S'expatrier pour ouvrir son business

Bonjour à tous !

Après un bon moment de réflexion, je me lance dans ce récit auprès de vous, afin de vous demander vos avis et votre aide.
Sachez avant tout qu'il s'agit qu'une vraie démarche de ma part, très sérieuse et bien réfléchie.

J'ai 33 ans et après plusieurs années en tant que cadre, ayant quelques sous de côté, et la volonté d'entreprendre quelque chose qui en vaille la peine, j'ai décidé de passer le pas de l'expatriation. Mais avant le pas, il y a la recherche et la préparation.

Pour que vous ayez le contexte, je suis en couple, avec un bébé, et nous avons un couple de très bons amis (dont l'une déjà habituée à entrepreneuriat) qui ont la même envie, toujours bien réfléchie.

L'idée serait que moi et cette amie partions en repérage dans les pays choisis (Brésil, Guatemala, ou Nicaragua) afin de voir le potentiel d'y ouvrir un commerce.
L'idée du moment est un hôtel/restaurant mais je suis ouvert à d'autres propositions, car il parait que c'est (bien entendu) saturé.

Nous aurions actuellement un budget d'environ 100 000€, et aimerions avancer sur le projet d'ici 6-12 mois.

Pour en venir à l'essentiel de ma d"marche auprès de vous, j'aurais besoin de vos conseils sur plusieurs sujets :
- Quels pays vous semblent les plus opportuns pour ce type d'aventure ?
- Quel budget vous semble le minimum pour monter son affaire ? combien prévoir pour vivre sur place (selon le pays choisi bien sur) le temps que l'affaire se lance ?
- Avez-vous déjà voyagé dans ces pays et quels types de commerces vous semblent les plus porteurs ?
- Des personnes ici ont-elles déjà franchi le pas, et pourraient-elles me conseiller ?

En fait, tous les conseils, critiques, reproches ou avertissements seraient les bienvenus !
J'aimerais pouvoir déclencher des discussions et débats avec vous car il s'agit pour nous d'un vrai choix.

Je voudrais vous remercier par avance pour votre bienveillance et n'hésitez pas à me poser toutes les questions possible si cela peut vous aider à mieux comprendre notre démarche.

Merci à tous et bon voyage !
Guillaume

Ps : je précise que je ne suis pas arrêté sur un pays, mais malheureusement sur ce forum il faut choisir par pays ..

Brésil à éviter si vous ne souhaiter pas tout perdre.

Visa très difficile à avoir, pour avoir votre retraire avec la nouvelle réforme c'est 49 ans de cotisation, c'est entrain d'être revu à la basse.

Ensuite au Brésil tout est compliqué, la vie est très chère. Si vous vivez avec 3 000 euros par mois il faudra avoir un revenu de près de 15 000 reais pour avoir la même plus.

S'avez-vous la procédure de visa, pour ouvrir une entreprise, le coût de la vie au Brésil, assurance, école etc.

Monkey D. Neo :

Bonjour à tous !

Après un bon moment de réflexion, je me lance dans ce récit auprès de vous, afin de vous demander vos avis et votre aide.
Sachez avant tout qu'il s'agit qu'une vraie démarche de ma part, très sérieuse et bien réfléchie.

J'ai 33 ans et après plusieurs années en tant que cadre, ayant quelques sous de côté, et la volonté d'entreprendre quelque chose qui en vaille la peine, j'ai décidé de passer le pas de l'expatriation. Mais avant le pas, il y a la recherche et la préparation.

Pour que vous ayez le contexte, je suis en couple, avec un bébé, et nous avons un couple de très bons amis (dont l'une déjà habituée à entrepreneuriat) qui ont la même envie, toujours bien réfléchie.

L'idée serait que moi et cette amie partions en repérage dans les pays choisis (Brésil, Guatemala, ou Nicaragua) afin de voir le potentiel d'y ouvrir un commerce.
L'idée du moment est un hôtel/restaurant mais je suis ouvert à d'autres propositions, car il parait que c'est (bien entendu) saturé.

Nous aurions actuellement un budget d'environ 100 000€, et aimerions avancer sur le projet d'ici 6-12 mois.

Pour en venir à l'essentiel de ma d"marche auprès de vous, j'aurais besoin de vos conseils sur plusieurs sujets :
- Quels pays vous semblent les plus opportuns pour ce type d'aventure ?
- Quel budget vous semble le minimum pour monter son affaire ? combien prévoir pour vivre sur place (selon le pays choisi bien sur) le temps que l'affaire se lance ?
- Avez-vous déjà voyagé dans ces pays et quels types de commerces vous semblent les plus porteurs ?
- Des personnes ici ont-elles déjà franchi le pas, et pourraient-elles me conseiller ?

En fait, tous les conseils, critiques, reproches ou avertissements seraient les bienvenus !
J'aimerais pouvoir déclencher des discussions et débats avec vous car il s'agit pour nous d'un vrai choix.

Je voudrais vous remercier par avance pour votre bienveillance et n'hésitez pas à me poser toutes les questions possible si cela peut vous aider à mieux comprendre notre démarche.

Merci à tous et bon voyage !
Guillaume

Ps : je précise que je ne suis pas arrêté sur un pays, mais malheureusement sur ce forum il faut choisir par pays ..

Bonsoir Guillaume,


Pour ce qui est d'entreprendre au Brésil il faut déjà une chose : un visa permanent et savoir parler le portugais...
Alors ça peut être un visa permanent pour le mariage, visa entrepreneur, visa retraité (je t'invite à aller consulter la section visa du forum Brésil pour en savoir plus).
Si tu n'as pas de visa, tu ne peux rien faire du tout...
Savoir parler le portugais est primordial, afin de t'en sortir au niveau des démarches administratives.
Ensuite, pour entreprendre ici, il te faut choisir une région dynamique, attractive, comprendre tes futurs clients, connaître leurs attentes, savoir s'adapter, parce que les Brésiliens sont gentils et sympathiques, mais si le service proposé ne dépasse pas leurs attentes, attends-toi malheureusement à voir ta réputation dégringoler et à l'heure actuelle, avec internet, trip advisor, facebook, google maps etc, juste après être sorti d'un restaurant ou d'un hôtel, le client donne son avis.
Les gens ici, quoi qu'on en dise, sont très exigeants et c'est normal.

Tu pars sur une idée d'hôtel/restaurant, d'accord, mais as-tu l'expérience nécessaire dans ce domaine pour savoir exactement à quoi t'attendre et aux difficultés du métier ?

Je te le dis parce que j'ai connu quelqu'un ici qui a fait des études de commerces et qui s'est lancé dans l'ouverture d'un truc qui n'avait RIEN À VOIR avec son domaine de compétence, ici, à São Paulo (cette personne avait un visa permanent pour cause de mariage, donc niveau formalité, quoi que...) et ce quelqu'un s'est littéralement rétamé et a dû fermer boutique malheureusement, parce que n'ayant pas eu d'expérience dans le domaine et n'ayant rien compris aux attentes des consommateurs brésiliens, et les dettes accumulées, on est obligé de mettre la clef sous la porte.

Tu as déjà géré un restaurant ? Tu as déjà été patron d'hôtel ? As-tu une formation dans l'hôtellerie/restauration ?
Sais-tu être patron tout simplement ? Sauras-tu gérer une équipe de brésiliens ?

