CONSEILS AVANT D'ACHETER UN TERRAIN

Au Paraguay, comme dans toute l'Amérique du Sud, il y a des terrains à vendre partout, et comme dans tous les pays, les prix de ceux de la capitale sont incontrôlables et complètement fous. L'étranger désireux d'acquérir un terrain devra donc se rabattre sur la grande banlieue ou sur la province, mais là, il faudra rester très vigilant, car on trouve des terrains à tous les prix, de 3 $ le mètre carré jusqu'à 40 à 50 $... Alors, comment s'y retrouver ?
Lorsqu'on achète un terrain, on a tendance à faire une fixation sur le terrain lui-même, quoi de plus normal ? Or, acquérir un terrain peut vite tourner au cauchemar à cause de l'environnement. D'abord, il est bon de savoir qu'en Amérique du Sud, il n'y a aucun respect des voisins. On peut très bien faire construire une maison et y vivre très agréablement pendant un certain temps, jusqu'à ce que la maison d'à côté ne se vende à un couple de jeunes qui aiment sortir leur « sound-machine » dehors pour en faire profiter tout le voisinage, une bière dans chaque main, du vendredi soir au lundi matin sans interruption. De quoi devenir fou...

Le terrain se vend sous 3 formes :
1- Les terrains libres : ils sont de formes et de superficies différentes, de 300 m² à plusieurs centaines d'hectares... De quoi choisir ! Les prix varient de 3 $ à 50 $ du mètre carré (juin 2015), suivant la qualité de l'endroit.
Principales qualités : celles qu’on peut leur trouver au premier abord
Principaux défauts : En général ce sont des terrains plus ou moins bien situés avec souvent des problèmes d'accès, d'eau et d’électricité. Le risque est qu’on achète ce qu’on nous vend et ce qu’on voit, mais on achète aussi les nuisances inconnues

2 - Les terrains en zones loties : ils ont tous la même taille, 12 m par 30 m = 360 m². On peut en acheter la quantité qu'on veut.
Principales qualités : accès facile, eau et électricité à proximité.
Principaux défauts : voisinage, ou risques futurs de voisinage.

3 - les terrains de type « country club » : ça existe dans tous les pays. Ce sont des endroits dans lesquels les terrains (1000 à 2000 m2) se vendent une fortune parce -qu’ils sont théoriquement sécurisés avec golfe incorporé et club-house.
Principales qualités : celles qui figurent dans la publicité de la société chargée des ventes des terrains, c'est-à-dire qu'ils ont toutes les qualités, zéro défaut.
Principaux défauts : D’abord le coût élevé du terrain, ensuite celui des services - souvent fictifs - qui sont payables par mois et très cher. De très mauvais bruits commencent à courir sur ce genre de domaine. Il faut dire qu’il y a de la matière, car les neuf dixièmes des domaines sécurisés sont une forme d’arnaque caractérisée. Les premiers acheteurs payent un service balbutiant réduit à son strict minimum, les autres terrains tardent à se vendre pendant que les premiers acquéreurs se lassent ne voyant rien venir, rien évoluer... Les quelques constructions particulières et communes perdent leur fraîcheur. Dans le même temps et faute d’argent, la maintenance des communs n’est plus assurée comme elle devrait l’être, et tout tombe petit à petit en décrépitude. Quatre à cinq ans après l'ouverture, une impression de tristesse envahit les lieux, une sensation de ville morte qui font que les terrains deviennent très difficilement revendables... À part deux ou trois domaines connus (Country Club à Ciudad Del Este), acheter un terrain dans ce genre d'endroit est la meilleure façon de perdre ses sous.

Mais alors, que faire lorsqu’on veut acheter ?
D’abord ne jamais demander à quelqu’un s’il connait un terrain à vendre, car le type va sauter sur l’occasion pour essayer de se faire une commission. Il va aller voir les propriétaires, leur dire qu’il a un étranger acheteur et va demander une commission de 20 à 30% au vendeur. Le vendeur rajoutera cette somme sur le prix de vente et en remettra une couche pour sa « grat ».
Il faut d'abord agir seul et repérer un terrain à vendre, et dans un endroit agréable. C’est facile, tous les terrains à vendre ont des panneaux au bord de la route. Ensuite, ne jamais demander à un Paraguayen d’appeler pour avoir un meilleur prix, ils vont parler en guarani et on retombe vite dans le problème des commissions.
Quand on va voir le terrain, inutile de questionner les voisins en pensant que s’il y a une machine à faire du bruit dans l'environnement ils ne vous diront rien, car le propriétaire est souvent quelqu'un de la famille. Il faut donc venir à l'improviste le samedi soir, le dimanche matin et surtout le dimanche après-midi pour s'assurer de la tranquillité. Le dimanche après-midi est très important, car il y a une tradition sud-américaine bien ancrée de l’asado du dimanche midi. Tout le monde sort dans le jardin et il y a toujours dans le lot quelqu'un pour sortir sa machine infernale.
Il ne faut pas hésiter à payer un terrain très cher pour avoir la tranquillité (on va y vivre, ne l’oublions pas) et se trouver à maximum 15 kms d’une grande ville, et pas plus. Je déconseille fortement de s’éloigner à plus de 15/20 kms. Ces terrains tranquilles, sans nuisances, bien situés et dans un joli décor, sont extrêmement rares. Lorsqu’on l’a trouvé, rien ne sert de faire-valoir qu’il y a un terrain identique à vendre un peu plus loin pour la moitié du prix, dans le but de faire baisser le prix. Les propriétaires qui ont du terrain de qualité le savent, et ils savent aussi que c’est rare et qu’ils en tireront le prix qu'ils en demandent, car beaucoup de gens les cherchent, ce n'est qu'une affaire de temps, et le temps joue pour le vendeur.
Et attention dans la négociation : les Indiens sont de gros caractériels ! Ceux qui feront des offres trop basses verront s'envoler leurs dernières chances d'achat !

