en néerlandais) ou « à vendre » (en français).

Vous pouvez également rechercher des propriétés sur le web. De nombreux sites internet sont dédiés à la vente et à la location de biens immobiliers. Vous avez le choix entre notamment, Century 21, Immoweb, Logic-Immo et Zimmo. Vous pourrez même être en mesure de trouver des maisons à vendre via des groupes et des forums en ligne, en particulier ceux des expatriés.

Vous pouvez également demander de l'aide aux agences de location (immokantoor en néerlandais et agence immobilière en français), mais rappelez-vous que ce service a un prix. Les honoraires d'agence varient entre 250 € et 1 000 €, et parfois plus. Assurez-vous de vérifier que l'agent que vous utilisez soit agréé en vous rendant sur le site de l'Institut Professionnel des Agents Immobiliers (IPI).

Pour une recherche plus ciblée, pensez à faire appel à des chasseurs immobiliers. Ils sont similaires aux agents immobiliers mais offrent un service plus personnalisé. Cela signifie aussi des frais plus élevés.

Certaines propriétés sont vendues aux enchères. Ils sont annoncés publiquement dans les journaux avec les détails de la vente. Elles peuvent être d'intéressantes opportunités.

Les formalités lors de l'achat d'un bien immobilier en Belgique

Il y a trois phases dans un processus d'achat : l'offre, le compromis de vente et l'acte notarié.

L'offre d'achat

L'offre, koopintenties en néerlandais, est un concept similaire à une offre d'emploi. Avec ce document, les vendeurs s'engagent, détails et conditions à l'appui, à vendre le bien mais peuvent retirer leur offre à tout moment. L'acheteur, lui, peut payer un petit acompte, pour réserver fermement. Cet acompte n'est pas remboursable en cas de retrait de l'acheteur.

Ce document n'est pas obligatoire pour l'achat. Cependant, de nombreux agents immobiliers préfèrent en avoir un.

Il est dans votre intérêt d'offrir entre 5 et 15 % de moins que le prix demandé pour votre enchère.

Si vous contractez une hypothèque en Belgique, l'institution prêteuse peut exiger une évaluation de la propriété. Même si certains ne le demandent pas, c'est toujours une bonne idée de la faire car cela pourrait révéler des défauts du bien immobilier que vous auriez pu rater lors de votre première visite. Si c'est le cas, vous pourrez alors faire baisser l'offre. Les enquêtes d'évaluation coûtent généralement environ 200 €, plus TVA. Vous pouvez soit trouver un géomètre par l'intermédiaire d'un agent immobilier, soit en effectuant une recherche auprès de la Royal Institute of Chartered Surveyors (RICS).

Le compromis de vente

Ceci est également appelé verkooncompromis en néerlandais ou sales agreement en anglais. Ce document affiche tous les détails de l'éventuel contrat de vente. Si vous ne parlez pas la langue dans laquelle se trouve le document, votre agent immobilier ou votre notaire peut vous le faire traduire. Autrement, vous avez le droit d'embaucher et de faire venir un traducteur.

Une fois que l'acheteur et le vendeur ont signé ce contrat, ce dernier devient contraignant. Le vendeur ne peut plus se rétracter ou accepter une offre plus élevée et rejeter la vôtre.

À ce stade, l'acheteur devra payer près de 10 % du montant total sur une fiducie ou au notaire (pour ceux qui ont une hypothèque, le prêteur s'en chargera). Ce montant ne peut pas être remis à l'agence immobilière ou au vendeur. L'acheteur disposera alors de quatre mois pour payer le reste du montant et conclure la vente.

L'acte notarié

L'acte ou notariële akte en Néerlandais est le document attestant du transfert de propriété. Elle doit être faite dans les quatre mois suivant le compromis de vente par un notaire. Pendant ces quatre mois, le bien doit être inspecté par un architecte ou un géomètre. La vente est également enregistrée à ce moment-là.

Les frais qui accompagnent l'achat d'une propriété en Belgique

Au total, environ 11 à 15 % du prix du bien iront aux différents frais liés à la vente. Ils seront à la charge des acquéreurs (pour les nouvelles constructions, cela passera à environ 22 %). Ces frais sont les suivants :

  • Enregistrement de la vente : 6% en Flandre et 10% du prix d'achat dans les autres régions (pour les biens de plus de deux ans). Certaines exemptions peuvent s'appliquer.
  • TVA : 21% du prix d'achat (uniquement pour les propriétés construites il y a moins de deux ans).
  • Frais de notaire : Ils varient de 0,2 à 4 % du prix d'achat, avec une moyenne de 1,6 %. Le pourcentage est prédéterminé par la loi, en fonction du montant de la vente.
  • Hypothèque : Les frais d'administration varient en fonction de l'institution prêteuse et du type d'hypothèque que vous contractez.
  • Honoraires d'agence : entre 200 € et 1 000 €.
  • Assurance : Ceux qui contractent un prêt hypothécaire devront souscrire à une assurance immeuble. Vous pouvez également souscrire à une assurance contenue.
Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.