Loin d'être négative, je t'assure, il faut savoir qu'ici, tu ne peux recruter que des brésiliens et quasiment aucun étranger. Je suis extrêmement sérieuse : le Brésil est un pays extrêmement protectionniste et qui ne laisse pas facilement les étrangers entrer sur le territoire afin de travailler ici. Le Brésilien passe en priorité et l'étranger, sauf si le patron est prêt à investir dans un visa travail pour l'étranger (et ça coûte extrêmement cher), peut dire adieu à tout rêve d'embauche ici.

J'ai vu énormément de français débarquer ici en repérage, des jeunes diplômés...quand on leur explique qu'il est impossible pour eux de venir travailler ici, même dans une entreprise française, parce qu'ils n'ont pas de visa permanent (mariage/travail/retraité) c'est la gifle monumentale qui fait mal et tous leurs rêves partent en fumée.

J'en reviens à l'employé brésilien et au droit du travail ici : bon courage.  Le droit du travail est toujours du côté de l'employé et jamais de l'employeur (certains employeurs sont aussi des ordures, j'en ai fait l'expérience et si j'avais attaqué en justice mon ancien employeur j'aurais eu une indemnisation importante et au revoir la réputation de l'endroit où je travaillais, mais je ne suis pas une ordure, la roue tournera un jour ;) ).
Beaucoup de gens (entrepreneurs) dépensent des milles et des cents dans les avocats durant des procès travaillistes. Les gens ici sont très travailleurs, certes, mais si tu as un souci c'est bonjour.
C'est pour cela que je suis à mon compte et que je n'emploie personne (j'ai le droit d'employer une personne compte tenu de ma micro entreprise), j'aurais trop de problèmes et je n'ai confiance en personne. Il faut être très méfiant ici.

Pour investir ici, je ne sais pas ce qui peut marcher, très franchement. Le secteur des cosmétiques fonctionne super bien par exemple, ça peut être une piste, mais il y a énormément de concurrence malheureusement. Encore un truc auquel je pense, ici à São Paulo, ce qui manque c'est les boutiques où on vend des produits bios à prix accessibles par exemple. On trouve très peu de sites de livraison à domicile de légumes/fruits et produits biologiques, pourtant c'est très recherché.

Moi j'ai entrepris mais à titre personnel (auto entrepreneuriat) dans un domaine, qui était mon domaine de prédilection et de formation, l'enseignement des langues, la traduction et tout ce qui est formation universitaire (et j'ai pu rester ici car je suis mariée à un brésilien).
C'est quelque chose que j'aime profondément et qui me tient à cœur, et je me sens utile envers les gens qui me font confiance. Ça marche pour beaucoup de mes collègues dans ce cas car ici, tout marche à la réputation et à la confiance qu'on accorde.


Avant de tenter quoi que ce soit, viens sur place quelques mois pour te faire une idée du truc, faire un repérage si le Brésil te tente vraiment et si tu as la force et les nerfs d'affronter les démarches administratives monstrueuses pour le visa investisseur.

Mais ne te démotive pas, si dans un autre pays c'est plus facile qu'ici, alors fonce, n'aie peur de rien :)

Si tu as des questions ou des doutes, je reste à ta disposition.

A très vite !


Sofia

Très bon résumé de Sofia qui a bien décrit la situation...

Guillaume au vu de ta situation familiale, j'opterai pour un pays Européen qui te permettra de te dispenser de la case "Visa" qui est l'obstacle le plus pénalisant dans ton projet de vouloir venir en Amérique du Sud.

Ensuite à cet obstacle, j'ajoute celui de la traversée de l'océan qui ne peut se faire principalement que par avion, et quand on décide de partir "ailleurs" et selon le pays de destination, il faudra penser à la partie "déménagement" et contraintes dans le futur...

ces contraintes seront essentiellement financières car si tu dois te déplacer en avion, les aller/retour à 600-900€  par personne, deviendront vite onéreuses...par expérience en 15 ans je suis à pas loin  de 70 000€ de frais de transports aérien entre la France et le Brésil ce qui est peu à raison d'un aller/retour en moyenne par an mais avec la famille....Si tu choisi un pays européen, du sud par exemple, tu t'affranchi des compagnies aériennes en prenant ton véhicule, mais aussi tu peux voyager à faible coût...un Paris- Barcelone ou Paris-Lisbonne te coûtera que 60€ ....

Concernant la création d'entreprise ou d'une activité, déjà qu'en France c'est pas simple et compliqué pour un novice, alors que pourtant tout est fait pour que tout le monde soit informé et  aller dans un autre pays en pensant que cela sera plus "facile" est une idée trompeuse, car non seulement il y aura le problème de la langue à contourner et ensuite il faudra apprendre une nouvelle législation certainement plus complexe" à assimiler..

Sofia parlait des salariés qui pour un oui ou un non vous mettent en procès prud’homale dont vous sortirez à 98% perdant et jugé en moins de 1 mois au Brésil est une réalité, ainsi que l'existence  d'autres règles de droit que vous aurez le plaisir de découvrir au fil du temps et dont personne ne vous en aura parlé car au Brésil, tous les jours de nouvelles lois sont établies soit par l'état Brésilien, soit par l'état ou vous êtes implanté, soit par la ville ou vous êtes situé, et aussi comme l'imposition de nouvelles taxes......

Au Brésil, l'activité des pousada et hôtel est en pleine évolution et de nouvelles normes apparaissent au jour le jour similaires à celles existante en France, donc il faudra apprendre à les anticiper pour ne pas se trouver piégé avec un outil de travail non fonctionnel...

J'ai l'exemple d'une personne qui a acheté une pousada avec des chambres de 10m2 sur un terrain de 900 m2 qui du jour au lendemain s'est vu interdire son activité, car une loi municipale avait été voté disant que les chambres des pousada devaient faire au minimum 15m2 et qu'il fallait au minimum un terrain de 1500m2 pour simplement "obtenir" la licence d'exploitation d'une pousada de 6 chambres et si on souhaitait avoir plus de chambre il fallait 200m2 de terrain en plus par chambre crée....cette loi municipale étant votée par des gros "hôteliers" du coin, élu au conseil municipal, afin de faire fermer 80% des pousadas de la ville....chose qui fût une réalité, sauf pour certains qui ont pu continuer à fonctionner en versant des "dessous de table" en liquide à quelques fonctionnaires de la mairie, notament du "planejamento" 

Bonne réflexion...

Sofia bonjour,
Je suis tout à fait d'accord avec tes observations. Tu as très bien dépeint la réalité du monde de l'entrepreunariat au Brésil. Si certaines choses sont possibles ici, une fois réglée la question du visa, c'est aussi au prix d'une grande prudence et méfiance. Il est toujours intéressant de se "farcir" un gringo... donc étudier bien avant où l'on va mettre les pieds!

Je rajouterais qu'il ne faut pas se faire beaucoup d'illusions non plus avec le Guatémala  et le Nicaragua (probablement pire que le Brésil). Mais pour cela, il vaut mieux aller sur les pages de ce site consacrées à ces deux pays pour en savoir plus.
Se lancer dans une aventure pareille sans connaître un minimum ces pays, leur langue, leur cultures et leurs relations avec les étrangers désireux de s'installer chez eux, c'est du suicide professionnel et commercial!