Et bien au lieu de mettre en avant la Paraguay après ce que l ai lu je ne viens pas , pas terrible sans mentir pour autant ce serait bien d être optimiste
Désolée mais je n ai pas aime j habite le Paraguay et suis française
Paraguayenne

J'ai un peu de pratique, j'ai acheté 7 terrains. Je n'interviens pas sur ce forum pour mettre en avant le Paraguay. Je dis les choses comme elles sont, pour que personne ne se fasse piéger et ne perde de l'argent inutilement, c'est le but ce ce forum.
Il n'y a pas à aimer ou ne pas aimer une information et j'aime probablement autant le Paraguay que toi.

Ps : Les Français Paraguayens, ça n'existe pas. Tu es comme nous tous qui vivons ici, de nationalité Française, avec ta cedula paraguaya, rien de plus !

Rebonsoir
Il ne faut pas prendre la mouche comme l on dit chez nous.mon mari est promoteur donc les terrains il connaît je disais simplement et je pense que j ai été poli je ne comprends pas ta réponse il ne faut pas me faire dire des choses que je n ai pas dite et en plus Paraguayenne est mon surnom et exactement je suis française et vis à Asunción avec la cedula comme toi

Début de bonjour, car il est tôt !
Tu dis « je suis française Paraguayenne » avec une minuscule à France et une Majuscule à Paraguay ; ça veut dire quelque chose non ?
Ensuite, si ton mari est promoteur, il ne vise probablement pas les mêmes terrains qu’un particulier qui vient s’installer ici pour y faire sa maison et y couler des jours paisibles ; enfin j’imagine ...
Tu dis aussi que si tu te mets dans la peau d’un candidat à l’expatriation après avoir lu mes informations sur les ventes de terrains, tu ne viendrais jamais t’installer au Paraguay et que je dois être optimiste  . Une information n’est ni optimiste ni pessimiste, elle est comme elle est, point-bar. Je suis certain qu’il y a des gens qui seront très contents d’avoir mes informations telles qu’elles sont s’ils ont prévu d’acheter un terrain en arrivant, et à lire les miennes, il vont déjà gagner beaucoup de temps. J'ai pris la peine d'écrire ça dans ce but !
Si on regarde ton message  d’origine, il veut dire « ne dégoute pas ceux qui veulent venir ici avec des propos pas terribles que tu es désolée de ne pas avoir aimés » Et après tu me demancdes de ne pas prendre la mouche comme ça ?
Il ne faut pas se tromper de colère : quel est le but de ExpatBlog ? De trouver un tas d’informations de toutes sortes pour venir y vivre. Ce n’est pas un lieu pour y vendre le pays aux gens en leur brossant un tableau flatteur et complètement à côté de la réalité.
Sans vaine polémique !

Ok pas de souci tu veux avoir le dernier mot je te donne

Bonjour,

Le tableau qu'a brossé JC n'est ni noir ni blanc. Il correspond à la réalité. Je rajouterai même que pour la recherche du terrain, si il faut venir à différents moments de la semaine, à différents moments de la journée pour vérifier l'environnement, il faut également venir juste après une grosse pluie, juste pour s'assurer que le terrain en question ne se transforme pas en pataugeoire après une pluie tropicale, ou qu'il n'est pas en zone inondable et que la voie d'accès est devenue complètement intransitable.
Par ailleurs il y a sur le net régulièrement des annonces de français qui parlent aux français et qui proposent des affaires mirobolantes pour de futures expatriations. Méfiez-vous en comme de la peste. Il y a plusieurs réseaux d'arnaques en bandes organisées.

J'abonde dans l'opinion globale de JC. Ce forum n'est pas là pour dorer la pilule aux lecteurs, ou pour leur dépeindre un quelconque Eldorado. Nous sommes quelques-uns à tenter de brosser un tableau qui reflète au mieux la réalité.

Je pense d'ailleurs que les lecteurs font d'eux-mêmes le tri, et écartent les écrits soit carrément bisounours soit totalement rageux, qui ne reflètent ni les uns ni les autres la réalité.

