Les meilleurs pays pour lancer sa start-up

  • Start up
Article
Publié l'année dernière

Vous avez une idée innovante et souhaitez la mettre en œuvre ? Mais par où commencer ? Le succès d'un projet dépend souvent du lieu où vous avez choisir d'investir, du niveau de financement requis et des facilités offertes aux entrepreneurs. Si vous avez décidé de créer votre start-up à l’étranger, Expat.com vous invite à découvrir les pays les plus accueillants selon le dernier rapport du collectif Startup Genome.

Amérique du Nord

Il va sans dire que l’Amérique du Nord est une destination de choix pour la création de start-ups. La fameuse Silicon Valley, basée en Californie, devance de nombreuses métropoles telles que New York, ou encore, Londres. La Silicon Valley attire un plus grand nombre d'entrepreneurs et de start-ups étrangères que la « Big Apple » grâce aux nombreuses ressources qu'elle met à leur disposition. En effet, les start-ups, regroupant les meilleures compétences au sein d'un environnement propice, y sont valorisées et bénéficient d'une plus grande ouverture. D'autant que les compétences sont évaluées en fonction de leurs qualités, de leur accessibilité et du coût que cela représente.

Néanmoins, la Silicon Valley se retrouve à présent en 2e position du classement, les coûts associés au recrutement des meilleurs talents demeurant très élevés. En revanche, d'autres endroits moins chers sont tout aussi accueillants envers les jeunes entrepreneurs souhaitant mettre à contribution leurs talents sur le plan de l'innovation technologique.

En raison de sa faible connectivité mondiale, Chicago se retrouve, pour sa part, à la 18e place. L'ancienne ville universitaire de Boston perd également une place face à la compétition accrue par la présence d'entrepreneurs d'origine asiatique. Rappelons que la ville de Boston était aussi chère que la Silicon Valley en matière du développement des compétences les plus pointues. Cependant, elle demeure l'un des principaux centres d'innovation en Amérique du Nord en termes d’expérience de démarrage.

En 16e et 17e positions respectivement, Vancouver et Toronto demeurent également des villes attractives pour les entrepreneurs étrangers. Vancouver gagne trois places dans le classement tandis que Toronto en gagne une. Il s'agit des villes canadiennes les plus accueillantes pour les start-up étrangères.

Asie-Pacifique

Beijing et Shanghai font leur entrée dans le classement, se retrouvant directement en 3e et 7e positions respectivement, ce qui vient confirmer le positionnement de la Chine en tant que l'une des principales puissances économiques du monde, non seulement en termes d'industries déjà établies mais également en tant qu'environnement propice pour l'entrepreneuriat et l'innovation. Contrairement aux métropoles américaines, les villes chinoises proposent de très hautes compétences à des coûts inférieurs. Beijing et Shanghai suivent également de très près la Silicon Valley et New York en ce qui concerne l’accès au financement, en partie, sans aucun doute, grâce aux financements et mesures d'incitation mises en place par le gouvernement chinois.

Chutant de deux places suite à l’entrée de Beijing et Shanghai, Singapour se retrouve tout de même en tête de liste en ce qui concerne l’accès au financement, ainsi que la qualité et le coût des compétences, détrônant ainsi la Silicon Valley. En effet, la Cité-État a récemment revu sa politique en matière de start-ups afin d'encourager davantage d'innovations dans le domaine de l'entrepreneuriat.

Bangalore est la seule ville indienne à se retrouver dans le top 20 des villes les plus attractives pour les start-ups. L'Inde, comme la Chine, a connu une croissance économique significative au cours de ces dernières années, particulièrement grâce aux nombreux développements technologiques. Néanmoins, Bangalore perd 5 places par rapport au dernier classement, ce qui démontre qu'elle a encore du chemin à faire pour se transformer en un véritable centre compétitif pour les start-ups.

Europe

L'Europe représente une véritable arène pour les start-ups innovantes. Londres demeure la ville la plus attractive du monde après la Silicon Valley et New York en dépit des discussions entourant la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Comme la « Grosse Pomme », il s'agit d'une puissance financière mondiale en raison de la disponibilité et de l’accessibilité de capitaux. A ce jour, les start-ups londoniennes continuent de bénéficier des mesures de soutien mises en place par les autorités britanniques.

L'une des principales concurrentes de la capitale britannique, Berlin se retrouve cette fois en 7e position, perdant 2 places par rapport à l’année précédente. La ville se démarque surtout en termes de performance et de compétences disponibles, ainsi que sur le plan de l’accessibilité des moyens de financement. Sa portée mondiale l'a également propulsée au-dessus de nombreuses autres métropoles européennes en ce qui concerne l'accueil de start-ups.

Stockholm a également fait son entrée dans le classement grâce à une impressionnante portée du marché, bien qu'elle ne dispose pas encore d'un système approprié en ce qui concerne la qualité du financement. En revanche, la Suède est reconnue, d'une manière générale, pour la qualité de vie qu'elle offre à ses habitants, ce qui représente également un sérieux atout pour les entrepreneurs souhaitant avoir le parfait équilibre travail-vie en s'y installant.

L'Europe a, sans aucun doute, beaucoup à offrir aux start-ups, avec l’entrée en jeu de Stockholm tandis que Paris et Amsterdam conservent leur position dans le classement, d'autant que plusieurs autres pays du vieux continent tentent de rejoindre la compétition déjà féroce.

Moyen-Orient

Grâce à sa culture entrepreneuriale innovante, Israël a su transformer, au fil des années, de nombreuses entreprises actives dans le domaine de la haute technologie. Bien que Tel Aviv ait chuté d'une place depuis l’entrée de Beijing dans le classement, la ville demeure l'une des capitales mondiales en matière de technologie, avec un accent particulier sur la sécurité et la biotechnologie.

Sources :