Salut Guillaume
Là, tu as déjà de quoi méditer sur les messages précédents. Parfois aussi dans le négativisme.

C'est un beau projet, et tu sembles avoir des étoiles pleins les yeux, quand tu écris ton projet.

Pourquoi le Brésil ou les pays d'Amérique central ? Quelle est ta motivation première ? Quittait le France pour aller vivre une vie moins conventionnelle ?

Sur ton projet, tu parles de plusieurs choses ; plusieurs pays, Brésil, Guatemala, Nicaragua. Le premier où j'habite depuis 15 ans est immense, donc il faudra choisir une région, une ville. Tu aimes, le soleil ? Rio, Salvador, le nord-est ? Tu aimes le froid ? São paolo, Curitiba, Porto Alegre, tu aimes les cachoeira les pleines Belo horizonte (le minas Gerais) etc.

Ça prend du temps de voyager et de visiter un si grand pays...
Pour les autres pays d'Amérique central, ça devrait être plus rapide.

Un message précédent, parler de ta formation ? Il est vrai que pour pouvoir prétendre à ouvrir une entreprise dans un secteur spécifique comme l'hôtellerie/restauration, il faut avoir un minimum d'expérience. Solution : il faudra t'attacher les services d'une personne qui à cette expérience!

Pour travailler soit au Brésil, soit dans les autres pays, il faudra parler soit le Portugais soit l'espagnol. Solution : prendre rapidement des cours une fois ton pays choisi et sur place, avoir une personne bilingue qui t'aide pour tes démarches.
Quand je suis arrivé en 2004 à Rio, je ne parler pas le portugais... J'ai jamais pris un cours...

En vu de la somme d'argent que tu veux investir, cela te différencie des rêveurs qui veulent venir vivre en Amérique du Sud sans moyens. Maintenant, il faut aussi relativiser, c'est une belle somme et une petite somme !
Par exemple, le restaurant "Alexandro Federico" restaurant italien, celui qui a était ouvert à Barra da Tijuca au Rio Design l'investissement à été de 2 millions de reais. Retour incroyable de l'investissement en 6 mois !
Attention, les belles places, à Ipanema, Barra, les locations sont très onéreuses. C'est là la difficulté. Une simple boutique 30m² qui vend des bikinis (Riggy) au Barra shopping à Barra da Tijuca (Rio de Janeiro), paye 30 000 reais mensuel.

L'idée serrait d'investir cette somme et d'avoir des investisseurs français, j'insiste français, qui sont implanter depuis plusieurs années par exemple au brésil et de faire affaire avec eux. Tu pourrais bénéficier de leurs expériences et savoir faire et éventuellement de leurs enseignes...

Ne jamais faire affaire avec des Brésiliens. (dans ton cas du moins).

Pour le secteur hôtelier donc une pousada, c'est sympa, son fait rêver, mais il y en a plus de 20 000 au Brésil. Buzios région au nord de Rio, plus de 400. Certaines périodes comme le carnaval, on ne trouve plus de place. Mais sur toute l'année, si plus compliquer de remplir.
Par contre, le secteur de la restauration au Brésil, ça s'est le business pour gagner de l'argent ! Le Brésilien mange n'importe quoi à n'importer qu'elle heure. Et en plus si c'est bon, et bon marcher !

Bonne chance.

Bonsoir Guillaume,
Ta démarche me rappelle mon cas au début des années 2000.
Je serai ravi de te donner mon point de vue et te relater mon expérience au Brésil sur Bar-restaurant.
Tu peux me contacter sur ma messagerie: foxtrotdc(a)gmail.com
A plus...
Didier.

Bonjour à tous,

Tout d'abord un très grand merci à vous, pour avoir pris le temps de me répondre, souvent de manière très complète.

Pour que vous compreniez bien, j'ai tout à fait conscience du caractère un peu fou de a démarche, et que je vais me confronter à pas mal de difficultés (administratives, linguistiques, culturelles, etc etc..) mais il s'agit d'une décision murement réfléchie et d'un projet de vie. Ma démarche n'a rien de naïve. C'est d'ailleurs pour ça, pour ne pas "gâcher" ces économies mises de côté, que je prends bien le temps de demander conseils et de me renseigner pendant les 6-12 mois à venir avant d'entreprendre les déplacements dans les pays concernés avant le couple d'amis qui se joint à nous sur cette aventure.

Sofia :
Un grand merci pour ton retour, ces avertissements et recommandations.
En effet je n'ai pas d'expérience dans la restauration, et l'emploi d'une personne compétente sera surement de mise. Pour précision, je n'ai pas forcément envie de me lancer dans un restaurant, rien n'est arrêté, mais l'idée de l'hotel / cottage reviens beaucoup. Peut être un côté bar au rez-de-chaussé avec coin crêpe, mais rien de plus.
Pour la partie Visa, je vais me renseigner sur le visa entrepreneur.
Concernant l’endroit dynamique, c'est justement le but de mon post sur ce forum : ne pouvant pas encore me déplacer, je compte sur les expat sur place pour me donner leurs avis et conseils. Bien entendu à un moment donné, et fort de tout ces avis, je viendrai sur place pour confirmer ou non l'idée.
Tu parles de ces jeunes diplômés voulant travailler au brésil et déçus, est-ce pareil pour quelqu'un voulant entreprendre ? avec un budget sérieux pour investir.

Nous serons personnes ( 2 couples et 1 enfants) et peut-être qu'à 4 il est possible de faire tourner une affaire sans les problèmes d'employés dont tu parles.
Mais si je me dis que de toute façon il faudra surement y passer pour pouvoir souffler et se développer un minimum (l'idée n'est pas de créer un empire, mais de nous assurer une pérennité et minimum de confort de vie).

Pour le côté Bio, il n'y a pas de magasins tu veux dire ? ou il y en a, mais chers ?
C'est en effet une idée que j'avais en tête, étant adepte de ce type d'alimentation.

En tout cas un grand merci à toi Sofia pour ton temps. Je suis intéressé pour continuer à échanger avec toi ! :)

Chicobrasil:
Je te remercie pour tes conseils également ! Pour ne rien te cacher, nous ne fermons aucune porte, le champs des possibles est illimité, alors pourquoi pas en europe. C'est vrai que la partie visa serait facilité, mais cela ne doit pas être un frein pour moi. Après en effet notre budget n'est peut être pas  suffisant pour des pays d'europe deja bien développé : l'idée est d'investir dans un endroit à fort potentiel mais pas encore assailli.
Pour la parti déplacement onéreux dont tu parles, il n'est pas prévu d'enchainé les allers-retours, si ont part c'est pour rester (sauf quelques retours en france pour voir la famille en visites groupées).
Merci beaucoup pour votre récit concernant les pousada, c'est très inquiétant en effet et bon à savoir, je le note.
Pour revenir sur les employés, n'y a-t-il pas possibilité d'employer des locaux "réglo" , qui veulent juste travailler, bien entendu avec des patrons (nous) réglo ?