Bonjour et bien moi j abonde pas mais pas grave pas de souci bonne journee

L'étranger désireux d'acquérir un terrain devra donc se rabattre sur la grande banlieue ou sur la province, mais là, il faudra rester très vigilant, car on trouve des terrains à tous les prix, de 3 $ le mètre carré jusqu'à 40 à 50 $... Alors, comment s'y retrouver ?

En 2012, au Pérou, un étasunien a acheté un terrain fertile de 3 acres ( 12 140 m² ) pour 3 800 USD.

En 2019, en Bolivie, un hectare ( 10 000 m² ) coûte 1 000 USD selon un retraité Français qui vit dans ce pays depuis plusieurs années.

Comment se fait-il qu'il est impossible de trouver, au Paraguay, en province, un terrain constructible au même prix qu'en Bolivie ou Pérou ?

Ce ne sont pas des prix de terrains viabilisés. Et puis on ne sait pas de quoi en parle... le Pérou c'était en 2012, ce sont deux pays différents. Et puis où sont-ils situés ? personne ne le sait, sauf eux qui racontent ce qu'ils ont envie de raconter.
Ne te base pas sur l'avis d'une personne dont la crédibilité n'est pas démontrée.

Les gens racontent n'importe quoi sur le Net, il y a un type qui a écrit sur Expat.com que la corruption en France était 1000 fois plus élevée qu'au Paraguay, je n'ai même pas relevé...
Il changera d'opinion le jour où un brave Paraguyen le volera et qu'il devra lui payer 1000 ou 2000€ d'amende pour diffamation, car son avocat est un pote du juge !

Cela dit tu peux trouver des terrains pas chers dans la campagne, mais sans voie d'accès, ni eau, ni électricité. Mais personne ne te livrera quoi que ce soit, et il faudra t'éclairer à la bougie.

Et puis comme tu vivras seule, ne pas avoir d'accident, par exemple une morsure de crotale. Je ne veux pas t'affoler, mais en 10 ans 2 personnes de mon entourage ont été mordues. Un gamin de 13 ans qui est décédé et le gendre de ma femme de ménage, la gentille Lola, il y a 2 ans pas très loin de l'hôtel. J'avais un sérum (pour les clients), ils le savaient tous  mais comme ça vaut 100€ et qu'ils avaient peur que je leur demande de payer, ils sont allés voir "El Doctor Yuyo" (le chanoine du coin)

El Doctor Yuyo  lui a collé 3 feuilles sur la poitrine avec sa salive en disant tranquilo (parole magique) ça va extraire le venin...avant qu'on ne le transporte à l'hôpital quasi mourant !
Fort heureusement ce genre d'accident ne se produit jamais en ville,  je n'ai jamais croisé de crotale dans les rues d'Asuncion. Mais la campagne, c'est la campagne paraguayenne, ce n'est pas la Beauce je le répète, et il faut faire avec. Lorsqu'on a défriché les 2 hectares à Caacupemi-Aregua pour implanter l'hôtel, on en a tué plusieurs, dont certains de sacrés bestiaux avec des seringues de 2 à 3 cm.
Imagine qu'un truc comme ça t'arrive dans ton bled ravitaillé par les corbeaux, que feras-tu ?
C'est une folie de t'isoler toute seule

Merci JC.

Serpents

En période de ponte, ils sont très agressifs.

Au Paraguay, comme dans tous les pays d'Amérique du Sud, il y a de nombreux serpents : le crotale, le fer de lance, le boa,...  Est-ce que le sérum est universel ? Si ta réponse est non alors il faut avoir dans le frigo de nombreux sérums et savoir reconnaître tous les serpents.

Autre solution : élever des ennemis des serpents : canards, hérissons, blaireaux apprivoisés, cochons, chiens, chats, oies de guinée.

Terrain

Ce ne sont pas des prix de terrains viabilisés.

Il faut comparer le coût d'un terrain non-viabilisé + le coût de la viabilisation à la carte ( la route ou / et l'eau ou / et l'électricité ou / et le téléphone fixe ) au coût d'un terrain viabilisé.

Cela dit tu peux trouver des terrains pas chers dans la campagne, mais sans voie d'accès, ni eau, ni électricité. Mais personne ne te livrera quoi que ce soit, et il faudra t'éclairer à la bougie


Je suppose que tu veux dire "personne ne te livrera quoi que ce soit" durant la saison des pluies car rouler sur une piste sèche ne cause aucun problème.

Solutions

- Donner rendez-vous au livreur à la limite de la route goudronnée ou couvrir la route en terre de gros graviers et avoir un bon 4 x 4.

- Acheter un terrain avec une source ou faire forer un puits.

- Panneau solaire ou / et éolienne ou / et hydrolienne

Mon objectif est de trouver un terrain constructible et fertile, non-viabilisé, d'un hectare, pour 5 000 USD puis d'acheter 9 000 USD de matériaux de construction.

Corine, je réponds à ta question sur le serpents dans le syndrome car cette discussion ne concerne que les terrains

Merci.

Peux tu m'expliquer sur cette page les autres erreurs ?

Corine

Nouvelle discussion