Close

L'espagnol... Facile ?

On a vu bien des messages avec des intervenants indiquant qu'ils ne parlaient pas l'espagnol, ou pas assez, et se sentaient un peu gênés par ce manque.

Alors... l'espagnol, est-ce facile à apprendre ? Et comment ?

Pour un francophone, l'espagnol a exactement le même niveau de difficulté que le français. C'est dire qu'il n'est pas vraiment simple  :D  Et si, de plus, vous parlez aussi italien, alors là, cela se complique, puisque ces deux langues sont proches (faux amis à foison).

Sur le plan du principe, le meilleur moyen reste bien sûr une suite de cours, bien avant de penser à aller résider en Espagne. Ou/et une fois sur place, les nombreux cours diponibles en Espagne, que ce soit par les communes ou les cours privés. Avec bien entendu autant de séjours sur place qu'il est possible... et de préférence pas cantonnés dans les "ghettos" pleins de touristes francophones.

L'autre point crucial est de se dire qu'une langue, c'est d'abord fait pour communiquer. Dans ce cadre, ce qui est important est de pouvoir tenir une conversation de base, de comprendre ce que l'on vous dit... et non d'écrire une thèse de 500 pages sur la physique nucléaire en espagnol (ce dont se serais bien incapable, et encore pour longtemps).

Ayant plus de soixante ans, je suis à un âge où, même si j'ai une bonne mémoire, les choses ont tout de même un peu plus de mal en entrer dans le crâne que lorsque j'en avais 30 ou 40... Eh oui, le temps passe, y el tiempo no puede ser detenido (le temps ne peut être arrêté).

Si l'on n'a donc pas de cours à proximité, ou pas assez de temps, et pas d'amis espagnols comme voisins... il existe tout de même une façon simple d'apprendre les bases, assez pour tenir une conversation, faire ses courses, bref, agir normalement dans la vie courante.

J'ai donc choisi d'étudier seul sur internet, et de pratiquer lors de mes séjours en Espagne.

Pour commencer, j'ai pris Babbel, payant mais pas cher, qui donne de bonnes bases.
Puis suis passé sur Duolingo, avec à côté Espagnolfacile et Elconjugador, ceux-ci étant gratuits.

Temps passé: bases acquises en moins de 6 mois, conversation courante en environ un an... à raison d'une moyenne d'une heure par jour.  Seulement !

Autre petit truc: au début, je ne me suis pas préoccupé des accents en écrivant (aussi nombreux en espagnol qu'en français), je n'ai commencé à le faire qu'au bout de six mois environ. Ce qui m'a permis d'accélérer l'apprentissage.

Et cela, tout le monde peut le faire, en plus ou moins de temps, à "temps perdu". Que l'on soit employé, patron, ou étudiant.

Le truc est, si l'on se lance de cette manière, de s'assurer d'avoir une régularité à toute épreuve. Vous verrez qu'en très peu de temps vous saurez parler assez correctement. Mais il est nécessaire de faire ces cours régulièrement, chaque jour si l'on peut.

Résultat: Tout espagnol vous entendant saura que vous n'êtes pas de ce pays, verra et entendra que vous faites encore des fautes... mais quelle importance: pour lui, vous serez quelqu'un se donnant la peine d'essayer de parler sa langue, et non l'un de ces "étrangers conquérants" qui s'imaginent que le monde entier doit les comprendre.

Et cela, croyez-moi, ça n'a pas de prix: naturellement, il tentera de vous faciliter la tâche, l'espagnol est en général aimable et souriant.

Alors, l'espagnol... Facile ?
À vrai dire, assez. C'est une langue latine, et parler et écrire assez correctement pour la vie courante, cela se fait en un an.  Pour la thèse précitée, comptez tout de même une bonne décennie sur place, nettement plus si votre domaine d'expertise n'est pas la physique nucléaire  ;)

Alors... N'attendez plus, et lancez-vous !

Bonjour,

Je vous remercie pour ces renseignements, car je pars bientôt en. Espagne mais ne parle pas espagnol, donc j ai l intention d apprendre..
Annie

Bonjour,

Alain, jolie vision de l'apprentissage de l'espagnol!  :top:
En effet les bases s'acquièrent facilement après, c'est comme tout faut se donner les moyens et le temps  ;)

Je me permets d'apporter un complément...
Dans ce forum, il y a une conversation épinglée et intitulée Vocabulaire, expressions et proverbes utiles dans laquelle vous trouverez sous forme de petits textes ludiques du vocabulaire de base à utiliser selon les situations.
Ce n'est pas classé, on a ajouté au fur à mesure nos trouvailles donc il y'a un peu de tout et pour tous les niveaux  ;)
Si vous aussi vous trouvez des textes ou autres supports pour donner un peu de vocabulaire, n'hésitez pas à les poster dans cette rubrique.

Y ahora... A estudiar!!!

Oui, j'ai vu cela, très bonne idée d'ailleurs !

Quelques autres petite choses toutes simples: où ais-je eu des difficultés ?

- Ton cerveau est comme toi: d'une paresse inégalable  :/ 

Si jamais il trouve, quelque part dans ses "boîtes de neurones" une réponse approchant celle que tu cherches, c'est ce mot là, le plus rapide à atteindre, qu'il te mettra dans la bouche ou dans les doigts ! Et ça, c'est immuable.