Nando drendo:
Merci pour ton message, j'ai en effet plusieurs fois entendu parler d ces fameux gringo qu'il était toujours sympa de se farcir :) je serai vigilent !
Tu dis que le nicaragua et le guatemala sont pire que le brésil, peux-tu préciser stp ?
Enfin tu parles de suicide commercial, et je suis entièrement d'accord avec toi. C'est le but de ma démarche justement, faire un benchmark complet pour identifier le "où", le "quoi", et le "quand"  !
je ne partirai pas avec famille et amis sans un projet solide, c'est pour cela qu'on se donne 6-12 mois, et quelques allers-retours je pense.
Si tu as d'autres conseils je suis bien entendu preneur :) merci

France-Rio :
Hello et merci pour ton message, j'ai bcp apprécié !
En effet, rien de bien original, si ce n'est une solide envie de concrétiser un rêve, celui d'une vie autre que celle de salarié, à bosser dur derrière son ordinateur pour un projet qui ne lui appartient pas, et finit par ne plus avoir de sens. Attention, travailler n'est pas le probleme et ne me fait pas peur, c'est le but et le cadre qui compte. Tu parles de conventionnel, et tu as également raison.
Pour répondre à ta question, je n'ai pas de préférence pour la destination, mais mon "associée" parle bcp d'amerique centrale (alors que je suis bcp plus asie) je me dois donc je me renseigner partout. Comme évoqué plus haut le champs des possible est vaste et je suis ouvert. (et oui, j'aime le chaud ;) )
Pour c qui est de voyager, oui après avoir sélectionné une shorlist d'endroit, je pense prendre quelques mois (2-3-4 .. je ne sais pas) pour les visiter et voir sur place.
Pour ma formation, j'ai fait une école de commerce et ai beaucoup bossé dans le digital, mais travailler à mon compte dans business type hotel, école de plongée, bar, commerce bio, location de scooter .. enfin tout cela, demande autre chose, de la gestion, de la sueur, de la motivation, et savoir entretenir une affaire au dela des simples compétences de savoir faire un cocktail ou cuisiner un plat. Ton exemple d'embaucher une personne compétente est aussi un bon exemple (encore faut-il bien se cadrer, concernant ce qui a été dit plus haut sur les problèmes rencontrés par les employeurs).
Je précise que je parle relativement bien anglais, mais qu'en effet je devrais reprendre des cours d'espagnol, c'est loin de lycée. Mais pas impossible.
Enfin, ton exemple  d'investir avec des francais est intéressante, peux-tu m'en dire plus ? à quoi fais-tu référence par exemple ? où puis-je en savoir plus sur eux, les contacter, me renseigner ?
Quoiqu'il en soit, clairement je ne m'associerai pas avec des locaux voulant plumer le petit gringo plein de rêves, et lui prendre ses économies d'une vie.

En tout cas, sachez que j'ai bcp apprécié le tems que vous avez pris à me répondre, et reste ouvert pour continuer ces échanges !

Merci à tous !
Guillaume

Salut Guillaume
Avec ton dernier message, on en connaît un peu plus sur tes intentions, tout du moins de ton côté, tu as l'air de savoir ou tu vas. Il ne te reste qu'à faire des choix donc et avancer.

C'est souvent le paradoxe, ce que tu dis : quoiqu'il en soit, clairement, je ne m'associerai pas avec des locaux voulant plumer le petit gringo plein de rêves, et lui prendre ses économies d'une vie.

Malheureusement, c'est un peu comme moi, et tous les français que j'ai pu côtoyer durant ces 15 années au Brésil. Personnes n'est à l'abri.
J'étais comme toi, je penser être trop fort pour ne jamais me faire avoir. Ma première déception fut quand j'avais envoyé 2000 euros juste avant de m'installer au Brésil, j'avais envoyé cette somme à la meilleure amie de mon ex femme, pour qu'elle puisse me régler mes fournisseurs. Ce fut un avertissement!

À mes débuts, pour ouvrir une société, j'ai du mi prendre à plusieurs reprises.
Avant de connaitre la langue correctement, et de connaitre les bonnes collections, ça prend du temps (5 ans). Ce qui veut dire, parfois, j'ai dû payer plusieurs fois pour le même service. ... Une fois que tu as posé une pierre, il t'ai difficile de faire marche arrière.

Tiens, je me souviens de cette histoire de mon ami Christian qui vis à Búzios depuis 10 ans. Il est agent de joueur de foot. Il est la connextion, des joueurs qui partent en ligue 1 du Brésil vers l'europe. Il y a 4, 5 ans, il a reçu une grosse somme d'argent, qui a été virer sur le compte de son associé, un Brésilien. La suite, tu l'as compris... Il a pourtant essayé vigoureusement essayer de récupérer son du, mais au final, il a était condamner par la justice, et ne peux plus s'approcher à 1 mètre de son ex associé.

Il faut comprendre et le voir pour y croire :  Un Brésilien, un Carioca, te plantera ! C'est un trophée, il ne faudra pas être surpris qu'il revienne vers toi peu de temps après comme si de rien ne s'étais passer !

À mon amis Patrick Brancard, traiteur de France à Copacabana (arrivé en1978). Quel mal il lui en a pris d'avoir aidé ce Brésilien pour monter son restaurant, en retour pour avoir à peine 1 % dans les statuts. Pour l'histoire ; quand ce restaurant a dû fermer les portes, Patrick a du se battre en justice pour prouver qu'il n'étais pas le gérant et responsable de cette affaire. Ça a pris plusieurs années, entre temps il a du avoir la total;  compte bloquer, saisie, etc. Au Brésil, ce n'est pas comme une SARL, le gérant est entièrement responsable de la société ! D'ailleurs, c'est pour cette raison, que les grands constructeurs immobiliers ou joueurs de foot, mettent tous leurs biens aux noms d'un membre de leurs familles.

Pour les investisseurs français, je penser à : Olivier Anquier et Troisgros - tu peux les trouver facilement sur le net, YouTube, il sont super connu ici au Brésil comme chef.  Troisgros.

Une piste, plus vers le commercial ; au Brésil, les femmes préfèrent ne pas manger, mais aller au salon. Bref, tu ne peux pas faire 10 mètres sans voir un salon de beauté, n'importe où. Avec des produits comme les shampooings par exemple, tu aurais de quoi faire ! La grosse difficulté va se trouver dans la négociation d'achat. Les professionnels ne vont pas t'acheter tes produits, il va te les prendre en dépôt ventes. (Consignação). Mise à part ça, investissement zéro tout dans le commercial !

N'oublie pas qu'une poupança au Brésil, avec 100 000 euros doit te rapporter 1 655 reais par mois. Deux fois, le SMIC brésilien.

A bientôt

FRANCE-RIO :

N'oublie pas qu'une poupança au Brésil, avec 100 000 euros doit te rapporter 1 655 reais par mois. Deux fois, le SMIC brésilien.

Il y a comme une erreur!
100 000 reais a environ 7,5% par an (0,62% par mois en moyenne) ne font pas 1 655 reais par mois.
Mais environ 625 reais par mois.

(En CDB comptez NET pour 100 mil en ce moment 9,5% environ, > 9 500  reais par an )
J'ai dit NET, in the pocket.

Rebonjour France-Rio,

Merci d'avoir pris le temps de répondre aussi vite !

En effet, plus j'en parle sur les forum, et moins je suis chaud pour le brésil. Il faudra que j'en parle avec ma future associée (bon, elle me parle plus du Guatemala et Nicaragua).
Me concernant comme je l'ai déjà dit, je penche beaucoup plus pour l'Asie du sud est (Malaisie, vietnam, Laos, Cambodge..) mais il parait qu'on ne peut pas détenir son propre business là bas, ou qu'il est obligatoire de s'associer avec quelqu'un du pays.

Les exemples que tu me cites me mettent la boule au ventre .. c'est sûr ça fait réfléchir et c'est une bonne chose. Il faudra en effet bien étudier le marcher et les possibilités avant de nous lancer.
Tu as quel type de business toi ? que me recommandes-tu ? Sais-tu s'il est possible de contacter des investisseurs français sur place ?

En tout cas merci pour tout !
Guillaume

Aventureiro :
FRANCE-RIO :

N'oublie pas qu'une poupança au Brésil, avec 100 000 euros doit te rapporter 1 655 reais par mois. Deux fois, le SMIC brésilien.

Il y a comme une erreur!
100 000 reais a environ 7,5% par an (0,62% par mois en moyenne) ne font pas 1 655 reais par mois.
Mais environ 625 reais par mois.

(En CDB comptez NET pour 100 mil en ce moment 9,5% environ, > 9 500  reais par an )
J'ai dit NET, in the pocket.

Helo Aventureiro !

Merci pour ton retour.
En fait si j'ai bien compris, vous parlez d'épargner au brésil mes 100 000€ ?
Le problème est que je ne pourrai plus rien en faire pour investir, et il s'agit de l'argent de 3 personnes, donc pour vivre je ne sais pas si ca suffirait.

Combien je pourrai avoir rien qu'en intéret (in the pocket) avec ce montant ? Quel est le coût de la vie ? Combien faut-il par personne pour être bien ?

Merci beaucoup !
Guillaume

Aventureiro :
FRANCE-RIO :

N'oublie pas qu'une poupança au Brésil, avec 100 000 euros doit te rapporter 1 655 reais par mois. Deux fois, le SMIC brésilien.

Il y a comme une erreur!
100 000 reais a environ 7,5% par an (0,62% par mois en moyenne) ne font pas 1 655 reais par mois.
Mais environ 625 reais par mois.

(En CDB comptez NET pour 100 mil en ce moment 9,5% environ, > 9 500  reais par an )
J'ai dit NET, in the pocket.

Erreur de comptage, les intérêt versés sont pas de 7.5% par an, mais de 12.25% au minimum actuellement notamment pour les CBD  pos fixado et LCI
et on évitera de mettre son argent sur un compte poupança vu la faible rentabilité de 7.8% !

"Apesar não pagar Imposto de Renda e taxas de administração, a poupança é pior que outras aplicações de renda fixa, pois a remuneração é fixa em 0,5% ao mês mais TR.... "


donc
100 000€ soit 329 000 R$ x 12.25% annuel = 40 300,00 R$ : 12 mois =  3360 R$/mois minimum soit 4.3 fois le smic brésilien et il faudra noter que la rentabilité sera de toute façon meilleure que les 1.5% en France......même si l'on enlève l'inflation qui est en voie diminution...

http://exame.abril.com.br/seu-dinheiro/ … a-em-2017/

https://economia.uol.com.br/financas-pe … m-2017.htm

tout ceci, pour simplement dire, qu'aujourd'hui, un placement financier en banque au Brésil, rapporte plus que certaines activités commerciale "sans travailler" et sans avoir le stress du chiffre d'affaire etc... surtout que les intérêts sont versés au jour le jour et disponibles également au jour le jour...

dans le cadre d'un visa d'investisseur, ou l'on vous demandera d'investir 500 000 R$ (160 000€) dans une activité qui risquera de vous rapporter moins au final qu'un placement financier et avec l'obligation d'embaucher au cours des 3 ans qui suivront la délivrance du visa au minimum 10 salariés brésiliens,  la question se pose quand à vouloir opter pour cette forme de visa !

Juste pour dire qu'avec 100 000 Euros, vous n'irez pas bien loin. Juste assez pour une petite pousada, loin d'une capitale. Un gringo qui aura acheté cette pousada il y a quelques années sera trop heureux de vous faire une bonne offre!
Peu de chambre et loin d'une capitale...vous remplirez vos chambre durant quelques vancaces et jours féries. Beaucoup de travail, risque énorme et revenu misérable.
Le post de Chico prend tout son sens....vous ne gagnerez jamais l'équivalent R$1 665 / mois avec un investissement en pousada de 100 000 Euros.

Bardamu :

Juste pour dire qu'avec 100 000 Euros, vous n'irez pas bien loin. Juste assez pour une petite pousada, loin d'une capitale. Un gringo qui aura acheté cette pousada il y a quelques années sera trop heureux de vous faire une bonne offre!
Peu de chambre et loin d'une capitale...vous remplirez vos chambre durant quelques vancaces et jours féries. Beaucoup de travail, risque énorme et revenu misérable.
Le post de Chico prend tout son sens....vous ne gagnerez jamais l'équivalent R$1 665 / mois avec un investissement en pousada de 100 000 Euros.

Et oui cela est une réalité....avec 100 000€ ou plus investit dans un buziness type pousada, le CA dégagé restera inférieur à ce qu'il rapportera en placement financier...car entre les charges salariales, les impôts (IPTU),  les frais de gestion et les frais d'entretien courants et le faible taux d'occupation, beaucoup de pousada sont à peine à l'équilibre et cela est vrai pour de nombreuses activités qui nécessitent une mise de départ importante...

Par contre des investissements de moins de 20 000 R$ peuvent s'avérer fructueux, avec des retour sur investissement en moins de 3 mois, il suffit d'être observateur pour le constater,
un exemple  parmi d'autre :

les machines à glace italienne :
nombre d'employé : 1
coût de la machine neuve 10 000 R$
coût d'entretien : 1000 R$/ an
coût de fabrication du cornet de glace : 0.80 centavos
prix de vente : 2.50 R$
débit moyen par machine placée en zone commerciale piétonnière : 300/ jours.

Monkey D. Neo :
Aventureiro :
FRANCE-RIO :

N'oublie pas qu'une poupança au Brésil, avec 100 000 euros doit te rapporter 1 655 reais par mois. Deux fois, le SMIC brésilien.

Il y a comme une erreur!
100 000 reais a environ 7,5% par an (0,62% par mois en moyenne) ne font pas 1 655 reais par mois.
Mais environ 625 reais par mois.

(En CDB comptez NET pour 100 mil en ce moment 9,5% environ, > 9 500  reais par an )
J'ai dit NET, in the pocket.

Helo Aventureiro !

Merci pour ton retour.
En fait si j'ai bien compris, vous parlez d'épargner au brésil mes 100 000€ ?
Le problème est que je ne pourrai plus rien en faire pour investir, et il s'agit de l'argent de 3 personnes, donc pour vivre je ne sais pas si ca suffirait.

Combien je pourrai avoir rien qu'en intéret (in the pocket) avec ce montant ? Quel est le coût de la vie ? Combien faut-il par personne pour être bien ?