Cas typique: je parle entre-autres un peu italien, et bien, au début, c'est bien sûr le mot italien qu'il m'envoyait...

Pour exprimer "la maison", c'est parfait puisque identique, par contre, mauvaise pioche pour "la voiture", surtout si tu veux en commander une en espagne, là, tu riques quelques surprises :D

Donc, forcer son cerveau à "oublier" provisoirement les autres idiômes ennuyeux, ou trop proches, cela ne prend que  quelques heures.

Dans les détails se cache le diable:

Comme en français, il y a un monde entre "a" et "à", en espagnol, les accents sont aussi légion, et peuvent changer la signification d'un mot.

C'est la raison pour laquelle je les ais volontairement totalement occultés au début: en effet, plutôt que de d'apprendre les variantes, j'ai pu me concentrer sur le mot lui-même.

Une fois le mot appris et enregistré correctement, alors ses variantes accentuées sont plus faciles à mémoriser, et cela vient tout naturellement avec le temps.

Le cerveau a besoin de temps pour enregistrer définitivement le vocabulaire et les ortographes y relatifs, en plus des conjugaisons des verbes.

Apprendre à laisser le temps au temps est une nécessité, puisque chaque individu a une donnée temporelle d'absorption différente.

Vouloir aller vite est une erreur, il est bien plus profitable de revenir régulièrement sur ses erreurs.... Et donc, de ne pas se décourager.

La timidité est un vilain défaut:

Lorsque l'on ne possède pas bien une langue, c'est en quelque sorte la timidité qui prend le pas, automatiquement. On a trop peur de faire des erreurs, ou de se mal faire comprendre.

Cette attitude bien compréhensible - un fois de plus, ce paresseux de cerveau tente d'aller au plus simple et rapide - est relativement grave... pour toi !

Dis-moi, lecteur(rice), as-tu déjà rencontré(e) des étrangers près de chez toi ? Mouiii, tu as eu(e) du mal à comprendre leur(s) demande(s). Même si tu parles parfaitement anglais par exemple, ce fichu Texan pur jus en face de toi, tu lui aurais bien demandé de cracher les patates qu'il avait bans la bouche, non ?

Cependant... tu as tenté(e) de l'aider. Et... ma foi, il en sera exactement de même pour toi en Ibérie. Par nature, l'Homme préfère aider celui qui fait l'effort d'aller à sa rencontre, même s'il parle peu ou prou "petit nègre".

Le risque le plus grave qu'il ait à poser un question, c'est que "non" soit la réponse.

Donc, n'hésite jamais à te lancer: oui, il peut y avoir des confusions, mais ce n'est vraiment pas grave. Et tu auras appris quelque chose. Ton interlocuteur sera toujours heureux de t'aider à mieux comprendre son pays et sa langue.

Être francophone, c'est une tare ? :cool:

Pour des raisons historiques, beaucoup de francophones d'ancienne génération - et même parfois pas si ancienne - ont un problème avec les langues étrangères.

Et sont donc un peu considérés comme des espèces d'incultes impolis à l'étranger.

Mais beaucoup d'hispaniques, aussi pour des raisons historiques, on ce même problème avec les langues. Deux grands pays au passé colonial avec une longue histoire.

Vouloir habiter dans un pays où les locaux sont fiers de leur histoire et de leur culture implique d'abandonner, sans nécessairement l'oublier, un peu de sa propre culture.

Si ton steack-frite-baguette quotidien t'es essentiel, ma foi, ce n'est peut-être pas le bon pays pour toi  :D  Cependant, l'Espagne a une richesse culinaire digne d'attention.

Donc, plies-toi aux coutumes locales, tu n'en seras que plus apprécié. Et, ne t'en fais pas: trouver un superbre filet de boeuf juteux et tendre à tomber par terre, c'est aussi possible là-bas; simplement, il te faudra trouver le boucher adéquat, et lui préciser ce que tu souhaites - en espagnol bien sûr :whistle:

La prononciation:
Il y a deux "écueils à francophones" en espagnol: les doubles "L" et doubles "R".  Pour moi, surtout ce dernier LOL. Bon, ben... c'est pas vraiment grave... avec le temps, tu y arriveras... comme moi  :gloria

Et pour finir:

Tant que tu n'auras pas compris qu'une langue, c'est fait pour communiquer, tu seras un étranger, un vacancier, un visiteur, et considéré comme tel.

J'ai pondu ce petit pamphlet parce que je suis toujours étonné de voir le nombre de personnes qui ont simplement une certaine anxiété face à une langue autre que la leur. Rester sur cette anxiété est toujours une erreur. Le seul et unique moyen de progresser est d'aller au charbon, et de se projeter vers l'autre. La perfection grammaticale, la précision de l'orthographe (regardez ce que pondent nos mômes aujourd'hui, à faire peur !) sont toujours secondaires à la notion de communication.  Si je peux avoir aidé certains à passer le pas, alors je n'aurai pas perdu mon temps.

Nouvelle discussion

Assurance santé expatrié Alicante

Conseils pour bien choisir votre assurance santé à Alicante.

Déménagement à Alicante

Conseils pour préparer votre déménagement à Alicante

Assurance voyage Alicante

Conseils pour bien choisir votre assurance voyage à Alicante

Billet d'avion Alicante

Trouvez les meilleurs prix pour votre billet d'avion pour Alicante