Merci beaucoup !
Guillaume

Bonjour Guillaume et à tous...
Je disais que le fait d'avoir une petite somme et de la laisser sur un compte poupança permettez d'avoir pas mal d'intérêt.  Je mettais baser gros-somodo sur 0,5% par mois, il semble que sa soit 1%.

Pour poursuivre, sur ton projet, si cette somme est un cumul de 3 personnes et qu'elle vous servira pour vivre, il en va s'en dire que les choses vont se corser.
Pour pouvoir vivre normalement il vous faud compter 5000 reais par mois par personnes. Environ 3 000 euros par mois pour vous trois.

De plus, il va falloir penser au visa d'investisseur. Cette somme et insuffisant vu qu'il faut 160 000 euros. Je me pose la question, si tu arrives à combler la différence, le visa serrait pour une personne pas pour vous 3 ? La je demande à Chico qui doit savoir?

Pour ce qui est de mes activités, tu peux trouver des informations sur mon site : (mon speudo + .com).

Les chefs que je t'ai communiqué Olivier et Troisgros, regarde sur le net ou se trouvent leur restaurant à Rio et envoie leurs un mail. Demande-leur, en premier lieu, le coût d'un financement pour ouvrir un restaurant dans une gamme similaire, et voie s'il y a moyens de faire du business avec eux.

http://www.troisgrosbrasil.com.br/ atendimento[at]troisgrosbrasil.com.br

http://www.olivieranquier.com.br/ CONTATO[at]AGENCIASUBA.COM.BR / http://www.olivieranquier.com.br/novo/f … o-olivier/

Regarde cette video, le futur se situe à Singapour. Un des plus gros economiste du monde et partis vivre la bas.

Bon courage  :cool:

pour le visa d'investisseur c'est simple :

la somme demandée à investir c'est 500 000 R$ pour une personne qui peut rattacher à sa demande son conjoint et ses enfants mais pas de "personnes" ne faisant pas partie de sa famille ou sans lien de filiation... donc pour 3 associés, c'est 3 fois 500 000 R$...ou 1 fois 500 000 R$ le visa étant attribué à celui qui restera en permanence, et les 2 autres viendront en touriste 2 fois 3 mois  :(  et ne peuvent pas prétendre à être embauchés par l'entreprise crée car il faut que ce soit des brésiliens exclusivement....

Monkey D. Neo :

Helo Aventureiro !

Merci pour ton retour.
En fait si j'ai bien compris, vous parlez d'épargner au brésil mes 100 000€ ?
Le problème est que je ne pourrai plus rien en faire pour investir, et il s'agit de l'argent de 3 personnes, donc pour vivre je ne sais pas si ca suffirait.

Combien je pourrai avoir rien qu'en intéret (in the pocket) avec ce montant ? Quel est le coût de la vie ? Combien faut-il par personne pour être bien ?

Merci beaucoup !
Guillaume

La poupanca en ce moment donne entre 0,60% et 0,68%

Les CDB en ce moment donnent du 10% NET
J'ai dit net
Car il faut calculer en laissant 2 ou 3 ans ce qui est mieux
Car les impôts sont prélevés et en dégressifs et a chq date ou les impots baissent de tranche, ils vous reversent la difference sur vos interets composés, qui sont donnés chq jour ouvrables.

Les taux devraient baisser encore d'un point en avril.

Je ne donne pas de conseil sur comment vivre ici avec ses interets ou alors si mais je dirai simplement qu'a partir d'un million de reais
C'est a dire 3 fois plus que la somme que vous indiquez,
Vous seriez plus à l'aise.

Sur place vous vous rendrez tous les comptes de la vie courante. Et si l'expatriation vous plait ici.

La rentabilité dépend de la durée du placement  envisagé, notamment pour les CDB.
En cas de retraits ponctuels, le taux d'imposition appliqué sur les intérêts versés sur la somme retirée variera de 22.5 à 15%

le plus simple étant de d'utiliser ce simulateur

http://www.clubedospoupadores.com/ferra … ixado.html

et à la différence de ce qu'écrit "Aventureiro",  qui pense qu'il faut 1 millions de réal, 500 000 R$ en CDB on obtient mensuellement l'équivalent de + de 5000 R$, somme qui évolue de mois en mois, car les intérêts sont progressifs, et 5000 R$ permet de vivre correctement  en attendant de savoir ce que l'on veut vraiment faire... la meilleure option restant le panachage entre des fundos de investimentos DI à hauteur de 10% et les CDB pour 90%...On retira sur les  Fundos en fonction de ses besoins avant d'aller piocher sur ses CDB

Et noter aussi qu'un CDB qu'il soit de 12 mois, 2 ans, 5 ans n'a pas d'importance sauf pour les intérêt versés, la meilleur durée étant celle de 30 mois,  car les sommes sont disponibles à tout moment et les taux d'impositions  retenus en cas de retraits sur les intérêts brut versé sont identiques...

Sauf pour les humoristes le rendement d´un placement se calcule net d´inflation. Car l´inflation à savoir l´augmentation des prix réduit le pouvoir d´achat du capital placé.

L´économie du Brasiou étant en plongeon l´inflation se réduit. La BACEN établit le centre de l´inflation à 4.5 %. Le Selic va donc être rabaissé à 9 %. Si ces données se stabilisent pour 2017 le rendement net d´inflation des placements type CDB sera donc désormais en gros de :

9 % - 4.5 % = 4.5 %

http://www1.folha.uol.com.br/mercado/20 … eses.shtml

Le rendement moyen des SCPI gérant de l´immobilier d´investissement en France et/ou en Europe est de 5 %, pouvant atteindre plus de 6 %. Les dividendes peuvent être versés mensuellement.L´inflation étant quasiment nulle ( 0. 2 %) le rendement moyen net d´inflation est donc actuellement de :

5 % - 0.2 % = 4.8 %.

https://mes-placements.fr/scpi/scpi-d-e … oCinfw_wcB

Donc, si on compare les rendements nets d´inflation...qui sont les seuls a être pris en compte par les investisseurs sauf par les comiques...il-y-aurait plutôt un mince avantage pour les SCPI.

A présent si on parle de bizinesse au Brasiou, à part les pousadas dont le seul nom fait rigoler...hihihihi... il ne faut pas oublier la fejoiada ou simplement les saucisses qu´on peut livrer sportivement à vélo selon le système Hubert. L´utile à l´agréable.

https://encrypted-tbn1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRQWp1GHTWR7Tf_VfG1IWkw2OxIWqeHMYhQfOo69yVwPNJ-CQ-P

Voilà près de 15 ans que je vis au Brésil , Je retire 3500 reas depuis le début tous les mois et mon capital reste  toujours constant comparé à €

Depuis 15 ans que je vis au Brésil ,j'ai vécu 4 ans à Rio et depuis je vis dans une importante citée balnéaire de Santa Catarina . Durant les années passées à Rio, je ne me suis guère inquiété de l'activité économique du pays si ce n'est que je m'étais penché sur l'achat d'une poussada et d' un parking de stationnement à Rio .A Balnéario Camboriu ou je vis actuellement , la ville étant bien plus petite je constate mieux les choses .Il existe des milliers de commerces qui changent régulièrement de propriétaires , ici le commerce est illusoire et je n'investirai pas un réal dans ce genre d'activité ici, hormis quelques un qui semble prospérer .Par contre je pense que l'artisanat pourrait y avoir une place malgré   le nombre de charlots bricoleurs qui peuplent la ville .
Prêt de chez moi , il y a une boulangerie pâtisserie qui fait du bon pain ( un des rares) de différentes qualités , il fait aussi salon de thé , Il occupe une dizaines de personnes et ne désemplie pas de la journée des queux de plusieurs dizaine de mètres sur le trottoir aux heures de pointes avec 3 caisses ouvertes en permanences .
Je pense qu'un vrai boulanger faisant du vrai pain comme en France ( croustillant genre bannette) ici il existe un pain français qui à belle allure mais qui n'est pas cuit  et de la pâtisserie française genre tarte aux fruits ( ici c'est le gros gâteau à la crème) aurait une réussite assurée
  Je pense aussi que de véritables professionnels dans des métiers de maintenances informatiques ,  du bâtiment , de la mécanique peuvent aussi réussir à moindre échelle
Je connais aussi des français qui font fructifier leur capital en faisant quelques transactions immobilières , mais il faut un capital plus conséquent  et ne pas être pressé , une affaire sur 1 ou 2ans avec de petits appartements   bien placés dans des grandes villes RIO ou Sao Paulo ,Curitiba ..
Je connaissais à Rio , un Brésiliens avocat à la BNDS qui à pris une retraite proportionnel ( c'était possible à l'époque) à 45 ans et en 10 ans avait changé ou acheté et vendus 7ou 8 appartement tout en conservant son train de vie.

MauriceP38 , laisse parler Economicus qui est hors sujet lorsqu'il s'agit de placements financiers et rendement, et comme tu le dis justement ton capital est resté stable en € depuis 15 ans et malgré que, tous les mois tu en retire une certaine somme qui te sert pour ton quotidien...il en est de même pour moi,  en 15 ans, mon capital de départ en €, placé au Brésil,  a été multiplié par 6 et continue à progresser de 14% par an, alors vive le Brésil et vive l'inflation :) , en France ce même capital aurait seulement doublé et encore et ne me rapporterait que 2%..

En immobilier cela aurait été pire je viens de vendre ce mois-ci,  un appartement sur les bords du lac d'Annecy à  -25% de ce qu'il était estimé en 2005,  la concrétisation de la vente a mis 2 ans, alors qu'il a été remis à neuf (15000€ de frais) , qu'il est en cœur de village,  et que le marché haut Savoyard est autant spéculatif que celui de Paris, avec un déficit  chronique depuis plus de 10 ans de 5000 appartements par an sur la ville d'Annecy et un plan de construction de 25 000 appartements sur les 5 ans à venir....

En parlant de SCPI, il faut savoir que ce type de placement ne rapporte pas autant qu'annoncé par notre grand financier d' Economicus, d'ailleurs voir le chapitre de la vente de mon appartement ci dessus, les SCPI sont des sociétés d'investissement en parts immobilières...Economicus  lis trop les publicités pour ce genre de produit et s'il avait de l'argent placé sur ce type de produit,  il s'en serait aperçu depuis longtemps car l'argent est bloqué pendant plusieurs années,  qu'il y a des frais de gestion, des  frais d'entrée, des frais de sortie anticipé,  une imposition sur les revenus locatifs etc.....mais cela il n'en parle pas .

Après comme d'habitude il nous en revient toujours à  son histoire d'inflation, car même si l'inflation est présente, elle est contrée au fil du temps par une baisse des prix liée à la concurrence, d'ailleurs c'est la même chose en France, ou les consommateurs trouveront toujours les mêmes types de produits au même prix, année après année...

le R$ a reprit de la vigueur, le pic de la crise est passé, reste encore des soubresauts ..

Le Brésil souffre d'un manque de professionnalisation dans beaucoup de secteurs car grand nombre de Brésilien n'ont pas eu de formation et surtout l'argent pour exercer leur métier actuel et ont donc appris sur le terrain au fil du temps en se décrétant plombier, carreleur, peintre en bâtiment, électricien etc...il n'y a pas d'école spécifique pour l'apprentissage des métiers du bâtiment au Brésil qui délivre des diplômes, idem dans le secteur de l'alimentaire et hôtellerie, sans parler que les rémunérations salariales seront généralement peu élevées.

L'artisan Français qui arrive au brésil pour créer une activité de commerce alimentaire ou autre à un avantage spécifique qui est sa formation, par contre rien n'est acquis car il devra s'adapter à la culture et à la façon de faire des Brésiliens et parfois aura l'impression " d'être dans un autre monde" ce qui sera une réalité quand il verra comment les brésiliens travailleront souvent selon son opinion, "en dépit du bon sens"...après, ce qui paye au Brésil et même en France, quoique cela reste de plus en plus aléatoire et de faire toujours de la qualité..la qualité rapporte à long terme mais est mise à mal par une pression du consommateur de vouloir la payer au prix de "banane" et pour vivre de son activité,  il faudra trouver le juste équilibre..

mauricep38 :

Voilà près de 15 ans que je vis au Brésil , Je retire 3500 reas depuis le début tous les mois et mon capital reste  toujours constant comparé à €

Tu veux sans doute dire que si tu convertis aujourd´hui ton capital détenu au Brasiou  tu obtiens en Euro la même somme que celle que tu y as faites entrer il-y-a 15 ans...

...C´est fort possible car entre 2002 et 2003 l´Euro est passé en gros de 2 à 4 BRL. Et dans cette ascension il est forcément passé par 3. 35 qui est sa parité d´aujourd´hui. Passage où tu as du rentrer ton pognon au Brasiou.

Mais c´est le même capital par rapport à quoi ? Car rapatrié en France ton capital en Euro a perdu tout de même le quart de son pouvoir d´achat en 15 ans. Ceci vu que l´inflation...méprisée par Chico Brasiou le bizinessemane ...tout en étant basse a tout de même bien existé.

Pour les SCPI elles sont fort connues et c´était une simple information. D´après les bilans de la profession...et pas des pubs que Chico Brasiou est  le seul à croire....de 2002 à 2017 le rendement cumulé moyen des contrats SCPI sera en France de 250 %.

chicobrasil :

MauriceP38 , laisse parler Economicus qui est hors sujet lorsqu'il s'agit de placements financiers et rendement...

...mon capital de départ en €, placé au Brésil,  a été multiplié par 6 et continue à progresser de 14% par an, alors vive le Brésil et vive l'inflation ...
.

Voui...Hihihihihihi...toi tu t´y connais !...hihihii

...Sauf de faire le bizinessemane du Brasiou...le vrai Brice de Nice au Brasiou...tu devrai nous donner des explications quand on te les demande, et des éclaircissements notamment sur le tableau comique que tu as posté sur un autre fil...et dont on attend toujours tes lumières...hihihihi

Les inconvénients fiscaux ou de liquidité des SCPI ne dépassent pas ceux de n´importe quel placement dans le monde qui rapporte encore...tout en offrant une stabilité et une sécurité correctes.

Par ailleurs comme chacun sait les SCPI ne gèrent pas des taudis ou des appartements pour truffes. Et les SCPI à retenir sont surtout celles de locaux et bureaux professionnels existants et super équipés en technologies du futur dans les grands centres occidentaux. Moins de locaux à usage d´habitation...sauf de grande qualité et hyper bien placés.

À part ça je continues à prétendre comme toi que le système Hubert est une opportunité pour le Brasiou...notamment à vélo


http://ge.ch/sante/media/site_sante/files/documents_telechargeables/livreur_velo.jpg

Economicus devait surement être mauvais en mathématique,
Grace au Brésil et ses taux élevés, en 1 an de placement je perçois  en contre valeur € ce que j'aurai au bout de 4- 5 ans de placement en France, pour  la même somme de départ en € !!!
Et pendant les 5 ans qu'il me faudra en France pour obtenir la même somme en €,  touché en 1 an au Brésil en intérêts,  l'inflation en France l'aura grignoté de combien, mon placement en France et combien m''aura t'il rapporté en pourcentage  voir en € ? je le laisse à ses certitudes et à sa calculatrice car moi, et d'autres connaissons la réponse, puisque nous parlons en connaissance de cause et pas en virtuel !

Idem  pour les SCPI, au  vu ce qu'elles me rapportent réellement depuis 3 ans, c'est plus du 3,5% net annuel que du 5%, donc je l'invite à souscrire à ses fameuses SCPI pour le vérifier ....et puis il me fait rire avec la qualité de leurs parcs locatifs, faut-il encore, que ses fameuses SCPI trouvent des locataires et là en cas de crise c'est pas le "Pérou".

Voui....mais enfin...si tu avais eu les mêmes aptitudes en mathématique que celles d´economicus ça t´aurait permis d´abord de faire un autre cursus... puis un un autre itinéraire professionnel notamment dans le bizinesse...comparativement à  ceux de Chico Brasiou le bizinessemane du Brasiou  !...hihihihi

Car entre ce que tu ne sais pas car tu manques de connaissances basiques...ce que tu ne comprendra jamais car tu manques de connexions neuronales...et ce que tu ne veux pas comprendre car tu veux avoir raison...tu n´es pas sorti !

A défaut de faire autre chose il te reste à retirer les quatre intérêts servis au Brasiou pour bouffer...à continuer à prier que le jour où tu voudra ou devra sortir ton pognon tu le pourra...et qu´en plus le change ne te mettra pas à plat ventre !...Hihihihi

…Mais le casino ça a son charme...notamment en tant de « crise » comme tu dis...Brrrrrrrr

Quant aux SCPI  précisément on est en « crise » !.. Je te signale que la « crise » a déjà 10 ans et qu´elle n´est pas finie !...Notamment pour le bizinesse au Brasiou...hihihihihihi

Bonjour à tous,

Je vous remercie pour vos retours, et toutes ces précisions.
Je dois avouer que je suis un peu perdu avec toutes ces données, sachant que je suis pas économiste ni expert en placement financier :)

Je précise : nous sommes 2 associés qui injectons 50 000€ chacun (pour ma part, il s'agit de moi, ma copine et nous avons un bébé). c'est pour ça que je dis que cela doit faire vivre plusieurs personnes. ma copine restera quelques temps en france avec notre bébé le temps que le projet mon associée et moi se lance.

Bon, quoiqu'il en soit j'ai bien compris que le brésil n'était pas le bon choix avec un simple budget de juste 100 000€, nous allons donc réfléchir  d'autres destinations (guatemala, nicaragua, voire l'asie qui me plait assez).

Je sais que tout cela parait décousu, mais comme je l'ai dit il s'agit d'un tout début de nos recherches et réflexion (nous nous donnons 6-12 mois). Ce qui est sur c'est que nous allons nous lancer, alors merci pour vos recommandations.

Il est vrai que ce serait idyllique de pouvoir vivre des intérêt de notre placement, mais bon si ce n'est pas assez, et si on est pas douée là-dedans .. en tout cas félicitations à vous si vous y arrivez !

N'hésitez pas à me donner d'autres conseils, je prends tout, et j'apprécie bcp !

Guillaulme

Le budget est insuffisant pour un visa d'investisseur qui nécessite un investissement de 500 000 R$ soit 150-160 000 €...les conjoints mariés ou pacsé et enfant seront rattachés au visa principal d'investisseur, mais personnellement cela fait beaucoup d'argent à mettre pour un investissement localement...

ensuite la réussite des uns et des autres dépends de plusieurs facteurs ...mais vouloir s'expatrier avec femme et enfant en bas âge demande beaucoup de réflexion, sans parler du budget à prévoir...différent si l'on est célibataire sans attaches

chicobrasil :

Le budget est insuffisant pour un visa d'investisseur qui nécessite un investissement de 500 000 R$ soit 150-160 000 €...les conjoints mariés ou pacsé et enfant seront rattachés au visa principal d'investisseur, mais personnellement cela fait beaucoup d'argent à mettre pour un investissement localement...

ensuite la réussite des uns et des autres dépends de plusieurs facteurs ...mais vouloir s'expatrier avec femme et enfant en bas âge demande beaucoup de réflexion, sans parler du budget à prévoir...différent si l'on est célibataire sans attaches

Vous avez raison, le visa est trop cher au brésil, et la destination déjà bien saturée.
C'est pourquoi nous avions envisagé d'abord le nicaragua ou guatemala, où le prix du visa est de 30 000€ (donc assez pour 3 visa).
Comme cela, le budget de 100 000€ sera je pense plus confortable pour lancer l'affaire qui, dès qu'elle sera installé, permettra à ma famille de me rejoindre.

En effet célibataire cela serait plus pratique, mais il s'agit d'un projet de vie, et il se fera tous ensemble. Il s'agit ensuite d'une choix de vie, élever son enfant à Paris ou ailleurs, dans un autre cadre de vie. Chacun a ses avantages / inconvénient. le tout est d'y trouver son compte.

Encore merci pour vos différents retours :)

Bonsoir

  Je ne sais si tu cherches toujours à investir au Bresil , mais si c'est le cas , j'ai une connassance , un Belge qui à crée une fabrique de crêpe belge . Il a monté son affaire il y a 3 ans , les débuts ont été difficiles , mais aujourd'hui çà commence à bien tourner , il a des commerciaux qui couvrent tous le Bresil à tel point qu' il ne peut satifaire la demande , il a investi dans du matériel couteux , à ce jour son investissement dépasse le million 1/2 d' Euros , il lui faudrait investir , mais il est géné en ce moment , il voudrait acheter une nouvelle machine qui lui permettrai de doubler sa production il aurait la demande de 10 000 crêpes par jour et aujourd'hui il ne peut en fournir que la moitiée .Je ne sais si cela t'interresse avec tes 100 .000€ , tu pourrais peut être le dépanner et aussi lui proposer de t'associer avec lui , tu pourrais faire du commercial , mais il te faudrai parler portugais ..
Si tu es interressé , contacte moi , je te mettrai en rapport

Ses crêpes sont vendues emballées avec plusieurs saveurs , dans des cartons présentoires d'une douzaine de crêpes ; on les trouvent dans les épiceries et boulangeries , il appelle çà des crêpes , mais çà ressemble plus à des gauffres , se serait une spécialité belge !

Nouvelle discussion